Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le consommateur français est-il condamné aux cerises d’importation (et aux pesticides) ?

Monnaie d’échange diplomatique, devoir d’exemplarité vis-à-vis de l’électeur-consommateur pendant qu’une concurrence illégale (selon les règles environnementales) est organisée par l’Etat lui-même, constat d’échec des états généraux de l’alimentation quant au partage de la valeur ajoutée… La cerise concentre sur sa production la majorité des problèmes connus par l’agriculture française en ce moment. Et par prolongement, le consommateur français figure également parmi les grands lésés de l’histoire.

Agriculture

Publié le
Le consommateur français est-il condamné aux cerises d’importation (et aux pesticides) ?

 Crédit JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

A lire sur ce sujet sur WikiAgri la tribune signée Jérôme Mazely, arboriculteur des Bouches-du-Rhône, qui livre un témoignage poignant et une analyse fine de sa situation sur le terrain.

Le temps des cerises est en train de verser dans une nostalgie bien réelle. La production de cerises en France vient de connaître de bien tristes nouvelles, annonciatrices (si la tendance reste en l’état) ni plus ni moins de la fin de la production en France.

Et ces nouvelles sont d’abord des choix politiques délibérés du gouvernement français.

Reprenons l’histoire qui précède l’arrivée du gouvernement actuel. Depuis plusieurs années, les vergers français doivent faire face à l’invasion d’un insecte venu d’Asie, le drosophile Suzukii. Ce ravageur venu d’Asie cause de grands dégâts sur les cerises. Une solution phytosanitaire est mise au point, le diméthoate. Mais voilà, ce produit pesticide est suspecté d’être nocif et est retiré du marché français courant 2016 (je passe sur le débat « est-il vraiment nocif ? », ce n’est pas le propos du jour). Depuis, nos producteurs de cerises doivent composer avec des solutions alternatives (autres molécules autorisées celles-là mais moins efficaces, pose de filets anti insectes nécessitant des investissements matériels importants…) qui donnent de moins bons résultats, donc avec augmentation du prix de vente pour rentrer dans leurs frais.

Ainsi, l’augmentation du coût de revient pour le producteur au nom de la santé alimentaire et environnementale doit logiquement être compensée avec les discussions sur le partage de la valeur ajoutée des états généraux de l’alimentation, et sur la loi qui a suivi… De plus, il existe une clause de sauvegarde, reconduite année après année, qui interdit la mise sur le marché français de cerises d’importation produites avec du diméthoate.

Or, que s’est-il passé récemment, sous l’actuel gouvernement ? Le 5 mai 2018, la France a ouvert ses frontières douanières aux cerises fraiches venues de Turquie, premier producteur mondial, et utilisateur de diméthoate. Le ministre français de l’Agriculture Stéphane Travert a eu beau évoquer, à l’Assemblée, des contrôles à l’arrivée sur le sol français pour vérifier la non utilisation de diméthoate, personne n’est dupe : la Turquie produit 800 000 tonnes de cerises par an (soit 20 fois plus que la France, source Coordination rurale) et ne s’embarrasse pas vraiment de contingences environnementales. Elle a perdu le marché russe (elle aussi a subi un embargo, pour d’autres raisons que la France, début 2016) et doit trouver des débouchés pour ses producteurs. Chez les producteurs de cerises français, on signale qu’il est tout à fait possible de tromper les contrôles en « lavant » les cerises, juste avant leur départ de Turquie. En d’autres termes, les seuls contrôles efficaces ne peuvent avoir lieu que sur place, au niveau des cultures (comme c’est le cas en France), et de cela il n’est pas question.

Dans une tribune qu’il signe sur WikiAgri, l’arboriculteur des Bouches-du-Rhône Jérôme Mazely estime que cet accord est un geste de gratitude envers le gouvernement turc pour son action pour les migrants. Question : pourquoi les producteurs mais aussi les consommateurs français (trompés sur la marchandise) devraient-ils payer cette note « diplomatique » ?

Par ailleurs, autre témoignage, une vidéo sur le compte Facebook de Aurélien Esprit, producteur de cerises dans la Drôme : il montre qu’il jette 250 kilos de cerises au fossé car il ne parvient pas à les vendre aux grandes surfaces au-dessus de son coût de revient (il cite le chiffre de 2,50 € le kilo), alors que les cerises sont présentées sur les étals à près de 9 € (selon son témoignage, nous n’avons pas vérifié). Cette vidéo fait un buzz invraisemblable, avec des commentaires aux directions multiples, outrés tantôt par l’ampleur de la marge de la grande surface, tantôt par l’action consistant à jeter de la nourriture. Sans entrer dans ce dernier débat sur le choix du mode d’action, un constat : la régulation des rapports entre fournisseurs agricoles et grandes surfaces, qui devait avoir lieu avec les travaux des états généraux de l’alimentation, n’est toujours pas opérante aujourd’hui, malgré une forte communication gouvernementale sur son succès.

A l’arrivée, on se retrouve dans la situation suivante : les producteurs français de cerises, dont le coût de revient a augmenté pour respecter les consignes et les choix nationaux environnementaux, se retrouvent en concurrence directe avec des produits visiblement identiques, mais venant d’un pays qui n’a pas ce coût environnemental, ni le coût humain en termes de main-d’œuvre saisonnière d’ailleurs. Ils ne devraient pas pouvoir tenir cette situation très longtemps… Le consommateur français, de son côté, n’a plus que l’étiquetage des fruits au moment de l’achat pour poursuivre sa vocation de bien-être environnemental, mais il devra payer plus cher, tout en sachant que, ce faisant, ce n’est pas forcément le producteur qu’il rémunère…

Pour comprendre ce qui ne va pas aujourd’hui dans l’agriculture française, le cas de la cerise est édifiant !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kelenborn - 17/06/2018 - 10:23 - Signaler un abus Ahhh

    Et.... si ce n'était que le seul exemple!!! Mais Ganesha ne connait pas, lui qui n'utilise pas de Glyphosate car il produit du quinoa qui est traité de manière naturelle avec du pet d'abeille ( My God Atlantide va encore demander ses sels car, je confesse, comme dirait mon Ben qui doit imiter Gerra imitant Luchini c'est du lourd) . Bon ! Ganesha a au moins un mérite : il, assume mais.... combien , parmi les miliciens du consommer français ici acquiescent à une interdiction du glyphosate et de toutes "ces-saletés-avec-lesquelles-on-nous-empoisonne" Le docteur Gayet doit bien avoir 25 articles en préparation! L'agriculture française va être ruinée donc il faudra créer des emplois de services bidons pour cacher le chômage et Adroitetoute pourra gueuler contre les fonctionnaires! Il est pas beau le monde d'Atlantico: Tournicoti-Tournicota!

  • Par J'accuse - 17/06/2018 - 11:23 - Signaler un abus Bienvenue en Absurdie

    S'il suffit de laver les cerises pour supprimer le pesticide, il n'est donc pas avalé par le consommateur. A supposer qu'il soit effectivement nocif pour lui ! Qu'attend-on pour faire la même ineptie pour tous les fruits et légumes, de façon à définitivement tuer l'agriculture française ? (PS: on ne fait pas d'études sanitaires sur le bio, et c'est pour ça qu'on dit que c'est sain; les parasites et les bactéries, c'est naturel et donc forcément bon, n'est-ce pas ?)

  • Par Anouman - 17/06/2018 - 11:41 - Signaler un abus Cerises

    Il n'y a pas que pour les cerises où on accepte certaines conditions de production sur les importations et pas sur la production nationale, la rendant ainsi moins rentable. Dans le cas présent c'est pour faire plaisir à Erdogan: un homme tellement charmant...

  • Par Totor Furibard - 17/06/2018 - 16:06 - Signaler un abus Déjà, n'achetons pas de cerises de Turquie ou d'ailleurs !

    Je ne crois que le traitement soit indétectable. Il y a très peu de traitements qui ne lassent aucune trace. Par contre il est très vraisemblable que les contrôles à l'arrivée ne sont pas faits car ils sont chers. Le prix de vente des cerises est très élevé car les distributeurs pratiquent sur ces produits très saisonniers des marges invraisemblables. Il faut essayer avant tout les circuits courts pour ce genre de produit. Sinon, soyons juste un peu malins et solidaires: pour ce genre de produit, achetons français !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Antoine Jeandey

Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.

Voir la bio en entier

WikiAgri

WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les articles partagés sur Atlantico sont accessibles au grand public, d'autres informations plus spécialisées figurent sur wikiagri.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€