Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 12 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Consigne a été donnée aux éditeurs de ne plus employer le mot "nègre" mais celui de "porte-plume" !

Il était temps. Déjà que nous, simples mortels, n'avions pas le droit de l'utiliser.

Chronique de la bêtise ordinaire

Publié le
Consigne a été donnée aux éditeurs de ne plus employer le mot "nègre" mais celui de "porte-plume" !
 

Françoise Nyssen, ministre de la Culture, est une femme intelligente. On imagine donc que c'est avec réticence qu'elle a accepté de se soumettre au diktat d'associations aussi hystériques qu'influentes. Pour leur plaire, et ne plus les avoir sur le dos, elle s'est résolue à demander aux éditeurs de bannir le mot "nègre" pour le remplacer par "porte-plume".

Le charme désuet de cette expression n'échappera à personne. Elle date du bon vieux temps des écoliers en blouse grise, du Petit Chose de Daudet, quand les claviers et les stylos à bille n'existaient pas encore. Il parait d'ailleurs que dans les maisons d'édition, une vieille chanson, figurant au patrimoine national, fait fureur. "Au clair de la lune, mon ami Pierrot, prête-moi ta plume."

Mais le mot "nègre" est plus ancien encore.

Il date du début du XIXe siècle et c'est Alexandre Dumas qui en est à l'origine. L'auteur des Trois Mousquetaires était un écrivain prolifique, un opiomane de l'écriture. Débordé, ne pouvant répondre à la demande qui était grande, il lui arrivait de se décharger sur d'obscurs, et néanmoins doués pisse-copies. 

Un feuilletoniste de l'époque eut alors cette formule : "il agit comme le mulâtre qui fouette les nègres dans les plantations". Le mot est resté, et sert à désigner les anonymes qui triment à la place de ceux qui signent les textes. 

Comme on le voit, Dumas n'était pas, s'agissant de la création littéraire, blanc-blanc. Il ne l'était d'ailleurs pas du tout. Mulâtre, il était le fils d'un mulâtre qui fut général d'Empire. Comme quoi, la France n'était pas bien raciste à cette époque. Mais depuis, elle a dû le devenir si l'on en croit le CRAN et différentes associations indigénistes et tordues.

Elles doivent considérer qu'Alexandre Dumas était une personne racisé.e. Et, dans leur esprit, les personnes racisé.e.s doivent se retrouver ensemble dans des lieux où les Blancs ne sont pas admis. En bonne logique, les associations devraient demander que la dépouille d'Alexandre Dumas soit sortie du Panthéon car elle voisine là-bas avec des leucodermes. 

Ainsi s'avance sans grande résistance – puisque même François Nyssen a cédé – le rouleau compresseur de la bêtise. Une machine à décérébrer inventée par des décérébrés. Pour leur plaire, il parait qu'à la place de "nègre" on avait d'abord envisagé "écrivain à gages". Comme ça ressemblait un peu trop à "tueur à gages", ça a été abandonné. Mais les tueurs à gages de l'intelligence se portent à merveille.

PS : La délation étant devenue un devoir civique, nous signalons l'existence d'un livre au titre insupportable : Dix petits nègres d'Agatha Christie.

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zen-gzr-28 - 21/11/2017 - 08:34 - Signaler un abus Encore !

    Bon nombre de ministres se masturbent l'esprit pour pondre des conneries...qui frisent l'hystérie !

  • Par Le gorille - 21/11/2017 - 09:09 - Signaler un abus Une tête de nègre...

    Ma pâtissière me fait les gros yeux quand je choisis... "une tête de nègre" !

  • Par Le gorille - 21/11/2017 - 09:18 - Signaler un abus épouse...

    Même le dictionnaire s'y met, à moins que ce ne soit le logiciel de texte. J'ai écrit "épouse". A ma grande surprise, ce mot a été souligné de petits points colorés. Un clic droit m'informe : "Mot discriminatoire. Choisissez partenaire..." Une horreur ! Et il y en a d'autres, en tous cas au moins un : "lépreux!" (mot qui serait déplaisant pour celui à qui s'dresse cet épithète... médical !) Va-t'en savoir ce qui leur passe par la tête !

  • Par vangog - 21/11/2017 - 10:00 - Signaler un abus J’ai toujours pensé que ces néo-trotskystes...

    qui cherchent à modeler les cerveaux des plus faibles et naïfs, étaient contre-productifs. Mais dangereux, très dangereux...des extrémistes qui deviennnent facilement sanguinaires...imaginez ces fascistes de la pensée au pouvoir! Quoi? Ils y sont déjà?...alors, résistance!

  • Par bp - 21/11/2017 - 10:00 - Signaler un abus Concours

    Il faut aussi supprimer le fromage " blanc". Ainsi que la "rougeole", car les peaux rouges peuvent être vexés. Etc...

  • Par atlantique07 - 21/11/2017 - 10:03 - Signaler un abus Les Sarkozy

    Les Sarkozy vont devoir modifier leur adresse du Cap nègre en Cap Porte Plume....

  • Par J'accuse - 21/11/2017 - 10:35 - Signaler un abus Nègres blancs

    Comme ces nègres-là sont souvent des Blancs, ça devrait faire plaisir aux Noirs que des Blancs soient appelés "nègres". Mais en France comme aux États-Unis, on ne doit plus employer le "mot-n" (n-word), peu importe la raison. Comme font les Espagnols, qui n'ont pas d'autres mots que "negro" dans leur langue pour désigner ce qui est noir ?

  • Par assougoudrel - 21/11/2017 - 10:41 - Signaler un abus A Fougères en Ille et Vilaine

    pendant des décennies il y a eu un bar "la tête de nègre". Les enfants de fondateur ont dû changer le nom. Il faudra dire aux noirs d'arrêter de se traiter de "nègre" entre eux. Comme la connerie est à l'échelle européenne, bientôt on demandera à l'espagnol de supprimer le mot "negro" de son vocabulaire. Proverbe antillais: "le blanc fait caca dans un water; le mulâtre dans un pot de chambre et le nègre dans un trou" (chacun à sa place). Le mot nègre ne gêne qu'une petite minorité et surtout pas les noirs. Une petite minorité de ces derniers vivent de ça pour une histoire de fric quand cela va au tribunal (associations).

  • Par moneo - 21/11/2017 - 12:00 - Signaler un abus je suis inquiet

    la musique est raciste ;il va falloir réécrire toutes les partitions ,un blanche ne peut valoir 2 noires

  • Par Bardinet - 21/11/2017 - 15:01 - Signaler un abus Porte-plumes ?

    Certes, mais où ?

  • Par assougoudrel - 21/11/2017 - 15:50 - Signaler un abus Information par la Belgique

    http://www.rtl.be/info/monde/france/education-polemique-sur-un-atelier-de-formation-en-non-mixite-prevu-par-un-syndicat-972684.aspx

  • Par Gémap - 21/11/2017 - 19:31 - Signaler un abus Il ne faut pas dire «

    Il ne faut pas dire « nécropole » mais un homme de couleur sur la banquise, ni « négrospiritual » mais un homme de couleur intelligent.

  • Par Pacifico1 - 21/11/2017 - 19:37 - Signaler un abus Et s'il n'existait pas ?

    Benoît Rayski, s'il n'existait pas on ne pourrait pas l'inventer ! il a l'oeil de l'aigle pour repérer la connerie de très loin et ses billets sont un vrai réconfort !...

  • Par kelenborn - 21/11/2017 - 19:41 - Signaler un abus ah la la

    Je finis par me demander s'ils ne font pas tout ça pour exciter mon Bruno! C'est pas possible.... ce d'autant que, les vrais racistes ne peuvent qu'approuver la ministre: un nègre...ça ne sait pas écrire!!! Déjà ça ne sait pas parler ( voir remarques de Bruno sur Obono)...Oh la la ça devient compliqué dirait Gerra imitant Johnny!

  • Par JLH - 21/11/2017 - 21:24 - Signaler un abus Ah, merde !

    je vais être obligé de fouetter mon porte-plume, ...d'accord c'est de mauvais goût mais je n'ai pas résisté

  • Par JLH - 21/11/2017 - 21:29 - Signaler un abus mais surtout n'oubliez pas ce qui suit :

    L'émotion est nègre, comme la raison est hellène : Leopold Sédar Senghor, ami de Pompidou, normalien, chef d'Etat, qui fut très critiqué pour cet aphorisme, mais qui vouait à la Négritude et au Nègre autant d'admiration qu'à l'Européen pour la culture des uns et des autres.

  • Par assougoudrel - 21/11/2017 - 21:44 - Signaler un abus @JHL

    Sans oublier Aimé Césaire qui fut maire de Fort De France (la négritude). Tous ses poèmes sont appris dans les écoles africaines.

  • Par JLH - 21/11/2017 - 23:45 - Signaler un abus @assougoudrel

    Le même Aimé Césaire, grand lettré lui aussi, poète, mais qui avait vivement reproché à Senghor l'aphorisme précité.

  • Par vangog - 22/11/2017 - 00:22 - Signaler un abus « Porte-plume »??? C’est pas un peu ringard?...

    moi, j’aurais choisi « clavier fantôme », ou « clavier détaché », ou « clavier noir »(ah,non, ça non plus!)...si j’avais été plus con qu’eux...

  • Par Anguerrand - 22/11/2017 - 06:05 - Signaler un abus La negritude

    Oufouet Boigni ( excusez l'orthographe ) president du Sénégal avait affirmer qu'il était fier de ce mot, fier de sa negritude. Voilà maintenant qu'une fois de plus, nous avons l'interdiction d'employer le mot negre sous peine d'être considérés comme raciste.

  • Par JLH - 22/11/2017 - 06:41 - Signaler un abus @vangog

    vous ne pouvez pas être plus con qu'eux, cette performance n'est probablement pas à votre portée,

  • Par Joly Maurice - 22/11/2017 - 12:38 - Signaler un abus On la lui met ou cette plume à ce "porte plume"?

    Devinez....

  • Par essentimo - 23/11/2017 - 15:50 - Signaler un abus et pourquoi pas

    bic 4 couleurs ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€