Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Conseil européen de l’énergie : l’étrange silence allemand sur les objectifs 2030 d’efficacité énergétique

Les ministres européens de l'Energie se réunissent ce lundi pour finaliser les trois lois qui détermineront la politique énergétique de l'Union européenne jusqu'en 2030. Une seule inconnue : la position allemande.

Feuille de route

Publié le
Conseil européen de l’énergie : l’étrange silence allemand sur les objectifs 2030 d’efficacité énergétique

 Crédit GEORGE FREY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Atlantico : Les ministres européens de l'Energie vont se réunir et devraient adopter la nouvelle directive efficacité énergétique et finaliser les trois lois qui détermineront la politique énergétique et climatique de l'Europe jusqu'en 2030. Après avoir surmonté les difficultés avec la Bulgarie, il ne reste que l'Allemagne qui "n'est toujours pas sortie de sa cachette en matière d'énergies renouvelables et d'efficacité énergétique" a expliqué Roland Joebstl (responsable du Bureau européen de l'environnement).

Comment peut-on expliquer cette absence de signe de la part de l'Allemagne selon vous ?

Gregory Lamotte : Aujourd'hui l'Allemagne a arrêté le nucléaire et le prochain grand projet est la sortie du charbon. L'Allemagne a lancé une concertation et les conclusions de ce rapport sont attendus fin 2018 et une date de sortie du charbon sera annoncée. 

Il y a donc de grandes négociations en cours en Allemagne avec des enjeux sur l'emploi. Rien que sur le charbon on peut compter 30 000 emplois dans le pays. Il y a donc des enjeux au niveau des landers allemands. Ces décisions rentrent dans le champ de compétence des lands et la sortie du charbon conditionne de manière immédiate le taux d'énergie renouvelable que les Allemands vont avoir dans les années qui viennent.

L'indépendance des lands en la matière pourra gêner l'Etat central et Angela Merkel car en fonction de la position allemande qui sera connue demain cela risque d'énerver les Lands et vu le contexte de fragilisation actuel qui marque la chancellerie il pourrait y avoir des conséquences sur le plan de la politique intérieure. C'est la première explication, politique, que l'on peut donner.

Cette hésitation reste quand même difficilement compréhensible au vu des progrès considérables réalisés en matière d'énergies renouvelables qu'a fait le pays sur ces 30 dernières années. Les objectifs européens à l'horizon 2030 restent assez facile à atteindre. L'explication politique ne serait peut-être pas suffisante.

L'explication pourrait-elle être également économique ? 

 Même si la part belle est faite aux énergies renouvelables, les engagements de sortie du nucléaire à l'horizon 2022 contraignent l'Allemagne temporairement à se tourner vers le charbon pour ajuster la demande en temps réel en fonction des besoins. Ils ont toujours besoin de ces moyens de production complémentaires car ils n'ont pas mis en place ce système de smartmeter comme en France avec Linky. Comme les Allemands n'ont pas d'intelligence au niveau du compteur ils ont toujours besoin de ces centrales à gaz et à charbon.

Au-delà de cela le contexte mondial de baisse du prix du pétrole. L'industrie automobile allemande est en retard sur les voitures électriques. Ils craignent les taxes sur le pétrole et si l'on met des taxes trop fortes il pourra y avoir aussi des conséquences. Il y a une dépendance au pétrole et aux énergies fossiles qui est réelle.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 11/06/2018 - 09:23 - Signaler un abus Où sont donc passés les soi-disants écolos allemands?

    Ils polluent l'Europe entière avec leur charbon, mais cela ne dérange personne. Ils massacrent la faune des oiseaux rapaces avec leurs éoliennes, mais cela ne dérange personne. Ils mentent sur la pollution de leurs véhicules, mais cela ne dérange personne. Ils mettent sur le coût d'exploitation de leurs éoliennes en mer, mais cela ne dérange personne. Bref, ils font n'importe quoi, mais cela ne dérange personne. Le 3ème Reich doit rigoler dans sa tombe.

  • Par J'accuse - 11/06/2018 - 10:33 - Signaler un abus Aucune inconnue

    On sait que l'Allemagne a d'ores et déjà enterré la COP21 et dit merde à la transition énergétique en remplaçant le nucléaire par le charbon. Au mieux, ils remplaceront le charbon par du gaz et du pétrole russes. C'est l'application de la théorie du chaos: tsunami au Japon = pollution en Europe pour des décennies. Quand les écolos sont au pouvoir, voilà ce que ça donne.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Grégory Lamotte

Grégory Lamotte, fondateur de Comwatt, est un expert énergéticien régulièrement auditionné à l'Assemblée nationale sur les questions liées à la transition énergétique et à la décentralisation des moyens de production d’électricité renouvelable. Spécialiste des énergies renouvelables depuis plus de quinze ans, Grégory Lamotte a développé une offre unique basée sur l'autoproduction et l'autoconsommation grâce à l’internet de l’énergie.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€