Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 29 Juin 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Connaissez-vous la bombe à retardement ignorée par le gouvernement qui pourrait faire exploser encore plus le chômage ?

Selon les derniers chiffres publiés mercredi, le pic des 3 millions de chômeurs est dépassé. Pourtant, une autre menace pèse sur l'économie française : les successions d'entreprises qui pourraient se traduire par de nouvelles destructions d'emplois.

Comme un iceberg

Publié le
Connaissez-vous la bombe à retardement ignorée par le gouvernement qui pourrait faire exploser encore plus le chômage ?

Moins de 20% des entreprises survivent au processus de transmission. Crédit Flickr / Bichuas (E. Carton)

En termes de chômage, la France vient donc de franchir nettement le cap des 3 millions de personnes auxquelles il faut ajouter les quelque deux millions de travailleurs précaires à temps partiel subi. Dans ce contexte macro-économique où le court-terme ne semble pas davantage favorable, il est assez stupéfiant que rien de réfléchi, solide et efficace ne soit envisagé face à la question cruciale de la transmission d’entreprise. Question cruciale car beaucoup d’entre nous méconnaissent la dimension des enjeux quantitatifs. Effectuons un rapide rappel factuel.

Selon le rapport Mellerio remis au ministre Hervé Novelli en octobre 2009, d’ici 10 ans, 500 000 entreprises vont être soumises à transmission.

Toutes n’arriveront pas à bon port et la transmission finira dans certains cas par une dissolution à l’amiable voire par une liquidation judiciaire. Des chiffres contradictoires circulent mais selon une étude KPMG citée par le rapport Mellerio, moins de 20% des entreprises survivent au processus de transmission.

Le chiffrage est vite établi : 20% d’un demi-million auront un avenir là où 80% tomberont dans une impasse. Les types d’impasses peuvent être la mésentente entre les nouveaux associés, le côté prédateur d’une opération de LBO (Leverage buy-out, une opération de rachat d'entreprise par la dette par un effet de levier, ndlr), la discorde au sein de la famille cédante, le mauvais timing de l’opération, l’aspect fiscal du dossier. Une chose est avérée et unanimement partagée (par les Chambres de commerce, les notaires, Oséo, les avocats spécialisés, etc.) : 20% seulement des chefs d’entreprises souhaitent céder leur entreprise à la génération qui les suit et la moitié seulement y parvient.

De ces premiers éléments, on déduit donc que la transmission familiale harmonieuse et réussie est proportionnellement rare en comparaison des cas où l’entreprise change de propriétaire (avec les risques de restructuration) ou voit son activité cesser. Or, un élément fondamental justifie notre étonnement face au manque de dispositif public d’envergure : il faut en effet savoir que les entreprises familiales regroupent 83% des entreprises de France et surtout qu’il est établi (Insee) qu’elles représentent près de 50% du PIB et des emplois du secteur privé.

On touche là l’importance de la question : si la freinte est aussi importante à chaque transmission en nombre d’entreprises et en nombre d’emplois, chacun mesure avec gravité l’ampleur du défi qui dépasse de loin les aimables colloques que cette question génère parfois. Notre pays est face à un risque de plusieurs centaines de milliers de chômeurs sans parler de la désintégration de plusieurs pans de son appareil productif.

D’autres législations européennes ont permis des avancées et élaboré des chemins de solutions. On doit ici citer la fiducie. On peut aussi citer l’impact de l’ISF où il aurait pu être admis que les comptes-courants d’associés soient inclus dans la partie d’exonération professionnelle. De même, certains auteurs ont travaillé sur l’idée de régime fiscal spécifique comme il existe pour les fusions.

Pour l’instant, loi de finances après loi de finances, le souffle manque et les PME étouffent au moment fatidique d’une succession ou d’une cession. De notre côté, nous militons pour une technique simple de report des impositions sur plusieurs années afin d’assurer la viabilité de projets de transmission.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ravidelacreche - 27/09/2012 - 10:00 - Signaler un abus discorde au sein de la famille

    Une freinte de corps ? :o))

  • Par Atlante13 - 27/09/2012 - 10:32 - Signaler un abus Politiques irresponsables

    Tant qu'on donnera le pouvoir à des fonctionnaires et hommes politiques par définition irresponsables, comment espérer autre chose?

  • Par CN13 - 27/09/2012 - 11:29 - Signaler un abus Bof !

    du temps de Lionel Jospin, il y avait déjà TROIS millions de chômeurs. Dire que c'est héritage laissé par NS, c'est se voiler la face devant la France entière sur l'incompétence de cette gauche de Hollande "moi, président de la république, je..." pour l'instant, il n'est pas capable de grand-chose ! Le pire, c'est qu'il s'en vante en lançant une ironie aux journalistes à NY. Décidément, à la place des journalistes, j'aurais du répondant en lui parlant de l'époque Jospin.

  • Par stephanoise - 27/09/2012 - 14:17 - Signaler un abus sur l'air des daltons de joe dassin !

    tagada tagada voilà Montegoudre tagada tagada voilà montegeourde, voilà montegou ou ou ou rde tagada tagada voilà montegourde !!!!

  • Par alankin - 27/09/2012 - 16:00 - Signaler un abus et puis giscard sur un autre sujet

    http://www.challenges.fr/economie/20120926.CHA1241/crise-de-l-euro-valery-giscard-d-estaing-repond-a-paul-krugman.html il a encore ses neurones, notre président..

  • Par jerem - 27/09/2012 - 17:25 - Signaler un abus Ah le catastrophisme comme cocaine !!!

    "Des chiffres contradictoires circulent mais selon une étude KPMG citée par le rapport Mellerio, moins de 20% des entreprises survivent au processus de transmission."" Donc es données contradictoires pour dire quoi que 20% ne survivent pas a une transmission .... et c'est quoi la survie . Qeulle est la définition de la survie ...une reprise pure et simple ? un fusion avec une autre entité ? un reprise du savoir faire par une vente des brevets ? 500.000 entreprises .... on sait cela fait 10 ans que c'est le meme chiffre (comme le nombre de malades d'alzheimer qui pourtant croit chaque année aussi de 160.000 amlades ) . Alors si on parle de concentration , en quoi est ce une perte de vigueur economique . la question c'est un peu plus fin : qui s'y interesse , comme se passe la transmission et que devient le localement. et ca on peut se demander ce que fond les chambre de commerce et d'industrie qui percoivent des taxes parmi celles collectées dans les impots locaux et que l'on pourrait convoquées pour savoir ce qu'elle foutent quand il faut entendre que des secteur ne trouvent de gens qualifies et formés (hier on nous ressortait l'eternel chaudronnier .... que fout la CCI ?)

  • Par jerem - 27/09/2012 - 17:29 - Signaler un abus et alors la destruction creatrice ?

    c'est marrant pourtant on nous sort "la destruction creatrice" sur tous les tons dans les medias comme bfmbusiness( pleonasme) quand il s'agit de trouver "normal" les reductions d'effectifs en reclamant un eternel assoupplissement du licenciement . le concept ne serait pas déclinable avec les entreprises .... n'est ce pas pour des concurrents une aubaine pour recupérer des parts de marché ? n'est ce pas l'occasion de faire grossir tout ce reseau de PMe qui ne sont pas aussi grosse qu'en allemagne ... PORQUOI SERAIT CE UNE CATASTROPHE FORCEMENT . vous vous inquieter du nombre d'exploitation agricoles qui diminuent depuis 40 ans ?

  • Par walküre - 27/09/2012 - 17:38 - Signaler un abus Montebourg

    est pitoyable. Arcelormittal a les épaules larges. Il le faut puisqu'il leur fourgue tout sur le dos. Le ponce-pilatisme socialiste est né avec Montebourg et ses clowneries de cet après-midi. Comment va t-il donc obliger Arcelormittal à investir ? Il se croit en ex-URSS. Ceci dit, sa trahison n'a pas échappé aux ouvriers d'Arcelor, car il a été copieusement sifflé. Ses promesses de campagne sont envolées. Il ne peut plus rien. Il rit jaune, et s'enfuit du site explosif, la queue entre les jambes. Le matamore de naguère a fondu. Il n'est plus qu'un pantin dont la fonction gouvernementale est remise en cause. Démission. Voilà ce qui serait juste vu l'échec et vu ce qui avait été promis.

  • Par kronfi - 27/09/2012 - 17:53 - Signaler un abus nous devrions faire un pari

    ici sur ce site... combien de temps ce gouvernement va tenir.... est ce en semaines, mois, annees.... entre montebourg, taubira, duflot etc etc.... ca serait comique si ce n;etait le gouvernement de la 5 eme puissance mondiale.

  • Par Salvatore Migondis - 27/09/2012 - 18:19 - Signaler un abus La politique du pire..

    Et si l'explosion du chômage était la dernière chance de l'Europe.. et plus particulièrement de la France..?

  • Par obichodomato - 27/09/2012 - 19:05 - Signaler un abus De l'huile sur le feu !

    hello , une petite video ! http://www.youtube.com/watch?v=_Z3Hx14QkbY (ps: faut tous péter )

  • Par Lepongiste - 28/09/2012 - 08:42 - Signaler un abus Monteboug, Taubira, Philipetti, Belkacem, Duflot, Mosco

    quelle équipe !!! Et puis dirigée par le nerveux Ayrault et son chef Flamby....

  • Par Vinas Veritas - 28/09/2012 - 09:31 - Signaler un abus 1 Neuro

    le gouvernement devrait racheter toutes ces entreprises vouées à disparaître pour 1 neuro. Seul problème, ils ne l'ont même pas ce neuro.

  • Par fulgor421 - 28/09/2012 - 14:23 - Signaler un abus Agriculture

    Une récente étude dans le vignoble bordelais montraient que à peine 20% des exploitations seraient reprises suite au départ en retraite de leurs exploitants.

  • Par esurlo - 28/09/2012 - 23:15 - Signaler un abus deja sous Giscard ! ! !!!

    on en parlait doctement ! avec une urgence , attendre encore un peu . des mesurettes qui coutaient cher à l'état , et n'étaient absolument pas suffisantes ont bien été prises par la suite. De la meme veine que les simplifications administratives ! un pas en avant , trois pas en arriere . Avec bien sur une remise à plat de toutes les règles , à chaque nouveau ministre qui veut laisser à la postérité la marque de son génie !! Français à vos porte-feuilles ....

  • Par ADN68 - 29/09/2012 - 19:11 - Signaler un abus la bombe a retardement existe vraiment ....

    Mais n'est pas celle citée dans l'article , elle se nomme la décadence morale de notre société .. maintenant je ne vais pas argumenter je vous renvoie simplement à : Genèse : chapitres 18 et 19 .......et tout le reste ne pourra être que du bla-bla ....

  • Par jpeuxpas - 30/09/2012 - 02:51 - Signaler un abus qui va morfler ?

    dans un cas comme dans l'autre qui va morfler ? krups, selliere, ou dupont, ben mokhtar.

  • Par Satan - 30/09/2012 - 09:06 - Signaler un abus Le vrai problème en France: des dirigeants incapables!

    Que ce soit au sommet de l'état ou bien dans les entreprises publics et privées il est temps de briser le tabou: Si la France va mal c'est parceque son élite n'est pas à la hauteur.

  • Par Jean-Francois Morf - 30/09/2012 - 10:31 - Signaler un abus Son entreprise est le seul capital retraite du vieux patron...

    Donc, il la revend le plus cher possible, et c'est bien normal... Ensuite, le patron jeune et dynamique qui a racheté l'entreprise fait souvent faillite, à cause des dettes qu'il a contracté pour racheter la dite entreprise... Les universités ne devraient former que des créateurs d'entreprises pendant 10 ans au moins, pour redonner du travail aux 0,8 milliard de travailleurs découragés du monde entier...

  • Par totor101 - 30/09/2012 - 12:26 - Signaler un abus boussac !

    Dans les usines boussac on était directeur de père en fils on était contremaitre de père en fils on était ouvrier de père en fils Ah que cela était bien réglé L'investissement : ZERO ! J'ai connu un tissage qui marchait à merveille (?) 150 tisserands, 150 mécaniciens tellement le matériel était à bout de souffle.... Le neveu qui dirigeait a décidé que la mode serait , une année, d'une certaine couleur ! il a donc fait fabriquer des imperméables de cette couleur ... cela a permis de remplir complétement , du sol au plafond et sans aucune allée une usine désaffectée... . je ne sais pas ce que ces imperméables sont devenus (ils sont au moins restés 5 ans sans bouger !!! ah BOUSSAC §

  • Par AntiDemago - 30/09/2012 - 14:17 - Signaler un abus APRES MOI........rien à foutre !

    MOI patron chez MOI,"artisan industriel" indépendant et autonome, créateur/fabricant/vendeur, LIBRE, créneau qui ne connaît pas la crise..........le bonheur ! Développement/évolution contrôlés/maîtrisés à hauteur des besoins de confort et de qualité de vie jusqu'à mon départ pour le ciel ! Avenir sécurisé, minimum de stress. Tout ça..........pour MOI. Les autres font ce qu'ils veulent. Après moi, rien à foutre !

  • Par badmecano - 03/10/2012 - 13:14 - Signaler un abus un ancien

    Ayant travaillé chez peugeot sochaux le seul directeur de site qui tenait la route était bien Mr CALVET car il a commencé au bas de l'échelle et à gravit les échellons grace a sa compétence. il était toujours dispo pour le dialogue avec ses (enfants) comme il les surnommait , tot les jours il était sur un atelier différent pour suivre son déroulement et dialoguer avec nous afin d'optimiser les chaines de prod et il était toujours la pour regler les litiges aussi bien professionnels que personnels. nous l'avions surnommé notre 2ème PAPA !!!!!!!!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Yves Archer

Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research.
 
Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'un doctorat en Economie de l'Université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€