Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Conjoncture économique et attractivités des grandes villes : radioscopie des comportements immobiliers des Français

Cette note s’appuie principalement sur deux enquêtes réalisées en mars 2018 pour CAFPI et OptimHome Immobilier. Elles sont conduites depuis plusieurs années auprès d’échantillons conséquents (1500 personnes interrogées) afin notamment de lire les résultats des acheteurs et vendeurs, récents ou potentiels. Elles sont en outre menées auprès des 25-65 ans, plus particulièrement concernés par les transactions immobilières.

IFOP

Publié le
Conjoncture économique et attractivités des grandes villes : radioscopie des comportements immobiliers des Français

 Crédit AFP

Un optimisme sur la situation économique plus macroéconomique que personnel

Plusieurs indicateurs mettent en avant la perception, qui tend à se consolider, d’une amélioration de la situation économique. En mars 2018, la proportion de Français âgés de 25 à 65 ans estimant que « nous sommes toujours en pleine crise », est en effet minoritaire (43%) pour la seconde fois consécutive. Elle enregistre une baisse significative de 5 points en 5 mois et atteint un niveau historiquement bas, jamais constaté depuis 2009 (années où cette mesure a été mise en place). Par effet de vase communiquant, l’indicateur moins anxiogène selon lequel « la situation est difficile mais qu’elle s’améliore progressivement » progresse (26%, +4 points vs octobre 2017).

Toutefois, ce pessimisme atténué ne se transforme pas en optimisme, la perception d’une situation plus favorable et d’une crise « derrière nous » demeurant marginale (3%).

Cette perception rejaillit sur un optimisme plus conséquent vis-à-vis de la conjoncture immobilière. Là aussi, pour la seconde année consécutive, une nette majorité de 25-65 ans (62%) estime que le contexte politique et économique est favorable à l’achat immobilier (+2 points). Ce lien entre une meilleure (ou plutôt une « moins mauvaise ») situation économique et une meilleure conjoncture immobilière apparaît logique au regard des deux motifs économiques les plus cités par les acheteurs récents d’une résidence principale pour justifier leur achat. Ces motifs sont en effet 2 avant tout corrélés à l’actualité économique : la faiblesse des taux d’intérêt des crédits immobiliers (41%) et, à un degré moindre, la baisse des prix immobiliers (26%). Ils devancent fortement les dispositifs d’incitation étatique que ce soit le PTZ (11%) ou les dispositifs de défiscalisation tels que le dispositif Pinel (7%).

Ces signaux encourageants ne se traduisent pas pour autant par une hausse des intentions d’achat immobilier sur 2 ans. Ces intentions demeurent très stables d’une année sur l’autre. Ainsi, en mars 2018, 25% des 25-65 ans envisagent d’acheter au moins un bien immobilier au cours des 24 prochains mois. Ce score était de 24% en 2017, 24% également en 2016 et de 23% en 2015. Ce plus fort optimisme sur la situation économique s’inscrit donc dans une logique plus macroéconomique que micro-économique.

Différentes enquêtes de l’Ifop montrent que l’identification de signaux positifs pour l’économie française (retour de la croissance, début de baisse tendancielle du chômage) ne se traduit pas encore par la perception d’une amélioration significative de son pouvoir d’achat et, plus globalement, de sa situation personnelle. Pour en revenir au secteur immobilier, Il est de surcroît probable que les Français, habitués aux mouvements cycliques de l’économie, se montrent prudents, préférant attendre que cette meilleure conjoncture se confirme avant d’envisager une transaction de forte ampleur.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Romain Bendavid

Romain Bendavid est Directeur des Etudes Corporate au Département Opinion et Stratégies d’Entreprise de l’Ifop, diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’ESCP-EAP. Il a 16 ans d’expérience dans les études d’opinion et marketing (TNS Sofres, Ifop). Romain Bendavid est expert dans les études Corporate concernant les enjeux internes et externes de l’entreprise, spécialiste des enjeux d’image interne et notamment de l’adhésion à la stratégie et aux valeurs de l’entreprise.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€