Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Conférence de presse de Francois Hollande : la rupture formelle avec la présidence normale

François Hollande s'est exprimé mardi 13 novembre face à une parterre de journalistes et face aux Français. Il n'a pas réussi à se démarquer sur l'endroit restant dans le traditionnel Elysée. Quid du style adopté pour s'exprimer et qui sait se démarquer?

Calque

Publié le

Sous les regards conjoints d’Esther et de Mardochée que le talent des liciers des Gobelins sous Louis XV ont su traduire en fils d’or et de soie pour le Garde-Meuble de la Couronne, François Hollande est apparu hier dans la Salle des Fêtes du palais de l’Elysée.

Pour sa première conférence de presse, le président normal a souhaité ne pas faire l’économie de la solennité du protocole élyséen comme il l’avait primitivement envisagé.

Sans même entrer dans la teneur du discours politique, il est intéressant de s’arrêter sur la mise en scène et sur la gestuelle présidentielle adoptées pour mieux mettre en relief la stature de chef d’Etat de François Hollande lors ce premier rendez-vous médiatique si déterminant, à en croire les journalistes, pour l’avenir du quinquennat.

L’exercice n’est pas nouveau. Le général De Gaulle, François Mitterrand, Nicolas Sarkozy, entre autres, s’y sont employés non sans quelques succès.

Assurément, la prestation d’hier ne pouvait atteindre le degré de gravité des traditionnelles interventions du fondateur de la Ve République puisque le cérémonial actuel s’affranchit, depuis le septennat de François Mitterrand, de la position assise et surélevée ordinairement retenue pour le chef de l’Etat s’exprimant en public, de surcroît en présence d’un auditoire assis face à lui. La mode anglo-saxonne s’est progressivement imposée dans nos différentes institutions occidentales pour river désormais les chefs d’Etat devant un sempiternel pupitre de plexi glass les contraignant à s’exprimer debout, contrairement à une vénérable tradition scrupuleusement observée. En effet, sous toutes les latitudes et à toutes les époques de l’humanité, la caractéristique spécifique propre à chaque détenteur d’une parcelle d’autorité est de pouvoir s’exprimer assis, la position debout plaçant tout chef d’Etat parlant en public dans celle d’un simple orateur que son auditoire resté assis, à l’instar de la Boulê athénienne, peut révoquer à tout moment ou dont elle peut se moquer comme bon lui semble.

En abrogeant de la sorte la distance qui sépare le détenteur de l’autorité du simple citoyen, le premier croit bien faire, croit pouvoir mieux séduire le second, ou se croit encore assez supérieur pour s’affranchir de « vaines » formalités. Mais en fait, il se montre pour qui sait voir et comprendre comme un personnage dépourvu de tout empire, démuni, ainsi que George W. Bush en a fait la triste expérience lors de son discours d’adieux au président afghan.

Hier soir, François Hollande s’est donc adroitement fondu dans le moule de son prédécesseur socialiste en adoptant un discours posé, une gestuelle maitrisée ponctuée essentiellement par la main droite, usant finement d’imperceptibles pointes d’humour. En martelant quelques mots clés comme celui de responsabilité, il a su donner vis à vis des gens de Lettres quelque gage en évoquant la querelle des Anciens et des Modernes ; en direction des postmodernes, il a su inventer une nouvelle expression « faire nation » ; pour les plus endormis au bout de 40 minutes de discours, il n’a cependant pas su les faire émerger de leur torpeur en rappelant un fait vérifié « depuis plusieurs années, du moins depuis deux ans » ; aux plus enthousiastes il a su dire vouloir « répondre à une question qui ne m’a pas été posée… non plus » ; pour les plus rigoureux il a évoqué « le rôle dévolu par l’Histoire ». Adroitement, malgré une cravate bleue vagabonde, il a su se soumettre à l’appréciation des médias -toujours soucieux d’apparaître en arbitres- en répondant aux questions relatives aux couacs et aux sondages.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par carredas - 14/11/2012 - 09:51 - Signaler un abus Un président phénoménal...lalala lala la....

    Je pense que l'immense majorité des français n'a pas regardé de bout en bout cette " cérémonie républicaine" et n'a pas pu apprécier comme il se doit " un discours posé, une gestuelle maitrisée ponctuée essentiellement par la main droite, usant finement d’imperceptibles pointes d’humour " Ce n'est d'ailleurs pas bien grave puisque l'exercice de communication et de séduction était visiblement destiné aux médias. Pourtant, on ne peut guère reprocher à ceux-ci de ne pas faire le SAV du candidat devenu président, même si le suivi rigoureux des changements, revirements et modifications nécessite une certaine attention... le président normal prend le train est vite devenu le président normal et gentil prend l'avion mais cela... c'était avant ! Le président a réussi sa prestation, ce sont les éditorialistes qui le disent... Dormez en paix braves gens, le président a été adoubé par les médias. Il ne dit pas où il va, ni comment il compte y aller, ni avec qui mais qu'importe, les éditorialistes sont contents. Et les français ? Hors sujet...

  • Par Ravidelacreche - 14/11/2012 - 11:34 - Signaler un abus Escalade..

    Normal => Responsable => PAS coupable.

  • Par phillis - 15/11/2012 - 06:12 - Signaler un abus Qatar!

    'ai cru que la conférence de presse avait lieu dans un palais du Moyen Orient! Que de dorures, de rouge! Sans compter l'arrivée à la Obama! Si NS s'était comporté ainsi la presse aurait trouvé la prestation "bling bling

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jacques Charles-Gaffiot

Jacques Charles-Gaffiot est l'auteur de Trônes en majesté, l’Autorité et son symbole (Édition du Cerf), et commissaire de l'exposition Trésors du Saint-Sépulcre. Présents des cours royales européennes au château de Versailles jusqu’au 14 juillet 2013.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€