Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Une complémentaire éducation pour pallier l’incurie de l’Education nationale

Le sondage réalisé par l'Ifop pour la Fondapol montre que 67 % des Français ayant des enfants scolarisés sont demandeurs d'un soutien scolaire à l'école.

Sur les bancs de l'école

Publié le

Atlantico :  Face à ce constat, vous proposez la mise en place d'une complémentaire éducation sur le modèle d'une complémentaire santé. Concrètement, comment une complémentaire éducation pourrait-elle fonctionner ?

De nombreuses familles expriment le besoin d’avoir recours à des services éducatifs en complément de l’école, que ce soit pour pallier les lacunes d’un enfant ou que ce soit pour compléter sa formation dans une démarche de recherche d’excellence.

Elles montrent ainsi leur investissement dans le suivi scolaire des élèves et sont généralement en recherche d’une prise en charge individualisée pour leurs enfants.

Notre proposition est de permettre aux familles qui souhaitent faire bénéficier leurs enfants d’un soutien scolaire d’être aidées : nous voulons démocratiser le soutien scolaire, par un mécanisme de solidarité. Il pourra s’agir de pérenniser le dispositif fiscal actuel (une famille peut réduire 50 % des dépenses de soutien scolaire de son impôt sur le revenu) mais en le stabilisant, parce que c’est peu dire qu’il a été maltraité ces dernières années. Pour les familles les plus défavorisées, les collectivités locales pourront prendre en charge 100 % du coût des cours de soutien. On peut imaginer également que les entreprises pourront offrir des cours aux enfants de leurs salariés, en négociant des prix attractifs avec les spécialistes du soutien scolaire. L’investissement est marginal et il devrait produire des effets majeurs (alors qu’aujourd’hui, la politique scolaire consiste à faire des investissements majeurs qui ont des effets marginaux sur la réussite des enfants)..

Notre proposition repose sur le même modèle que les complémentaires santé ou retraite auxquelles les Français sont très habitués. En complément d’un service de qualité de base (la sécurité sociale, le régime de retraite de base), les salariés peuvent souscrire individuellement auprès d’une mutuelle des prestations complémentaires, ou passer par leur entreprise qui négocie des contrats collectifs. Pour la santé et pour la retraite, ces cotisations sont en partie défiscalisables. La France pourrait consentir pour ses jeunes un effort qui serait similaire à ce qu’elle fait pour ses aînés !

Pourquoi encourager les familles à recourir au privé (avec cette complémentaire éducation), alors que des mécanismes d'aides individualisés aux élèves sont déjà existants ?

La proposition de complémentaire éducation n’oppose en rien le public au privé. Au contraire, elle montre qu’il y a une complémentarité entre les deux sphères (comme c’est le cas, à nouveau, pour la santé et les retraites). Le soutien scolaire ne remplace certainement pas l’Ecole, il vient après en proposant un service différent, une pédagogie spécifique, une prise en charge distincte. Cela n’a pas de sens de les opposer.

Ce que nous voulons, c’est qu’en matière d’éducation, toutes les familles puissent avoir accès aux meilleurs services. Si ceux-ci se trouvent dans le public, c’est tant mieux ! Si les familles estiment pouvoir les trouver dans le secteur privé, elles doivent pouvoir y avoir accès sans être pénalisées.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Fojema - 28/11/2014 - 15:04 - Signaler un abus Refondre complètement L'E.Nationale, voilà le secret du succès

    De nos enfants...Rompre sans indemnités ni préavis les contrats de tous les cornacs du mammouth, relancer des candidatures pour les profs à tous les niveaux en ne conservant que ceux qui on le meilleur rendu et les meilleurs résultats réels. Tout cela entre Juillet et septembre 2015...

  • Par Deudeuche - 28/11/2014 - 18:32 - Signaler un abus L'institution emblématique du mal français

    et ils sont toujours plus nombreux, la troisième organisation du monde après l'armée chinoise et Wall Mart....Quel dégât! Une solution aller dans le privé, en fin de compte cela revient pas plus cher que de payer du soutien scolaire en parallèle.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Erwan Le Noan

Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.

Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été rapporteur de groupes de travail économiques et collabore à plusieurs think tanks. Il enseigne le droit et la macro-économie à Sciences Po (IEP Paris).

Il écrit sur www.toujourspluslibre.com

Twitter : @erwanlenoan

Voir la bio en entier

Dominique Reynié

Dominique Reynié est professeur des Universités en science politique à l’Institut d’études politiques de Paris et directeur général de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol).

Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Populismes : la pente fatale (Plon, 2011).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€