Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 21 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment l’UE a enfin réalisé qu’elle se trompait sur les biocarburants

L’Union européenne vient de faire un demi-tour complet sur la question des biocarburants en décidant de ne plus les soutenir. Un changement de cap qui a déclenché la colère de certains industriels mais qui ouvre des opportunités à d'autres.

Decod'Eco

Publié le
Comment l’UE a enfin réalisé qu’elle se trompait sur les biocarburants

Six ans après avoir été accusée de commettre un “crime contre l’humanité”, l’UE a finalement renoncé à soutenir les biocarburants. Crédit Reuters

L’Union européenne a mis le temps, mais elle aura finalement admis sa faute. Six ans après avoir été accusée de commettre un “crime contre l’humanité”, l’UE a finalement renoncé à soutenir… les biocarburants.

Le 10 juillet dernier, le Comité environnement du Parlement européen a voté pour un plafonnement de la part des biocarburants dans les réservoirs des véhicules européens. Six ans après que Jean Ziegler, rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation pour l’ONU, a accusé l’UE de participer à la sous-alimentation mondiale en accaparant des terres destinées à l’origine à la culture alimentaire, le paquebot européen vient de virer de bord.

Ce virage, s’il a plongé dans le désespoir de nombreux industriels européens, ouvre des opportunités intéressantes pour les autres producteurs, spécialistes des biocarburants de deuxième et troisième génération. Cette fois, l’avenir est entre les mains de la recherche.

L’Union européenne brûle ce qu’elle a adoré

Pour vous situer l’ampleur du changement, en 2008, l’UE ne parlait que de betteraves, de céréales et d’oléagineux pour remplir nos réservoirs d’essence. Le baril de pétrole flirtait alors avec les 150 $ et le monde occidental cherchait désespérément une porte de sortie.

Les biocarburants étaient considérés comme le Graal. Historiquement, l’Union européenne avait commencé à s’intéresser aux biocarburants quelques années auparavant, avant tout pour se débarrasser des surplus agricoles générés par la Politique agricole commune (PAC). Par la suite, la poursuite des objectifs environnementaux de l’UE (règle des 3X20) a renforcé l’importance de cette énergie. Il s’agissait de “verdir” l’essence et le gazole de la communauté.

L’UE décidait ainsi qu’elle incorporerait 10% de biocarburant dans le transport d’ici 2020. Alors que le taux avait déjà atteint 4,5% en 2012, les députés européens de la Commission environnement ont décidé début juillet de plafonner cette part à 5,5%. Cette directive doit encore être validée en septembre par l’ensemble du Parlement.

Le biodiesel plus polluant que le diesel

Nocifs pour l’alimentation, les parlementaires emmenés par Corinne Lepage soulignaient également depuis des années que ces carburants n’étaient pas moins polluants que les carburants classiques. Depuis 2008, ils expliquaient qu’en prenant en compte le CASI, le changement d’affectation des sols indirect, pour la production de biocarburant, leur bilan carbone était à relativiser.

C’est finalement une étude de l’organe de recherche européen qui aura porté l’estocade. Le Joint Research Center (JRC), le centre de recherche de la Commission européenne, a confirmé dans une étude récente que le biodiesel fait à partir de cultures comme le colza était plus polluant que le diesel lui-même.

Un CASI belli ?

L’UE n’est pas la première à s’intéresser au sujet. L’année dernière, en pleine flambée des prix historiques des prix alimentaires, le directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, avait demandé aux Etats-Unis dans une tribune publiée dans le Financial Times de suspendre leur production de bioéthanol à partir de maïs afin d’éviter une crise alimentaire.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ravidelacreche - 24/07/2013 - 11:02 - Signaler un abus Le Joint Research Center

    Comment moyen de transport c'est pas mal non plus, Corinne Titetaffe emmènent les parlementaire après avoir tourné Lepage?!

  • Par wolfgangamadp - 24/07/2013 - 11:04 - Signaler un abus Comment peut-on accuser les

    Comment peut-on accuser les biocarburants d'affamer les gens alors que l'UE impose de mettre chaque année un pourcentage de terres agricoles en jachère ?

  • Par pemmore - 24/07/2013 - 11:56 - Signaler un abus S'ils se figurent que les paysans vont cultiver pour nourrir,

    la population mondiale, ça tient du fantasme. S'ils ne font plus de betteraves à sucre, ils vendront des terres pour les centres commerciaux, y mettront de la mauvaise forêt, ou loueront à des amateurs de chevaux. Que des trucs inutiles. Quand à l'éthanol (e85) je peux garantir que ça pollue moins que le super ou le diésel, et c'est idéal pour rouler en ville.

  • Par bebert4 - 24/07/2013 - 13:31 - Signaler un abus Chevalier "blanc"

    Ziegler est un gauchiste anti-occidental invetéré:l'ami de Mugabé et de Kadhafi,il est un de ces personnages ,drapés dans sa morale de gauche,qui nous chie dans les bottes en permanence

  • Par eheime - 24/07/2013 - 13:34 - Signaler un abus Les subventions sont toujours des mauvaises idées

    D'abord parce que cela coute au contribuable. Ensuite parce ça empeche de faire eclore les solutions viables. Et comme c'est à l'initiative de l'administration, ce sont souvent les effets contraires à ceux visés qui apparaissent. Et on en a un magnifique exemple ici : subventionnez l'essence "écolo" et vous aurez de la pollution.

  • Par 2bout - 24/07/2013 - 14:35 - Signaler un abus Les biocarburants

    Produire Bio avec des nitrates, et accessoirement avec nos impôts.

  • Par Jean-Francois Morf - 24/07/2013 - 16:31 - Signaler un abus L'UE, c'est une dictature, et pas une démocratie...

    ...Si l'UE était une démocratie comme la Suisse, un référendum populaire aurait depuis longtemps balayé cette idée bizarre d'utiliser notre propre nourriture pour engraisser nos bagnoles chéries! Il est urgent que l'UE devienne une confédération d'Etats, comme la Suisse! Ne comptez pas sur la Suisse pour vouloir faire partie de la dictature UE!

  • Par ANOUSHKA35 - 24/07/2013 - 19:28 - Signaler un abus bio carburant

    On nous mène par le bout du nez avec la consommation bio à tous les étages, depuis les chaussures, juqu'au carburant que l'on met dans nos véhicules. Bref soyez bio vous vivrez heureux. Si on retourne au bio pur y en a-t-il vraiment? En effet on peut cultiver bio, mais l'agriculteur à côté de chez vous qui répand des sulfates et nitrates, sans regarder dans quel sens tourne le vent. En arrosant son champ il en projette sur la culture bio. Vous y avez pensé? Eh oui en campagne aussi la diversité existe, qu'elle soit bio ou pas.

  • Par patho - 25/07/2013 - 07:37 - Signaler un abus info pour Anoushka35 (et pour les "pro-bio")

    Attention, bio ne veut absolument pas dire sans pesticide; la bouillie bordelaise par exemple est homologuée "bio" (sulfate de cuivre = sel d'acide sulfurique; produit dans des usines classées SEVESO), nocif pour l'environnement (notamment la faune aquatique et les lombrics). Et je ne parle pas de la roténone (insecticide bio), suspect de provoquer Parkinson. Habiter au milieu de cultures bio n'est pas gage de bonne santé !!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Florent Detroy

Florent Detroy est journaliste, spécialiste des matières premières et des pays émergents. 

Il est aujourd'hui rédacteur en chef de Matières à Profits, une lettre d'investissements sur les matières premières.

Son blog sur la géopolitique des pays émergents:
Energasie

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€