Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 21 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment le (trop) grand nombre de plombages dentaires augmente dangereusement la quantité de mercure dans le sang des patients

Selon une étude publiée par le département de santé environnementale de l'université de Georgia, les amalgames dentaires utilisés dans les plombages augmenteraient la quantité de mercure dans le sang, une substance hautement toxique et dangereuse pour la santé.

Les 100 dents

Publié le
Comment le (trop) grand nombre de plombages dentaires augmente dangereusement la quantité de mercure dans le sang des patients

Atlantico : Cette nouvelle étude publiée par le département de santé environnementale de l'université de Georgia (voir ici) décrit-elle une réalité  ? Dès lors, à quels risques les personnes ayant des amalgames dentaires sont-elles exposées ? Que sont les amalgames dentaires ?

Stéphane Gayet  : Les amalgames dentaires – terme plus adapté que celui de plombages, car ils ne contiennent en réalité pas de plomb - sont des matériaux composites utilisés pour combler les cavités provoquées par les caries et après leur nettoyage mécanique et chimique. Les amalgames dentaires ou "plombages" contiennent en effet du mercure, car ce métal lourd possède des propriétés particulièrement adaptées à ce type d’utilisation. Les amalgames dentaires se façonnent remarquablement avant de durcir et épousent ainsi presque parfaitement la cavité provoquée par la carie et nettoyée.

De plus, ils sont antibactériens, ce qui est en l’occurrence excellent. Ces propriétés physiques et biocides sont essentiellement dues au mercure qu’ils contiennent. Or, le mercure est un produit assurément toxique, dangereux pour la santé. Mais cette toxicité ne se réalise qu’à dose importante et dans certaines conditions physiques. Car il est évident que ce métal lourd est naturellement présent dans la nature, cependant à concentration extrêmement faible. On peut en effet le trouver dans l’eau du réseau – eau dite "du robinet" - à l’état de traces. Du reste, l’Arrêté du 11 janvier 2007 relatif à la composition de l’eau destinée à la consommation humaine – eau dite "potable" - stipule que sa concentration en mercure ne doit pas dépasser un microgramme par litre, alors que sa concentration en arsenic (autre produit bien connu pour être plus que toxique) peut aller jusqu’à dix microgrammes par litre. Le mercure est donc sans aucun doute un produit dangereux, mais uniquement à concentration significative. Il faut préciser que l’on trouve de façon naturelle du mercure dans l’alimentation, tout particulièrement dans la chair des poissons carnassiers et alors sous forme organique, à l’état de méthyl mercure.

Quelle est la toxicité du mercure ?

La toxicité du mercure est connue depuis l'Antiquité. Ce métal lourd a plus récemment été à l’origine de maladies professionnelles reconnues comme telles (deuxième tableau des maladies professionnelles du régime général de la sécurité sociale et douzième tableau du régime agricole). Car il a longtemps été utilisé dans l'industrie du feutre et constitué un élément entrant dans la fabrication des piles, des thermomètres, des amorces de cartouches foraines et de bien d’autres produits courants. Ces activités ont en effet provoqué des maladies professionnelles bien caractérisées.

L'intoxication par le mercure s'appelle l'hydrargie ou l’hydrargyrisme. Le mercure est toxique par ingestion ou application cutanée et plus encore par injection, bien sûr, mais aussi par inhalation, particulièrement dangereuse. Cette intoxication peut être aiguë ou chronique. Elle se caractérise par des lésions des centres nerveux se traduisant par des tremblements, des difficultés d'élocution et des troubles psychiques plus ou moins graves, ainsi que par une atteinte des reins pouvant être sévère (insuffisance rénale). D’autres signes peuvent se manifester lors d’une intoxication aiguë : salivation excessive (ptyalisme), douleurs abdominales et vomissements.

Alors, qu’en est-il en pratique ?

Le port d’amalgames dentaires à base de mercure est certes susceptible d’augmenter, mais heureusement très faiblement, la quantité de mercure présente dans le corps. Les concentrations de mercure mesurées chez les individus ayant des amalgames dentaires sont bel et bien supérieures à celles de ceux qui n’en ont pas. C’est la preuve qu’il existe une diffusion à partir des dents "plombées". Mais ces concentrations restent très inférieures aux doses toxiques. On a ainsi pu montrer que la concentration du mercure dans les liquides biologiques et les tissus, en particulier dans l’urine et le sang, était corrélée au nombre d’amalgames en bouche et encore plus étroitement au nombre de surfaces dentaires porteuses d’amalgames. On évalue à un peu plus d’un quart la proportion d’adultes qui n’est pas porteuse d’amalgames dentaires, tandis qu’environ un cinquième en porte sur une ou deux dents et un peu plus de la moitié sur au moins trois dents. Un peu plus de quatre enfants sur cinq ne portent pas d’amalgame dentaire, tandis que plus d’un enfant sur dix porte un amalgame sur une ou deux dents et un peu plus d’un sur vingt sur au moins trois dents. -Il est évident que la quantité de mercure pouvant diffuser dans le corps augmente avec le nombre d’amalgames. Elle s’accroît également avec la consommation de chewing-gum, étant donné la pression exercée de façon répétée par cette pratique "alimentaire" habituelle sur les dents traitées.

Quelle est la réalité des risques encourus ?

Dans l’état actuel de la science et de la médecine, on ne pouvait plus ignorer ce risque et se contenter d’affirmer légèrement qu’il était virtuel. L’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé ou ANSM (dont font partie les amalgames dentaires) a produit en décembre 2014 un document sur le sujet intitulé "Le mercure des amalgames dentaires. Recommandations, à l’attention des professionnels de santé, à respecter lors de l’utilisation des amalgames dentaires." Sans affirmer l’absence de tout danger lié aux amalgames dentaires, l’ANSM redit que les quantités libérées dans l’organisme par les amalgames sont très inférieures aux doses toxiques, tout en recommandant de réduire de façon importante leur utilisation. Elle précise qu’ils sont contre-indiqués chez les sujets ayant une diminution de la fonction rénale (insuffisants rénaux) et bien sûr chez les personnes ayant une allergie connue au mercure. -En fait, ce qui n’est pas évident de prime abord, le risque toxique est maximal lors de la pose (obturation dentaire) d’un amalgame et lors de sa dépose. Ensuite, quand il est bien solidifié, le risque diminue considérablement en raison de l’état physico-chimique du mercure qui se modifie lors de son durcissement. C’est ainsi que la pose et la dépose d’amalgames dentaires doivent être évitées chez la femme enceinte ou allaitante, et que la pose d’amalgames dentaires doit être réduite le plus possible pour le traitement des dents temporaires dites "dents de lait". De plus, le blanchiment mécanique des dents obturées par un amalgame est fortement déconseillé.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Lazydoc - 11/12/2017 - 08:42 - Signaler un abus On peut ajouter

    Que les composites et la « colle » permettant leur adhésion, sont beaucoup plus délicat à manipuler; Que plus de 40 produits rentrent dans leur composition, dont certains cancérigènes à haute dose.

  • Par assougoudrel - 11/12/2017 - 22:49 - Signaler un abus Les chanceux seraient

    les "sans dents".

  • Par THx27 - 12/12/2017 - 12:52 - Signaler un abus quoi du fluor?

    mes enfants ont été des bébés génération fluor (à l'époque, il leur était prescrit un mini comprimé de fluor dans le biberon), pratique maintenant abandonnée ( interdite?) . ils n'ont eu jusqu'à présent AUCUNE carie ( ils sont de jeunes adultes).

  • Par assougoudrel - 12/12/2017 - 13:42 - Signaler un abus @THx27

    Pareil pour les miens et si tout le monde était comme eux, les dentistes feraient faillite.

  • Par adroitetoutemaintenant - 12/12/2017 - 15:32 - Signaler un abus Bicarbonate de soude et vinaigre blanc

    Lavez-vous les dents au bicarbonate de soude et faites des bains de bouche au vinaigre blanc (anticalcaire, antiseptique et anti-halithose). Vous voyez, ce n’est pas seulement bon pour les huitres et le cunnilingus!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Stéphane Gayet

Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€