Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 22 Juillet 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Dans la tête des Français : comment le sentiment d’injustice s’est installé depuis le début du quinquennat

Depuis plusieurs mois, les réformes se succédant, l’idée d’injustice semble s’être solidement ancrée dans les jugements que les Français portent sur l’action gouvernementale : 71% des Français jugent aujourd’hui la politique du gouvernement « injuste » selon un sondage réalisé par BVA les 28 et 29 mars.

Injuste, mais efficace

Publié le
Dans la tête des Français : comment le sentiment d’injustice s’est installé depuis le début du quinquennat

 Crédit ludovic MARIN / AFP / POOL

Depuis plusieurs mois, les réformes se succédant, l’idée d’injustice semble s’être solidement ancrée dans les jugements que les Français portent sur l’action gouvernementale : 71% des Français jugent aujourd’hui la politique du gouvernement « injuste » selon un sondage réalisé par BVA les 28 et 29 mars. 

Le sentiment d’injustice est particulièrement marqué chez les ouvriers (82%), les professions intermédiaires (77%), et les étudiants (82%). Il se concentre sur les catégories de revenus allant de 1500 euros mensuels nets par foyer à 3500, soit le coeur de la classe moyenne. En outre, on note qu’il est particulièrement marqué dans le monde rural (71%) et les villes de plus de 100 000 habitants (74%), mais l’est nettement moins dans les petites villes de province (62%) et dans l’agglomération parisienne (66%).

Cette répartition géographique du sentiment d’injustice remet donc partiellement en cause la lecture communément acceptée, selon laquelle Emmanuel Macron serait le « Président des villes ». 

On note par ailleurs que les actifs, premiers bénéficiaires du transfert de CSG vers des baisses de cotisation, ont un sentiment d’injustice plus grand (72%) que les retraités (67%), soutiens de la première heure du président (ceci explique en partie cela). Il est également intéressant de souligner que le sentiment d’injustice est légèrement supérieur chez les salariés du public - sans doute échaudés par certains projets de réforme gouvernementaux - (73%) que chez les salariés du privé (69%). La prévalence du sentiment d’injustice reflète également des lignes de fracture politiques: très forte à gauche (85%) et au FN (90%), elle s’avère un peu moins marquée à droite (76% chez LR), et tombe à 22% chez les sympathisants LREM.

Ce sentiment d’injustice largement majoritaire prend appuis sur l’idée, qui a émergé à l’automne autour de quelques mesures comme la réforme de l’ISF ou la baisse des APL, d’un « président des riches » qui ne s’adresserait ni ne s’intéresserait pas vraiment à l’ensemble des Français. Parmi les raisons évoquées pour expliquer le sentiment d’injustice, on trouve en effet l’idée que les réformes favorisent les Français les plus privilégiés ainsi que les entreprises. Les Français interrogés par BVA ont le sentiment que l’on demande toujours des efforts aux mêmes, en particulier aux catégories intermédiaires, à cette « classe moyenne » qui se retrouve asphyxiée, et ne trouve pas dans la politique gouvernementale « l’ouverture des possibles » qu’on lui avait fait miroiter. Les retraités se ressentent comme mis à contribution de manière disproportionnée par rapport aux efforts consentis par les « privilégiés », et par rapport aux efforts déjà consentis au cours de leur vie active. Les sentiments évoqués dessinent des fractures sociales et générationnelles qui seraient exacerbées par les réformes gouvernementales.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Djib - 06/04/2018 - 09:05 - Signaler un abus Les Français "Calimero"

    ce petit poussin triste qui geint toutes les trois secondes "c'est trop injuste". La France est le pays du monde le plus redistributif. Mais les politiques ont créé un cercle vicieux; pour se faire élire ou réélire il faut affirmer "vouloir lutter contre les injustices" et y aller de sa nouvelle mesurette redistributive: chèque énergie, allocation nouvelle sous condition de ressources, taxation nouvelle dont on exempte immédiatement "les plus démunis". Entretenus en permanence dans cette paranoîa "inégalitaire" les Français en redemandent et le politique est condamné à suivre en braillant "les inégalités augmentent".

  • Par ISABLEUE - 06/04/2018 - 10:59 - Signaler un abus bien entendu : un président trés trés mal élu

    ne fera jamais l'unanimité dans notre pays. Le pays du monde le plus distributif !! ah bon.... et quel est le pourcentage de personnes qui paient des impôts sur le revenu ?????

  • Par Djib - 06/04/2018 - 19:01 - Signaler un abus @isableue

    70% du produit de l'IR sont acquittés par 10% des contribuables. Environ 50% des contribuables ne sont pas asujettis à l'IR, car en dessous du seuil d'imposition.

  • Par Samuel5517 - 07/04/2018 - 11:54 - Signaler un abus Victimologie

    Beaucoup trop de français se vivent comme des victimes et revendique même ce statut.Et ça chouine sur les inégalités, et ça pleure sur l'injustice présupposée de la société française qui est pourtant la plus redistributive dans le monde. Heureusement qu'il reste pas mal de français courageux qui se relèvent les manches et font face...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Adelaïde Zulfikarpasic

Adelaïde Zulfikarpasic est directrice du département opinion BVA.

 

Voir la bio en entier

Chloé Morin

Chloé Morin est Directrice de l’Observatoire de l’Opinion de la Fondation Jean Jaurès, ancienne conseillère en charge de l'opinion publique au sein du cabinet du Premier ministre Jean-Marc Ayrault puis Manuel Valls, de 2012 à 2016.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€