Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment résoudre l’impossible équation du budget 2019

Après les remous de l'affaire Benalla, comment réaliser la promesse de campagne d'Emmanuel Macron de restaurer les finances publiques du pays avant la fin du quinquennat ?

Edito

Publié le
Comment résoudre l’impossible équation du budget 2019

 Crédit PHILIPPE WOJAZER / AFP / POOL

Nouvelle épreuve redoutable pour le gouvernement : après les remous provoqués par l’affaire Benhalla sue le terrain politique, comment réaliser la promesse de campagne  d’Emmanuel Macron de restaurer les finances publiques du pays avant la fin du quinquennat ? L’euphorie qui avait prévalu au moment de la publication des comptes 2017 avec la survenue d’un surcroît de croissance générateur de ressources supplémentaires dans la cagnotte de l’Etat appartient déjà à un lointain passé. Car le climat économique est en train de se transformer.

La France n’est pas la seule concernée. Tout se passe comme si l’Europe avait mangé son pain blanc face à la politique agressive menée par Donald Trump, dont elle apparait comme la principale victime. L’Allemagne dispose de réserves de change et de surplus commerciaux qui lui permettent de mieux résister. L’Italie représente aujourd’hui le maillon faible en raison des promesses faites par sa coalition gouvernementale .et laisse apparaitre le danger d’une nouvelle crise financière. La France se trouve dans une situation moins périlleuse, alors même que les obstacles sur le retour à l’équilibre des comptes d’ici la fin du quinquennat se multiplient. Déjà, l’espoir d’un maintien de la croissance à deux pour cent l’an prochain a été abandonné depuis le trou d’air enregistré au deuxième trimestre. Certes, l’heureuse nouvelle d’un léger rebond de 0,4% au troisième trimestre a remis un peu de baume au sein du gouvernement, mais les conjoncturistes estiment que le bonus de 2018 ne dépassera plus désormais 1,6%, ce qui signifie des rentrées fiscales en moins et un déficit en plus. D’autant que la conjoncture s’annonce morose. La hausse des cours de l’or noir représente un véritable choc pétrolier. Les désordres climatiques de l’été avec ses conséquences sur la production agricole, l’interminable grève de la SNCF et l’inflation renaissante apparaissent comme autant de freins à l’activité et pourraient miner le climat de confiance qui se développait dans le monde des affaires. Les Français ont aussi tendance à développer une épargne de précaution qui les conduit à privilégier l’assurance-vie, voire le livret A malgré une rémunération inférieure à la ponction sur leurs avoirs exercée par la hausse des prix.

 
Dans ce contexte, l’Etat a le choix entre trois attitudes : augmenter les prélévements obligatoires, ce qui parait difficile étant donné l’aversion de nos compatriotes contre l’alourdissement de la fiscalité, engager la politique de réformes par des économies que réclament les organismes internationaux et qui n’a pas encore été amorcée car elle se heurte à l’hostilité des nombreux lobbies en place, enfin laisser filer les déficits, ce qui serait le signe de l’échec, en revenant à la politique de « l’ancien temps  ».
 
Les discussions ardues qui se livrent avec les ministères montre que le gouvernement n’a pas véritablement choisi. Pour améliorer les dotations de l’éducation, de la défense et de la solidarité, il diminuera les crédits du ministère du travail avec la suppression des contrats aidés et demandera un effort supplémentaire aux collectivités locales par des transferts de charges. Un comportement qui ressemble beaucoup aux habitudes passées et ne manifeste pas le souffle nouveau qui s’imposerait et qui avait été promis par le chef de l’Etat.
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 10/08/2018 - 09:08 - Signaler un abus Comme d'habitude: en trichant

    Maquillages de comptes et mensonges sont les deux mamelles de la gestion financière publique, impunément bien sûr. Macron se félicitera même d'avoir tenu ses promesses.

  • Par edac44 - 10/08/2018 - 09:22 - Signaler un abus La France est championne d'Europe des dépenses publiques

    http://bit.ly/2MzMaS1 ======================================================================= Mais c'est bien l'état et ses structures technocratiques qui se servent sans compter !... Un vrai pillage !... Ainsi, en douze ans, le budget officiel de l'Elysée a été multiplié par 9 ======================================================================= http://bit.ly/2KHY3Dz ======================================================================= et la liste est encore longue des privilégiés de toutes natures (Voir affaire Benala) qui vivent grassement sur le dos du contribuable lui-même devenu très minoritaire dans ce pays d'assistés !...

  • Par Atlante13 - 10/08/2018 - 09:24 - Signaler un abus Tant que les français

    continueront à mettre au pouvoir des incompétents sans aucune éthique morale, je ne vois pas comment en sortir. N'oublions pas que 50% des français ne payent pas d'impôts mais ont droit à tout. Ce n'est sûrement pas leur faute, mais celle de la collusion entre le politique et le grand capital, et ceux qui trinquent sont les plus défavorisés, ceux qui se lèvent à 6h du matin pour toucher le SMIC. Les dividendes ne me d"rangent pas, mais réduire le peuple à la misère oui.

  • Par Yves3531 - 10/08/2018 - 09:53 - Signaler un abus @Atlante13...

    ce que vous appelez le politique ne défini pas correctement la derive de notre système démocratique. Beaucoup de nos hommes politiques, sont issus de l’administration voire d’associations, corps dans lesquels ils retournent et atterrissent battus ou retirés du monde électif. Lors de leurs passages dans le politique, dans un enorme conflit d’interet permanent, ils votent des lois été budget en faveur de leurs corps de base; tout cela sous nos yeux dans une perversion systémique tellement grosse que le peuple ne la voit pas. Au demeurant, diplômés de l’ENA pour la plupart, nos hommes politiques ne font que gérer ce pourquoi ils sont formés, l’administration, pas la France, pas le peuple...

  • Par Lazydoc - 10/08/2018 - 09:58 - Signaler un abus Le fils spirituel caché de Hollande

    Est au pouvoir, et continue sa politique de son mentor. Déplacer les recettes pour financer les dépenses, ça a été fait pendant des décennies. La différence vient que les médias s’émerveillent de cette « nouvelle » audace. Le retour de bâton populaire devra remettre à leur place l’élite auto-proclamée.

  • Par vangog - 10/08/2018 - 10:02 - Signaler un abus « augmenter les prélévements obligatoire«  sera choisi

    par les socialauds-macroniste, car ils ne savent rien faire d’autre... des économies?...vous voulez rire, Garibal! on parie?...

  • Par tiopere 1 - 10/08/2018 - 12:29 - Signaler un abus edac 44

    vous avez parfaitement résumé en quelques lignes ce qui constitue un mal spécifiquement français : j'ajouterai que nos compatriotes ont un manque de civisme et que tous les gens qui en ont la possibilité se servent grassement .

  • Par lorwakaf - 10/08/2018 - 12:40 - Signaler un abus Mes impôt vont augmenter

    Comme d'habitude. Pour lutter contre la baisse de mon niveau de vie: baisse des dépenses (tva en moins), achat de l'électronique sur sites chinois quand possible (tva en moins), smartphone de debut de gamme (tva en moins), etc (tva rn moins)

  • Par gilbert perrin - 10/08/2018 - 14:10 - Signaler un abus baisser très largement la dépense pubique.....

    il n'y a pas le chox;, ce n'est pas en IMPOSANT TOUJOURS PLUS le travail qu'on arrivera… Je PARAIS sans doute aux yeux de certains comme le méchant petit canard, mais, comme tous j'en ai marre d'avoir été toute ma vie ponctionné dans tous les cas, et, de constater de PLUS en PLUS, le laxisme de l'état et de la fonction publique, maintenant tout cela de PLUS en PLUS aussi ouvert aux étrangers qu'ils soient réellemet étrangers ou double nationalité… Il suffit de vois TOUS LES SCANDALES DERNIERS, pour le CROIRE… les posts ci-dessus, pour une fois correspondent aux miens, Notre problème c'est le manque de cohésion des CITOYENS de BASE… et des méthodes drastiques qui doivent être appliquées commençant l'ALIGNEMENT de tous les travailleurs PUBLIC et PRIVE, en fonction du travail effectué … classification identique et point d'indice identique avec pour résultat des retraites identiques et des conditions de travail identiques… il ne faut pas compter sur notre technocratie actuelle et SON SYSTEME.. et, dans tous les cas un "CORP INDEPENDANT de CONTROLE de l'ETAT et de la FONCTION PUBLIQUE" avec des gens élus au suffrage universel départemental, pour la durée d'un mandat ! QUI LE VEUT ????

  • Par gilbert perrin - 10/08/2018 - 17:07 - Signaler un abus qui a le courage de REPONDRE....

    OUI, pour écrire cela, il en faut du courage … d'autant que ceux à qui on distribue des sucettes pour avoir leur voix sont nombreux. C'est bien là ou on voit la VALEUR des HOMMES… fils de maçon, j'ai appris que c'est au pied du mur qu'on voit le maçon ?? méditez …..

  • Par Anguerrand - 10/08/2018 - 17:24 - Signaler un abus Mitterrand a fait embauché 1 million de fonctionnaires

    dont la France n’avait pas besoin, à l’époque le « service public » n’a jamais été médiocre. Tout ça pour cacher le chômage mais sans nécessité. Il a aussi « donné «  une semaine de congés en plus et cerise sur le gâteau a réduit à 35 heures les heures de travail, les seuls au monde. Rappelons que les allemands qui ont 20 millions d’habitants en plus ont 1,5 million de fonctionnaires en moins. Voilà une des causes principale avec les différentes gabgies d’état dont la distribution de centaines de dépenses «  sociales  »dont certains profitent au maxi sans vergogne dont l’immigration au détriment de ceux qui bossent .

  • Par Anouman - 10/08/2018 - 19:38 - Signaler un abus Hypothèses

    "augmenter les prélévements obligatoires, ce qui parait difficile" C'est pourtant bien ce qu'il fera car il augmente les dépenses sans compter et pour des conneries encore. La baisse des dépenses serait possible avec un peu de rationalité, mais un peu c'est encore trop pour Macron et ses copains. Quant au déficit, il ne faut pas qu'il augmente sinon la petite commission va lui faire les gros yeux. Quelle catastrophe.

  • Par cloette - 10/08/2018 - 22:08 - Signaler un abus @Lazidoc

    pareil que Hollande, presque, parce que vers la fin ( dernière année) il est vrai que la croissance était un peu repartie avec Hollande. Macron vit sur cet état de petite croissance qui stagne à nouveau, je suis pessimiste, elle ne repartira pas, et attention à la suite casse-gueule ...Quant aux impôts et taxes ,c'est pire qu'avec Hollande (qui n'avait pas augmenté d'ailleurs les impôts comme Macron le fait avec ses CSG successives )

  • Par pierre de robion - 10/08/2018 - 22:47 - Signaler un abus L'économie c'est du pipeau!

    Il faut prendre les hommes tels qu'ils sont: ceux qui sont arrivés au pouvoir veulent s'y maintenir, ceux qui n'y sont pas veulent y être, et comme on n'attrape pas les mouches avec du vinaigre, mais par contre les nigauds avec des promesses, on promet, et si on ne tient pas tout, on réalise un peu et donc on dépense! 100 ans de ce régime, après une 1° guerre qui a ruiné et saigné le pays (ne parlons pas de la 2 de) et nous avons un pays d'assistés(allocataires de toute sortes, retraités, fonctionnaires), vieillissant, qui se permet d'accueillir des millions de personnes inemployables mais qu'il faut bien entretenir! Réduire la dépense, IMPOSSIBLE, sinon c'est la révolution, révolution inéluctable cependant le jour où nous nous retrouverons avec des masses de billets devant des magasins vides (Allemagne 1923, Argentine 1998, Venezuela actuellement...) car on ne peut péter éternellement plus haut que son cul!

  • Par ajm - 10/08/2018 - 22:59 - Signaler un abus Mauvaises surprises.

    Macron finalement est pire que Hollande car ce dernier était prudent, alors que Macron, tout pénétré de sa qualité de jeune pharaon quasi divin, ose tout ( comme les dans les films avec les dialogues d' Audiard), pas comme Trump le populiste homme d'affaires qui recherche la conclusion d'un "deal" , mais comme le démiurge capable de vouloir tout réinventer. En matière de fiscalité, il faut donc s'attendre au pire.

  • Par gilbert perrin - 11/08/2018 - 07:37 - Signaler un abus OUI ? BON ?

    un peu d'économie vous rêvez, il faut 10% du PIB et encore !!! ALORS RESTER le nez dans la m.... et, vous verrez très rapidement, vous allez être fauché ???? CROYEZ, CROYEZ PAS ? vous jugerez alors si j'avais raison dans mes propos… il faut agrir drastiquement ….. G Perrin

  • Par Gégé Foufou - 11/08/2018 - 08:25 - Signaler un abus La dette

    C'est comme le réchauffement climatique, des épouvantails pour effrayer le gogo et lui faire accepter toutes les taxes et hausses d'impôt.

  • Par gilbert perrin - 11/08/2018 - 08:29 - Signaler un abus déjà en évitant de nouveaux FRAIS .......

    2 pièces jointes ‌ Objet : Re: Fwd: BAYONNE, seule commune respectée par Enedis Whaou!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! FOCUS SUR BAYONNE Un courrier d’Enedis qui va faire date Communiqué du Collectif Stoplinky Bayonne du 30 juillet 2018 Grace au travail d'information et de sensibilisation mené par le collectif Stoplinky de Bayonne, à l’intervention des élus et du maire, la position d’Enedis a évolué. En eff

  • Par cloette - 11/08/2018 - 13:35 - Signaler un abus @ajm

    Et c'est qui qui ose tout et que c'est même à ça qu'on les reconnaît ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Garibal

Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€