Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 14 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment redresser la compétitivité sans baisser les salaires ? Macron n’a toujours pas trouvé la formule magique

Emmanuel Macron a réussi beaucoup de choses depuis son arrivée à l‘Elysée. Il n’a pas encore réussi à redresser la compétitivité. Or, c’est la clef du futur.

Atlantico Business

Publié le
Comment redresser la compétitivité sans baisser les salaires ? Macron n’a toujours pas trouvé la formule magique

Emmanuel Macron à passer le cap de ses six premiers mois de mandat sans fautes. Contrairement à ses prédécesseurs, son bilan est largement positif.

Alors bien sur, une moisson de sondages dresse un tableau de sa popularité en demi-teinte. Plus de la moitié des Français interrogés serait plutôt mécontente de son action (sondage BVA de la semaine dernière), mais son image est largement plus positive que ses deux prédécesseurs. Près de 40% des français sont plutôt satisfaits de l’action du président et surtout le trouve compétent et capable de prendre des décisions qui s’imposent. Plus particulièrement, ils le considèrent comme fidèle à ses engagements de campagne.

Les français reconnaissent que l’image de la France s’est spectaculairement redressée à l’étranger, ce qui est quand même un facteur d’attractivité, ils estiment que le président a su habilement dégager le paysage politique pour avoir les moyens d’agir.

L’opposition n’a plus de place.

A droite, les responsables reconnaissent qu‘il ne leur est pas possible de critiquer l’action du gouvernement puisque l’essentiel des réformes proposées et appliquées était dans les programmes de la droite qui a été incapable de les proposer depuis plus de 20 ans. La restructuration des Républicains sous la houlette de Laurent Wauquiez ne va pas créer de tremblement de terre sur le marché politique. Pour une raison très simple, Laurent Wauquiez ne se présente pas avec un corps d’idées politiques très précises, très cohérentes et très nouvelles. Les deux autres candidats à la présidence des Républicains n‘ont pas proposé de programme plus charpentés et plus denses.

A gauche, les perspectives ne sont pas meilleures. Entre la nouvelle gauche et la France insoumise, l’opposition de gauche ressemble à un champ de ruines. Jean-Luc Mélenchon occupe les plateaux de télévision mais reconnaît qu‘il n’a pas été capable de mobiliser une opposition solide.

Coté syndical, c’est la même impuissance. La plupart des syndicats se sont enfermés dans une logique de conflit pour protéger ce qui leur reste de militants. Le seul qui a délibérément décidé de transformer l’offre syndicale, c’est la CFDT avec Laurent Berger qui s’inscrit dans une logique de compromis avec le pouvoir patronal, et une logique de services pour les adhérents. Cette politique semble lui donner raison. Une grande partie des personnels le suit. Notamment dans le secteur privé.

Alors que la situation politique et syndicale lui dégage de la visibilité, Emmanuel Macron a pu réaliser l'essentiel des premières réformes qu’il avait annoncées lors de sa campagne. Plus de 70% des français ont parfaitement mémorisé les mesures prises. La loi travail, la suppression de l’ISF, la hausse de la CSG, la baisse des ALP, la prochaine réforme de la formation et la transformation du CICE.

Près de la moitié des français ont parfaitement compris que le programme Macron était inspiré par des concepts libéraux et ils l’acceptent. Ce qui est un vrai changement. Plus important encore, la majorité des français accepte l’orientation très pro européenne du président alors qu’il y a moins d’un an, la mode était plutôt à l’euroscepticisme.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Semper Fi - 20/11/2017 - 07:55 - Signaler un abus Relisez Milton Friedman...

    et vous trouverez la réponse. Avec 12 points de PIB de plus de dépense publique par rapport à l'Allemagne et l'impossibilité de pouvoir dévaluer sa monnaie, la France ne peut techniquement pas regagner en compétitivité à court et moyen terme, sans rogner les salaires.

  • Par zen-gzr-28 - 20/11/2017 - 09:06 - Signaler un abus Une réorganisation des

    Une réorganisation des services publics s'avère indispensable. Est ce que un député est chargé de cette mission ? Privatiser tous les postes non régaliens, c'est pour quand ? Laisser les entreprises souffler. Les obliger à rejoindre la SS au lieu de pouvoir choisir en toute liberté leur protection sociale est aberrant. Voilà ce qui devrait bouger dans le bon sens. Je me pose encore et toujours la question, en quoi un énarque peut décider et imposer dans tous les domaines ? Le chômage progresse encore ...et toujours. Je trouve Mr SYLVESTRE bien optimiste sur les réformes de l'exécutif...

  • Par Citoyen-libre - 20/11/2017 - 10:24 - Signaler un abus On peut rêver, quoi que ?

    Cet état qui préfère chouchouter ses élus, plutôt que privilégier ceux qui remplissent les caisses par leur travail et leurs impôts. Imaginons un pacte que passerait l'état avec toutes les entreprises. L'état s'engage à baisser brutalement ses charges de 20 %, sous conditions que chaque entreprise augmente de 20% tous les salaires immédiatement. On imagine le boum économique, la dynamique et l'espoir qui s'en suivraient ? La sécu, et toutes les autres caisses de retraites se rempliraient à très court terme. On peut certainement en rêver, car le bonheur des peuples, ce n'est surement ce que souhaite les fonds de pensions et autres organes de fric mondialisés. Une question de mentalité, sans doute, plus qu'économique.

  • Par kelenborn - 20/11/2017 - 13:43 - Signaler un abus Ah oui

    Sylvestre découvre l'eau chaude: l'innovation! Pour une fois qu'il dit quelque chose de juste on ne va pas lui jeter la pierre! mais question? Est-ce que l'on peut innover et investir dans les nouvelles technologies avec le principe de précaution dans la constitution et Hulot ministre?

  • Par Alain Proviste - 20/11/2017 - 15:02 - Signaler un abus Modèle social ?

    Jean-Marc Sylvestre évacue en 2 lignes une solution pourtant nécessaire : la réduction des charges sociales pour rendre l'embauche rentable, sans évidemment baisser les salaires nets qui ne sont pas toujours mirobolants. Au contraire il faudrait rétrocéder au salarié l'économie de charges salariales réalisée et à l'entreprise l'économie de charges patronales. Comme ça entreprises et salariés y gagnent directement et le marché du travail est relancé. Évidemment cela impliquerait de mettre au régime tous ceux qui vivent du système actuel et il faudrait un grand courage politique, ce qui n'est pas la qualité première de nos dirigeants. Ou alors on ne fait rien par facilité et la situation se dégrade progressivement, c'est exactement ce qui se passe depuis des décennies.

  • Par kelenborn - 20/11/2017 - 16:01 - Signaler un abus Alain Proviste

    Ouais...C'est plus à la louche qu'à l'improviste!!! Parce que votre analyse suppose qu'il existe d'immenses gâchis dans le système de protection sociale, dans lesquels on trouverait la poule aux oeufs d'or! Sauf que (voir d'ailleurs l'article de Verhaeghe sur une étude OCDE) , en terme de rapport qualité prix, il n'est pas certain que le système français soit si mauvais que cela! Vos réflexions me font penser à un dessin de Plantu dans ce qui n'était pas encore l'ImMonde! Moralement, ok pour pourchasser ceux qui vivent du système. En pratique la sortie paiera juste les cartouches! ... pour Vangode , ça n'a pas de prix!mais, vous n'êtes pas obligé de l'accompagner à la troisième mi-temps!

  • Par gerard JOURDAIN - 20/11/2017 - 18:03 - Signaler un abus quand on tourne autour du pot....

    même Monsieur Sylvestre entre dans la dance; recherche des solutions compliqués... pourtant c'est simple. 1-réduire la voilure de l' état. revenir au régalien. 2-optimiser les activités de l' état. 3-libérer le marché de l'emploi. faire revenir les riches et les entrepreneurs. faire revenir les salariés qui en ont eu marre de ce pays... foutre la pays aux Français; investir sur le régalien "santé, sécurité,éducation".

  • Par hermet - 20/11/2017 - 21:25 - Signaler un abus mauvaise foi

    Mr Sylvestre est un incorrigible Macroniste il voit bien que le logiciel plante mais il continue à en faire la promotion, pourtant aucune remise en cause du modèle social, rien ou si peu sur la dépense publique... Des écarts de compétitivité conséquent dans un même système monétaire c'est mort.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€