Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 25 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment Nicolas Sarkozy projette de piéger ses adversaires en consultant les militants lors du prochain conseil national

Assimilation, Europe, Nation, travail : autant de thématiques sur lesquelles les adhérents seront amenés à voter mi-février afin de définir la ligne majoritaire des Républicains. Une manière pour l'ancien président de démontrer que ses adversaires à la primaire ne répondent pas aux attentes des militants.

Petit piège entre amis Républicains

Publié le - Mis à jour le 1 Février 2016
Comment Nicolas Sarkozy projette de piéger ses adversaires en consultant les militants lors du prochain conseil national

Les mi-li-tants ! La stratégie de retour de Nicolas Sarkozy s'affine et s'affirme. Il reviendra par les militants et pour les militants. Ainsi va le message que distille l'entourage depuis des mois, et que le président des Républicains a, à nouveau, martelé mercredi soir, à Nîmes, justement devant les adhérents de la fédération du Gard. L'ancien Président a même commencé son discours par une déclaration d'amour : "qu'est-ce qu'un militant sinon un citoyen qui aime encore plus son pays que les autres ? Où est l'indignité de parler à des adhérents ?".

Face à Alain Juppé qui mise tout sur les sympathisants de la droite et du centre, l'ancien chef de l'Etat continue à vouloir faire fructifier l'avantage qu'il a à être président du parti.

Durant plusieurs semaines, l'ancien chef de l'Etat va donc effectuer un tour de France des fédérations. Il a, en outre, annoncé mercredi qu'un conseil national se tiendrait les 13 et 14 février porte de Versailles afin de définir la ligne du parti. "Il s'agira pour nous de définir à la fois notre stratégie électorale, l'attitude à avoir envers le FN et l'UDI, mais aussi de trancher des questions de fond", explique l'un des conseillers du président des Républicains.

En ce qui concerne la stratégie électorale, Nicolas Sarkozy entend demander aux militants de trancher le débat sur le ni-ni qui a occupé l'entre-deux tours des régionales et a vu s'opposer d'un côté Nicolas Sarkozy, de l'autre Alain Juppé ou encore Xavier Bertrand et Christian Estrosi.

Sur les questions de fond, le président des Républicains a listé un certain nombre de thématiques auxquelles il a apporté sa réponse personnelle: "Est-ce que la Nation a encore un sens pour vous", réponse oui de Nicolas Sarkozy. "Est-ce que nous devons tenir le même discours quelles que soient les régions de France ou est-ce qu'on veut faire de nous un pays de communautés ?", réponse de Nicolas Sarkozy "Les Républicains, c'est le parti de la Nation française". Enfin, lance-t-il : "je veux poser la question : les Républicains doivent-ils avoir un projet politique fort ou doivent-ils attendre que chacun des candidats apporte le leur ?", réponse de Nicolas Sarkozy "si nous n'avons pas de projet politique fort, nous devenons un club de supporteurs". L'ancien président veut aussi que les militants se prononcent sur la position de la France par rapport à l'Europe : "doit-elle accepter plus de souveraineté ?". Il sera aussi question du respect du droit de propriété, du travail. "Quand on travaille plus que les autres, doit-on gagner comme les autres?", s'est interrogé l'ancien président. Une nouvelle version du célèbre : "travailler plus pour gagner plus". Et enfin, a-t-il expliqué à Nîmes,"il faudra avoir le courage de trancher le débat assimilation/intégration".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Orchidee31 - 22/01/2016 - 09:52 - Signaler un abus Avec vous Mr Sarkosy

    Je continue de penser qu'il est le seul valable au parti - tous les autres sont des "Guignols" et des faux-culs qui ne pensent qu'à le détruire mais aucun ne lui arrive à la cheville - pourquoi les Juppe et Fillon ne se sont Pas présentés à la présidence du parti ?? Parce qu'ils n'ont pas de "c------s" et en langage politiquement correct parce qu'ils savaient pertinemment qu'ils seraient battus - alors ils ont laissé faire tout le boulot à Sarko et comme remerciement ils lui tirent dans les pattes - écoeurant -

  • Par Orchidee31 - 22/01/2016 - 09:55 - Signaler un abus Suite

    Quant aux nombreux sondages publiés chaque jour par les médias et sondeurs aux ordres n'ont qu'un seul but influencer et manipuler .....les gogos, les autres ne sont pas dupes -

  • Par Gilly - 22/01/2016 - 10:15 - Signaler un abus Les consultations existent déjà à LR

    Sur les grands thèmes sur le site et sur Direct Citoyen.... Ce n'est pas un scoop !

  • Par mymi - 22/01/2016 - 16:18 - Signaler un abus Oui au retour de Nicolas Sarkozy

    Quand je vois toutes les petites phrases infâmes que balancent Juppé, NKM ou autre Bertrand et Estrozi, ça ne fait que conforter mon analyse : je ne vois que N Sarkozy capable de redresser la France. il saura retrouver l'excellent Président qu'il fut lors de la gestion de la crise mondiale de 2008 (action reconnue à l'international), ou même lanceuse géorgienne. J'achète son livre dès nlundi et espère que nous serons nombreux pour demontrer à la presse et aux sondage aux ordres à nquel'piint ils manipulent les intentions des français

  • Par bjorn borg - 22/01/2016 - 19:29 - Signaler un abus L'Elysée

    est, possiblement, dans le coup non ? Un cabinet très spécial avec Taubira !!

  • Par Deudeuche - 22/01/2016 - 21:29 - Signaler un abus @mymi

    et le non non oui sur le mariage pour tous ça en fait un héro? C'est un faux jeton à géométrie variable;

  • Par vangog - 22/01/2016 - 23:15 - Signaler un abus "Il faudra avoir le courage de trancher le débat assimilation-

    intégration"...mais il n'est en débat qu'avec lui-même Sarko-le-tricheur, car tous les Français ont tranché! Excepté quelques derniers des mohicans gauchistes et girouettes éventées, tous les Francais savent que la nouvelle Éducation, la nouvelle Justice devront affirmer à ceux qui ne se sentent qu'à moitié français: "soit vous vous assimilez, soit vous dégagez!" C'est aussi simple que cela! Pas besoin de cinq nouvelles années de Sarkozysme pour ne pas trancher et se demander s'il y a de l'eau dans le karcher...

  • Par l'enclume - 23/01/2016 - 17:27 - Signaler un abus Tous pourris, certain(e)s plus que d'autres

    van gogo - 22/01/2016 - 23:15 - Vous désobéissez à votre idole "la mégère de Montretout". Vous n'avez pas vu ses dernières affiches "la France apaisée" Putain elle a rajeuni de 20 ans. elle ne trompe qu'elle même, quant à vous je crois que vous allez recevoir un blâme de Nanterre, pour incitation à la guerre civile.

  • Par vangog - 23/01/2016 - 23:15 - Signaler un abus @l'enclume "La France apaisée" c'est l'objectif à atteindre...

    Ah, parceque vous croyiez que Marine Le Pen ( je suppose que c'est d'elle que vous parlez aussi gracieusement...) avait fait allégeance à l'UMPS pour développer son programme présidentiel? Vous rêvez...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christelle Bertrand

Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, elle suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien "France-Soir" puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande, François Bayrou ou encore Ségolène Royal.

Son dernier livre, "Chronique d'une revanche annoncée" raconte de quelle manière Nicolas Sarkozy prépare son retour depuis 2012 (Editions Du Moment, 2014).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€