Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Mars 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment le néolithique nous met en garde sur l’effondrement possible de notre civilisation

D'après des anthropologues américains, notre civilisation présente des signes avant-coureurs d'effondrement. Le défi de nos sociétés est donc de s'adapter aux bouleversements qu'il subit.

Crise

Publié le - Mis à jour le 9 Septembre 2016
Comment le néolithique nous met en garde sur l’effondrement possible de notre civilisation

Atlantico : Dans un article récent, Sean S. Downeya, W. Randall Haas Jr. et Stephen J. Shennanb, chercheurs au département d'anthropologie du Maryland mettent en évidence un certain nombre de signes annonçant la chute d'une civilisation. Selon eux, certains sont présents dans nos sociétés. Quelle méthodologie adoptent-ils ? Ils se basent sur le néolithique. Pourquoi ce choix ? Auraient-ils trouvé d'autres résultats avec des périodes et civilisations plus récentes ?

Philippe Fabry : Leur  article se rattache au courant de la "collapsologie", qui cherche à étudier les causes de l'effondrement des civilisations, dans la lignée d'ouvrages comme celui de de Joseph Tainter, L'Effondrement des sociétés complexes, paru aux Etats-Unis en 1988, et plus récemment (2005) Jared Diamond: Effondrement : comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie.

Tainter pensait que l'effondrement des civilisations était inéluctable lorsqu'elles atteignaient un certain degré de complexité et devenaient incapables de s'adapter aux changements, et Diamond que c'était le fruit de problèmes environnementaux (écologiques, ou politiques avec l'apparition de voisins hostiles ou la perte de partenaires commerciaux).

Le souci des auteurs de cet article est en l'occurrence de servir la sustainability science, la science de la durabilité - nous parlons plus couramment de développement durable. L'idée est de débusquer les causes et signes avant-coureur de l'effondrement des sociétés, dans le but de prévenir un tel effondrement pour notre civilisation moderne. 

C'est dans cette perspective que ces chercheurs ont mené leurs recherches sur les communautés du néolithique, une période qui a ceci en commun avec la nôtre d'avoir connu des innovations technologiques extrêmement importantes, bouleversant les rapports sociaux.

Les chercheurs ont constaté qu'après avoir produit une remarquable augmentation de la population, on assiste à ces périodes à une forte instabilité sociale et un effondrement démographique assez brutal ; ce qui peut être constaté en examinant les traces archéologiques laissées par les communautés concernant l'habitat, la nutrition, etc. Ils ont traité statistiquement les données venant de quelques 2500 sites différents.  Ils pensent que ledit effondrement viendrait d'une incapacité des sociétés considérées à se réorganiser, à s'adapter à certains changements : épuisement des sols, par exemple - ce qui est dans la continuité des thèses de Tainter et de Diamond.

Cette capacité à se réorganiser est ce qu'on appelle la "résilience", la capacité d'un système à absorber un changement important sans s'effondrer, sans rompre ses structures sociales et ses institutions.

Les auteurs rappellent que les sociétés qui s'effondrent et subissent un regime shift, c'est-à-dire un passage brutal d'un système à un autre, qualitativement différent. Par exemple l'effondrement démographique et institutionnel d'un empire multinational qui se morcellerait en petites entités locales entre lesquelles il n'y aurait plus ou quasiment plus de communications.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par lionel73 - 06/09/2016 - 13:46 - Signaler un abus résilience , oui ...

    si une société connait un top et donc qu'elle en ai bien consciense ... là la simple idée de changement vous fait faire des cauchemards ...

  • Par Ganesha - 06/09/2016 - 16:37 - Signaler un abus Excellent indicateur

    Un excellent indicateur, qui va se décider dans les mois qui viennent : les démocraties occidentales arriveront-elles à se débarrasser de la pourriture des politiciens qui les ont gouvernées depuis trente ans et à élire des personnalités nouvelles ?

  • Par jurgio - 06/09/2016 - 22:29 - Signaler un abus Si c'est un retour au néolithique à l'époque Hollande

    nous y arrivons peu à peu mais sûrement.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Philippe Fabry

Philippe Fabry est historien et tient le blog Historionomie, principalement dédié à l'étude des schémas historiques et leur emploi à des fins d'analyse géopolitique et de prospective. Il a publié Rome du libéralisme au socialisme, Leçon antique pour notre temps (2014),et Histoire du Siècle à Venir (2015). Son nouveau livre, Atlas des guerres à venir, paraîtra en février 2017.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€