Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 29 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment le mois de naissance d’un enfant conditionne lourdement sa réussite à l’école

Le mois de naissance des enfants a une influence directe sur leur réussite scolaire, leur maturité par rapport à leurs camarades de classe, et même sur le choix de leur orientation professionnelle. Et cela n'a rien à voir avec leur signe astrologique.

La malédiction des juilletistes

Publié le - Mis à jour le 10 Septembre 2014
Comment le mois de naissance d’un enfant conditionne lourdement sa réussite à l’école

Oui, le mois de votre naissance a une influence directe sur votre réussite scolaire.  Crédit Reuters

Atlantico : Des recherches menées ces dernières années aux Etats-Unis et en France, dont les vôtres en 2010, ont mis en évidence l’influence du mois de naissance sur la réussite scolaire. Outre-Atlantique ce sont les enfants nés en juin-juillet qui connaissent le plus de difficultés, quand en France ce sont les natifs de novembre-décembre. Quelle est votre explication à ce phénomène, qui semble-t-il, ne date pas d’hier (voir ici) ?

Julien Grenet : Le mécanisme tient à la maturité relative des enfants nés aux différents mois de l’année. A six ans, lorsque les enfants entrent en CP, l’écart d’âge entre un enfant né en décembre et un autre en janvier, l’écart est de 11 mois.

Cela représente 15% des années qu’ils ont jusqu’ici vécues, ce qui entraîne des écarts de maturité assez forts. Les tests ayant lieu à des dates données, les enfants nés en décembre les passent à un âge plus jeune, et par conséquent connaissent une moins bonne réussite.

Ces écarts sont très forts au CP, puis persistent dans de moindres proportions. Mais contrairement à des idées reçues, ils ne disparaissent pas à la fin de l’école primaire, ils sont toujours là au collège, et disparaissent une fois arrivé au lycée. Ces écarts persistent car en fonction des résultats scolaires, les enfants auront des parcours différents, notamment au moment de l’orientation en fin de 3e. Les élèves nés en décembre sont plus souvent orientés dans la voir professionnelle que ceux nés en janvier. A 15 ans, leurs résultats ne sont pas si différents, mais les natifs de décembre redoublent plus souvent : deux fois plus que les enfants nés en janvier. D’après mes estimations de 2010, à 11 ans 33% des élèves nés en décembre ont redoublé, contre 18% de ceux nés en janvier. Quel que soit l’origine sociale de l’enfant, cette tendance se vérifie. Or le redoublement est un des facteurs pris en compte pour déterminer l’orientation : être né en décembre augmente de 10 % la probabilité d’avoir un diplôme de type CAP ou BEP par rapport au fait d’être né en janvier.

Dans quelle mesure notre mois de naissance a-t-il par la suite une influence sur notre réussite professionnelle ? Là aussi, que disent les chiffres ?

L’effet porte surtout sur le type d’études que l’on est amené à suivre : on s’orientera plutôt vers des études professionnelles que générales. Au plan des salaires, on constate que les personnes nées en décembre ont un salaire plus faible de 1% en moyenne par rapport à celles nées en janvier. Cela représente une perte annuelle d’environ 250 euros au niveau du salaire net moyen. 

Cela voudrait donc dire qu’en France la plupart des capricornes et sagittaires ont soit connu des difficultés pendant toute leur scolarité, soit été forcés à un moment donné de redoubler. En quoi vos observations apportent-elles un regard nouveau dans ce domaine ?

On constate que le redoublement pénalise injustement les élèves les plus jeunes de la classe. On redouble beaucoup plus quand on est de la fin de l’année, alors qu’il n’y aucune raison pour que l’on soit moins doué. Il faudrait donc des interventions plus spécifiques dans les classes.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Pig - 08/09/2014 - 22:20 - Signaler un abus Le plus lu, vraiment ?

    J'aimerais savoir comment on décompte les articles les plus lus : ce n'est pas parce qu'on clique sur un article qu'on le lit. Encore moins qu'on est intéressé.

  • Par yeneralobregone - 09/09/2014 - 17:16 - Signaler un abus @pig ...

    c'est lulu qui les compte ...

  • Par henrykardo - 09/09/2014 - 22:11 - Signaler un abus "1% d'écart de salaire entre les salariés nés en décembre et ...

    Et qu'elle est la probabilité pour que je me réabonne à Atlantico, tant qu'il donnera la parole à des charlatans du CNRS ... payés avec mes impôts ?

  • Par GEOFFRAY - 11/09/2014 - 18:14 - Signaler un abus Comment le mois de naissance d’un enfant conditionne lourdement

    bonjour à vous comment expliquer alors que les enfants ayant un an d'avance réussissent mieux que les autres? dans ma famille trois enfants, deux avec un an d'avance, un avec deux ans d'avance résultat: polytechnique 19 ans , interne des hôpitaux de paris23 ans sup de co paris21 ans ma conclusion est que le résultat scolaire est très corrélé au milieu social (en l’occurrence favorisé) bien à vous

  • Par Marie-E - 12/09/2014 - 22:23 - Signaler un abus Faudrait arrêter

    de chercher, le chercheur. Désolée mais pour mon cas (Sagittaire) et mon frère (Capricorne) nous avons fait notre scolarité (études générales puis études supérieures) avec 1 an d'avance (nous n'avons pas été perturbés) et au niveau du travail, il ne manquerait plus qu'on gagne moins que des collègues nés à un autre moment de l'année. Et d'accord avec Geoffray, le résultat scolaire est très corrélé au milieu social et pour moi c'est cela l'explication (la musique, le sport, la découverte de la France, les abonnements à des journaux, la lecture, peu de TV,...et des bons souvenirs)

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Julien Grenet

Julien Grenet est chercheur au CNRS et à l'Ecole d'Economie de Paris. 

Il est le co-auteur, avec Antoine Bozio, de "Economies des politiques publiques" aux éditions La Découverte. 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€