Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 25 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment la loi islamique peut s’attaquer à Daech

La proclamation de la légitimité islamique que s’arroge Daech ne peut être contrée que grâce à une interprétation alternative de la loi islamique.

Dans le texte

Publié le
Comment la loi islamique peut s’attaquer à Daech

L’Etat islamique est une organisation difficile à définir.  Crédit Reuters

La couverture médiatique des atrocités terroristes qui ont endeuillé Paris ce 13 novembre aura semblé véhiculer une image presque mythique de l’État islamique (EI). Mais ce dont nous avons le plus besoin, c’est bien de démythifier cette organisation criminelle. Et il est urgent que ma communauté – la communauté musulmane – s’y attelle.

La grande majorité des musulmans (nous ne possédons pas de chiffres exacts) doit très certainement ressentir un profond dégoût à l’égard de toute cette violence perpétrée par l’EI. Un des hauts représentants du clergé sunnite égyptien n’a d’ailleurs pas tardé à dénoncer ces attaques « odieuses et haineuses ».

Mais en vérité, les responsables et partisans de Daech peuvent s’appuyer, et ne se privent pas de le faire, sur une multitude de sources scripturales et historiques pour justifier leurs actions. Les interprétations traditionnelles de la charia, la loi islamique, approuvent le djihad offensif visant à propager l’islam. Elles autorisent l’exécution des prisonniers et l’esclavage des enfants et des femmes ennemis, comme Daech l’a fait subir aux Yazidies en Syrie.

Je suis un spécialiste musulman de la charia, et j’affirme que la proclamation de la légitimité islamique que s’arroge Daech ne peut être contrée que grâce à une interprétation alternative de la loi islamique.

Un consensus qui conduit à l’impasse

Pour bien comprendre le rôle de l’islam en politique, il faut savoir qu’aucune autorité ne peut – et ce quel que soit le sujet – établir ou modifier la doctrine de la charia pour les autres musulmans. Il n’existe ici rien de semblable au Vatican ni à l’infaillibilité pontificale. La façon dont la charia est interprétée par les différentes communautés musulmanes (des sunnites aux chiites, des soufistes aux salafistes) est, à la base, le produit d’un consensus intergénérationnel conduit par les spécialistes et dirigeants de chaque communauté.

La foi musulmane et sa pratique sont foncièrement individuelles et volontaires. Aucun musulman ne peut être responsable des opinions et des actions des autres. Une conséquence positive de cette absence d’autorité religieuse réside dans le fait de pouvoir remettre en cause et interpréter différemment les principes de la charia. Mais il y a un revers à cette médaille : n’importe quel musulman peut affirmer quelque chose à propos de la charia s’il obtient le consentement d’une masse critique de fidèles.

 

L’ayatollah Khomeiny. www.irdc.ir

 

On peut citer à titre d’exemple la façon dont l’ayatollah Khomeiny usa de la doctrine du « wilayat al-faqih », le « gouvernement du docte », pour revendiquer le droit d’instaurer en 1979 la République islamique d’Iran.

Cette initiative fut très controversée, car en procédant de la sorte, il allait à l’encontre du consensus qui veut que ce soit au douzième et dernier imam chiite « vivant » – celui qui disparut en 874 et doit revenir à la fin des temps en tant que Mahdi – de prendre ce type de décision.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Mike Desmots - 17/11/2015 - 17:41 - Signaler un abus Daech procède selon les rites de l'époque de la conquète islamic

    Donc , les bases du/des modes opératoires religieux sont sensiblement les mêmes , l'interprétation du coran, des hadits et de la sunna ...les adversaires sont d'ailleurs les mêmes, les apostats, les mécréants ,les impies ..et les tenant du schisme , les chiites et autres minorités non-islamisées sunnite ...à l'époque ..;kurdes, Yazidis, minorités Chrétiennes , Hébreux etc.....

  • Par Anguerrand - 18/11/2015 - 07:15 - Signaler un abus Aucune hésitation sur l'islam

    Le Prophete a dit qu'un bon musulmane était un djihadiste, HADITH 56,2-1. Pour moi tout est dit sur l'islam, ce n'est pas la peine de parler " d'interprétation " du Coran !.....Plus clair c'est difficile

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Abdullahi Ahmed An-Na'im

Charles Howard Candler Professor of Law, Emory University.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€