Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 27 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment limiter ou stopper les risques du diabète : tout commence dans notre assiette

Le docteur Réginald Allouche expose les dangers du sucre ainsi qu'une méthode pour prévenir les risques de développer un pré-diabète et pour mieux gérer son diabète de type II. Il propose un programme en huit semaines et 60 recettes pour modifier son mode de vie et ses habitudes alimentaires. Extrait de "La méthode anti-diabète - Comment limiter ou stopper les risques" de Réginald Allouche, aux éditions Flammarion 1/2

Bonnes feuilles

Publié le
Comment limiter ou stopper les risques du diabète : tout commence dans notre assiette

Le diabète est une maladie liée au sucre. Les diabétiques souffrent d’un problème d'assimilation, d'utilisation et de stockage des sucres apportés par l’alimentation. Ce trouble se traduit par un taux élevé de glucose dans le sang : on parle alors d’hyperglycémie.

TOUT COMMENCE DANS NOTRE ASSIETTE

Les aliments sont composés de lipides (graisses), protides (comme la viande) et glucides (sucres, féculents). Ces éléments fournissent à notre corps l’énergie dont il a besoin pour fonctionner.

Une fois les aliments décomposés, ces nutriments passent dans l’intestin, puis rejoignent la circulation sanguine.

Quand on mange, le taux de sucre dans le sang augmente, car les glucides se transforment essentiellement en glucose. Le pancréas détecte cette augmentation de la glycémie (taux de sucre dans le sang). Il sécrète alors de l’insuline pour permettre au glucose de pénétrer dans les cellules de l’organisme : les muscles, les tissus adipeux, et le foie où il va pouvoir être transformé et stocké.

Ainsi la glycémie peut augmenter légèrement, puis revenir à un taux normal, et le glucose peut être converti en réserves et en énergie. Chez les personnes atteintes de diabète, ce système de régulation de la glycémie ne fonctionne pas bien. Il existe quatre types de diabète : celui de type 1, celui de type 2, le MODY et le diabète gestationnel.

1 - LE DIABÈTE DE TYPE 1

C'est le diabète de l’enfant et du jeune adulte. Il s'agit d’une maladie auto-immune qui se déclenche à la suite d’une banale infection. Pour des raisons encore inconnues, l’organisme ne reconnaît plus les cellules bêta du pancréas. Il sécrète alors des anticorps contre son propre pancréas et détruit la partie qui sécrète l'insuline.

Nous l’avons vu, l’insuline est une hormone fondamentale de la régulation du sucre dans le sang. Elle permet au glucose de pénétrer dans les muscles, le tissu adipeux et le foie. En l’absence d’insuline, le sucre ne peut pas entrer dans les cellules et il reste dans le sang. Le taux de glucose dans le sang augmente alors.

Pour compenser l’incapacité de l’organisme à produire de l’insuline, le seul traitement possible est de s’injecter deux à quatre fois par jour en sous-cutané des doses d’insuline. Les doses doivent être adaptées en tenant compte de la glycémie (taux de sucre dans le sang) et de la consistance des repas. Le diabète de type 1 est une maladie qui demande de l’attention et de la rigueur. Mais le traitement est efficace et, si le patient le respecte scrupuleusement, sa qualité de vie et son espérance de vie sont équivalentes, à peu de choses près, à celles d’un individu normal.

2 - LE DIABÈTE DE TYPE 2

C’est traditionnellement la maladie de l’âge mûr. Il se déclare le plus souvent après 40 ans et touche hommes et femmes de façon à peu près égale. C’est le type de diabète qui concerne le plus de diabétiques (environ 85 %). Contrairement au diabète de type 1 qui survient brutalement, le diabète de type 2 s’installe progressivement.

UNE MAUVAISE HYGIÈNE DE VIE

Le diabète de type 2 est une maladie liée à une mauvaise hygiène de vie : « trop d’alimentation » – peu ou mal équilibrée – et peu d’activité physique. 

Mal manger et peu bouger sont des mauvaises habitudes contemporaines qui ont des conséquences sur notre santé. Ce régime favorise une augmentation des graisses circulantes, du surpoids, de l’obésité. L’accumulation de gras autour de la taille est aussi un signal d’alerte de l’augmentation du taux de sucre dans le sang appelée « hyperglycémie ».

Dès que nous mangeons du sucre, notre organisme se mobilise pour métaboliser correctement le glucose grâce à l’insuline. Peu à peu, avec l’âge ou à force de trop les solliciter, les cellules montrent une résistance à l’action de l’insuline. Pour y répondre, le pancréas doit produire davantage d’insuline. Il s’épuise et ne peut donc plus produire d’insuline en quantité et en qualité suffisantes pour réguler le taux de sucre dans le sang. S’installe alors l’hyperglycémie chronique, le diabète de type 2.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jlmr - 02/01/2016 - 00:38 - Signaler un abus Je vis le diabète sucré depuis longtemps mais la période de fête

    m'a exposé aux abus après une année de stress intense que je ne souhaite à personne. Ce n'est pas une maladie mais un dérèglement qui entraîne d'autres et ainsi de suite. Son étude a fort progressé ; j'en profite par Internet car j'hésite à consulter ceux qui ont aggravé mon cas. Je m'en remets à mon lecteur de glycémie, prises de sang tous les 3 mois, ophtalmo. & électromyographie/an —insuline rapide et sucre en poche en cas d'urgence—. Plusieurs plantes sont TRÈS efficaces à condition de les varier et apprendre à les utiliser sans imiter le voisin qui n'a pas forcément les mêmes besoins. Il y a encore des herboristes qui ne sont pas charlatans (3 à Paris), surtout en Suisse, pays du "médoc" pour qui mon frère s'est bien empoisonné et qui maintenant, penaud, rencontre ses voisins de Dornach. Je suis le plus atteint de ce cas dans une famille à risque, et vis en Creuse, récoltant et conservant chaque année ce qui rajeunit les tissus que la chimie bâloise a savamment esquintés. Un de nos ancêtre était sorcier (sourcier) et nous a transmis quelques trucs utiles combinés aux traditions viets de ma compagne. Je m'y suis mis un peu tard… en réaction à quelques aberrations

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Réginald Allouche

Réginald Allouche est médecin et ingénieur. Il assure une consultation principalement axée sur le diabète gestationnel, la nutrition et la prévention du diabète de type II.

Son dernier livre publié aux Editions Odile Jacob porte sur ce théme du prédiabète : Du plaisir du sucre au risque du prédiabète, publié chez Odile Jacob.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€