Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment Laurent Wauquiez a gagné la première bataille mais pas la guerre rhétorique déclarée contre lui

Le déroulement comme le compte-rendu de l’Emission politique du 25 janvier consacrée au nouveau président LR resteront comme l’un des meilleurs exemples de l’abandon de la déontologie journalistique élémentaire. Or, il a été bon.

Discours

Publié le
Comment Laurent Wauquiez a gagné la première bataille mais pas la guerre rhétorique déclarée contre lui

Peu importe que l’on soit pour ou contre Laurent Wauquiez : le déroulement comme le compte-rendu de l’Emission politique du 25 janvier consacrée au nouveau président LR resteront comme l’un des meilleurs exemples de l’abandon de la déontologie journalistique élémentaire qui sévit dans certains médias français.  Il n’est pas très difficile de repérer les principales techniques mises en œuvre lors de l’émission elle-même : salves d’attaques ad hominem, substitution systématique de la forme au fond (« sourate ou verset ?

Coran ou hadith ? ») et, bien sûr, refrain inusable du « vous parlez comme le Front National ».  Heureusement - et comme toujours - l’entretien avec François Lenglet a permis un véritable échange. 

Mais lors des commentaires de l’émission l’on a vu les mêmes travers ressurgir : insistance sur l’audience (faible), les divisions des LR (fortes), rappel des sondages (mauvais) faits AVANT l’émission, ou tout simplement silence complet. Et pour cause : les sondages de fin de soirée avaient été très favorables. Autrement dit, puisque Laurent Wauquiez a été bon, n’en parlons pas et parlons d’autre chose. Et les mêmes donnent des leçons compassées sur la sainte lutte contre les « fake news »… 

Or force est de constater que Laurent Wauquiez a fait, après un début poussif, une prestation rhétorique peu commune. Conscient que c’était son « ethos », c’est-à-dire sa crédibilité et sa représentativité qui était en jeu, tant dans l’opinion que dans l’émission, il a utilisé un riche arsenal pour riposter : concessions marginales (« j’ai mes doutes »), substitutions habiles (interrogé sur les réponses du FN, il parle des sujets du FN), interpellations fréquentes et mises en contradiction de l’interlocuteur ; florilège d’anaphores et de questions rhétoriques (« vous n’avez pas vu ? »… « vous n’avez pas vu ? ») ; préférence pour le concret (l’Auvergne, le retraité avec 1000 euros par mois) ; et enfin renversement de l’argument central dirigé contre lui, son inconstance  : « oui j’ai changé mais parce que le monde et la France ont changé ! » Cet usage de l’antilogie, comme disent les spécialistes, illustre parfaitement une stratégie de rétorsion rhétorique d’une rare efficacité.  Tour à tour, Alain Minc, Benjamin Griveaux et Nathalie Saint-Cricq en ont fait les frais, le premier disqualifié pour son entre-soi élitiste et courtisan ; le second pris en flagrant délit d’ignorance et la troisième prise à contre-pied pour avoir utilisé à charge le mot de « Français ».

Certes sur le fond (mais qui s’en souciait ?) les réponses du Président de LR n’étaient pas encore à la mesure de son brio oratoire : son projet européen restait vague, malgré des progrès sur l’idée de protectionnisme enfin décliné au niveau de l’Union et non de la France ; son braconnage sur les terres mélenchoniennes avec la dénonciation des « cadeaux faits aux riches » était tout sauf convaincant pour le chef putatif de la droite. Et quid de son projet de politique fiscale et budgétaire précisément ? 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par tinasp - 28/01/2018 - 11:45 - Signaler un abus 88 ans plus tard

    Sur les ondes nationales ,on retrouve Goebbels

  • Par cloette - 28/01/2018 - 11:55 - Signaler un abus Cet article

    décrit avec précision les tactiques des pervers narcissiques que sont tous ces médias et opposants à Wauquiez qui a le grand tort de donner ( mais courtoisement ) un coup de pied dans la fourmilière .

  • Par vauban - 28/01/2018 - 12:09 - Signaler un abus Le prix de La bavure déontologique de cette émission a charge

    Revient incontestablement à la mère st cricq,Léa Salamé n'est pas très loin Mais l'écart semble se creuser avec La Hamster ménopausée

  • Par LICOT - 28/01/2018 - 14:57 - Signaler un abus très brillant Wauquier ,

    cette émission ,lorsqu'il s'agit des personnalités de droite ,surtout ceux qui veulent une droite non démagogique,qui veut à nouveau diriger le pays ,en prenant ses responsabilités face aux défis à venir ,se font, à chaque fois ,poussés dans les cordes du front national,c' est absurde bien sûr,mais la droite juppéiste,se contente de cracher sur leur propre parti,devant chaque micro qui se tendent vers eux,c'est tout de même eux qui ont perdu ,eux, qui par leurs discours met à mal la droite ,ils travaillent en fait à la destruction de celle -ci ,pour macron ,les européennes voilà leurs raisons !madame pécresse a ses idées ,mais elle doit quitter LR ,avec d'autres car pour l'avenir de la droite, ils sont des problèmes à venir ! trahisons une nouvelle fois ! ils sont encore à droite ,uniquement car ils peuvent encore être un peu écoutés ,et élus avec celleci,avec Macron trop de monde ,ils n'auront plus rien! et franchement ils n'ont pas pris le risque des élections pour la présidence ,et maintenant tous ces perdants se permettent de mettre le bazar à nouveau! avec leurs discours!!!dont plus personne ne veut à droite ,alors la seule chance pour ce parti est d'aller jusqu'au bout ,

  • Par LICOT - 28/01/2018 - 15:02 - Signaler un abus suite

    nous verrons bien si ces idées trouverons des adhérents et combattants ,nous ne sommes pas des racistes,nous avons un coeur et de la sensibilité,l'humanisme ,ou se trouve t-il quant on voit tous ces gens attendre,perdus ,inquiets ,entassés ,pendant si longtemps ? et pourtant ce n'est pas la droite! je crois à une droite humaniste ,réaliste et j'espère à nouveau

  • Par jurgio - 28/01/2018 - 15:17 - Signaler un abus Même Giesbert prend sa défense (Le Point) !

    Pourtant tourné à gauche, l'homme de l'hebdomadaire a dû convenir qu'il y a emprise de la bien-pensance dans les médias, que l'on tend dans ce pays à la disparition de la pluralité des opinions.

  • Par Liberte5 - 28/01/2018 - 15:34 - Signaler un abus Cela est devenu tellement évident que les journalistes...

    que l'on voit et entend dans les médias sont de gauche. Il y a quelques années ils faisaient semblant d'être neutre et objectif. Aujourd'hui,et surtout depuis le quinquennat de F. Hollande, ils ne se cachent plus. Cela pose problème pour tout les médias du service public, financés par les contribuables que nous sommes. C'est donc un sujet grave dont L. Wauquiez devra se saisir. Le pluralisme doit absolument être présent dans l'audio visuel public. Cela suffit!!!

  • Par vangog - 28/01/2018 - 20:08 - Signaler un abus Le Front National réclame le retour du pluralisme

    et de la neutralité médiatique depuis plusieurs années, au moins dans le service public (celui qui est le moins pluraliste et le moins neutre...). Il est intéressant de voir que les consciences démocratiques des Français se sont réveillées seulement lorsque leur champion a du subir cette propagande honteuse, de L.Salamé, N.St Cricq, A. Minc, digne des heures les plus sombres etc...dommage que la Liberté ne se soit pas réveillée plus tôt, lorsque les patriotes FN lançaient des alertes dans le désert...aujourd’hui, il sera difficile de déloger les neo-trotskystes incrustés dans les médias...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe de Voogd

Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017).

Spécialiste des Pays-Bas, il est l'auteur de Histoire des Pays-Bas des origines à nos jours, chez Fayard. Il est aussi l'un des auteurs de l'ouvrage collectif, 50 matinales pour réveiller la France.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€