Vendredi 18 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment l'industrie du sucre a manipulé l'opinion publique pendant des années

En s'appuyant sur des notes internes et des rapports d'entreprises, le magazine Mother Jones révèle les mensonges de l'industrie du sucre pour tromper la population sur les risques sanitaires liés à sa consommation.

Grands méchants

Publié le 5 novembre 2012
 
Une série de documents semble démontrer que l'industrie du sucre a mis en place une startégie de manipulation destinée à promouvoir coûte que coûte ce produit.

Une série de documents semble démontrer que l'industrie du sucre a mis en place une startégie de manipulation destinée à promouvoir coûte que coûte ce produit.

Sucre et tabac, même combat ? Sans doute pas, en ce qui concerne les effets sur la santé ; mais quand il s'agit de manipuler l'opinion publique pour lui faire croire que ces produits n'ont rien à se reprocher, l'industrie du sucre et du tabac font jeu égal. Souvenez-vous, c'était il y a quelques mois à peine : Robert Proctor, historien des sciences, publiait le livre Golden Holocaust qui résumait les secrets de l'industrie du tabac grâce aux mémos et messages internes publics depuis la fin des années 1990. Et autant dire que le tout n'était pas vraiment reluisant pour l'industrie du tabac, puisque le professeur de Stanford montrait comment ces industriels avaient réussi à tromper la population sur la dépendance et les risques sanitaires de la cigarette.

C'est au tour de l'industrie du sucre de trembler… Un article publié dans le magazine américain Mother Jones  révèle en effet, grâce à l'étude de plus de 1500 pages de lettres, de notes internes ou encore de rapports d'entreprise, que l'industrie du sucre a également tenté de manipuler l'opinion publique à coups de recherches, de publicités et de gros sous, pour lui faire oublier les risques sanitaires, notamment l'obésité, le diabète et les maladies cardio-vasculaires, dont elle avait pourtant conscience dès 1962, comme l'indiquent des mémos de l'Association du sucre.

Mais faire oublier l'obésité, ou encore le diabète, n'est pas aussi simple que cela dans les années 1970, l'opinion prenant peu à peu conscience que le sucre n'est pas seulement délicieux, et boycottant alors le produit, à tel point que sa consommation baisse de 12% en seulement deux années. Il n'en faut pas plus à l'Association du sucre, qui regroupe les industriels du secteur, pour lancer l'offensive. Armées d'un budget annuel conséquent de 800 000 dollars, l'équivalent de 3,4 millions de dollars actuels, les différentes entreprises recrutent "une écurie de professionnels de la médecine et de la nutrition pour dissiper les peurs du public […] et financent des articles scientifiques qui contribuent à une réglementation de la FDA (Food and Drug Administration) qui soutienne" l'industrie du sucre. Quant aux études menées à l'époque sur les dangers du sucre, elles sont mises en sourdine après que de nombreux scientifiques se sont rendu compte qu'elles auraient pu mettre un terme à leur carrière. Toujours une mauvaise idée d'aller titiller les grosses industries.

Si les scientifiques qui travaillaient sur les éventuels dangers du sucre "disparaissent" des radars, l'Association du sucre braque ses projecteurs sur ceux qui mettent en avant le scepticisme, l'absence de preuve, l'importance de mener d'autres études. Ou quand la "recherche" est paradoxalement le "principal support de défense de l'industrie". Entre 1975 et 1980, l'Association du sucre a ainsi financé dix-sept études pour près de 665 000 dollars. L'argent était en majorité versé à des chercheurs dont les études semblaient exonérer explicitement le sucre, voire mieux, en faisaient un produit bon pour la santé. Une étude proposait par exemple de voir si le sucre augmentait les niveaux de sérotonine des cerveaux de souris afin de montrer sa "valeur thérapeutique pour traiter la dépression".

Et l'association de s'en prendre à ses ennemis, notamment les édulcorants utilisés dans les produits light. C'est une réussite, puisque plusieurs d'entre-eux, par exemple le cyclamate, sont interdits, alors même qu'ils ne présentent pas nécessairement de danger pour les hommes. Ces mensonges et manipulations sont couronnés de succès puisque la consommation de sucre repart à la hausse, tout comme les maladies chroniques d'ailleurs. Quand ils n'étaient que 2,5% de diabétiques aux Etats-Unis en 1980, ils sont aujourd'hui 6,8%. Les chiffres de l'obésité sont loin d'être plus rassurants : il y a près de trente ans, on recensait 5,5% et 15% respectivement d'enfants et d'adultes obèses américains, alors qu'on en compte aujourd'hui 16,9% et 35,7% de la population. Quant à la consommation de sucre per capita, elle est passée de 54,431 kg en 1980 à près de 60 kg en 2010.

S'il n'existe encore aujourd'hui aucun consensus sur les risques du sucre sur la santé, les scientifiques n'ont plus peur de voir leur carrière se terminer s'ils étudient de telles problématiques. Un article baptisé "La toxique vérité sur le sucre", publié au mois de février dernier dans le magazine Nature, revenait d'ailleurs sur "la menace sur la santé publique constituée par la consommation excessive de fructose". La fin d'une ère pourrait donc bien arriver plus tôt qu'on ne le pense. Et l'industrie du sucre de garder en mémoire l'histoire du tabac qui n'a pas réussi à manipuler indéfiniment l'opinion publique sur le danger des cigarettes.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par simplicissimus - 06/11/2012 - 00:50 - Signaler un abus Marre de la culpabilisation!

    À la campagne autrefois, on disait : N'écoute pas ton médecin, fais comme lui, fume ta pipe et bois ton vin. Il suffit de remplacer médecin par journaliste et de mettre en application cette maxime pour retrouver un peu de plaisir de vivre.

  • Par tiopere 1 - 05/11/2012 - 18:53 - Signaler un abus le sucre est dangereux pour la santé

    c'est une chose établie , aussi bien pour faire un régime amaigrissant
    que pour éviter les maladies cardiovasculaires , il suffit de proscrire les graisses animales et les aliments sucrés , ce qui n'empèche pas
    de manger des fruits (fraises , pommes , melons ) et des sucres dits lents comme le riz complet et les pates . Aux EU , les sodas sucrés ont joué le role primordial dans l'accroissement du nombre d'obèses , d'autant plus que dans les MC-Donald et autres Burger King , on peut se servir de coca-cola a volonté .

  • Par lapin - 05/11/2012 - 12:27 - Signaler un abus Salvatore, moi j'adore

    Merci pour cet article qui met en lumière certains agissements des industriels du sucre.
    Et, pour répondre à Salvatore, je vous ferai part de mon expérience très limitée dans un hôpital en réadaptation cardiaque.
    Sur la centaine de malades, pour la plupart victimes de crises cardiaques avec poses de stents, seul deux ne fumaient pas (obésité).
    Alors, quand j'entends parler des méchants qui rendent la vie impossible aux fumeurs, je me marre.

  • Par carredas - 05/11/2012 - 11:50 - Signaler un abus Qui écrit cet article totalement à charge ?

    Tout à fait d'accord avec Salvatore Migondis.
    Après les manipulations de l'industrie du tabac, celles de l'industrie pharmaceutique voici le nouvel ennemi, l'industrie du sucre qui trompe le consommateur depuis 40 ans en lui faisant croire que le sucre n'est pas calorique...
    Dans un monde d'information voire de sur-information, le manichéisme devient contreproductif.
    L'obésité, le diabète sont de réels problèmes de santé. L'auteur de l'article pense-t-il vraiment que le consommateur est toujours une victime qu'il convient toujours de déresponsabiliser ?
    Il me semble que faire du consommateur un acteur éclairé de ses propres choix alimentaires est plus efficace.

  • Par Salvatore Migondis - 05/11/2012 - 10:59 - Signaler un abus J'adore..

    Les articles non signés.. Alors, avis à l'apprenti "journaliste scientifique" anonyme qui s'est mis en tête de nous révèler les méfaits des lobbies sucriers.. Depuis plus de 30 ans une armée d'imbéciles sectaires qui en d'autre temps auraient eu droit au goudron et au plumes n'a eu de cesse que de rendre la vie impossible aux amateurs de tabac et de les culpabiliser.. Eh bien beaucoup ont arrêté de fumer... chiquer.. priser.. etc. et se sont mis à se goinfrer de friandises à la place.. Alors arrêtez de fantasmer sur les agissements.. que dis-je... les sinistres complots fomentés par les industriels du sucre.. Franchement, vous en connaissez tant que ça des gens qui ont le temps de se poser mille questions pour chaque aliment qu'ils consomment..? Je précise que je ne fume pas et que j'ai en horreur les aliments ou boissons trop sucrés..

  • Par kettle - 05/11/2012 - 10:03 - Signaler un abus Vive le sucre

    En 30 ans la consommation de sucre a donc augmenté d'a peine 10% et le nombre d'obeses adultes et enfants de 60% à 300%. Bizarre.

Fermer