Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment l'immigration légale s'est féminisée

Durant ces dernières années, davantage de naissances étaient dû à des pères étrangers. Cela s'explique par le fait que l'immigration était quelque chose de plus masculin. Aujourd'hui, on assiste à un retournement de situation. En effet, on compte plus de femmes parmi les entrées légales.

Inversion

Publié le - Mis à jour le 7 Septembre 2017
Comment l'immigration légale s'est féminisée

Selon les dernières publications de l'INSEE relatives aux naissances en France, il apparaît que le nombre de naissances de mère étrangère est désormais supérieur au nombre de naissances de père étranger. Comment expliquer ce revirement de tendance, quelles en sont les causes ? 

Laurent Chalard : En 2006, 722 825 enfants nés en France avaient un père de nationalité française, contre 732 382 une mère de nationalité française. Or, en 2016, il s’est effectivement produit une inversion du rapport, puisque le nombre d’enfants nés en France d’un père de nationalité française, soit 655 946 enfants, est désormais supérieur à ceux nés d’une mère de nationalité française, soit 649 333 enfants. Ce revirement de tendance s’explique principalement, contrairement à une idée reçue véhiculée par la crise des migrants, par la féminisation de l'immigration légale (étudiants, travailleurs économiques, regroupement familial), qui conduit mécaniquement à une plus grande proportion de naissances de mères étrangères que par le passé.

Cependant, cette féminisation peut aussi indirectement témoigner d’un autre facteur, l’accroissement du nombre d'hommes de nationalité française, qui, dans un contexte de mondialisation, vont chercher une compagne à l'étranger, avec qui ils finissent par avoir un enfant en métropole, l'inverse étant plus rare.

Quelles sont les différences visibles en termes de nationalités ? Assiste t on à une convergence générale vers plus de naissances de mère étrangère ?

Lorsque l’on analyse les évolutions selon la nationalité des parents, les évolutions apparaissent dissemblables. En effet, l’inversion du rapport entre les naissances de père et de mère étrangère semble concerner essentiellement les maghrébins, avec une inversion pour les marocains (rapport passé de 1,07 à 0,91) et les algériens (rapport passé de 1,05 à 0,93), et une réduction du rapport entre pères et mères pour les tunisiens (rapport passé de 1,57 à 1,34). A contrario, il y a de plus en plus de pères étrangers chez les roumains, les maliens ou les haïtiens. On ne peut donc parler de convergence générale. Comment donc expliquer la singularité maghrébine ? En l’absence d’enquête sociologique plus poussée sur ce nouveau phénomène, il est cependant possible d’émettre une hypothèse. Dans un contexte de difficulté d'assimilation dans la société française, qui se traduit par la difficulté (ou l’absence de volonté) de trouver un conjoint, quel que soit son origine, sur le sol hexagonal, le phénomène des jeunes hommes de nationalité française d’origine maghrébine, qui vont chercher leur compagne de nationalité étrangère dans le pays d’origine de leurs parents, s’est fortement accentué ces dernières années.

Comment expliquer la prédominance des naissances de père étranger au cours des dernières années et décennies ? 

Jusqu’ici, la surreprésentation des pères étrangers au sein des naissances en France s’expliquait assez simplement par le caractère masculin de l’immigration. Le nombre d’hommes étrangers, en particulier chez certaines nationalités, étant sensiblement supérieur au nombre de femmes, les unions avec les autochtones apparaissaient consécutivement plus fréquentes, conduisant à la naissance d’enfants. Cependant, au cours des dernières décennies, il a toujours existé des décalages selon les nationalités, suivant deux logiques. D’un côté, pour les pays fournisseurs d’une immigration de travail masculine, tels que les pays du Maghreb ou le Portugal, il se constatait une surreprésentation des pères par rapport aux mères au sein des naissances. Par contre, pour d’autres pays, dont les Etats slaves ou Madagascar, la surreprésentation des mères au sein des naissances, est la conséquence de l’existence d’un « marché » matrimonial international, si l’on peut s’exprimer ainsi, faisant que les femmes de ces contrées étaient (et demeurent) plus recherchées par les hommes célibataires de nationalité française dans l’optique de fonder une famille.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Djib - 06/09/2017 - 11:17 - Signaler un abus Les petites magouilles idéologiques de l'INSEE

    Malhonnéteté intellectuelle à double détente: 1/ considérer comme un mariage "mixte" le mariage d'un immigré français avec sa cousine du bled, qui est en fait biologiquement sa soeur, tant les mariages consanguins se sont succédés dans la famille. La promotion d'une mixité fantasmée est destinée à nous faire avaler la pillule d'une immigration folle qu'il n'est plus possible de masquer tant elle a envahi les rues de façon visible et souvent agressive. Le discours de repli devient donc: "les immigrés se mélangent", "le brassage est une richesse" (pub Heineken). En fait de brassage on a des mariages consanguins qui ne font que renforcer le communautarisme. 2/ faire croire aux gogos, pour tenter de les rassurer, que l'immigration, trop visible pour continuer à être minimisée comme dit précédemment, se féminise, qui pourront ainsi espérer que des femmes, même voilées, seront moins tentées de nous égorger, ce qui reste d'ailleurs à prouver. Sauf que, et on en revient au précédent constat, le mari est toujours un barbu. CQFD

  • Par ISABLEUE - 06/09/2017 - 11:42 - Signaler un abus Laurent Chalard ou Charlot ?????

    encore un fonctionnaire gavé et repu qui obéit à la voix de son maitre pour nous raconter des sornettes..... Il vit où ?????? Djib : oui en plus mariages consanguins font de plus en tarés.... CQFD. Mais chut... on serait "raciste".

  • Par Djib - 06/09/2017 - 12:03 - Signaler un abus @Isableue

    J'ai une amie cardiopédiatre qui m'a confié que plus de la moitié de ses petits patients était des enfants consanguins issus de ces mariages du bled et souffrant de malformations cardiaques à la naissance.

  • Par Djib - 06/09/2017 - 12:05 - Signaler un abus Je prends la défense de Laurent Chalard ...

    ... qui évoque bien dans son article ce phénomène des faux mariages "mixtes".

  • Par cauchoise - 06/09/2017 - 12:55 - Signaler un abus généalogie

    Seule solution : demander aux mariées "du bled" leur arbre généalogique sur 3 générations au moins et comparer avec celui du futur conjoint français. Cela permettrait de limiter les mariages consanguins. Chiche ?

  • Par philippe de commynes - 07/09/2017 - 12:47 - Signaler un abus plein de solutions :

    -soit on restreint le droit au regroupement familial -soit encore mieux (parce que la cour de justice européenne, etc, ne peuvent alors rien dire) on impose à celui qui veut faire venir un conjoint un compte épargne qui alimentera éventuellement ses droits sociaux -soit la solution idéale, on supprime au moins la plus grande part des droits aux prestations sociales pour étrangers hors union-européenne.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Laurent Chalard

Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€