Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 24 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment le froid extrême s'est imposé pour améliorer les performances sportives, lutter contre la douleur et doper votre santé physique et mentale

La cryothérapie corps entier consiste à s'exposer à des températures extrêmes comprises entre –110°C et –180°C pour une période de temps variant de 1 à 3 minutes, dans une espèce de grand frigo que l'on remplit d'air froid. Elle permet d'améliorer les performances des sportifs de haut niveau et aurait aussi des bénéfices médicaux.

"Winter is coming"

Publié le
Comment le froid extrême s'est imposé pour améliorer les performances sportives, lutter contre la douleur et doper votre santé physique et mentale

Atlantico : Quel peut être l'effet du froid sur le corps humain ?

François Bieuzen : Tout d'abord, se tremper dans l'eau froide peut vous permettre d'éviter ce qu'on appelle "un coup de chaud", en faisant baisser la température d'un corps soumis à un environnement chaud.

Pour les sportifs de haut niveau, le froid permet aussi de récupérer plus rapidement afin d'enchaîner les entrainements de qualité. Entre deux séances d'entrainement, celle du matin et celle du soir, certains plongent dans une baignoire remplie de glaçons, d’autres utilisent la cryothérapie corps entier (CCE).

 

La CCE consiste à s'exposer à des températures extrêmes comprises entre –110°C et –180°C pour une période de temps variant de 1 à 3 minutes, dans une sorte de grand frigo. Cette exposition a notamment pour conséquence de provoquer sur le sujet des effets hormonaux et biochimiques qui peuvent, entre autres, provoquer un effet antalgique ou limiter l'inflammation au niveau musculaire. En d'autres termes, quand on soumet ses muscles à des efforts violents ou inhabituels, on a des courbatures, qui sont des micro-lésions du muscle. L'exposition au froid permet de limiter les douleurs et l'expression de la lésion, ce qui facilite la réparation.

 

Une séance de cryothérapie corps entier

 

Une séance de cryothérapie permet ainsi d’éliminer la sensation de fatigue et d’intensifier les mouvements sanguins vers les organes internes. De plus, on constate une diminution des œdèmes liée à une augmentation, dans le corps du sujet, d’hormones à effet anti-inflammatoire et cicatrisant.

 

Grâce à cette technique, à laquelle il faut se soumettre 30 minutes après la séance du matin par exemple, les sportifs de haut niveau ressentiront les bénéfices sur les séances de l'après-midi ou du jour d'après : moindre effet de la fatigue permettant une bien meilleure qualité de séance. Ce n'est certes pas très agréable, mais on s'habitue au froid et cela améliore tellement la récupération des athlètes qu'ils s'y soumettent très volontiers.

 

Le froid rend-il vraiment l'homme plus fort ?

Indirectement oui. Pas directement, parce que ce n'est pas l'exposition au froid en tant que telle qui va rendre les athlètes de haut niveau plus forts. Elle va simplement leur permettre de mieux récupérer et donc de s'entraîner plus dur et mieux, ce qui théoriquement devrait augmenter leurs performances. 

 

La cryothérapie est vraiment devenue, au même titre que d'autres dispositifs, un élément essentiel de la panoplie de récupération du sportif de haut niveau.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

François Bieuzen

François Bieuzen est "Sport Scientist" à l'Institut National du Sport, de l'Expertise et de la Performance (INSEP) depuis 2007, dans lequel il travaille pour les équipes nationales. François Bieuzen est un expert leader sur la récupération et l'entraînement des athlètes élites au niveau international. Ces recherches sont tournées vers l'études des techniques de récupération pour l'athlète de haut-niveau sur lesquelles il a publié de nombreux articles et ouvrages scientifiques. En tant que physiologiste du sport, il est également consultant auprès d'équipes professionnelles de football, cyclisme ainsi que des équipes et comités olympiques préparant les championnats du monde et jeux olympiques.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€