Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 18 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment la France sert de contre-modèle à Trump

Le décret anti- terrorisme signé par Donald Trump a suscité une indignation mondiale. A tort ! Pas de quoi justifier une telle hystérie collective. Par contre, la nouvelle volonté américaine de se protéger de l’islamisme radical est clairement énoncée. Pour éviter que les Etats-Unis ne connaisse le même sort que… la France

Un Américain à Paris

Publié le
Comment la France sert de contre-modèle à Trump

Qui sait que la France a servi de modèle à Donald Trump ? Ou plutôt de contre-modèle ? Bien peu en France. Les médias ne s’en vantent pas. C’est même le grand non-dit du remue-ménage anti-Trump provoqué par le décret sur l’interdiction temporaire d’entrée aux Etats-Unis signifiée aux ressortissants de sept pays abritant ou sponsorisant des terroristes islamiques. Car ce qui a inspiré cette mesure à Donald Trump et son administration, c’est l’exemple donné par la France. Il s’agit des attaques terroristes répétées, contre Charlie Hebdo, au Stade de France, au Bataclan ou encore à Nice, mais pas seulement.

Il s’agit aussi de l’émergence durable de l’islamisme radical au cœur même de  la société française. Donald Trump et ses conseillers considèrent que cette islamisation insidieuse et générationnelle menace la survie du pays et c’est cela qu’ils veulent éviter aux Etats-Unis.

Pour le comprendre il faudra relire les déclarations des uns et des autres. Mais avant cela quelques précisions s’imposent sur le décret du 27 janvier. Pour calmer l’hystérie collective.  Il renvoie en effet à la question de la sécurité intérieure face au terrorisme islamique, mais aussi à celle du contrôle des frontières et à celle de l’avenir de la société américaine.

Rappel des faits et explications.

Le 27 janvier Donald Trump a signé un décret (« executive order ») instituant l’arrêt pour  trois mois de toute entrée sur le territoire américain de citoyens d’Iran, d'Irak, de Libye, de Syrie, de Somalie, du Soudan, et du Yémen (sauf quelques exceptions, et hormis les détenteurs de cartes vertes, c’est-à-dire les résidents permanents des Etats-Unis). En même temps le décret  a suspendu indéfiniment l’accueil des réfugiés syriens aux Etats-Unis, institué un moratorium de 120 jours sur l’accueil d’autres réfugiés, et limité à cinquante mille par an le nombre total de réfugiés pouvant être accueillis aux Etats-Unis.

La mesure a suscité une vive opposition aux Etats-Unis et une condamnation quasi unanime dans le monde. Elle a aussi provoqué une petite pagaille dans les aéroports du pays, envahis par les manifestants en solidarité avec les personnes visées par les mesures, mais absentes, puisque interdites de territoire...

Ce décret faisait suite à de nombreux autres signés par le président Trump depuis sa prise de fonction, et en particulier un décret du 25 janvier autorisant la construction d’un mur le long de la frontière avec le Mexique et renforçant les rangs des gardes-frontières (+ 5 000 postes)  et des services d’immigration (+ 10 000 postes) afin de juguler l’immigration clandestine.

Toutes ces mesures étaient attendues. Elles faisaient partie des promesses de campagne de Donald Trump. Elles apparaissent, noir sur blanc, dans son « Contrat avec les électeurs américains », un document mis en ligne durant la campagne présidentielle et détaillant les décisions qu’il prendrait lors de ses cent premiers jours. Elles ne constituent en rien une surprise, sinon celle de voir un homme politique… tenir ses promesses.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deneziere - 02/02/2017 - 08:36 - Signaler un abus Bon article de re équilibrage mais...

    ... en attendant, Merkel a aussi raison. Les EU ont signé des accords sur les réfugiés, et là, ils les renient, au moins temporairement et en partie, même s'il y a un fond de lègitimité. Si les grands pays démocratiques n'honorent plus leur signature...

  • Par Liberte5 - 02/02/2017 - 10:40 - Signaler un abus G. Olivier apporte tous les éléments aidant à la compréhension..

    des mesures prises par D. Trump. Il montre aussi l'activisme des des gauchistes(dont B. Obama) pour le discréditer et l'empêcher d'avancer. D. Trump, en voyant la France, a compris combien l'installation en masse de musulmans pouvait changer radicalement la nature,l'identité d'un pays. Qu'il agisse en amont, les Américains lui en seront reconnaissant. Tous les jours , je regrette que nous n'ayons pas , en France d'homme ou de femme comparable à D. Trump pour faire le nettoyage qui doit fait.

  • Par D'AMATO - 02/02/2017 - 12:07 - Signaler un abus LE NETTOYAGE QUI DOIT ÊTRE FAIT...

    ......il faudrait pour cela du courage, de l'intelligence...Autant dire, des qualités qui font singulièrement défaut à nos gouvernants depuis 50 ans. Il faudrait aussi de la perspicacité.....mais cela, avec nos demeurés insipides et calculateurs de leurs intérêts, qui ont pris l'habitude de poser leurs fesses froides sur la face du PAYS, c'est totalement impossible.....

  • Par ikaris - 02/02/2017 - 12:50 - Signaler un abus Merci à G. Olivier pour cet article !

    quoiqu'en éructent ses détracteurs l'action de Trump se situe dans la continuité sur beaucoup de point par rapport à ses prédécesseurs ... mais ses mesures symboliques montrent clairement la voix qu'il entend suivre ... et pour laquelle il a été élu.

  • Par vangog - 02/02/2017 - 14:23 - Signaler un abus "30 ans d'immigration qui ont changé le visage

    de la France...." Mais, mais, il parle comme les visionnaires du Front National, Donald! Il parle bien et agit bien, enfin! Et ça fait mal aux fesses des gauchistes...tant mieux!

  • Par clint - 02/02/2017 - 15:32 - Signaler un abus Trump et Poutine soutiennent le FN pour déstabiliser la France !

    Même plus très forte la France a un siège à l'ONU et peut encore s'exprimer. Quelle belle aubaine s'il y avait un parti qui se retirait de tout et restait dans ses frontières bien enfermé ! Trump ferait même un accord avec le FN (je ne dis pas le France, comme sous Vichy on ne parlait pas de la France) pour nous vendre ses produits d'autant plus que le rapport entre $ et "monnaie de singe" FN ce serait très avantageux pour les US. Mais l'autre, grace à une presse à ses ordres, nous dirait qu'elle a reconquis sa souveraineté !

  • Par Leucate - 02/02/2017 - 23:22 - Signaler un abus @clint - à propos de monnaie de singe

    En 1971, les USA mettaient fin aux accords de Bretton Woods; ceux-ci consacraient le dollar comme monnaie d'échanges internationale mais en contrepartie le dollar pouvait être échangé contre sa valeur en or fixée à 30 dollars l'once - il en vaut 1295 aujourd'hui. Les américains ont alors fait tourner la planche à billet pour payer leur guerre du Vietnam, la course à l'espace et aux armements et faire payer au monde leurs autres déficits. Les monnaies depuis 1971 n'ont plus qu'une valeur fictive. Nous échangeons des sapèques contre des colliers de coquillage.

  • Par Olivier62 - 03/02/2017 - 10:21 - Signaler un abus Quoi, un dirigeant qui défend son pays et ses habitants !

    Quel scandale. Ce n'est pas en France qu'on verrait ça, où entre qui veut venir, et obtenir logements, soins et allocations sociales à tout-va (les "de souche" sont là pour payer); où les joies du multiculturalisme sont exaltées (et tant pis pour la délinquance); et où on ne fait pas "d'amalgame" entre la sympathique religion musulmane (où seulement 400 versets appellent au meurtre des non-musulmans) et les vilains terroristes, d'ailleurs tout à fait excusables car ils étaient "discriminés" par les méchants français. On peut bien sacrifier quelques centaines de "de souche" à leur états d'âmes.

  • Par Deudeuche - 03/02/2017 - 21:30 - Signaler un abus @clint

    Pour l'instant la presse est aux ordres de la gauche et il est souhaitable que cela change...et vite!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gérald Olivier

Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990, avant de rentrer en France pour  occuper le poste de rédacteur en chef au  mensuel Le Spectacle du Monde.  Aujourd’hui il est consultant en communications et médias et se consacre à son blog « France-Amérique ».

Il est l'auteur de Mitt Romney ou le renouveau du mythe américain, paru chez Picollec on Octobre 2012.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€