Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment la France a renoncé à sa vision pour suivre une vision et une politique énergétique européenne qui la dessert

Dans son livre "La France dans le NOIR", Hervé Machenaud, ancien directeur de la branche Asie-Pacifique d'EDF, plaide pour la nécessité de continuer à produire sa propre énergie en France. Entretien.

Idéologie et énergie

Publié le
Comment la France a renoncé à sa vision pour suivre une vision et une politique énergétique européenne qui la dessert

Atlantico : Aujourd'hui selon vous, est-ce que la capacité à produire de l'énergie de la France est mise en danger ? Quelles en sont les causes et le degré de responsabilité de la politique énergétique du pays ?

Hervé Machenaud : Oui, la France et l'Europe toute entière sont menacées d'être dans le noir, et ce par le fait de politiques énergétiques incohérentes.

La mise en service de nouvelles capacités de production subventionnées dans un marché déjà sur-capacitaire, fait tomber les prix de marché de l'électricité en-dessous des coûts de production. Les électriciens, qui produisent à partir de moyens conventionnels non subventionnés, sont tous en très grande difficulté financière, y compris EDF qui a pourtant les coûts de production parmi les plus bas d'Europe. Ces électriciens sont conduits à fermer, et ferment, les centrales les moins rentables de leur parc.

C'est ainsi que ces dernières années, 60 GW (équivalent du parc nucléaire français) ont été fermés en Europe. Or, aux moments des pointes, qui ont lieu le soir dans les périodes de grands froids où il n'y a ni vent, ni soleil, ces moyens manqueront et l'Europe sera dans le noir.

La cause principale réside dans le développement inconsidéré de moyens de production inefficaces, dans la mesure où ils ne peuvent pas contribuer à satisfaire la demande de pointe. L'exemple de l'Allemagne, qui a construit 50 GW d'énergies renouvelables et produit plus de CO2 qu'il y a dix ans, ne semble pas avoir servi. Pas plus que celui de l'Australie qui, après s'être donnée en exemple au motif d'avoir dépassé les 35% d'énergies renouvelables dans son mix énergétique, vient de connaître cinq black-out en moins de deux mois, conduisant le gouvernement à décider la construction en urgence (avant les élections de 2018 !) de 10 GW de turbines à gaz, qui vont coûter 15 milliards de dollars aux contribuables. 

Oui, les politiques sont responsables, et responsables aussi des milliards qui sont transférés chaque années du public vers des intérêts particuliers au détriment de l'intérêt général. 

Pour autant, la transition énergétique revêt un caractère impérieux. Comment alors concilier intelligemment les deux sans sacrifier l'un à l'autre pour préserver au mieux les intérêts de la France ?

Qu'est-ce que la transition énergétique? Officiellement, il s'agit de réduire la production de CO2. Or, la France produit près de 95% de son électricité sans production de CO2. C'est pourtant l'électricité qui doit montrer l'exemple de la transition énergétique, en développant les énergies renouvelables intermittentes qui ont conduit l'Allemagne et l'Australie à augmenter leur production de CO2. C'est, en revanche, le transport et le chauffage résidentiel au fuel et au gaz qui, en France, sont les principales source d'émission de CO2. Mais c'est la part de l'électricité dans le chauffage résidentiel, responsable en France de la pointe de consommation, qui est stigmatisée. Jusqu'où poussera-t-on l'incohérence? Est-ce par conviction, incompétence, aveuglement, ou y aurait-il d'autres intérêts en jeu? 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Hilario - 01/05/2017 - 09:47 - Signaler un abus Pour renforcer la France

    Si la France a le bon sens de maintenir et d'augmenter sa capacité nucléaire alors que l'Allemagne est paralysée par les problèmes qui surviennent avec l'arrêt nucléaire, la France va bientôt apparaître comme leader industriel européen.

  • Par vangog - 01/05/2017 - 22:21 - Signaler un abus Excellent article qui corrobore les craintes des patriotes FN!

    depuis la déregulation et l'ultra-capitalisme de connivence gauchiste, l'électricité coûte plus chère et fait courir des risques de pénurie...c'est le cas pour l’électricité, soumise aux dogmes écolo-réactionnaires d'une ultra-minorité de fellés, mais c'est aussi le cas dans tous les domaines dé-régulés. Finalement, les gogos qui voteront Macron-Rothschild s'apercevront, mais un peu tard, que leur héros de roman-photo est nul, et sera obliger de re-réguler ce qui a été dé-régulé par les gauchistes (sens large), avec d'immenses pertes et d'immenses coûts. Ben oui, Macron! s'il y a eu une régulation, et une mainmise de l'état, , c'est qu'il y avait une raison...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Hervé Machenaud

Hervé Machenaud, X Ponts et IEP Paris, a mené toute sa carrière professionnelle au cœur des questions industrielles liées à l’énergie, tant en France qu’à l’étranger. Il réside actuellement en Chine où il a participé durant plus de trente ans au développement du programme énergétique.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€