Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 24 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment le FN est en train de doubler la gauche par sa gauche

Le Front National est un parti qui au fil de son existence et des événements de la deuxième moitié du XXe siècle a toujours su s'adapter. La dernière mue en date a pris de cours l'ensemble du panel politique actuel.

Tadaaaa !

Publié le
Comment le FN est en train de doubler la gauche par sa gauche

Le temps des postures est derrière nous, celui des analyses fines arrivera plus tard, il faut maintenant poser les bonnes questions. Pourquoi 25 % au FN ? Le sujet est complexe et surtout difficile à analyser. Jean-Pierre Le Goff le fait remarquer dans le Monde : "la peur d'être qualifié de "réactionnaires" par un milieu parisien, restreint mais influent, en a fait taire beaucoup". Malgré cette difficulté une petite musique se fait entendre chez certains intellectuels : le FN n’est-il pas entrain de doubler le NPA sur sa gauche ?

A droite toute

Tous les grands partis dérivent à droite.

Par respect pour ses derniers militants issus des classes populaires, nous ne parlerons pas du schuss du PS. Cette dérive libérale va inciter l’UMP à surenchérir et il ne faut pas la forcer beaucoup. Ne comptons pas sur les Verts. Elle est très loin l’époque où ils imaginaient un protectionnisme progressiste et intelligent sous la plume d’Alain Lipietz. Le très libéral Jean-Vincent Placé a l’insulte facile, Montebourg en sait quelque chose. Même le Front de Gauche a du mal à tenir un discours ferme sur l’Europe. Le PC a renié ses engagements de 1984, à l‘époque où il se battait contre l’entrée du Portugal et de l’Espagne dans la Communauté au nom de l’emploi et de la défense de la protection sociale. Last but not least, devant l’obstacle Jean-Luc Mélechon piétine. Sur Médiapart, récemment, il se proposait d’aller dire aux Allemands que "cela ne peut plus durer". Ter repetita, pour ceux qui se souviennent encore des discours de ses anciens compagnons, Jospin puis Hollande. Le glissement est donc général, seul le FN prend la tangente, il dérive à gauche.

Philippot le transfert du chevènementiste

Pour dépasser les rapides anathèmes, il suffit de lire ou de regarder les publications et les discours récents du parti de Marine Le Pen. Celui de Tours en 2011 est édifiant. Après l’hommage au père, la nouvelle présidente du FN n’y va pas par quatre chemins : "L’Europe de Bruxelles a imposé partout les principes destructeurs de l’ultralibéralisme et du libre échange, au détriment des services publics de l’emploi, de l’équité sociale".  L’équité sociale ? Un nouveau thème au FN. Et c’est comme cela que depuis trois ans, avec son second  Florian Philippot, la présidente  égrène ses nouvelles marottes : "Il nous faut un Etat fort", qui "doit retrouver son rôle régulateur… se réapproprier le contrôle de certains secteurs stratégiques comme l’énergie, les transports, et, si nécessaire, les banques". Son discours sur l’Europe fait mouche. Le nouveau couple n’a peur de rien, empruntant même les thèses de Piketty sur la nécessité d’une "révolution fiscale". 

Le FN n’a pas beaucoup à faire. Il n’y a qu’à piocher, la gauche de la gauche a fait une grande partie du travail. Transfuge chevènementiste, Florian Philippot est arrivé avec les armes dans ses bagages. Il connait la boutique. Depuis bientôt vingt cinq ans Daniel Mermet sur France Inter critique les dérives du libéralisme. Frédéric Lordon, Jacques Sapir, Aurélien Bernier et Gaël Giraud proposent des critiques articulées sur l’Europe et l’Euro. Emmanuel Todd et François Ruffin ont développé un discours structuré sur le protectionnisme. Le travail de ces intellectuels n’est pas clairsemé, il se concentre essentiellement au Monde Diplo et parfois chez Marianne.

Victoires sur des terres de gauche

La stratégie est payante, car cette évolution du discours est suivie par celle de l’électorat du FN. Depuis 2012, il gagne beaucoup sur les terres de gauche. Dans Le mystère français Hervé Le Bras et Emmanuel Todd ont constaté cette évolution (Hervé Le Bras, Emmanuel Todd, Le Mystère français, éditions du Seuil, 2013). Pour simplifier, jusque là le FN de Jean-Marie était très bien représenté dans deux "bastions", les départements méditerranéens avec ses pieds-noirs, et dans l’Est, plus spécialement dans la région lyonnaise et en Alsace. Avec son nouveau discours le FN a conquis de nouvelles zones et il a perdu des électeurs dans ces bastions traditionnels que le père avait su conquérir. En 2012 c’est 5 % de moins en Alsace et dans la région lyonnaise ainsi que dans l’ouest de la région parisienne, "le FN se retire des villes et des banlieues où résident les immigrés pour aller vers le vieil espace révolutionnaire français, central, de tradition libérale égalitaire". "Le FN est devenu économiquement et territorialement le parti des dominés", "ces terres de Sous-France", pour reprendre l’expression de Daniel Mermet. En 2007, en avance de phase, la science politique avait déjà parlé de "gaucho-lepénisme".  2014 confirme cette analyse, le FN se serait même développé sur les dernières terres qui lui résistaient, celle du "catholicisme zombi", en d’autres mots il gagne progressivement à l’ouest sur les dernières terres PS en dehors des grandes villes.

Nous sommes tous des électeurs amnésiques

Face à ces deux avancées, les belles âmes se rassurent : "Personne ne pourra oublier que le FN est d’abord et avant tout un parti raciste". Une publication récente de Fakir éditions nous met en garde contre cette belle illusion en soulignant à la fois la plasticité du FN mais surtout notre amnésie (François Ruffin, "Pauvres actionnaires !" Quarante ans de discours économique du Front national passés au crible. Fakir Editions). Qui se souvient que bien avant d’être raciste, le FN et Jean Marie Le Pen étaient d’abord anticommunistes ? C’était leur cheval de bataille jusqu’à la chute du mur de Berlin. Une preuve amusante ? Seuls les hypermnésiques de plus de 80 ans se souviennent de l’auteur de ce discours de 1958 à l’Assemblée Nationale : "Ce qu’il faut dire aux Algériens, ce n’est pas qu’ils ont besoin de la France mais que la France a besoin d’eux... ils seront… la partie dynamique et le sang jeune d’une nation française dans laquelle nous les aurons intégrés". Autre temps, autres mœurs, Jean Marie Le Pen plaidait alors sans complexe pour une Algérie Française. En vingt ans le père est arrivé à nous faire oublier ce discours, combien de temps la fille prendra-t-elle pour nous faire oublier le racisme du père ? Alors le FN aura doublé Mélenchon sur sa gauche.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 08/06/2014 - 10:11 - Signaler un abus Encore une analyse bipolaire

    faite pour coller au vieux schéma traditionnel gauche-droite, avec force termes translatifs, "glissades", "schuss", "dérive" etc... Mais ces analystes archaïques n'ont pas encore compris que le schéma bipolaire archaïque enseigné dans les écoles de la pensée unique a explosé sous les coups de butoirs de la réalité du monde d'aujourd'hui! Si les politiciens Français -et ses analystes-ne s'adaptent pas au monde multi-polaire qui va bientôt nous submerger, ils vont faire crever la France, c'est aussi simple que cela! À l'heure où l'état -soi-disant-le plus libéral au monde, les USA, nous impose sa loi hyper-régulatrice et sa police financière, à l'heure où l'état le plus corrompu au monde, la Russie, brandit la menace d'une troisième guerre mondiale pour préserver la sphère d'influence économique de ses oligarques, nos pitoyables analystes en sont encore à se demander si le terme "social" dans un discours de Marine Le Pen est révélateur d'un virage à l'extrême-gauche, ou si la défense des intérêts des travailleurs au même titre que tous les Français est un aveu de gauchisme? Non, il faut dépasser très rapidement ce vieux clivage gauche-droite fait de postures et de fantasmes...

  • Par vangog - 08/06/2014 - 10:28 - Signaler un abus Il faut dépasser ce vieux clivage gauche-droite

    fait de postures et de fantasmes... Dès que la menace d'un changement trop brutal de l'arsenal bipolaire français se précise à ces analystes du passé, ils nous ressortent le vieil épouvantail du racisme comme anathème suprême de la médiocrité intellectuelle, censé protéger les propriétaires des idéologies archaïques du passage sur leurs terres des politiciens libres de toute chapelle comme ceux du FN. Qu'ils comprennent-enfin-qu'il n'existe plus de chasse-gardée idéologique en France, que les barbelés qui séparaient les vieilles idéologies gauche-droite ont été sectionnés, non pas du fait de l'arrivée du FN, mais par la simple incapacité des idéologies passéistes, qu'elles soient de droite ou de gauche, à s'adapter à la modernité et aux défis auxquels est confrontée la France. Avec les chasse-gardées, les symboles de notre passé politique se sont dissouts et les mots ont retrouvé leur Liberté. Le FN peut parler d'identité nationale et de sécurité sans faire allégeance à la droite archaïque, et il peut parler de défense des travailleurs et d'équité sociale sans succomber à la dictature de la pensée gauchiste. Car il est devenu le seul centre de gravité de la vie politique française!

  • Par Benvoyons - 08/06/2014 - 10:29 - Signaler un abus vangog - 08/06/2014 - 10:11 Mais EBOLA n'arrête pas

    d'encenser la Russie et Poutine? alors Vent Gogue tu quittes le FN d'EBOLA!

  • Par Leucate - 08/06/2014 - 12:28 - Signaler un abus A chaque jour suffit sa peine

    L'auteur semble reprocher au FN d'avoir abandonné son anticommunisme après la chute du mur de Berlin. La fin de l'URSS il y a 23 ans fut la fin du marxisme léninisme qui ne subsiste plus que dans des groupuscules gauchistes (trotskistes) et dans un PCF résiduel en voie de disparition. Le communisme en tant que force politique et militaire n'est plus qu'un mauvais souvenir de ma génération baby-boom. Pourquoi le FN passerait-il aujourd'hui son temps à lutter contre un cadavre ? Comme le disait GK Chesterton, «Ce n’est pas faire preuve de courage que de s’en prendre à des choses dépassées ou désuètes, pas plus que de provoquer sa grand-mère. L’homme réellement courageux est celui qui brave les tyrannies jeunes comme des matins et les superstitions fraîches comme les premières fleurs.» Les deux problèmes actuels sont l'UE et l'Euroland qui empoisonnent et font mourir notre Peuple à petit feu tandis que Schengen pousse au Remplacement de population et que la vassalisation programmée à la Finance américaine (TAFTA) menace de nous détruire, de détruire l'Europe à coup sur. C'est donc contre l'UMP/PS et leurs européistes déjantés qu'il convient de lutter aujourd'hui.

  • Par MEPHISTO - 08/06/2014 - 15:33 - Signaler un abus Le parti du prolétariat

    C 'est aujourd' hui le Front National : parce qu 'il est le seul à vouloir représenter , en particulier , les travailleurs (euses ) FRANCAIS ( SES ) de souches ou les autochtones . à prendre la défendre des petites et moyennes entreprises contre les multinationales, du " savoir-faire" à la FRANCAISE face à la mondialisation . la prédominance de la culture, de l 'histoire , des traditions ancestrales, de la langue FRANCAISE et de la religion chrétienne catholique sur les autres communautés ethniques , venant d' autres horizons , vivant dans l 'hexagone . ils prônent comme valeurs : les relations hommes-femmes,la famille,l 'école , le travail et l 'honnêteté opposés à l 'homosexualité , le chômage, la criminalité et la délinquance. ils sont devenus la voix de celles et ceux qui doutent de leurs dirigeants actuels et passés , qui cotisent , qui paient leurs impôts et taxes et que ne voient plus un avenir meilleur pour eux et leurs descendants

  • Par 2bout - 08/06/2014 - 19:57 - Signaler un abus Même dans une salle de soins de l’EHPAD,

    il suffit d’une Webcam et de la complaisance d’une infirmière peroxydée pour réveiller la verve du patriarche. Collard, mais aussi la fillotte, condamne. Et après ? Si la bonne méthode pour réduire l’attractivité du FN était de faire converger ses attaques sur ce que représente le père, sans doute le FN ne disposerait pas du socle électoral qu’il possède aujourd’hui. Mais il faut insister, par paresse je le répète. Collard encore, aficionado de corridas, pourrait vous l’expliquer. Offrez la muleta au toro, et sa mise à mort est la suite logique.

  • Par sheldon - 09/06/2014 - 00:09 - Signaler un abus Vous avez aimé Hollande (la finance..), vous adorerez Le Pen !

    Le Pen et Philippot sont beaucoup, beaucoup plus démagogiques que Hollande quand il avait éructé : "mon ennemi c'est la finance", ils sont aussi dangereux que Chavez, avec le pétrole en moins comme ressource, pour l' économie de la France. Et connement la gauche ne parle que des atteintes aux libertés, au fascisme, à l' anti sémitisme alors qu'ils le sont de moins en moins car leur "bréviaire" c'est le programme communiste russe : c'est à dire du communisme patriotique !

  • Par 2bout - 09/06/2014 - 22:28 - Signaler un abus A force de responsabilisation,

    L'Etat-providence déroule doucement vers l'Etat-protecteur, l'Etat-nounou.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bertrand Rothé

Bertrand Rothé est agrégé d’économie, il enseigne à l’université de Cergy-Pontoise et collabore régulièrement à Marianne. Il est déjà l’auteur de Lebrac, trois mois de prison (2009) et co-auteur de Il n’y a pas d’alternative. (Trente ans de propagande économique).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€