Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 01 Octobre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment en finir avec ce "libéralisme à la française" qui maintient aujourd’hui le pays et les Français dans la crise

Si la France est aujourd’hui en crise, c’est parce qu’elle s’est enlisée depuis trente ans dans le libéralisme. Car, la France, malgré ses dépenses publiques records et son droit du travail pléthorique, est bel et bien libérale. Extrait de "En finir avec le libéralisme à la française", de Guillaume Sarlat, publié chez Albin Michel (1/2).

Bonnes feuilles

Publié le

La France est en panne de croissance et de progrès social depuis de longues années. Les administrations sont lourdement endettées. Par ailleurs, les fractures sociales dans la population française, entre les territoires, entre les catégories socioprofessionnelles, suivant les convictions sociétales, etc., sont largement visibles ces derniers mois : Manif pour tous, Bonnets rouges, Printemps français, mouvements écologistes radicaux…

 Au vu de cet état de fait, beaucoup concluent aujourd’hui que la France serait au bord du gouffre et d’une explosion économique et sociale prochaine.

Souvent, ceux qui font ce constat s’en réjouissent d’ailleurs à demi-mot, car ils pensent que la France ne sait se réformer que dans la crise, par des mesures brutales, de la dernière chance.

Les Français seraient en effet soi-disant restés marqués par l’expérience de la Révolution française et ne concevraient donc pas d’évolution progressive, au contraire par exemple du Royaume-Uni ou de l’Allemagne.

A LIRE AUSSI - Responsabiliser les entreprises et moduler les cotisations chômage : deux solutions pour sortir de notre dramatique "libéralisme à la française"

Mais sur le plan financier, la politique monétaire irresponsable de la BCE protège la France de tout décrochage économique à court terme, grâce aux liquidités colossales mises en circulation.

Et la France n’est pas non plus au bord du gouffre sur le plan social.

Certes les tensions au sein de la société française sont tout à fait réelles. Certains pensent être victimes du système, alors que d’autres ont le sentiment plus ou moins conscient d’en profiter.

A LIRE AUSSI - Pourquoi les Français sont beaucoup plus libéraux qu’ils ne le croient eux-mêmes

Mais au final, qui a aujourd’hui véritablement intérêt à une crise sociale et à une remise en cause de ce système où coexistent une économie très libérale et un espace social où sont pris en charge les exclus du système ?

Les dirigeants des multinationales, qui profitent de l’endogamie protectrice de l’establishment français ?

Les cadres et professions intermédiaires, qui voient leurs impôts augmenter chaque année et leurs perspectives d’ascension sociale, ainsi que celles de leurs enfants, se boucher, mais qui travaillent 35 heures par semaine, bénéficient de neuf voire dix semaines de congés payés par an, et peuvent contourner l’insécurité grandissante et des services publics en chute libre en se regroupant dans des ghettos ?

Ou peut-être les salariés les moins qualifiés, avec un salaire minimal parmi les plus élevés du monde ? Les chômeurs, qui bénéficient d’un des dispositifs d’indemnisation les plus favorables d’Europe ?

Et même les titulaires des minima sociaux, qui dépendent du maintien de ces dispositifs pour vivre et ne savent pas par quoi ils pourraient être remplacés ?

La France est certes en crise, avec des situations individuelles très contrastées et parfois dramatiques, mais personne n’a individuellement intérêt à une rupture brutale.

La France a donc aujourd’hui une opportunité historique d’infléchir son modèle, progressivement et sans rupture brutale, sans en appeler à la révolution.

Mais pour sortir ainsi sans heurts du libéralisme à la française qui maintient aujourd’hui le pays et les Français dans la crise, encore faut-il renouveler les modalités d’intervention de l’État. La transition ne se fera pas par des injonctions ou par des interdictions catégoriques, mais par des incitations.

Extrait de "En finir avec le libéralisme à la française", de Guillaume Sarlat, publié chez Albin Michel, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par MONEO98 - 02/05/2015 - 10:51 - Signaler un abus Pauvre Bastiat

    "Mais pour sortir ainsi sans heurts du libéralisme à la française qui maintient aujourd’hui le pays et les Français dans la crise, encore faut-il renouveler les modalités d’intervention de l’État. La transition ne se fera pas par des injonctions ou par des interdictions catégoriques, mais par des incitations." si je comprends bien c'est un libéralisme qui ne fonctionne pas non en raison de la liberté individuelle revendiquée par le libéralisme mais à la mauvaise qualité des interventions Etatiques... vive la Novlangue

  • Par Deudeuche - 02/05/2015 - 10:59 - Signaler un abus "Polytechnicien et inspecteur des finances"

    ah, ah, ah , hi hi hi! mort de rire! Autant demander au diable de prendre la défense de l'enfer!

  • Par Deudeuche - 02/05/2015 - 10:59 - Signaler un abus "Polytechnicien et inspecteur des finances"

    ah, ah, ah , hi hi hi! mort de rire! Autant demander au diable de prendre la défense de l'enfer!

  • Par Benvoyons - 02/05/2015 - 11:00 - Signaler un abus Franchement acheter un livre écrit par un profiteur de l'Etat

    cela serait un comble de la connerie. Vous avez suffisamment sucé les Français (Inspecteur des Finances) pour qu'en plus ils abondent de nouveau votre porte monnaies Socialo Marxiste et Socialo Nationaliste. Tous les râteliers sont bons pour des gens comme vous.

  • Par Ganesha - 02/05/2015 - 11:58 - Signaler un abus Deudeuche et Benvoyons

    Cher Deudeuche, Cher Benvoyons, vous publiez ici des commentaires assez critiques, et pour le second d'entre vous, un long texte dans l'autre article de mr Sarlat. Je réalise, par expérience personnelle, le temps et l'effort intellectuel qui sont nécessaires pour aboutir à un tel résultat. Je viens, pour ma part, de publier un commentaire dans l'article de mr Goetzmann sur le 1er Mai, dans lequel je cite entre autres mon ami Benvoyons et sa ''charmante obsession'' envers ces ''maudits fonctionnaires'' : je serais absolument ravi que vous me lisiez !

  • Par Eolian - 02/05/2015 - 12:22 - Signaler un abus Le libéralisme à la française?

    On rêve. M. Sarlat confond pense peut-être à "libéralisme" à l'américaine qui veut dire socialisme. Libéralisme en France? il faut vraiment chercher sous la moquette où il se trouve!

  • Par perceval - 02/05/2015 - 16:55 - Signaler un abus D'accord avec ces commentaires

    Dans l'acception en langue française du mot libéralisme celui-ci n'a JAMAIS existé en France...qu'en littérature et effectivement comme dirait "Deudeuche" : polytechnicien et inspecteur des finances ah, ah, ah,hi, hi, hi...c'était l'article comique du weekend.

  • Par vangog - 02/05/2015 - 23:54 - Signaler un abus "Destruction créatrice"?

    Il y a bien longtemps...la France fut libérale. Mais le gauchisme a corrompu la France, et a exporté son socialisme en UE. Il aujourd'hui impossible de revenir en arrière sans faire imploser ce système de rentes et prébendes de petits nobliaux gauchistes. Il n'y a pas à tortiller, car l'UE s'effondrera bientôt sous le poids de ses contradictions, entraînant avec elle les plus endettés des pays gauchistes. Cet effondrement des constructions bancales de l'UE doit être anticipé, afin de préparer l'Europe des Nations stratèges et libérales...lorsque la psychothérapie FN sera achevée!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guillaume Sarlat

Polytechnicien et Inspecteur des Finances, Guillaume Sarlat, a fondé et dirige à Londres une société de conseil en stratégie aux entreprises.

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€