Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 29 Mai 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment devient-on accro au numérique ?

Les nouvelles technologies sont partout au point qu'on ne peut pas y échapper, ou presque. Ainsi, entre usage régulier et vraie addiction au numérique, la frontière est mince. Premier épisode de l'addiction numérique, demain : Comment s'en sortir.

Nouvelles addictions

Publié le
Comment devient-on accro au numérique ?

Les nouvelles technologies sont de plus en plus performantes et intrusives Crédit Reuters

Atlantico : Portables, tablettes, ordinateurs, les nouvelles technologies nous entourent. Elles sont partout : au bureau, à la maison, dans les magasins… Nous en avons tous un usage régulier, à partir de quel moment pouvons-être considérés comme addicts aux nouvelles technologies ? Comment cette addiction se traduit-elle au quotidien ?

Michael Stora : Cela ne se traduit pas tant en terme d’heures passées sur les nouvelles technologies qu’en termes de rupture des liens sociaux réels. L’addiction se manifeste par un décrochage de la vie sociale : refus de participer à des repas de famille, moins de sorties en couple, abandon de ses responsabilités de parent... Pour les enfants cela commence par l’absence de présence au repas du soir et cela peut aller jusqu’à la déscolarisation.

Les nouvelles technologies mettent la vie sociale au second plan petit à petit.

Pour lire les autres épisodes de notre série de la semaine sur les Nouvelles addictions, consultez notre dossier : ici.

Il faut faire le distinguo entre les moments excessifs et l’addiction. On peut avoir des périodes, courtes, d’utilisation excessive du numérique, cela ne traduit pas nécessairement une addiction. Les vrais dépendants ont ce comportement sur une longue période qui peut se compter en mois, voire en années.

Dan Véléa : La e-dépendance et le concept de cyberdépendance sont apparus vers le milieu des années 1990. Les premiers écrits sont nord-américains, Ivan Goldberg, suivi en 1996 par mes écrits français. Le concept concernait l’usage abusif et addictif de l’outil Internet par des jeunes étudiants dans le cadre de leurs études, par des joueurs sur ordinateurs, mais aussi dans des groupes de paroles (IRC – précurseurs des chats modernes).

L’évolution des outils informatiques s’accompagne par la suite d’une véritable explosion de demande consultation. La e-dépendance apparaît comme une véritable addiction, répondant à tous les critères scientifiques des maladies addictives :  focalisation sur un comportement, replis sur soi, désinvestissement d’autres centres d’intérêt.

Qu'est-ce que cette addiction révèle de notre profil psychologique ?

Michael Stora : L’addiction fait partie des pathologies narcissiques, ce sont des pathologies de la confiance ou de l’estime de soi. Internet est un révélateur, un amplificateur et un facilitateur d’une pathologie préexistante. La dépendance aux nouvelles technologies relève d’une dépendance aux autres, qui existe depuis bien longtemps, on la retrouve notamment dans la passion amoureuse. Cela se traduit par des individus qui vont vivre des histoires passionnelles avec quelqu’un sans jamais le rencontrer via des forums, des guildes… Sur Facebook ou les autres réseaux sociaux, on observe une dépendance au nombre de commentaires, de « likes », des tweets… au final c’est une nouvelle fois une dépendance à l’autre.

L’addiction est une lutte anti-dépressive, c’est une manière paradoxale de se soigner. A la base, il y a une problématique dépressive, Internet va être utilisé comme un « Prosac interactif » qui viendrait colmater les blessures. Chacun d'entre nous a des périodes où sa confiance en lui ou en elle peut baisser, après chez certains sujets c’est plus grave ; ces derniers  vont chercher dans les réseaux sociaux, dans ces mondes virtuels une manière paradoxale de se soigner.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 03/07/2013 - 09:12 - Signaler un abus Prozac

    Article nettement plus raisonnable que celui qui concerne l'addiction au porno ! Un ado qui se réfugie dans Youtube et autres plaisirs virtuels, nous en connaissons tous... mais la crise d'adolescence, cela existe depuis très longtemps, simplement sous d'autres formes... Mais contrairement à l'article sur le porno, on ne sent pas ici la volonté de répréssion ou l'illusion absurde qu'en écrasant le symptôme on guérit la maladie ! Problème récurrent sur ce site : Prozac s'écrit avec un "Z"... Des typographes plus cultivés ? Faire au moins relire les articles par leurs auteurs ?

  • Par mado83@free.fr - 03/07/2013 - 10:34 - Signaler un abus jeux

    Il est certains que, quand les centres d'intérêts actifs diminuent (notamment chez les personnes agées)l'on se "raccroche comme l'on peut. à des activités virtuelles pour garder un cerveau actif...c à d, les jeux, facebook, twitter et télé..les relations familiales où amicales se diluant peu à peu avec le temps..

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michael Stora et Dan Véléa

Michael Stora est psychologue clinicien pour enfants et adolescents au CMP de Pantin. Il y dirige un atelier jeu vidéo dont il est le créateur et travaille actuellement sur un livre concernant les femmes et le virtuel. 

Dan Véléa est docteur et psychiatre addictologue à Paris. Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur les addictions, dont Toxicomanie et conduites addictives (Heures-de-France). Avec Michel Hautefeuille, il a co-écrit Les addictions à Internet (Payot).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€