Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 20 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Comment le basculement massif de la Chine dans la société de consommation va bouleverser le monde... voire pire

L'augmentation du consumérisme inquiète particulièrement les Américains, qui craignent de voir le mode de consommation chinois concurrencer le leur. Mais derrière cette consommation monstre se cache un pays encore en construction.

Chinatown

Publié le - Mis à jour le 15 Juin 2017
Comment le basculement massif de la Chine dans la société de consommation va bouleverser le monde... voire pire

Atlantico : La consommation chinoise serait passée de 650 milliards de dollars à 1400 milliards de dollars en seulement 10 ans (2000-2010). On connait l'impact qu'a la Chine sur le marché du luxe aujourd'hui, modifiant de façon très importante ce marché spécifique depuis quelques années. Mais le consumérisme chinois pourrait-il redéfinir toute la consommation mondiale ? En quoi la volonté de plaire au consommateur chinois pourrait modifier l'offre faite aux consommateurs du monde entier ? Vers quelles tendances ?

Deniz Ünal : Il y a en effet eu une augmentation notable des produits de consommation dans la demande chinoise dans les années 2010. Au Cepii, nous nous sommes penchés sur la question non pas du point de vue du consumérisme chinois et la redéfinition de la consommation mondiale, mais du point de vue du marché chinois de biens de consommation et de ses principaux fournisseurs. Quelque soit le goût des consommateurs chinois, le marché de biens de consommation en Chine est pour le moment très réduit par rapport à ceux des États-Unis et de l’Union européenne. Le Panorama du CEPII sur le décollage du marché des biens de consommation en Chine montre la place primordiale qu’occupent les produits de haut de gamme de prix dans les importations du pays. Loin d’imposer leurs propres goûts au monde entier, les chinois raffolent des produits occidentaux qu’ils ne peuvent pour le moment produire. Les automobiles de haut de gamme occupent la première place dans les importations de biens de consommation en Chine. L’Europe y est le principal fournisseur grâce aux exportations massives de l’Allemagne. La Chine construit de plus en plus de véhicules mais ces produits de bas de gamme de prix ne s’adressent pas à la même clientèle. Si les chinois viennent un jour à imposer leurs goûts au monde, ce ne sera pas d’abord dans les automobiles mais sans doute dans les produits électroniques.

 
 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Michèle Plahiers - 13/06/2017 - 11:59 - Signaler un abus Consummérisme.

    Les chinois sont passé directement du maoïsme à la société de consommation sans intégrer les vieilles traditions. En fait, elle non rien changé dans leur transition.

  • Par cloette - 13/06/2017 - 13:09 - Signaler un abus La Chine s'oriente

    Vers la consommation intérieure , elle est la cible de la politique americainé ,bien â tort, ce n'est pas elle qui menace le monde . On n'oblige personne à délocaliser chez elle ! La tendance en ce moment c'est de revenir sur leur passé ( fouilles archeologiques', premiers hommes apparus' etc ) .

  • Par Michèle Plahiers - 13/06/2017 - 15:05 - Signaler un abus Relu

    Consummérisme. Les chinois sont passé directement du maoïsme à la société de consommation sans intégrer les vieilles traditions. En fait, ils n'ont non rien changé dans leur transition. Cloette: oui sur Arté... mais minoritaires.

  • Par cloette - 14/06/2017 - 09:08 - Signaler un abus @michele

    Le hasard m'a fait connaître il y a qq annèes une chinoise qui était à Paris pour une thèse de littérature française ( elle enseignait dans une université chinoise) . J'avais étais surprise de l'entendre parler Français sans aucun accent et exactement comme une Française ainsi que de sa vaste culture, sa sœur est archéologue et fait des conférences internationales . Peut être que ces intellectuels sont minoritaires , mais minoritaires dans un pays de 1, 5 milliard d,h ça fait quand même beaucoup ! Pays géré par un gouvernement très très autoritaire mais "cérébral" . On aurait tort de les mépriser , nous occidentaux orgueilleux !

  • Par ISABLEUE - 14/06/2017 - 10:39 - Signaler un abus Mépriser ?? NOn

    mais vous conviendrez que leurs marchés aux chiens et aux chats peut donner envie de vomir. Cette semaine, c'était âne vivant pour les tigres au zoo... non pas de mépris. DU DEGOUT;

  • Par Indra kita - 14/06/2017 - 11:19 - Signaler un abus Naze

    Cette 'intellectuelle' ne connais rien à la Chine ! Bien sûr , ils importent du luxe Européen , mais ça ne vas pas durer..... Voir le Japon ,il y a 25 ans , Vous les avez fait où , vos études ?

  • Par Michèle Plahiers - 14/06/2017 - 11:35 - Signaler un abus cloette

    Vous avez en partie raison. J'ai un ami qui qui apprend le chinois et confirme ce que vous écrivez. Mais j'ai regardez une émission sur un autre versant de la Chine: La polituqe de l'enfant unique (donc élimination des filles) qui mène à la production a grande échelle de poupées grandeur nature (encore plus belles que la réalité mélange de chinoises et d'occidentales) pour célibataires. Je les imagine ensuite jetées en tas tas dans une déchetterie ( comme le découverte des charniers d'Auschwitz, mais version trash de luxe "art contemporain" - compression de César,...)

  • Par Michèle Plahiers - 14/06/2017 - 11:37 - Signaler un abus Relu

    Vous avez en partie raison. J'ai une amie qui qui apprend le chinois et confirme ce que vous écrivez. Mais j'ai regardé une émission sur un autre versant de la Chine: La polituqe de l'enfant unique (donc élimination des filles) qui mène à la production à grande échelle de poupées grandeur nature (encore plus belles que la réalité; mélange de chinoises et d'occidentales) pour célibataires. Je les imagine ensuite jetées en tas dans une déchetterie ( comme le découverte des charniers d'Auschwitz, mais version trash de luxe "art contemporain" - compression de César,...)

  • Par cloette - 14/06/2017 - 12:11 - Signaler un abus Détails supplémentaires

    Pour les chiens et les chats : ils sont interdits pour l'alimentation par une loi , mais ... c'est d'ailleurs dans toute l'Asie . Je me souviens avoir goûté à Bangkok à une boulette qui paraissait appétissante , j'ai recraché avec dégoût car le goût ne m'était pas identifiable , beurk . Pour l'àne une recherche sur internet donne la raison : c'est un actionnaire du zoo qui n'était pas content de sa rentabilité ( le gros problème c'est lefric et la corruption, ) (les spectateurs étant horrifiés) Les Chinois savent aimer les animaux ( reportages su ceux qui s'occupent avec amour des pandas ) . Pour l'enfant unique , il pouvaient en avoir deux mais avec amende, maintenant depuis peu c'est autorisé . ... L'ethique n'étant pas leur point fort , il faut s'inquiéter des modifications génétiques transhumanistes qu'ils n'auront aucun scrupule à pratiquer ( sans doute ils font déjà des essais ! )

  • Par ISABLEUE - 14/06/2017 - 14:22 - Signaler un abus cloette : pour l'enfant unique, parlons aussi de tous ces

    enfants nés deuxième ou plus, qui n'ont pas d'existence légale, pas de papiers, pas le droit d'aller à l'école ni de se faire soigner !!! Un scandale. les pauvres enfants. Et aussi les enfants de personnes qui sont en prison, et qui sont dans des espèces de DASS qui ressemblent à des mouroirs....

  • Par vangog - 14/06/2017 - 20:33 - Signaler un abus Article pas lu, tellement il est mal écrit...

    mais voici ma contribution: La consommation chinoise paraît être très particulière et très artificielle, fondée sur la copie ou la reproduction comportementale. Lorsque les Chinois entrent dans un commerce occidental, ils demandent rarement conseil, et, s'ils le demandent, paraissent peu réceptifs à l'argumentaire du vendeur. Ils viennent souvent avec des noms ou des images de produits glanés sur les réseaux sociaux, et sont prêts, eux-même, à racheter tout le stock de ces seuls produits, afin de les diffuser (revendre?) à leurs amis, de retour en Chine. Là où l'occidental considère que son cas est unique et mérite un produit adapté à ses particularités intrinsèques (identitaires...), le chinois considère que seule la consommation démultipliée crédibilise un produit et le rend attractif par le plus grand nombre (collectif...)...inversion des normes!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Deniz Ünal

Deniz Ünal est économiste et rédactrice en chef de la collection Panorama du CEPII qui propose des analyses pédagogiques et des éclairages statistiques sur les questions d’économie internationale. Elle est aussi la coordinatrice des Profils du CEPII Visual Data, des pages interactives qui offrent une lecture structurée du commerce international à travers les indicateurs et bases de données développés par le CEPII. Ses domaines de recherche comprennent le commerce international de biens et de services, les accords de commerce régionaux, les comparaisons internationales de niveaux de prix et de coûts salariaux dans l'industrie, la Turquie et la Chine.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€