Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Come-back kid à la française ? Ce que Sarkozy devrait se rappeler de ses précédentes traversées du désert pour réussir son retour

De retour au premier plan depuis plusieurs mois après une mise en retrait de la vie politique en 2012, Nicolas Sarkozy tente tant bien que mal de retrouver son ancien statut. En ce sens, l'exemple de ses traversées du désert de 1995 et 1999 pourrait l'aider.

Potasser plus

Publié le
Come-back kid à la française ? Ce que Sarkozy devrait se rappeler de ses précédentes traversées du désert pour réussir son retour

Atlantico : Nicolas Sarkozy tente depuis plusieurs mois un retour en politique après un passage à vide depuis sa défaite de 2012. Quelles leçons peut-il retenir de ses deux précédentes traversées du désert, après la présidentielle de 1995 et les européennes de 1999 ?

Bruno Jeudy : La première leçon, c’est que rien n’est impossible en politique, un monde où l’on n’est jamais mort. Nicolas Sarkozy a été plusieurs fois blessé, et est parvenu au moins à deux reprises à surmonter l’adversité pour transformer cela en atout et remporter des victoires derrière. Cela a été vrai en 1995 : il était au ban de la Chiraquie et a fini par s’imposer comme secrétaire générale du RPR. Cela a été vrai ensuite en 2001, après sa cuisante défaite aux élections européennes de 1999. Il est parvenu à se réinsérer dans le jeu politique en devenant ministre de l’Intérieur puis le ministre le plus populaire du gouvernement Raffarin, jusqu’à monter dans le firmament des sondages et gagner la présidentielle de 2007.

La deuxième leçon, c’est que Nicolas Sarkozy a su à plusieurs reprises reconnaître ses erreurs, faire les mea culpa qui convenaient. Il l’a réussi avec son livre Libre, qui fut de ce point de vue-là précurseur de celui qu’il vient de sortir, La France pour la vie. On avait alors un mélange de confidences, de regrets, et en même temps une vraie ligne politique, sans doute plus novatrice en 1999 qu’elle ne l’est en 2016, où l’on constate plutôt la répétition d’un mélange des programmes de 2007 et 2012.

La troisième leçon, c’est que Nicolas Sarkozy, dans ses différentes "traversées du désert", a joué l’opinion contre son propre camp politique, qui l’enterre à chaque fois, peut-être un peu vite. En tout cas, il sait s’appuyer sur un socle de "Sarko fans", comme on les appelle. Il sait aussi se victimiser pour essayer de faire redémarrer l’adhésion à sa personne. Au fond, il vend à chaque fois l’idée d’un personnage énergique, capable de cliver et de briser des tabous, ce que les autres seraient moins capables de faire. C’est la promesse qu’il fait à chaque fois. Le souci, c’est que cela marche bien la première fois, cela marche aussi la deuxième fois, mais est-ce que cela marchera la troisième fois… ? Nous en sommes à ce moment-là. Nous verrons bien dans les semaines et mois qui viennent.

Peut-on dire qu’à l’époque, sa proximité avec Bernadette Chirac l’avait aidé, alors que Jacques Chirac était président de la République ?

Je ne me souviens pas que cela ait été déterminant la première fois. Peut-être davantage pour la seconde traversée du désert, mais au fond, non. Il va nouer sa relation avec Bernadette Chirac plutôt quand il devient ministre et quand celle-ci se rapproche de lui pour encore mieux marquer son aversion pour Dominique de Villepin, qu’elle tient pour responsable de la dissolution de 1997. Elle se rapproche de Nicolas Sarkozy pour s’opposer alors à une partie de l’entourage de son mari.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 04/02/2016 - 09:54 - Signaler un abus En quelques jours, 29 articles ATLANTICO sur Sarko...

    sans demander que Marine Le Pen ait droit à autant de publicité-car faut-pas exagérer, tout-de-même-, peut-on savoir si les autres candidats des primaires bénéficieront du même tapage médiatique?

  • Par Gilly - 04/02/2016 - 10:17 - Signaler un abus L'aveu de Bruno Jeudy

    dans Cdans l'air : "Juppé est surtout le chouchou des médias."... "Par anti-sarkozysme" a rajouté sa collègue.... Ce que M. Jeudy a confirmé...

  • Par Gilly - 04/02/2016 - 10:25 - Signaler un abus "Les meilleurs contradicteurs du PS"

    Qui sont-ils ? Tous ceux qui viennent sur les plateaux TV n'ont de brillant que leur faculté à se montrer agressifs, sectaires, incapables de répondre sereinement à une question quand ils sont mis en difficulté... Sarkozy a eu à affronter Poutine et a obtenu l'arrêt de l'avancée de ses troupes en Géorgie... Alors les éléphants du PS....

  • Par Gilly - 04/02/2016 - 10:28 - Signaler un abus @ vangog

    Marine a choisi de prendre du recul. Enfin, c'est la version officielle... Vous ne le saviez pas ?

  • Par Deudeuche - 04/02/2016 - 12:02 - Signaler un abus Sarko

    va nous partager ses convictions évolutives et opportunistes; à part la calvitie quelle est la différence avec Juppé?

  • Par vangog - 04/02/2016 - 15:08 - Signaler un abus @Gilly Sarko-l'ubiquitaire est allé rencontrer les Français, lui

    aussi...mais, en son absence, ses réseaux publicitaires travaillent pour lui. Nous aimerions que pour 29 articles ATLANTICO sur Sarko-le-parjure, il y en eut un ou deux à faire la publicité de Marine Le Pen, par simple équilibre médiatique...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Bruno Jeudy

Bruno Jeudy est rédacteur en chef Politique et Économie chez Paris Match et spécialiste de la droite, il est notamment le co-auteur du livre "Le Coup monté" avec Carole Barjon.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€