Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Combien de temps l'Allemagne résistera-t-elle au poison lent de la montée de l'extrême-droite (quand les digues conçues pour la contenir entretiennent le problème...) ?

Au niveau national, l'AfD oscille entre 10 et 12% des voix, soit trois fois moins que le Front national en France. Néanmoins, l'émergence du parti d'extrême-droite a un impact majeur sur le système politique allemand, fondé sur la proportionnelle. L'AfD déstabilise ainsi tous les jeux traditionnels d'alliance et empêche la formation de nouvelles coalitions, notamment entre la CDU (parti d'Angela Merkel) et les Verts pour la prochaine élection générale en 2017.

Château de cartes

Publié le - Mis à jour le 9 Septembre 2016
Combien de temps l'Allemagne résistera-t-elle au poison lent de la montée de l'extrême-droite (quand les digues conçues pour la contenir entretiennent le problème...) ?

Atlantico : Ce dimanche, la CDU est arrivée en troisième position, après le parti d'extrême-droite, l'AfD, à l'élection régionale en  Mecklembourg-Poméranie, le fief d'Angela Merkel.  En France, la montée de l'extrême-droite dans les années 1980-1990 a pu affaiblir la droite tout en renforçant mécaniquement la gauche mitterrandienne. Dans la mesure où le système politique et électoral allemand est différent de celui de la France, quels pourraient être à terme les effets politiques du renforcement de l'AfD ?

Guillaume Duval : Il faut relativiser ce qui s'est passé ce week-end en Allemagne.

Premièrement, le Mecklembourg-Poméranie n'est pas le fief d'Angela Merkel. C'est une région dirigée depuis 20 ans par des sociaux-démocrates. Par ailleurs, c'est un Land pauvre, peu peuplé, déshérité et qui n'a pas une signification majeure en Allemagne. Il est vrai que c'est dans cette région-là qu'Angela Merkel a été élue au Bundestag, d'où la dimension symbolique du résultat de ce week-end.

Deuxièmement, tous les partis ont perdu des voix du fait de la montée de l'AfD : le SPD, la CDU mais aussi les Verts et Die Linke qui ont d'ailleurs perdu en proportion encore plus de voix.

Au niveau national, l'AfD oscille depuis un an entre 10 et 12%, soit deux à trois fois moins que le Front national en France. Par ailleurs, du point de vue de ses origines, ce n'est pas un parti aussi fasciste que le FN. L'AfD est un parti qui a été fondé sur des bases essentiellement eurosceptiques par des personnes issues de l'establishment allemand (des patrons, des libéraux etc.) à l'inverse du FN qui a été fondé par des gens - Jean-Marie Le Pen et ses proches - qui se sont battus contre l'indépendance de l'Algérie.

Ceci dit, même à 10-12%, l'AfD a déjà un impact majeur sur le système politique allemand qui est fondé sur la proportionnelle. Dans un tel système politique, l'apparition d'un nouveau parti à 10-12% suffit à déstabiliser tous les jeux traditionnels. Ainsi, il était envisagé pour l'après-2017 (c’est-à-dire après les prochaines élections générales) la formation d'une majorité entre la CDU et les Verts (car le SPD souhaitait retourner dans l'opposition) : dans la mesure où la CDU et les Verts seuls n'ont aujourd'hui plus de majorité, une telle coalition n'est plus possible. L'autre alternative était une alliance entre le SPD, Die Linke et les Verts qui sont aujourd'hui théoriquement majoritaires au Bundestag : avec l'AfD à 12%, cette majorité disparaît. Ainsi, du fait de l'émergence de l'AfD, la seule possibilité pour gouverner est de poursuivre la coalition entre le SPD et la CDU. Or, la poursuite de cette coalition est une manière de prolonger et de nourrir la montée des extrêmes car SPD et CDU se neutralisent mutuellement, ce qui donne lieu à des politiques peu dynamiques qui ne satisfont personne.

Jérôme Vaillant : Les commentateurs en France comme en Allemagne ont donné au scrutin régional du 4 septembre dernier en Mecklembourg-Poméranie occidentale une dimension nationale au prétexte que la chancelière y avait sa circonscription électorale (celle de Rügen-Greifswald) et que le parti AfD damait le pion à son parti chrétien-démocrate en emportant devant lui la deuxième place. Et bien évidemment aussi parce que ces élections ont lieu à un an des élections fédérales. Certains commentateurs, comme au journal Le Monde, ont pourtant hésité à en faire comme d’autres la "fin de l’ère Merkel" et à y voir plutôt un simple "revers" pour celle-ci, hésitant, à vrai dire, à le qualifier de "sérieux" ou plus gentiment de "symbolique".

C’est, à n’en pas douter, un revers sérieux pour Angela Merkel parce que le symbolique joue un rôle important en politique, mais il faut garder raison. Le Mecklembourg-Poméranie occidentale est, certes, par la superficie (23 000 km²), le sixième des 16 Länder (Etats fédérés) composant l’Allemagne, mais avec moins de 1,8 million d’habitants pour une population totale de 82 millions, il en est le quatorzième par la population : il est donc l’un des plus petits Länder et l'un des moins représentatifs. De plus, si la CDU a connu des jours meilleurs dans ce Land, c’était dans les années 1990, aussitôt après l’unité scellée par le chancelier chrétien-démocrate Helmut Kohl. Il était depuis les années 2000 déjà en net recul, battu par le parti social-démocrate. Son décrochage le plus fort remonte à 2011 quand il perd 5,8 points par rapport à 2006 et passe à 23% des voix contre 35,6% au SPD.

Comme d’autres scrutins régionaux qui ont vu entrer le parti populiste opportuniste anti-européen et aujourd’hui anti-migrants, l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), dans 9 parlements régionaux, le succès de l’AfD en Meckembourg-Poméranie occidentale est un message clair de protestation d’une partie grandissante de l’électorat allemand à la chancelière dont il conteste la politique migratoire – même si le Land ne compte que quelques dizaines de réfugiés. On retrouve là la phobie fantasmée des migrants dans un pays sans migrants, cette forme propre à l’ancienne d’une xénophobie sans étrangers. Il est essentiel de constater que d’après l’institut de sondages Infratest Dimap, 75% des électeurs de l’AfD disent avoir voté le 4 septembre pour protester contre la politique migratoire du gouvernement fédéral et seulement 25% par conviction et sympathie pour ce parti. Cela explique pourquoi la chancelière pense pouvoir encore, à un an des élections fédérales, convaincre ces électeurs de revenir vers le grand parti populaire que reste à ses yeux la CDU.

Toute la question est donc de savoir si l’AfD saura s’établir durablement dans le système des partis allemands ou connaîtra le sort des partis protestataires portés par une seule cause comme le Parti pirate, déjà oublié, ou d’autres partis régionaux qui n’ont jamais émergé au plan fédéral. Comme la crise des réfugiés risque d’être durable, on peut craindre que l’AfD dure, à la condition pourtant de se donner des structures et un programme général qui dépasse la question migratoire.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Paul Emiste - 06/09/2016 - 06:47 - Signaler un abus L´AfD?

    Ce parti est beaucoup plus proche de "Debout la république" que du FN.

  • Par emem - 06/09/2016 - 06:49 - Signaler un abus Question de vitesse

    Le poison de l'entrée des migrants en Europe est beaucoup moins lent.

  • Par Ganesha - 06/09/2016 - 08:02 - Signaler un abus Mallette de billets

    Dès le troisième paragraphe de m. Duval, on trouve la phrase : ''du point de vue de ses origines, ce n'est pas un parti aussi fasciste que le FN''. Et l'on retrouve la même petite phrase en page 2. Dès le début de son article, ce monsieur tient donc à nous prévenir : ''je suis un con, un vendu, ne perdez pas votre temps à me lire''. Effectivement, cet article n'apporte pas d'informations utiles. Question : combien y avait-il dans la mallette de billets qui lui a été transmise en échange de ce ''petit contrat'' ?

  • Par Lafayette 68 - 06/09/2016 - 08:06 - Signaler un abus "poison lent"

    Titre qui montre l'ouverture d'esprit et l'impartialité des auteurs ...Ensuite c'est parti avec un représentant d' "alternatives éco"...Les bobos sont encore de sortie.Passons notre chemin.

  • Par francois.bordet - 06/09/2016 - 09:33 - Signaler un abus C'est cela oui...

    "Angela Merkel est affaiblie mais bien décidée à affronter les difficultés que lui ont procurées sa "politique de bienvenue" pour les réfugiés" Oui d'autant plus qu'elle ne les affronte pas elle-même !

  • Par vangog - 06/09/2016 - 11:28 - Signaler un abus "AFD beaucoup moins fasciste que le FN"??????...

    Ces mauvais auteurs se disqualifient totalement en utilisant de tels parallèles douteux. Rappelons que le fascisme italien etait socialiste et que ni l'AFD, ni le FN, dans leurs deux programmes, dans leurs déclarations, ne se sont déclarés de parenté avec le socialisme, comme avec le fascisme! Par de tels reportages sortis de leur imagination brumeuse, les journalistes et analystes politiques devraient comprendre qu'ils ne diabolisent plus aucun des partis contre lesquels ils manifestement bruyamment leur opposition politique, mais ne font que diaboliser les élites bruyantes aux yeux du peuple, encore un peu plus...

  • Par Frangipanier123Paris - 06/09/2016 - 11:54 - Signaler un abus Je croyais qu' ATLANTICO ...

    ... était un média sérieux et respectable ! Alors pourquoi inviter Guillaume Duval dont les élucubrations seraient mieux à leur place dans "Libé" ou "L'Huma" ???!!!

  • Par Lafayette 68 - 06/09/2016 - 12:11 - Signaler un abus @Frangipanier123Paris

    Excellente remarque car de tels auteurs,Duval en tête,qui ne connaissent pas les bases élémentaires de l'Histoire politique,la rigueur des définitions n'ont pas leur place dans un média sérieux.

  • Par lafronde - 06/09/2016 - 12:22 - Signaler un abus Voici la preuve qu'Atlantico est un media pluraliste !

    Sous la prose de ce G. Duval je crois lire un article de Libé ! Atlantico cultive donc le pluralisme. Et j'ai bien fait de m'y abonner ! Ceci dit Mr G. Duval donne des leçons de Démocratie et d'Histoire sans n'y rien connaître. On lui a déjà fait remarquer que le fascisme est un étatisme national et socialiste. Pour ce qui est du nazisme la responsabilité de sa prise du pouvoir incombe aux dirigeants de la République de Weimar qui ont été complaisants envers Hitler : milieux revenchards dans l'Administration, la Justice, l'Armée, l'Industrie. Après 1929 le Gouvernement allemand a poursuivi une politique d'austérité non maîtrisée, et les Etats-unis portent aussi la responsabilité de leur protectionnisme. Le peuple allemand n'est donc pas coupable du nazisme, sauf pour ceux qui veulent le culpabiliser, pour le contraindre. L'immigration-invasion des réfugiés, les allemands n'en avaient nul besoin, ni pour leur économie, et moins encore pour leur civilisation, en grand danger, trois siècles après la défense victorieuse de Vienne ! L'AfD reprend le flambeau de la Libre Allemagne contre l'invasion turco-musulmane !

  • Par lafronde - 06/09/2016 - 12:45 - Signaler un abus Catégorisation politique

    La contribution de G. Duval reprend plusieurs éléments de la novlangue. Extrême Droite est une catégorisation politique qui met dans le même sac différents adversaires du constructivisme, du progressisme, du socialisme (notre République) ou de la social-démocratie (UE). Ce sac contenant le nazisme, par proximité toutes les systèmes du sac sont contaminés par cette idéologie, et donc disqualifiés du discours public. Bien pratique. Sauf que : le nazisme est caractérisé par : 1 la volonté de revanche guerrière du Reich, 2 un étatisme absolu servant l'industrie de l'armement, 3 une dictature implacable, 4 un impérialisme et un suprémacisme de l'Allemagne, 5 une guerre totale, 6 une extermination des juifs d'Europe. Si l'on est de bonne foi, on voit mal ce que l'AfD ou le FN aurait à voir avec cette idéologie, justement condamnée pour l'Histoire à Nuremberg. Mais si l'on a été militant stalinien après guerre, on a propagé ces amalgames. Et l'habitude en est restée dans la l'Extrême Gauche et par proximité la Gauche voire les centristes "bien pensants". Cette catégorisation "ad hitlerum" nous en apprend bien plus sur celui qui l'utilise, que celui qu'il tente de disqualifier ! CQFD.

  • Par tafaroui - 06/09/2016 - 15:08 - Signaler un abus Des manipulateurs ... voire Escrocs

    Bien d'accord avec la majorité des commentaires.. Ces messieurs auraient dû écrire dans le Monde, l'Huma ou l'Obs tellement leurs propos sont hors sol et purement mensongers . Bientôt se faire traiter de fasciste par le parti Kollabo( tous ces intellectuels dévoyés et déjà soumis ) dont Julliard vient de signifier la trahison, sera la marque distinctive de tous ceux qui refusent les dérives mortifères de l'Europe immigration massive de peuplement- abandon des frontières et des Etats Nation ....retour à notre patrimoine culturel commun....

  • Par D'AMATO - 06/09/2016 - 15:39 - Signaler un abus Combien de temps a résisté la France à la montée....

    ....des extrêmes ???? De plus si elle est lente......!!!

  • Par l'enclume - 06/09/2016 - 15:40 - Signaler un abus Il a dit la vérité, il doit être exécuté

    tafaroui - 06/09/2016 - 15:08 - Bien d'accord, toute vérité n'est pas bonne à dire. Et pourtant, je n'hésite pas à dire que le F.Haine est un parti fasciste. Quand je lis la majorité des commentaires plus tolérants les uns que les autres. Si le F.Haine prenait le pouvoir, vous mettriez en tôle les Français qui ne pensent pas comme vous. Pour s'en convaincre, il n'y a qu'à regarder le Sieur Bay, ce pauvre type est tellement gêné lorsqu'on lui dit la vérité, qu'il éructe, les lèvres retroussées par la haine et, passe son temps à couper la parole des autres intervenants.

  • Par abracadarixelle - 06/09/2016 - 16:02 - Signaler un abus " Poison lent" de la montée de l'extrême-droite....

    Me serai-je trompée de lecture ?? voilà des termes dignes de Libé, du Monde, de l'Huma..... Je suppose que le rédacteur préfère à ce poison destiné à réveiller la conscience des peuples sommés de faire de la place aux migrants, la douce torpeur droitdelhommiste et intermondialiste remplaçant la vaseline ????

  • Par Paul Emiste - 06/09/2016 - 18:19 - Signaler un abus Vous avez dit glissement de la pensée vers la gauche?!

    Le résultat du totalitarisme et même du terrorisme de la pensée gauchiste dans les médias ont fait que ce que l´on pensait être normal il y a trente ans est analysé comme extrême droite aujourd´hui. L´exemple le plus frappant pour moi est la famille. Essayer de dire qu´une famille c´est un père une mère et des enfants (si possible plus qu´un ou deux) et vous serez traité de facho.

  • Par lafronde - 06/09/2016 - 19:19 - Signaler un abus Le progressisme nous coupe de nos traditions !

    @Paul Emiste Belle formule ! "ce que l´on pensait être normal il y a trente ans est analysé comme extrême droite aujourd´hui." Bien résumé. C'est ça le progressisme (le progrès décrété par le Gouvernement), le constructivisme (déconstruction de la Famille, de la Patrie...)

  • Par lafronde - 06/09/2016 - 19:27 - Signaler un abus Vous avez dit conservateur ?

    pour aller plus loin, voir sur le Figaro-vox la présentation du livre de Laetitia Strauch-Bonart "Vous avez dit conservateur ?

  • Par Zèbre Zélé - 06/09/2016 - 19:35 - Signaler un abus Escroquerie

    Ce n'est pas pour lire de telles élucrations gauchistes que je me suis abonné à Atlantico. Rendez-moi mon argent !

  • Par kiki08 - 06/09/2016 - 19:39 - Signaler un abus fascistes

    les dictateurs et fascistes ne sont pas du côté que l'on veut nous faire croire .

  • Par kiki08 - 06/09/2016 - 19:48 - Signaler un abus a lafronde

    le " progressisme" , quel progressisme , ou le progressisme . moi je voie une grosse merde a tous les niveaux et ca empire tous les jours .

  • Par vangog - 06/09/2016 - 21:23 - Signaler un abus C'est quoi le progressisme? L'idéologie du progrès?...

    ... le progrès de quoi?... de la manipulation mentale, de la pensée unique, de la dilution ethnique, de la démolition de la famille, du dynamitage des valeurs éternelles, de la déstructuration de l'enseignement, de la dénaturation de la justice, de la lobotomie des esprits faibles pour les remplacer par le gloubi-boulga terranoviste?...il n'y a que la gauche française pour faire croire aux plus naïfs qu'ils sont progressistes!

  • Par D'AMATO - 06/09/2016 - 22:00 - Signaler un abus La gauche, quand elle progresse vite,

    fait du sur place, depuis toujours, alors maintenant ...elle recule....elle parle même de moins en moins....mutus et boulus....ils méditent...c'est quasiment transcendant. Voyez ce qui arrive quand on confère trop de responsabilités aux paralytiques...Çà COÛTE CHER .

  • Par fasanan - 07/09/2016 - 03:47 - Signaler un abus faudrait savoir

    d'après ce docte journaliste l'AfD aurait ses bases dans l'establishment allemand et le Land de Poméranie serait un des moins peuplés, le plus déshérité d'Allemagne. Est ce bien compatible ?

  • Par Alain Proviste - 07/09/2016 - 09:49 - Signaler un abus Un gage ?

    Et si cet article était un gage donné par Atlantico pour ne pas être taxé de droitisme excessif ? Les "tolérants" professionnels du milieu des médias ne le sont pas du tout donc c'est vraisemblable. Une mention spécial pour notre fascistomètre professionnel. Je ne connaissais pas ces notions de "pas aussi fasciste que" etc.. D'ailleurs on n'entend plus à tout bout de champ cette invective de "fasciste", une mise à jour système de ce monsieur serait bienvenue.

  • Par Alain Proviste - 07/09/2016 - 09:51 - Signaler un abus spécialE la mention

    Pas bien relu (

  • Par ikaris - 07/09/2016 - 10:51 - Signaler un abus Page 1 lue ... ne donne pas envie de lire les choses

    Les deux porteurs de valise qui répondent aux question nous serve du "du point de vue de ses origines, ce n'est pas un parti aussi fasciste que le FN" et du "On retrouve là la phobie fantasmée des migrants dans un pays sans migrants"? Donc là les gars les reduction ad hitlerum (ou plutôt à Mussolini) contre tous ceux qui refusent le (science) politiquement correct ainsi que le déni du réel (1.5 millions de migrants arrivés en 2 ans qui foutent la m... ) ... le tout assaisonné de mépris du pays profond (on croirait qu'on va lire que le land en question n'est qu'un ramassis de cul terreux). Les fascistes les gars c'est vous, qui diabolisez tous ceux qui ne sont pas de votre avis et les gens qui vivent dans une bulle c'est vous aussi qui êtes prêts à inventer n'importe quel théorie pour nous faire croire qu'un chat n'est pas un chat.

  • Par Pessimiste actif - 07/09/2016 - 14:43 - Signaler un abus Plaisanterie, peut-être?

    C'est une blague!?... Rappelons la belle phrase de Bossuet: "Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont il chérissent les causes". La guerre déclarée aux peuples européens par leur dirigeants-marionnettes (qui en tirent les ficelles?) en vue du grand remplacement permettraient à la "merdiacratie" de s'étonner de leur volonté de résister? Rassurez-vous M. Duval, on se souviendra du camp dans lequel vous vous situez...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Guillaume Duval

Guillaume Duval est rédacteur en chef du mensuel Alternatives économiques, auteur de La France ne sera plus jamais une grande puissance ? Tant mieux ! aux éditions La Découverte (2015) et de Made in Germanyle modèle allemand au-delà des mythes aux éditions du Seuil et de Marre de cette Europe-là ? Moi aussi... Conversations avec Régis Meyrand, Éditions Textuel, 2015.

Voir la bio en entier

Jérôme Vaillant

Jérôme Vaillant est professeur émérite de civilisation allemande à l'Université Charles-de-Gaulle Lille 3 et directeur de la revue Allemagne d'aujourdhuiIl a dirigé le dernier dossier avec Rudolf Herrmann publié dans le numéro 212 (avril-juin 2015) intitulé "Les réformes territoriales en France et en Allemagne". Jérôme Vaillant vient de codiriger avec Joachim Umlauf un cahier sur la situation de l’enseignement de l’allemand en France et sur l’enseignement du français en Allemagne dans le numéro 215 de la revue Allemagne d’aujourd’hui (janvier-mars 2016) , consultable ici

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€