Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 17 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Clichy-la-Garenne, cas d’école des ravages de 30 ans de socialisme municipal à la sauce clientéliste

Dimanche prochain 21 juin, Rémi Muzeau, militant gaulliste, succèdera au "monarque" socialiste Gilles Catoire, maire depuis 30 ans du dernier bastion PS des Hauts-de-Seine. Le nouvel édile en était à sa cinquième tentative.

Mairie passée à droite

Publié le
Clichy-la-Garenne, cas d’école des ravages de 30 ans de socialisme municipal à la sauce clientéliste

Terre socialiste pendant 68 ans, la ville de Clichy-la-Garenne ne le sera plus le 21 juin. Crédit Reuters

C’est un évènement : après avoir été une terre socialiste pendant 68 ans, la ville de Clichy-la-Garenne ne le sera plus le 21 juin, au soir du deuxième tour des élections municipales. Tout comme la commune ne sera plus la seule municipalité PS des Hauts-de-Seine. Le nouvel édile s’appellera Rémi Muzeau. Cet ancien chef d’entreprise, 68 ans, a recueilli dès le premier tour, le 14 juin, à la tête d’une liste Les Républicains, UDI et Modem, près de 49% des suffrages. Contre 31,5% au candidat PS, allié au PC et au PRG, Julien Perez, ex-directeur du cabinet du maire sortant Gilles Catoire, 66 ans, alias le "Monarque", à la tête de la municipalité depuis 30 ans.

Aujourd’hui, une page est définitivement tournée. Celle où Catoire, successeur en 1985 de Jacques Delors guère passionné par la gestion municipale, nourri au lait du mitterrandisme, équilibriste de talent, réussissait  toujours à se rétablir et à l’emporter. Il a fallu l’annulation des élections municipales de l’année dernière, où Catoire avait eu très chaud –  réélu avec seulement 272 voix d’avance sur Muzeau- pour que l’inamovible maire se décide à jeter l’éponge et laisser la place à un jeune candidat, son clone… A telle enseigne qu’à Clichy, il se voyait affubler du sobriquet de Julien Catoire ! L’usure du pouvoir a eu raison de l’agrégé de sciences économiques, qui n’a jamais réussi à se faire élire député- et qui avait coutume de dire, -reprenant une maxime que lui avait enseigné François Mitterrand- "une bonne campagne se fait avec le Capital de Karl Marx dans la main gauche, Les Mémoires de Saint-Simon dans la main droite." Ca a marché pendant 30 ans… Sauf que Catoire a fini par lasser. Jusqu’à ses propres électeurs. Un clientélisme bien ancré. Des logements sociaux attribués aux militants. Des investissements médiocres. Des dépenses de communication qui coûtaient fort cher au budget municipal. Une gestion autoritaire. Voilà, en gros, les raisons principales d’une défaite annoncée. Si l’on y ajoute au niveau national, un PS qui zigzague sur le plan économique, ne parvient pas à endiguer le chômage, qui accumule défaite sur défaite lors des scrutins locaux, on comprend pourquoi Clichy vient de basculer à droite, avec une extrême droite – cela mérite d’être souligné- peu présente, puisque le candidat du Front national a réalisé à peine 5 % lors du premier tour, ce 14 juin. Le successeur de Catoire sera donc Rémi Muzeau. Un symbole de constance, aux origines populaires souvent rencontrées dans le mouvement gaulliste. A Clichy, commune de tradition ouvrière, le profil de Muzeau a réussi –enfin- à convaincre. A sa cinquième candidature. Sans succès depuis 20 ans. Se contentant de siéger dans l’opposition municipale. Mais ce bourguignon, issu d’une famille de résistants, aujourd’hui membre des Républicains- tendance Bruno Lemaire- a toujours cru en sa bonne étoile. Il en a eu le sentiment lorsqu’aux dernières élections départementales, il a bouté hors du canton Gilles Catoire. Au cours de la campagne des municipales, la venue de Valérie Pécresse, candidate à la succession de Jean-Paul Huchon au conseil régional de l’Ile-de-France, de Bruno Lemaire et de Marielle de Sarnez, députée européenne et vice-présidente du Modem a montré qu’à Clichy, l’union autour d’une droite modérée pouvait être une solution de remplacement au système Catoire. D’ores et déjà, Muzeau se sent prêt pour assumer ses nouvelles fonctions. « Vous savez-dit-il, je connais la ville comme ma poche. Les directeurs d’école. Les associations de parents d’élèves. Les chefs d’entreprises etc… Tout le monde m’arrête dans la rue. " Et quand je me suis installé à Clichy, il y a quarante ans, je vivais dans un logement social "…

Reste le plus gros : l’application de son programme. Et Rémi Muzeau de pointer du doigt l’installation pour deux semaines à chaque Noël d’une patinoire qui coûte 200 000 euros au budget de la ville. «  C’est absurde, alors qu’à une station de métro à Asnières, existe une patinoire  olympique. J’espère bien qu’avec mon futur collègue Eric Aeschlimann- qui devrait être lui aussi réélu le 21 juin- nous pourrons faire profiter les Clichois de cette patinoire ". Et puis, il y a les emprunts toxiques souscrits avec Dexia, déplore Rémi Muzeau. "Cela nous coûte trop cher. Nous devons vite trouver une solution."  Que dire aussi des dépenses de fonctionnement de la commune qui atteignent 140 millions d’euros alors que les investissements n’atteignent que 40 millions ! Une chose semble certaine en tout cas : le successeur de Catoire, en raison de son âge, ne devrait pas être obsédé par la perspective d’un second mandat ou céder aux sirènes de la démagogie. Libre, il le sera assurément. Mais il devra répondre à une autre exigence : la compétence.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par COUDY-MENARDEAU - 17/06/2015 - 16:41 - Signaler un abus Salut au nouveau maire de

    Salut au nouveau maire de Clichy quatre jours avant sa victoire. Et que le nom de son prédécesseur ne soit plus.

  • Par VV1792 - 17/06/2015 - 21:24 - Signaler un abus Il va falloir qu' il aille

    Il va falloir qu' il aille vite, car 1) le nombre de casseroles et le bilan doivent etre catastrophiques. 2) Pour tout redresser, il va falloir prendre des mesures drastiques, surtout contre les mauvaises habitudes de gestion. 3) le temps passant, l' impopularite, bien excitee par le socialo ecolo gauchisme, va finir par remonter et finir par faire revenir ces voleurs et destructeurs de la Nation.. Vite et radical doivent etre les premieres initiatives, pour au moins que les effets positifs finissent par advenir avant le prochain round..

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Gilles Gaetner

Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à L'Express, chargé de l'investigation.

Il est l'auteur de La République des copains (Flammarion, 2005), Réglements de comptes pour l'Elysée - La Manipulation Clearstream dévoilée (Oh! Editions, 2006, avec Jean-Marie Pontaut),  La République des imposteurs (L'Archipel Editions, 2014) et Les journalistes ne devraient pas dire ça (L'Artileur, 2017).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€