Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 17 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Clause Molière, l’incohérence à portée des caniches politiques

Parce qu’en Socialie, il faut bien trouver un angle ou un autre pour empêcher les individus de travailler, certaines régions ont trouvé un moyen assez pratique pour y parvenir : faire jouer une « clause Molière » dans leurs chantiers.

Clause Sganarelle

Publié le
Clause Molière, l’incohérence à portée des caniches politiques

Bien évidemment, les choses ne sont pas présentées ainsi. Si les socialistes (de droite ou de gauche) sont généralement incultes économiquement parlant, ils n’en gardent pas moins un sens aigu du spectacle lorsqu’il s’agit d’enfumer leur électorat

C’est ainsi qu’ils présenteront l’une ou l’autre mesure protectionniste comme un élément de sécurisation — des prix, du territoire, de l’emploi, de la culture ou de n’importe quel truc qui ira bien, peu importe tant que l’électorat suit.

Et ce, même si l’analyse, deux minutes de réflexion et une myriade d’exemples d’application dans le passé prouvent sans mal que c’est une erreur grossière.

L’exemple récent de cette fameuse Clause Molière vient immédiatement à l’esprit.

Cette clause a été récemment introduite par différentes institutions républicaines comme les Conseils régionaux des Pays-de-Loire, d’Ile-de-France ou d’Auvergne Rhône-Alpes qui avaient ainsi cherché à endiguer la présence de travailleurs étrangers dans les chantiers sur leurs territoires.

L’idée générale – bien comprise – qui trotte derrière la tête des présidents de région est de lutter, à leur manière, contre la méchante et vilaine possibilité qu’ont les travailleurs détachés d’autres pays de l’Union Européenne de venir travailler chez nous. De ce point de vue, les élus (ici, tous LR) qui appliquent cette trouvaille juridique rejoignent au moins dans l’esprit les récentes déclarations matamoresques du président Macron, tout frétillant à l’idée de remettre en cause la directive européenne encadrant justement le détachement de ces travailleurs.

Pour le moment, il semble que la justice administrative suive la tendance impulsée par ces fougueux politiciens puisqu’en juillet dernier le tribunal administratif de Nantes a validé cette clause.

Et comme de juste, les arguments invoqués sont d’abord sécuritaire : pour Martine Vassal, présidente du conseil départemental des Bouches du Rhône qui vient d’utiliser une telle clause pour ses chantiers, l’imposition d’une même langue sur un chantier est avant tout dictée par des impératifs de sécurité. Elle déclare ainsi à la Provence :

« Si on dit : attention, une poutre va tomber sur un chantier, il faut que tout le monde puisse comprendre pour éviter un drame. Puisque la justice a dit que cette clause était légale, il n’y a aucune raison qu’on ne l’applique pas »

Mais n’oublions pas l’électeur, ce petit ruminant doux, un peu bête, qui a tant besoin qu’on ne lui explique rien et qu’on le choie de mieux possible en l’engonçant, de lois en lois, dans un parfait cercueil matelassé dans lequel il sera à l’abri de tous les aléas de la vie et, à terme, à l’abri de la vie elle-même. Pour ce dernier, rien de tel que rappeler que cette mesure a d’agréables effets bénéfiques (si si) :

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par 2bout - 07/09/2017 - 15:19 - Signaler un abus Closed

    Étonnante démonstration économique H16. Soit des charges sociales différentes appliquées sur des salaires plus ou moins comparables ne distordraient-elles plus la concurrence ou bien, le travail accompli a-t-il plus de valeur que le travailleur lui-même dans le calcul de l'activité économique d'un pays membre de l'Union ?

  • Par poil à gratter - 08/09/2017 - 01:02 - Signaler un abus Pas d'accord H16!

    Pas d'accord du tout! Votre raisonnement est absurde et bien court. Si l'on ne dispose pas de main d'oeuvre française dans les chantiers c'est aussi parce qu'ils demandent à être payés "normalement"! Et que tant que cette main d'oeuvre payée au tarif d'esclave comblera l'inactivité des entrepreneurs en la matière, ce problème perdurera. Et ça n'encouragera pas l'apprentissage de ces métiers car déconsidérés et sous payés! Un peu comme quand on créée la pénurie de médecins en créant un numerus clausus aberrant, et que l'on va chercher des médecins étrangers! C'est vrai qu'ils sont moins chers aussi... elle est où là votre "création de richesse"? Moi je ne vois qu'une destruction d'emploi et l'organisation de celle ci! Vous qui proposez de réfléchir vous seriez bien inspiré de donner le bon exemple...!

  • Par Poussard Gérard - 08/09/2017 - 08:30 - Signaler un abus clause Moliere moi je suis pour, ne vous en déplaise

    Car il y a des tas de bénéficiaires du Rsa Français pourraient travailler sur les chantiers....Cette obligation de donner du temps en etant rémunéré aurait plusieurs vertus : resocialiser les chomeurs, leur donner une raison de se lever le matin, redecouvrir les contraintes d'un emploi, et les valoriser . Car nos impots ne doivent pas contribuer a installer les sans emploi dans l'assistanat....

  • Par vangog - 08/09/2017 - 23:35 - Signaler un abus Le communautarisme de chantier, peut-être?

    Les seventies ont vu affluer des maghrébins par centaines de milliers, car il fallait "construire la France". Sur les chantiers et dans les cités, ces maghrébins ont supplanté, peu à peu, les Francais-de-souche qui se sont dit qu'ils iraient beurrer ailleurs leur sauciflard: c'était l'époque Giscard et les premières conneries socialisantes... Le bougre ne s'est pas arrêté à si peu de conneries et a décrété le regroupement familial! Les maghrébins ont alors trouvé plus facile de faire venir leurs cousines du bled, afin de générer une nombreuse progéniture consanguine-quelle-chance-pour-la-France...aujourd'hui, ils ne bossent plus mais profitent des allocs. Vous me direz: les Francais-de-souche moins prolifiques pourraient les remplacer? Ah ben non, car l'éducation national-socialiste a décrété qu'il était plus urgent de pondre des sociologues, psychologues, pédagogues ou doctorants en pseudo-sciences, plutôt que des travailleurs manuels-quelle régression sociale! D'où l'appel de l'est! Mais H16 a raison. La clause Molière est une clause de faux-culs qui tentent minablement de contourner les obstacles qu'ils ont amassés, aux-mêmes, très connement...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

H16

H16 tient le blog Hashtable.

Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€