Mercredi 23 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les "classes créatives", cette nouvelle catégorie de travailleurs
qui a pris le pouvoir grâce à la crise

Loin d'être de simples "bobos" ou des "indignés", ils pourraient bien être une des clefs de la croissance... et la future classe dominante.

2 + 2 = 5

Publié le 6 août 2012 - Mis à jour le 7 août 2012
 
30% des Américains feraient partie des « travailleurs créatifs », qui comprennent les scientifiques, les ingénieurs, les architectes, les designers, les artistes…

30% des Américains feraient partie des « travailleurs créatifs », qui comprennent les scientifiques, les ingénieurs, les architectes, les designers, les artistes… Crédit Reuters

"Travailleur, créatif, ambitieux, je suis à la recherche d’un poste de consulting », se décrit Claude. « Je suis un travailleur créatif 2.0, disponible pour mission freelance », surenchérit Grégoire. Sur les réseaux sociaux professionnels, de type Linkedin, les « créatifs » sont légion.

Il y a dix ans, la Grande-Bretagne a été le premier pays à les définir officiellement. Les industries créatives sont celles qui « trouvent leur origine dans la créativité, la compétence et le talent individuels, et ont un potentiel pour créer de la richesse et des emplois à travers la génération et l’exploitation de la propriété intellectuelle » (Department for Culture, Media and Sport 2001), précise le site Métropolitiques.

A la même époque, de l’autre côté de l’Atlantique, Richard Florida sortait un livre qui allait faire date : La montée des classes créatives, qui ressort pour son dixième anniversaire dans une version mise à jour. « Sa lecture devrait être obligatoire pour tous les décideurs économiques », écrit Dylan Jones-Evans dans le Wales Online. Car la thèse du livre peut se résumer à une phrase : « l’accès aux gens créatifs correspond, pour les entreprises modernes, à l’accès au charbon et au fer pour la sidérurgie ».

Selon lui, 30% des Américains feraient partie des « travailleurs créatifs », qui comprennent les scientifiques, les ingénieurs, les architectes, les designers, les artistes… « Tous ces gens dont la fonction est de créer de nouvelles idées, de nouvelles technologies et du contenu créatif », écrit-il. Business Insider va plus loin, en expliquant que la montée de cette classe - qui "prend le pouvoir" - s’explique par la révolte des jeunes contre le système financier de Wall street. Des jeunes qui cherchent à pouvoir s’exprimer dans leur quotidien, et ne souhaitent pas seulement avoir le plus gros salaire. « Les tatouages et les piercings sont de plus en plus courant au bureau, car le cerveau est considéré comme plus important que l’apparence des gens », écrit Asley Lutz.

Pour Richard Florida, interviewé par le Seatle Times, la crise économique a été un tournant pour cette catégorie de travailleurs, en montrant les limites du Fordisme, qui considérait les employés comme des consommables tout juste bons à construire des maisons financées par les subprimes. « La bulle a explosé », explique-t-il, et il faudra une ou deux générations pour s’en remettre. En attendant, « on est divisés. Et les travailleurs manuels sont en colère contre les avantages et le côté « précieuses ridicules » des créatifs ». Des avantages comme le taux d’emploi : les créatifs ont deux fois moins souffert de la crise économique que les travailleurs manuels...

Développer la créativité à l’université

Si les créatifs sont l’avenir du monde de l’entreprise - ils représentaient déjà 3% de l'emploi total en Ile-de-France en 2010 - pourquoi la créativité n’est-elle pas plus encouragée ? C’est la question que s’est posée l’entreprise de logiciels informatique Adobe. Selon une étude publiée début juillet par la firme, 78% des employés pensent que la créativité est primordiale pour la croissance économique, mais 80% estiment qu'on leur demande surtout d'être productifs, pas créatifs.

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par kim yong zéro - 08/08/2012 - 08:40 - Signaler un abus conseil

    conseil,coach consultant voyant gouro etc......tous créatifs et fort bien payés

  • Par Jean-Francois Morf - 07/08/2012 - 22:48 - Signaler un abus Ils ont créés 1 Péta EUR de produits dérivés à partir de rien...

    ...pour 0,1 Péta EUR d'économie réelle mondiale!
    Ils manipulent les 10% réels, pour gagner leurs paris à tous les coups!
    Ils ont effectivement pris le pouvoir, les créatifs!

  • Par Bleubleu - 07/08/2012 - 15:40 - Signaler un abus 30% de créatifs...

    ...cela veut dire 70% de non créatifs, purs productifs qui finiront par être tous remplacés par des machines. Et le plein emploi dans tout ça???

  • Par zaz - 07/08/2012 - 10:36 - Signaler un abus Marrantes les accroches de CV

    "travailleur, créatif, ambitieux, je suis à la recherche d’un poste de consulting"
    On dirait un condensé des mots a la mode ! Et si l'on est vraiment créatif, pourquoi aller bosser dans le conseil ? Ça n'a aucun sens, et reflète assez bien une certaine vision de création = faire des beaux grands powerpoint.
    J'imagine que dans quelques année ce jeune cadre partira faire un MBA, histoire d'avoir une créativité bien formatée !

  • Par Nico Attal - 06/08/2012 - 21:30 - Signaler un abus Réflexion faite...

    "15 minutes par jour pour réfléchir à vos projets ou à un sujet qui vous préoccupe, sans penser seulement à la productivité". Le temps passé sur les toilettes, ça compte dans les 15 minutes?

  • Par Nico Attal - 06/08/2012 - 21:22 - Signaler un abus Réflexion faite...

    "15 minutes par jour pour réfléchir à vos projets ou à un sujet qui vous préoccupe, sans penser seulement à la productivité". Le temps passé sur les toilettes, ça compte dans les 15 minutes?

  • Par Tan - 06/08/2012 - 17:50 - Signaler un abus D'accord avec Del

    Je crois que le principal est d'apprendre à apprendre et que l'on arrête de faire ingurgiter à nos enfants des normes insipides dont ils ne doivent pas déroger. Je me souviens de mon fils déçu d'une mauvaise note parce qu'il n'avait pas suivi la méthode indiquée pour faire une opération alors qu'il en avait utilisé une plus simple, mais pas au programme.
    On dirait que le primaire est là pour casser l'imagination des bambins, les faire rentrer dans un moule dont ils ne comprennent pas le but. Ceux qui réussissent sont ceux, qui veulent faire plaisir à l'instit ou à papa maman, les autres se dégoutent vite du système surtout que la vie extérieure leur parait totalement déconnectée de l'école.
    Il faudrait en faire des créateurs, même si leurs méthodes ne sont pas toujours orthodoxes, s'ils savent créer, ils sauront se rattacher à des méthodes plus adéquates. S'ils sont dégoutés, ils ne se rattraperont à rien.
    Arrêtons de faire de nos enfants des singes savants, mais construisons de futurs adultes libres. N'est-ce pas le mot libre qui fait peur ? la liberté dans le respect de l'autre.

  • Par phoenix - 06/08/2012 - 16:34 - Signaler un abus @ del : tu voit les choses

    @ del : tu voit les choses d´un assez mauvais coté je trouve.
    apprendre a respecter les regles c´est important aussi,
    pour moi faudrait plutot apprendre a "apprendre". l´apprentissage est un processus complexe, on est tous different et chacun a un truc qui fait que ca rentre mieux, c´est ca l´important.
    pour la recompense, tu est dans le vrai, a part pour certains reseau ou il sont recompenser tout leur vie pour avoir bien reussi un exam (certaine tres grandes ecoles ou le reseau est plus important que les competences ^^)

  • Par Salvatore Migondis - 06/08/2012 - 15:35 - Signaler un abus Vu comme ça...

    Tout le monde il est beau, tout le monde il est créatif..

  • Par DEL - 06/08/2012 - 14:35 - Signaler un abus Créativité...

    Pour arriver à former des créatifs, il faudrait peut-être dès l'école primaire laisser des marges de manoeuvre aux élèves au lieu de les considérer comme des nuls qui doivent avant tout obéir et se taire. Pour cela il faudrait aussi laisser des marges de manoeuvre aux enseignants au lieu de leur demander une obéissance absolue et sans murmure. Bref, il faudrait créer une ambiance toute autre que celle qui règne en ce moment où tout supérieur hiérarchique vous prend systématiquement pour un imbécile et refuse d'écouter ce que vous avez à dire: esprit aristocratique très fançais, me direz-vous... De plus le jour où l'on saura en France récompenser réellement, et pas seulement par des mots et des médailles, on arrivera peut-être à quelquechose de positif.

Fermer