Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 18 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Clashs de campagne en série : drôle de climat politique en Italie

Le candidat de la Ligue du Nord Attilio Fontana a déclaré ce dimanche : "Si nous acceptons tous les migrants, nous ne serons plus nous. (…) Nous devons décider si notre ethnie, notre société, notre race blanche doit continuer à exister ou si elle doit être anéantie". Une déclaration outrancière mais révélatrice d'un climat tendu dans une Italie en attente du scrutin du 4 mars.

Elections

Publié le
Clashs de campagne en série : drôle de climat politique en Italie

 

Atlantico : La campagne électorale italienne, dont le scrutin, aura lieu le 4 mars prochain, se déroule sur fond de polémiques notamment suite aux propos du candidat de la Ligue du Nord Attilio Fontana, qui a déclaré ce dimanche "Si nous acceptons tous les migrants, nous ne serons plus nous. (…) Nous devons décider si notre ethnie, notre société, notre race blanche doit continuer à exister ou si elle doit être anéantie. Ce n’est pas une question d’être raciste ou xénophobe. ». Cette déclaration est-elle isolée ou est-elle révélatrice d'un ton "particulier" donné à la campagne ? 

Marc Lazar : Cette déclaration est outrancière mais atteste un climat tendu en Italie.

Notamment, sur la question des migrants et des immigrés. Les migrants de passage, les immigrés qui sont installés durablement dans la péninsule. L’Italie a été confrontée à un afflux massif des premiers, qui tend à s’essouffler suite à diverses mesures prises par le gouvernement. Par ailleurs, le nombre officiel de résidents étrangers dépasse les 5 000 000, quatre fois plus qu’en 2001, et ils représentent plus de 8% de la population totale. Et les clandestins par définition ne sont pas comptés. Ce double choc a provoqué des réactions de repli, de rejet, de xénophobie, voire de racisme. Mais aussi tout un travail de solidarité et d’intégration s’est déployé, moins visible mais parfois fort efficient. D’autres thèmes sulfureux sont mis en avant dans cette campagne qui ne fait que commencer, comme celui des vaccins puisque certains partis veulent abolir un décret-loi qui rend obligatoire la vaccination des enfants, ou celui de la suppression des droits d’inscription à l’Université. Ou encore l’idée d’organiser  un référendum sur l’euro. Or l’un des enjeux fondamentaux de cette élection du 4 mars portera sur la relation de l’Italie à l’Union européenne. Rome veut-elle rester au cœur de l’Union européenne ou entend-elle explorer une autre voie et alors laquelle ?   

Quels sont les partis qui s'illustrent le plus dans ses dérives ? Au delà des questions relatives aux migrants, quels sont les autres excès de cette campagne, notamment en provenance des autres partis ? Peut on parler d'importation du climat politique américain de l'année 2016 ? 

L’Italie est habituée à avoir des campagnes électorales enflammées où souvent les postures des candidats et des partis comptent davantage que le contenu de leurs programmes. Il faut faire parler de soi, attirer les médias, déchaîner les passions sur les réseaux sociaux, déclencher des polémiques. L’Italie n’a donc pas besoin d’importer le modèle américain pour cela, elle sait très bien le faire par elle-même. Deux partis s’illustrent particulièrement dans ces excès. Le Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo qui est porté par les sondages et a besoin d’exister en se posant contre. Contre le reste des partis, contre le gouvernement de Paolo Gentiloni, contre l’Union européenne, contre « la caste ». Tout en avançant de multiples propositions, dont certaines sont difficilement conciliables avec l’appartenance de l’Italie à l’Union européenne, comme l’abolition de la réforme des retraites adoptée du temps du gouvernement de Mario Monti et la possibilité de partir à la retraite après 41 années d’activités. Il lui faut continûment exacerber ses prises de position pour apparaître comme le parti de la protestation, anticonsensuel, même si son leader Luigi Di Maio tente, dans le même temps, d’apparaître plus modéré pour asseoir une certaine crédibilité, de rompre son isolement en esquissant la possibilité d’éventuelles alliances après le vote. La Ligue Nord de Matteo Salvini est elle aussi habituée à provoquer. De manière continue. Pour fustiger le « politiquement correct ».  Son objectif est double : essayer de conquérir la première place dans la coalition de centre-droit qu’elle forme avec Forza Italia de Silvio Berlusconi, et Fratelli d’Italia (extrême droite) ; tenter de rivaliser avec le Mouvement 5 étoiles pour récupérer les électeurs qui entendent exprimer leurs frustrations, leurs colères par rapport à la situation économique et sociale, à la législature finissante, aux immigrés, à la classe dirigeante, à la corruption généralisée, à l’Union européenne. Il y a donc une sorte de surenchère entre le Mouvement 5 étoiles et la Ligue Nord pour des déclarations outrancières.   

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 19/01/2018 - 12:16 - Signaler un abus Déclaration outrancière?????

    Au contraire des médias gaucho-mondialistes, qui ont peur de toute expression démocratique contraire à leurs vœux de dissolution immigrationniste, je la trouve très modérée cette question (pas"déclaration", M. le journaleux! C'est inscrit dans le texte, si vous savez lire...): ""Si nous acceptons tous les migrants, nous ne serons plus nous. (…) Nous devons décider si notre ethnie, notre société, notre race blanche doit continuer à exister ou si elle doit être anéantie? Ce n’est pas une question d’être raciste ou xénophobe. »

  • Par padam - 19/01/2018 - 15:32 - Signaler un abus La peau du Blanc ne vaut-elle pas celle de l'ours?

    En quoi les propos de monsieur Fontana sont-ils "outranciers". Il ne fait que poser avec lucidité et pragmatisme le problème fondamental de la survie de l'Europe, meme si la réalité des défis auxquels notre continent est et sera de plus en plus confronté heurte la "bonne conscience" de bien-pensants qui ne sont généralement pas les payeurs. Dans un monde où explose la démographie de l'Asie et de l'Afrique et de bien d'autres pays dits en voie de développement, la population blanche européenne, ou "caucasienne " de l'autre coté de l'Atlantique, devient singulièrement minoritaire et par conséquent menacée dans sa survie à terme. Il faut protéger les ours blancs en voie de disparition; tous d'accord. La cause de l'Homme blanc ne mériterait-elle pas d'etre tout autant entendue et défendue?

  • Par vangog - 19/01/2018 - 23:25 - Signaler un abus Très belle alliance entre la Lega Nord de Matteo Salvini...

    et Sylvio Berlusconi et Georgia Melloni. Les mondialistes immigrationnistes ont du mouron à se faire...

  • Par kelenborn - 20/01/2018 - 07:43 - Signaler un abus OUI

    Atlantico , qui n' a déjà pas beaucoup de sous ( sans cela il aurait un interface technique pour les forums qui ne tienne pas de la chaise à porteurs) est-il obligé de faire réaliser les interview de ses "logues" de service par des larbins de l'imMOnde, de Merdiafart de Louseur version Crassepoutine ou des Incrooks - bref des sacristins illéttrés du politiquement correct? Car vu les termes utilisés (outranciers ...) quand il y a 5 millions de réfugiés sans compter les clandestins, on devrait trouver Hulot ignoble et criminel quand il ne dénonce pas le complot merdiatique qui a fait que la température est tombée à-62° à Yakoutia! Et puis, une dernière fois , les "logues" ras le cul! quand quelqu'un est con , n'a rien à dire d'intelligent ou veut raconter des craques, il est proclamé sociologue ou psychologue ( vaudrait mieux catalogue des farces et attrapes)! Bon, au moins, avant on appelait ça des voyantes, des diseuses de bonne aventure ou des bâteleurs de foire!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Marc Lazar

Marc Lazar est historien et sociologue français du monde politique. Spécialiste des gauches européennes et de la vie politique française et italienne, il est, depuis 1999, professeur des universités en histoire et sociologie politique à l’Institut d’études politiques de Paris. Il est actuellement directeur du Centre d’histoire de Sciences Po et président de la School of Government de la LUISS (Libre Université Internationale des Sciences Sociales) basée à Rome.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€