Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 05 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les cinq graphiques qui montrent à quel point la France va mal

En France, la crise ne fait que commencer. Depuis 30 ans, le coût du travail et l'explosion de l'endettement ont fait décrocher notre pays par rapport à ses voisins, notamment l'Allemagne. Et la politique actuelle d'augmentation des impôts ne va rien arranger...

Thermomètre

Publié le
Les cinq graphiques qui montrent à quel point la France va mal

La production industrielle française a perdu 25% face à la production allemande depuis 1992. Crédit Reuters

Je vais me livrer à un exercice quelque peu inhabituel : je vais remonter dans le temps pour essayer d’expliquer pourquoi la France est dans une situation très difficile. Pour y arriver, je vais limiter au maximum les commentaires, présentant mon diagnostique sous forme de graphiques.

Graphique Numéro 1 : Ce qu'il faut regarder et ce qui ne sert à rien

Les thuriféraires de l’économie officielle (du type Insee) nous enjoignent de regarder l’évolution du PIB.

La ligne noire ci-dessus donne l’évolution relative du PIB Français par rapport au PIB Allemand depuis 1992, tandis que la ligne rouge donne l’évolution relative des productions industrielles. A en croire les économistes « officiels » qui regardent le PIB, la France a fait 5 % de mieux que l’Allemagne depuis 1993 (qui peut croire une telle ânerie ?). Par contre, si l’on en croit le ratio des productions industrielles elle a fait 25 % moins bien.

Que croire ?

Bien sûr, c’est le ratio des productions industrielles qui reflète la réalité puisque le PIB ne prend en compte ni la détérioration du bilan de l’Etat ni la hausse du poids de ce même Etat dans l’économie : si les pouvoirs publics embauchent des dizaines de milliers de fonctionnaires et les payent en empruntant de l’argent, le PIB monte. On voit la stupidité d’une telle mesure statistique qui ne peut satisfaire qu’un Etatiste acharné du style Mélenchon.

Par contre, la production industrielle mesure ce qui se passe dans une partie de l’économie non étatique, celle qui produit des biens. Dans cette partie là, l’économie Française a reculé par rapport à sa concurrente outre-Rhin d’environ 25% en 20 ans. Depuis 20 ans, la France s’est désindustrialisée comme jamais depuis deux siècles et cela est incontestable. Que le lecteur me comprenne bien : je ne dis pas que l’économie Française a reculé de 25 % par rapport à l’économie Allemande depuis vingt ans. Je dis que le secteur privé en France a reculé par rapport au secteur privé Allemand et que, dans l’industrie, ce recul atteint 25 %. Ce n’est probablement pas le cas dans les services ou le tourisme, mais c’est la tendance qui compte ici, pas les chiffres absolus. Le secteur privé a reculé en France depuis 20 ans tandis qu’il augmentait en Allemagne, voila la vérité .

La question que graphique amène à se poser est bien entendu la suivante : pourquoi ce recul français, qui a commencé aux alentours de l’an 2000 ? Avant cette date et depuis 1960, les productions industrielles dans les deux pays avaient exactement le même taux de croissance.

La réponse est simple : à infrastructures égales, un investissement industriel dépend des coûts relatifs du capital et du travail par rapport aux pays concurrents.

Compte tenu du fait que le coût du capital a été le même en France et en Allemagne pendant longtemps, la responsabilité doit sans doute être recherchée du coté du coût du travail.

Vérifions.

Graphique Numéro 2 : Coût du travail et Compétitivité.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par franek100 - 03/03/2013 - 09:59 - Signaler un abus Blabla

    Et une fois qu'on a dit ça, on fait quoi CHARLES ? On laisse le pays continuer dans vos prévisions, on se révolte, on renverse le pouvoir en place ? LA SOLUTION ???????

  • Par Chupula - 03/03/2013 - 10:03 - Signaler un abus Bravo!

    Qu'en termes concis ces choses là sont dites! Merci surtout de dénoncer la part de l'emprunt dans le PIB et le calcul de la croissance. Il faut corriger le PIB du montant des intérêts annuels.

  • Par gile - 03/03/2013 - 10:10 - Signaler un abus Le PIB est une imposture

    Il est évident que ce machin technocratique ne peut exprimer la vraie évolution de notre économie. Et je ne parle même pas des tripatouillages de nos fonctionnaires de l'insee sur le thermomètre. Les graphiques de chacune des composantes de notre économie sont la véritable mesure de son évolution. Et force est de constater qu'ils sont tous défavorables au pays. Il est clair que le pays attend quelque chose. On a vu que la hausse des impôts (37 milliards depuis mai 2012) n'a rien réglé. Le gvt va donc se lancer dans une politique de réduction des dépenses et il verra que là aussi n'est pas la solution. La vraie mesure est celle du nécessaire deal avec les entreprises. Réduire les coûts du travail par une baisse significative des charges, ce qui signifie blocage des salaires, réduction des cotisations sociales par un allongement significatif de l'âge de départ à la retraite et sans doute faudra-t-il modifier la répartition, au bénéfice des entreprises, du financement des budgets sociaux.

  • Par laliberte - 03/03/2013 - 10:22 - Signaler un abus Quelle est la solution???

    Pour un"thinkthank" il n' y a pas de solution, c' est très grave. Allez vous coucher et revenez quand vous serez plus optimiste. Quelque solutions: Baisser les salaires de 30% ou sortir de l' UE comme MLP le demande? Réduire drastiquement le périmètre de l' état, le nombre des élus, les fonctionnaires comme au Canada en 95? Manifester contre les politiciens français qui nous ont mis dans ce marasme et suivre l' Italie?

  • Par fentreti - 03/03/2013 - 10:40 - Signaler un abus Ce n'est pas la France qui va mal

    Tant que l'on aura des dirigeants qui ne pensent qu'a se remplir les poches et vivre dans un luxe absolue , alors oui la France ira mal . Petite info (le figaro) , retraite dorés pour les eurodéputés à 50 ans et 9000 euros d'indemnités pour 10 ans de services , sans compter les innombrables frais remboursés , alors petit Français , Bosse , paye, et tais toi ...

  • Par la saucisse intello - 03/03/2013 - 10:44 - Signaler un abus Superposer le PIB....

    et l'état REEL de l'économie c'est confondre le C.A avec le bénéfice. Ceci dit, on se passe trés bien des "experts" fûssent-ils du calibre de monsieur Gave pour se rendre compte....qu'on est dans la merde ! Oh, pas jusqu'au cou, non....bien plus haut !

  • Par boblecler - 03/03/2013 - 10:54 - Signaler un abus La solution est les fonds de pension et de revoir l'analyse fi

    Il faut revoir les fondamentaux c'est à dire permettre aux gens dans la précarité de faire de l'élevage en abaissant les normes sanitaires et rouvrir des abattoirs pour faire du lait et de la viande et des céréales et parallèlement on forme les chômeurs à la RD

  • Par pemmore - 03/03/2013 - 10:57 - Signaler un abus Taper sur le parti socialiste, une solution qui va nulle part,

    Par contre analyse assez intéressante, mais le coût du travail dans l'industrie manufacturière est une donnée globale, et globalement nous sommes capables d'être compétitifs. Reste que nous payons avec 50 ans de retard la création du collège unique qui a liquidé l'apprentissage, mis la jeunesse actuelle au chômage et vu partir à la retraite depuis 15 ans les babyboomers les forces vives du pays. Comment voulez-vous faire travailler un jeune avec toutes les compétances actuelles alors qu'il ne sait ni lire ni écrire ni compter de tête, ni même se plier aux rêgles des entreprises, encore moins les notions de courage et persévérance et qu'il veut tout de suite avoir 1600 euro par mois. Tant qu'à faire faut pas se gêner!

  • Par boblecler - 03/03/2013 - 10:59 - Signaler un abus On réinstalle des fonderies

    On réinstalle des fonderies dans les campagnes pour faire la troisième révolution industrielle avec des centrales géothermiques avec la technologie employée déjà dans l'Ain et en Haute savoie . On ouvre les lycées techniques aux chômeurs de longues durée et cours Magistraux par internet. On oblige les assurances à investir dans les fonderies régionales et en campagne pour répondre aux besoins en asie centrale et en Chine. Et on peut s'attaquer aussi au marché de l'eau et de l'écologie via la mise en place de la méthanisation dans l'amérique du sud et le canada pour une alternative aux gaz de schistes sachant que 10 tw sont possibles sur la consommation mondiale grâce aux supergrids et aux technologies vertes et on rationalise les EPR. Donc si on place 100 milliards dans l'industrie on récupère 20 % soit le déficit des régimes Générales ARCO et ARGIC. Faut réduire les aides en formant les récipiendaires du RSA et pour les allocations familiales , on les redistribue au premier enfant en les plafonnant tout comme les aides aux logements.

  • Par boblecler - 03/03/2013 - 11:00 - Signaler un abus Il faut rouvrir les bourses

    Il faut rouvrir les bourses et revaloriser les enseignements dans la qualité et organiser des salons et des concours sur la qualité en privilégiant pour l'agro alimentaire les techniques de diagnostiques rapides et pour l'industrie la vision industrielle et les techniques de métrologies à ultrasons être écologique.

  • Par XI - 03/03/2013 - 11:10 - Signaler un abus -et sans doute faudra-t-il

    -et sans doute faudra-t-il modifier la répartition, au bénéfice des entreprises, du financement des budgets sociaux. -Faut réduire les aides en formant les récipiendaires du RSA et pour les allocations familiales , on les redistribue au premier enfant en les plafonnant tout comme les aides aux logements. En deux phrases les solutions sont données . Pas de remède si les charges salariales ( patrons et salariés ) ne servent qu'à financer la dette sociale . C'est la 1 ère réforme à mettre en oeuvre .

  • Par la saucisse intello - 03/03/2013 - 11:11 - Signaler un abus Au menu de ce midi...

    "la saucisse", chef auto-étoilé vous propose, à la place de courbes hautement laxatives, SON menu en cinq points : -Trop d'impôts. -Trop d'élu(e)s. -Trop de lois. -Trop d'immigrés. -Trop de (hauts) fonctionnaires. Mais bon, je n'apprends rien à personne. Le diagnostic est posé depuis trente ans. C'est la "recherche" du remède qui patine !

  • Par logaro - 03/03/2013 - 11:13 - Signaler un abus quand le " Made in France" va mal!

    Dans le livre " Quand le Made in France devient le Mad in France" l'auteur André Girod étudie l'évolution de l'économie française depuis les années 60 à nos jours. Le constat est accablant et explique bien la situation actuelle surtout pour Renault et Peugeot et leur déclin. Tout est passé au peigne fin et les conclusions sont dures.

  • Par German - 03/03/2013 - 11:57 - Signaler un abus La honte à la classe politique !!!!

    Une analyse lucide, claire et simple. On est irréversiblement dans la merde et, malheureusement, sans issue. Sans issue car je vois mal un Président français (quelle quel soit la tendance politique) avec le courage et l’intégrité morale nécessaires pour engager les reformes dont on a impérativement besoin pour sauver notre pays. Ici on ne parle plus de sauver notre 'french way of living', ici on parle de sauver l'état français, tout court.

  • Par EOLE - 03/03/2013 - 11:59 - Signaler un abus La captation des revenus par l'Etat collectiviste

    La dérive du coût du travail en France est réelle mais n'est qu'une des conséquences de la captation des revenus par l'Etat collectiviste sous toutes ses formes. C'est bien l'ensemble du soi-disant "modèle français" issu du Conseil National de la Résistance, désolé pour feu Stephane Essel, qui est à revoir et à rééquilibrer au détriment de l'Etat providence. Les solutions ne sont pas compliquées mais demandent bien évidemment du courage (trop de courage pour nos politiques?) et de la persévérence (trop de persévérence pour des mandatures limitées à cinq ans?). Limiter les interventions publiques, Etat et colectivités, aux seuls domaines régaliens, infrastructures comprises; favoriser la recherche et l'investissement industriel; donner une instruction concrète et utile et non pas un pseudo verni idéologique à nos enfants; responsabiliser financièrement chacun de manière individuelle sur les avantages sociaux dont il bénéficie; rien de cela n'est bien compliqué...

  • Par Ravidelacreche - 03/03/2013 - 12:34 - Signaler un abus Bien vu Charles

    Quand on confond le compte tour avec le compteur de vitesse...Retirons leur le permis de conduire.

  • Par vangog - 03/03/2013 - 12:41 - Signaler un abus Vous avez, malheureusement, raison Charles!

    Le pire, c'est que les socialistes commencent a se rendre compte de la supercherie électorale, qui a consisté a s'allier avec des ecolo-cocos ultra-conservateurs( au sens des privilèges acquis et des clivages sociaux...), et à aller chercher le vote des minorités de pression électorales, homosexuelles, immigrationnistes, femmes crédules et socio-sensibles, en se drapant du voile élimé du progressisme(sic). Le véritable socle du PS est un socle artificiel, social-démagogique, assis sur les sables mouvants d'alliances contre-nature. Et tous ceux des socialistes les plus éclairés economiquement( oui, oui, il y en a...) comprennent parfaitement l'inutilité et le court-termisme des mesures gouvernementales, conduisant inéluctablement a un décalage grandissant avec nos voisins les plus dynamiques. Ce décalage a commencé dans les années Mitterrand, et s'accentue actuellement, prouvant a nos sociologues biberonnés a la pensée unique, que les plus conservateurs ne sont pas ceux que l'on croit, et que la gauche française est une des plus conservatrices d'Europe! Cette décennie fera immanquablement le procès de la social-démagogie qui a amené la France au fond du trou et un grand remodelage..

  • Par vangog - 03/03/2013 - 12:49 - Signaler un abus @Eole d'accord avec vos préconisations!

    J'ajouterai que pour être valable, le recentrage de l'état sur ses fonctions Régaliennes et la responsabilisation "sociale" des citoyens doivent s'accompagner d'une simplification des textes et d'une réduction ( au moins d'un tiers) du mille-feuille administratif. Selon moi, la France ne fera pas l'économie d'une nouvelle constitution, qui pourrait être facilitée par la désagrégation de cet état Socialiste ou la prochaine crise monétaire ( hégémonie De la monnaie Chinoise) qui s'annonce. Ou les deux...

  • Par robert - 03/03/2013 - 12:52 - Signaler un abus La solution ??

    La solution ?? aucune car le peuple Français mange encore très bien et n'a plus assez faim..............

  • Par guy bernard - 03/03/2013 - 13:00 - Signaler un abus en finir avec les manipulations des "économistes" de l'Etat

    un autre graphique serait intéressant : celui de la variation du train de vie de l’État rapporté à ces chiffres nous sommes dans un pays où systématiquement toute forme de croissance, même hypothétique, est systématiquement recyclée par l'Etat incompétent, improductif et inefficient. nous savons que le seul pays qui a un comportement ricardien à la baisse des dépenses est la France, et pourtant, on continue à nous faire croire que la consommation doit être soutenue. l’État, aidé de ses lobbyistes, est devenu expert dans le mensonge économique afin de garder ses privilèges. on préfère arroser le sable et recycler les mesures en ressources vaines de l'Etat plutôt que de le rendre (enfin) productifs. le drame est que nos économistes tocards de l'Etat (je ne parle surtout pas de vous) est de se croire compétents.

  • Par Juanito - 03/03/2013 - 13:10 - Signaler un abus Un social au coeur du problème

    La France est certainement le pays le plus "généreux" au monde en matière d'aides sociales. En temps de crise et de croissance en berne, ce social est une fuite en avant qui vide les caisses et accroit la dette. Rien ne changera à cause des conservatismes des syndicats, des officines de gauche qui empêchent toute remise en question de ce système dépassé. Les français habitués à l'assistanat ne comprendraient pas cette remise en question et la sacro sainte "paix sociale" serait menacée. Les politiques savent que l'on fonce dans le mur mais ne font rien jusqu'à que la crode se soit cassée pour de bon et on en est pas loin...La gauche a fabriqué des sous-citoyens, c'est à dire des individus qui ne croient avoir que des droits et jamais de devoirs. D'ailleurs la première mesure que ce gouvernement populiste et incompétent a pris est de doubler la prime scolaireNous sommes le seul pays au monde ou seulement 1 foyer fiscal sur 2 e paie pas l'impôt ce qui qui est un scandale d'état, une injustice sociale dont on ne parle jamais. Comment ce pays criblé de dettes va s'en sortir avec un tel état d'esprit à un moment ou il est vital de mettre fin au système et de mettre les gens au travail

  • Par Stef - 03/03/2013 - 13:25 - Signaler un abus la solution

    c' est que dans 4 ans, si on tient encore debout, il faudra voter avec sa tête et pas avec ses coucouilles. A bon entendeur.

  • Par kaplan - 03/03/2013 - 13:41 - Signaler un abus suicide collectif

    Un suicide collectif en somme....

  • Par Epsilon - 03/03/2013 - 13:47 - Signaler un abus Bravo!

    Et félicitations pour vos prévisions 2013 - 2017 sur le graphique numéro 4. Je suis sûr que tous ceux qui n'ont jamais fait de statistique sont convaincus par vos arguments bluffants. J'espère qu'ils en profiteront pour suivre les liens publicitaires, sur la gauche et la droite de votre article passionnant.

  • Par skylone - 03/03/2013 - 13:47 - Signaler un abus je suis étonnée

    de voir la grande pertinence de cette discussion, la plupart des français voient clairement l'état de la france et pourtant il n'y a que l'état et les syndicats qui se voilent la face. la majorité des votants déjà regrette son vote au ps, pourtant la droite n'aurait guère fait mieux. je ne sais pas jusqu'où on pourra aller sans casser la corde du raisonnable.

  • Par gladio - 03/03/2013 - 14:11 - Signaler un abus Chômeur de 59 ans

    français impeccable, trente publications, trois langues, connaissance des usages sociaux, culture générale vraiment générale, d'Alexandre le Grand à The Voice, Sciences Po, dessinateur, pianiste se propose de prendre la place d'un jeune crétin qui ne sait pas écrire, dont les parents ne parlent pas le français, mais qui plastronne à Pole Emploi en répétant zyva ya rien qu'est fait pour les jeunes. Faire offre à anonymout@gmail.com

  • Par Tan - 03/03/2013 - 14:13 - Signaler un abus Cela est dit, et alors, où est zorro?

    Je crois que beaucoup de personnes sont conscientes de l'état décrit dans cet article. Ce sont des faits. Bon, et maintenant, on fait quoi ? On attend que Flanby se réveille? On attend qu'un prince charmant vienne lui faire un bisous. Ca marche avec les princesse, mais avec les mâles ventrus, je ne sais pas (j'émets une hypothèse sur son sexe, quoique?????). On précipite la catastrophe, en général cette solution génère des Robespierres, des Saint Justs, des Pol Pots.... à rejeter, tout au moins quand je suis encore là. On se retire dans un couvent et on attend le miracle (OK si le couvent est mixte) On se tire au plus vite. Je crois que c'est la meilleure et la seule solution encore acceptable aujourd'hui.

  • Par Glop Glop - 03/03/2013 - 15:16 - Signaler un abus Il manque quelque chose pour pouvoir analyser...

    ... les mêmes graphiques à propos de tous les états "Euro"... rien que pour voir au sein de l'Euroland. Ensuite les gaphiques à propos des principales économies hors Euroland. Quant au "coût du travail", il faudrait avoir pays par pays du même Euroland, et particulièrement à propos de l'Allemagne, la vérité sur les salaires.

  • Par vangog - 03/03/2013 - 15:20 - Signaler un abus Ne vous impatientez pas Tan!

    La crise monétaire qui se profile a l'horizon, avec l'hégémonie monétaire de la Chine comme seule solution au ralentissement de son économie, va achever Flamby et sa clique socialo-ecolo-coco! Elle ne nécessitera même pas de barricades et de manifestations grandioses, qui ne feraient qu'arc-bouter les reacs gauchistes sur leurs privilèges et leur aveuglement idéologique. Le fruit est mûr, attendons qu'il tombe de lui-même, comme une vieille blette... La question posée est: " que mettre à la place de cette social- démagogie mortifère?" Mais le problème, c'est que les gauchistes ont tellement asphyxié les réflexes libéraux et productifs de ce pays, en gonflant artificiellement les résultats de Marine Le Pen, qu'elle sera la seule alternative. Bien seule et anti-Européenne, sera-t-elle la solution?...

  • Par cuthroat - 03/03/2013 - 15:39 - Signaler un abus Du caca....

    "C’est ce qu’a fait Schroeder en Allemagne , et il a perdu les élections… C’est ce qu’avait fait monsieur Chirac en 1986 et 1987, et il a perdu les élections…C’est ce qu’avait fait monsieur Barre de 1978 a 1981, et il a perdu les élections lui aussi… Aucune chance que les équipes actuelles ne se lancent dans ce qui serait pour eux une politique suicidaire." Ca résume assez bien la pensée des politiques... Ils savent qu'il y a des bonnes actions à mener mais ils ne veulent pas sacrifier leur carrière pour l'intêret général... Il semble y avoir plein d'indicateurs, plein de signaux qui montrent qu'on est dans le caca et pourtant le gouvernement ne se bouge pas le cul.... Je pense que tous les lecteurs ont compris que c'est une situation plus que stupide. Pourquoi des simples citoyens comme nous s'en rende compte et pas les hautes sphères de l'état....

  • Par Gilles - 03/03/2013 - 19:12 - Signaler un abus Point besoin de longs discours

    J’habite Mulhouse (pas Toulouse) à 15 kms de la RFA. Je vois la Forêt Noire depuis ma fenêtre. J'ai suivi l’évolution du grand pays voisin depuis 1960 ayant été d'ailleurs à Berlin en 1961 la fameuse du nuit du Mur.Je connais très bien le pays et pratique également la langue allemande (peut-être pas aussi bien que "Héros de Nantes" et encore à voir). Il y a un test tout simple pour voir le fossé qui se creuse chaque jour un peu plus entre les deux pays : comparer l'Alsace avec le Pays de Bade. Les infrastructures, l'organisation administrative, le tissu industriel outre-Rhin pour ne citer que ces postes sont en avance de 30 ans par rapport à notre pays. Car il ne faut pas s'y tromper, il n'y a pas que Paris en France. loin de là. il suffit de traverser le département des Vosges (on se croirait encore sous la IIIème République) ou encore la Moselle. Quel contraste. Ces régions frontalières sont encore "sauvées" par la possibilité pour les habitants d'aller travailler en Suisse, en RFA ou encore au Luxembourg. Sinon...

  • Par lutino - 03/03/2013 - 20:09 - Signaler un abus Tout a fait vrai Gilles

    le grand probleme est qu' en France il n 'y aucun reportage sur notre grand voisin allemand . On passe son temps a faire des comparaisons alors qu' il y un gouffre economique et de niveau de vie entre les deux nations . La soit disant precarité n existe qu 'en ex RDA . En Allemagne les gens roulent en mercedes audi ou bmw .Les Golf c 'est beaucoup pour l 'export . je propose d 'organiser un voyage sur le terrain en Allemagne à nos chers deputés et autres hommes politiques de droite comme de gauche .En France , il faut savoir que le premier employeur de Marseille , ce sont les hopitaux et ceci est vrai pour beaucoup de villes !!En Allemagne il n 'y pas de luttes des classes et les syndicats qui vont avec . Pour finir comparez les hotels allemands toujours tres confortables avec nos ibis tres limites . Pour s 'en sortir il faut monter en gamme mais ce n 'est pas l 'arrivée massive de la misere du monde qui va nous aider

  • Par Papy Geon - 03/03/2013 - 21:30 - Signaler un abus L’auteur évoque une « classe politique » ...

    « Nous sommes gouvernés par la classe politique la plus nulle de l’Histoire de France, que les Français ont élu en connaissance de cause, et à cela, il n’y a pas de solution ». La naissance de cette classe politique, appelons-la plutôt « énarchie », se situe dans l’immédiat après-guerre. Depuis cette époque, cette énarchie a « fait son trou », a phagocyté la politique (l’anomalie est là !), est devenue une caste qui s’auto-entretient. Il y a une solution de survie évidente : installer dans les sièges des ministres, des personnes compétentes pour appréhender les défis techniques et technologiques de notre siècle, des personnalités ayant des références en termes de réussites techniques, et non des gestionnaires carriéristes. Les énarques sont là pour servir le pays et son gouvernement (comme par exemple les préfets), et non pour se servir.

  • Par jlbaty - 03/03/2013 - 22:16 - Signaler un abus Produit Francais vendu en

    Produit Francais vendu en chine taxe 200/100 Produits Chinois vendus en France 0 taxes Il faut arrêter

  • Par yvonman53 - 03/03/2013 - 22:56 - Signaler un abus Ca recommence !

    Bon lire le rapport de la cour des comptes http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/114000118/0000.pdf Part de l'industrie dans l’économie Allemagne = 25.6% du PIB France = 13.6% du PIB Parution Mars 2011 Donc ce n'est pas nouveau.

  • Par yvonman53 - 03/03/2013 - 22:59 - Signaler un abus Ca recommence !

    Notre 1 er poste: Activités financières = 33.4% du PIB ,ce qui représente seulement 18.8% de l'emploi

  • Par yvonman53 - 03/03/2013 - 23:05 - Signaler un abus Wikiberal

    L'Institut des Libertés est un think tank libéral français créé en janvier 2012 sous l'impulsion de Charles Gave. L'institut des Libertés a deux objectifs principaux: Pédagogique, en proposant un lieu de parole libérale autour des auteurs libéraux souhaitant prendre la plume à www.institutdeslibertes.org Financier, en tentant d’aider le financement d’un certain nombre d’initiatives Libérales sur étude de dossier. L'institut est une fonds de dotation enregistré auprés de la préfecture de Paris.

  • Par yvonman53 - 03/03/2013 - 23:33 - Signaler un abus Définition

    la croissance vient de la conjonction d’une classe d’entrepreneurs, d’un système juridique stable, de la reconnaissance du Droit de propriété et d’un système financier concurrentiel et bien réglementé. (Définition due à Schumpeter).

  • Par yvonman53 - 03/03/2013 - 23:41 - Signaler un abus Definition

    Cette définition est donnée ici: http://institutdeslibertes.org/etude-objective-sur-les-grands-merites-du-keynesianisme/ Auteur: Monsieur Charles Gave.

  • Par yvonman53 - 03/03/2013 - 23:46 - Signaler un abus Normal

    Inutile d’écrire que je suis très sceptique sur ces points de vue très "classes" et de droite ultra libérale.

  • Par sheldon - 03/03/2013 - 23:47 - Signaler un abus euro et socialisme de redistribution = Delors and Co

    L'euro socialiste ne peut se comprendre que dans le cas d'une redistribution des pays riches vers les plus pauvres : ça ne marche pas car de même que l'Italie du Nord ne veut pas travailler pour celle du Sud, les pays "fourmis" ne veulent pas travailler pour les "cigales" (là encore Nord et Sud) Le socialisme de redistribution est en soi une idée normale dans une nation soudée. C'est l'idée dans un famille d'avoir les plus riches aidés les plus pauvres. Or nous ne sommes plus dans une famille. L'arrivée importante de populations étrangères, souvent de cultures fondamentalement différentes, fait que l'on n'a plus l'impression de vivre dans une même grande famille. En revanche ces communautés qui, quand elles sont dans le besoin profitent de nos aides, ne rendent pas la pareille quand elles s'en sortent : essayez en tant que "gaulois" d'essayer d'être embauché dans une de leurs sociétés. La seule solution, comme pour le mariage, c'est la conversion!

  • Par honduras - 04/03/2013 - 07:40 - Signaler un abus ouai

    la seule démonstration ici c'est que l'on peut faire parler les chiffres à sa propre sauce, ici c'est plutôt droite medef. le coût du travail n'est pas la clef, à l'étranger on ne cherche pas venant de la france des produits qui ont le même rapport qualité prix que les chinois, justement on veut autre chose, du produit de qualité, avec de la tradition au bon prix, c'est en grande partie pour cela que l'industrie est en voie de disparition.

  • Par sianabog - 04/03/2013 - 09:50 - Signaler un abus Ca va s'amplifier vue l'incurie passée

    Si on peut encore arrêter la course folle vers le mur, l'urgent c'est de comprendre que PIB et croissance sont des concepts pour le moins incohérents. Et si on parlait plutôt de la décroissance de la pauvreté ? Et de la décroissance de nos modes de production et de consommation suicidaire, nucléaire civil et militaire inclus ? Le PIB n’est plus adapté aux défis du XXIe siècle, il faut donc d’une part le corriger et d’autre part lui adjoindre d’autres indicateurs. Deux types de mesures devraient compléter le PIB : des indicateurs de contraintes physiques (comme l’indicateur de l’empreinte écologique qui est aujourd’hui de 50 % supérieur à la biocapacité, des indicateurs d’empreinte carbone ou relatifs au climat, etc.) et des indicateurs sur les finalités humaines poursuivies (indicateurs de santé sociale, plus qualitatifs, tels la qualité du travail, le travail des enfants, le nombre d’heures de loisirs, le taux d’obésité…). Il est intéressant de voir le contraste entre un PIB qui n’arrête pas de croître et une santé sociale qui se dégrade. Tapez donc FAIR Forum pour d'Autres Indicateurs de Richesse.

  • Par Bragard - 04/03/2013 - 10:21 - Signaler un abus Protectionisme

    Je n'ai pas une grande culture géopolitique, mais je suis suffisemment âgé pour me souvenir d'une france forte, celle de mon enfance. En cette époque, l'europe (concept totalement abstrait et absurde selon moi ! ) n'éxistait pas, il n'était pas question de mondialisation et notre protectionnisme, notre savoir faire, la force de notre identité culturelle, notre image de pays à la forte dimension historique nous rendaient à la fois fort et fier. Aujourd'hui, contaminés par la fièvre socialo socialiste, gangrénés par une immigration incontrôlée et ouvert à une europe, si belle sur le papier, mais soyons réalistes, totalement irréalisable concrètement sur les plans social, politique et économique tellement grandes sont ses disparités, nous nous retrouvons totalement démunis face aux défis que représentent la mondialisation de nos jours. Nous n'étions pas prêt à nous battre dans la cour des grands et nous aurions du rester comme nous étions, tel le village des irréductibles gaulois au milieu de l'empire romain. Mais la marmite de potion européenne a été indigeste et les gaulois sont désormais malade. Je dis non à l'europe, oui au protectionnisme, redevenons la France !!

  • Par mich2pains - 04/03/2013 - 10:23 - Signaler un abus Et SCHROEDER , il en pensait quoi ?

    A la question poséee par un journaliste français au chancelier (de G000che ) SCHROEDER : ......." Que pensez-vous de la semaine de 35 H votée par le gouvernement de G000che , ici , en France " ? réponse du SCHROEDER : ......." Les 35 h de travail hebdomadaire en France , ...ç'est une trés bonne nouvelle pour les salariés .....Allemands " ! (sic) ON ne s'en lasse pas .....tellement sa réponse fût savoureuse !

  • Par Bragard - 04/03/2013 - 10:39 - Signaler un abus Un exemple à suivre...

    Ne pouvant faire mieux que de montrer en exemple les exploits d'un Pays dont le PIB est le plus fort au monde, je vous encourage et j'encourage nos énarques englués de théorie et de politique à aller voir ce qu'il se passe du côté de singapour...Après l'indépendance, en 1965, Singapour a su devenir, avec très peu de ressources naturelles et des problèmes socio-économiques importants (émeutes raciales, chômage massif, difficultés de logement et d'accès à l'eau), un des pays les plus développés et les plus prospères du monde, en termes d'économie, d'éducation, de santé, de transparence, de sécurité et d'urbanisme. C'est juste une démocratie autoritaire dont le gouvernement est constitué de diplômés des plus prestigieuses écoles de commerce. Vous êtes en possession de drogues ? Peine de mort ! Immigration TRES contrôlée ! Rigueur du système administratif, discipline (forcée...)des citoyens, prison à vie ou peine de mort pour les criminels. Tolérance zéro pour la délinquance, système social quasi inexistant (payant) . Des gens qui veulent se surpasser et travailler dur pour gagner encore plus d'argent et pas rester aux 35 heures pour pouvoir regarder drucker ou PSG/OM à la télé !

  • Par Bragard - 04/03/2013 - 10:41 - Signaler un abus @michedepains

    Je ne peux que vous féliciter pour ce délicieux exemple sur cette absurdité des 35H, dont nous devons la paternité à la gauche ...!!!

  • Par FIGAROCB - 04/03/2013 - 11:09 - Signaler un abus LE PIB

    Ah, ce sacro-saint PIB ! tout repose sur lui ! mais, ci-omme le fait remarque l'auteur de l(article, il existe, en fait, deux PIB. Le premier, c'est celui que nous connaissons, que les pouvoirs publics mettent en avant pour faire voir "au peuple" Français comme notre pays se développe. Mais il y a un mais : dans ce PIB est inclus l'influence de la fonction publique : plus elle est importante, plus ce fameux PIB augmente. Par contre c'est le véritable PIB que nous devrions connaître : LE PIB MARCHAND, celui qui provient directement de notre économie SANS la participation étatique ! Et là, le tableau est moins joli ! Il baisse tous les ans car notre productivité diminue, nos exportation également et notre fiscalité est devenue la plus confiscatoire sur le plan mondial !Il faut le faire ! Voilà ce qu'est le socialisme, mis en place en 1981 et que nous n'avons vraiment jamais quitté, nos politiques de droite continuant à faire la même chose que la gauche : du "Keneysisme ", c'est à dire la relance par l'emprunt d'état. Maintenant, il faut faire le contraire, c'est à dire la doctrine de FRIEDAM son antithèse économique, celle qui a réussi dans les pays nordiques par exemple. URGENT

  • Par Bragard - 04/03/2013 - 11:10 - Signaler un abus GOODYEAR AMIENS NORD

    A un journaliste de France 24 qui demandait à un salarié de goodyear amiens nord ce qu'il pensait de "l'option" SCOP pour sauver son entreprise, ce dernier répondit du tac au tac : "ici ? ah non ! il y a trop de salariés !!! Les autres salariés présents sur place ce sont refusés à tous commentaires....et oui, les acquis sociaux, les avantages, les congés payés, les 35H, les grèves, les heures sup, c'est bien, mais quand il s'agit de prendre une place de patron, assumer la vie d'entreprise et ses aléas, prendre des risques, bosser 70 heures minimum par semaine et se demander si on va pouvoir passer l'année et boucler ses budgets ou remplir le carnet de commandes et négocier avec les banquiers, y a plus personne !! Voilà l'image que la France donne à l'international, des salariés planqués, figés avec les deux doigts dans le C.. Ce qui est le plus malheureux dans l'histoire, c'est qu'ils ne sont pas tous comme cela, mais "grâce" à la CGT, difficile de faire la part des choses désormais !! Arrêtons de diaboliser le patronnat et demandons nous pourquoi nos entreprises ferment ...la rélaité des faits n'est pas que dans les graphiques mais aussi dans les mentalités !

  • Par marruk46 - 04/03/2013 - 11:11 - Signaler un abus bien trouvé

    la gauche n'a jamais aussi bien porté son nom! au niveau europeen nanard d'or et prix nobel des conneries accumulees

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Charles Gave

Charles Gave est président de l'Institut des Libertés, un think tank libéral. Il est économiste et financier. Son ouvrage L’Etat est mort, vive l’état  (éditions François Bourin, 2009) prévoyait la chute de la Grèce et de l’Espagne. Il est le fondateur et président de Gavekal Research et de Gavekal Securities, et membre du conseil d’administration de Scor.

 

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€