Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 29 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Cinéma : Marseille, une ville pour demain ?

Comme Marcel Pagnol en son temps, Kad Merad a la passion de Marseille. Entre les deux, le monde a changé mais, le film de Kad Merad, le montre, Marseille reste une ville unique et fascinante, mieux préparée que d'autres, sans doute, au monde multi-culturel de demain.

Atlanti-culture

Publié le
Cinéma : Marseille, une ville pour demain ?

Le réalisateur

Kad Merad a commencé sa carrière artistique comme chanteur et batteur (dans plusieurs groupes de rock), a filé vers le théâtre (pour interpréter essentiellement des textes du répertoire classique), et, après un passage d’animateur à Chérie FM (où il a rencontré son complice Olivier Baroux), s’est retrouvé, au début des années 90, dans le milieu du septième art.

D'abord comme acteur (comique et dramatique) puis comme scénariste, puis enfin comme réalisateur. Avec à son actif aujourd'hui dans ce domaine, et à titres divers, une soixantaine de films.

Autant dire que Kad Merad, acteur populaire s’il en est, né Kaddour Merad le 27 mars 1964 à Sidi Bel Abbes en Algérie et élevé en France, connaît bien « la musique » en matière de cinéma, qui ne cesse de jongler avec toutes ses casquettes, alternant les rôles comiques (notamment,« Qui a tué Pamela Rose » en 2003, « Bienvenue chez les Ch’tis » en 2008, « Supercondriaque » en 2014), les emplois dramatiques (« Tout va bien, ne t’en fais pas » en 2006, « On voulait tout casser » en 2015), l’écriture de scénarii (entre  autres, « Un ticket pour l’espace » en 2006,« Mais qui a retué Pamela Rose » en 2012 ), et la réalisation de longs métrages.

Après « Monsieur Papa » en 2011, la coréalisation avec Olivier Baroux en 2012 de « Qui a retué Pamela Rose », « Marseille » est le troisième film de Kad Merad qui connaît bien cette ville méditerranéenne puisqu’il y vit depuis une dizaine d’années.

Thème

La réconciliation d’un homme avec sa ville natale…

Parce qu’il croit la mort de son père imminente, Paolo (Kad Merad) revient dans sa ville natale, Marseille, qu’à cause d’un drame personnel et familial, il avait fui il y a vingt cinq ans, pour s’installer au Canada. Son fils sous le bras, il y est accueilli par son frère (Patrick Bosso), qui va lui en réapprendre les beautés, les couleurs, les saveurs et aussi cette façon, unique, qu’ont les habitants d’y vivre ensemble. Entre excès, générosité, solidarité, filouteries en tous genres, et…  penchants avérés pour le pastis, la fête et le farniente… Devant tant de séductions, d’émotions et de… souvenirs, Paolo ne résistera pas… Marseille, Ô Marseille….

Points forts

- Marseille comme sujet de film ! Ses images le disent : Kad Merad a une tendresse passionnée pour cette ville qu’il a découverte il y a seulement dix ans, mais qu’il a appris à connaître. Il en aime, en vrac, la splendeur, la lumière, la mer, la nonchalance, l’effervescence, la simplicité, la chaleur, la cuisine et le cosmopolitisme.

- Le portrait du réalisateur, qui se dessine là, sans doute malgré lui, à travers son film. Kad Merad donne à voir la Marseille qui le touche, et c’est lui qu’on découvre, ou qu’on retrouve, dans toute sa convivialité, sa gentillesse, sa curiosité pour les autres, sa simplicité, son épicurisme, son humour, et, mais oui, sa gravité. Kad Merad a souvent joué les comiques. Mais il a donné le meilleur de son talent dans les rôles dramatiques. Ici, on le voit dans ces deux registres opposés. Et ça fait du bien.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Pourquoi-pas31 - 16/03/2016 - 14:00 - Signaler un abus Si j'ai bien compris,

    c'est le nouveau Pagnol, avec un soupçon de Raimu. Aime t-il aussi les fusillades, les vols à l'arraché, l'agression des automobilistes aux feux rouges, le banditisme dans toutes les tailles et dimensions, la voyoucratie, les trafics en tous genres, etc ... Bref, tout ce qui fait que la police peut dormir sur ses deux oreilles et fait le charme de Marseille.

  • Par Outre-Vosges - 17/03/2016 - 07:56 - Signaler un abus Ajoutons…

    que, né à Sidi Bel Abbès après l’expulsion des sales Français et venu bien sûr en France par la suite, Kad Merad doit apprécier les quartiers nord où la pratique de l’islam est gratuite et obligatoire.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Dominique Poncet pour Culture-Tops

Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€