Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Le christianisme est un judaïsme low-cost"! Je ne sais plus de qui c'est mais c'est bien vu …

Pendant des siècles ça a été nié et par les chrétiens et par les juifs. Mais les tests de paternité (de maternité en l'occurrence) sont sans ambiguïté.

Famille recomposée

Publié le
"Le christianisme est un judaïsme low-cost"! Je ne sais plus de qui c'est mais c'est bien vu …

Quand Paul de Tarse, Juif comme tous les autres apôtres, se rendit sur le chemin de Damas il eut cette formule :"Il n'y aura plus ni Juifs ni Grecs". Il annonçait la naissance d'une religion pour tous et non plus réservée au seul peuple élu

On connaît le succès historique de ce judaïsme bon marché. Ouvert à tous il connut un succès fulgurant. Car, comme dans les grandes surfaces, il cassa les prix avec force promotion.  Les Juifs de l'époque n'écoutèrent pas Paul de Tarse.

Ils considéraient Jésus comme un faux prophète illuminé et ses compagnons comme des charlatans.

 

 C'est pourquoi ils ne pleurèrent pas trop quand Jésus fut mis sur la Croix par les Romains. Ils lancèrent : "que son sang retombe sur nos têtes". Et il retomba sur leurs têtes des siècles durant quand l'Europe devint chrétienne. Persécutions, rouelle, massacres, bûchers…

 

Rien de pire que la rage d'un enfant que sa mère refuse de reconnaitre. Les Juifs fidèles à leur foi avaient oublié que Jésus, selon une belle formule, "était né de mère juive et de père inconnu". Ils le payèrent très cher.

 

Pour l'Eglise, les papes, les prélats et les foules promptes à égorger, les Juifs, étaient des aveugles volontaires. Un relief qui figure sur les murs de la cathédrale de Strasbourg en témoigne : il montre en effigie la synagogue les yeux bandés.

 

Puis le temps a passé. L'antisémitisme chrétien a disparu aidé en cela par Hitler qui lui en a substitué un autre bien plus radical. Aujourd'hui tout chrétien se doit de lire la Torah appelée Ancien Testament pour des raisons d'opportunité. Et tout chrétien sait que le Nouveau Testament est le fils de l'Ancien. Si les Juifs s'en donnaient la peine (mais ils sont très têtus) ils ouvriraient les Evangiles et verraient, sans contestation possible, qu'il s'agit d'un livre juif. Mais le souvenir des flots de sang juif qu'a fait couler la chrétienté leur brouille encore – et c'est normal- la vue.

 

Et l'Islam dans tout ça ? Cette religion a des rapports évidents avec les deux précédemment citées. Puisque le Coran reconnait Moise et Jésus en tant que prophètes. Comme on ne sait pas trop quoi en penser nous citerons le diagnostic de Kemal Atatürk.

 

Depuis plus de cinq cents ans, [...] les règles et les théories d'un vieux cheikh arabe, et les interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares ont fixé, en Turquie, tous les détails de la loi civile et criminelle. Elles ont réglé la forme de la Constitution, les moindres faits et gestes de la vie de chaque citoyen, sa nourriture, ses heures de veille et de sommeil, la coupe de ses vêtements, ce qu'il apprend à l'école, ses coutumes, ses habitudes et jusqu'à ses pensées les plus intimes. L'Islam, cette théologie absurde d'un Bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies.

 

C'était violent, trop violent ? Peut-être. C'était excessif et brutal ? Sans doute. Mais il faut se replonger dans le contexte de l'époque. Kemal Atatürk voulait débarrasser la Turquie de l'oppressant carcan du califat musulman. S'il vivait encore aujourd'hui Erdogan le mettrait en prison.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 24/02/2018 - 12:22 - Signaler un abus M Rayski

    Les Juifs messianiques l’ont bien compris et il y en a dans Tsahal.

  • Par cloette - 24/02/2018 - 12:39 - Signaler un abus Dans le christianisme

    Il y a trois courants, le plus proche du judaïsme est l'orthodoxe grec ou russe, puis le protestant, le plus low cost est le catholique, mais ( je cite ) "si les Juifs s'en donnaient la peine ,ils ouvriraient les évangiles ", certains d'entre eux les ont ouverts, ils les connaissent même mieux que les Chrétiens à en croire des émissions tv sur Jésus qui furent diffusées avant Noel ou Pâques sur les écrans avant l'ère Hollande .

  • Par WhiteWalker - 24/02/2018 - 12:45 - Signaler un abus Trois formes du même culte du père courroucé

    Ces trois religions sont la même en profondeur. C'est le même culte du Père Courroucé. Un peu édulcoré dans le cas du christianisme mais c'est superficiel. Contre les droits des femmes (et l'émancipation de l'individu en général), toutes les trois savent faire bloc.

  • Par cloette - 24/02/2018 - 13:20 - Signaler un abus @WhiteWalker

    "le culte du père courroucé" / Vous pouvez développer ?

  • Par cloette - 24/02/2018 - 14:15 - Signaler un abus Christianisme et Judaisme

    J’ai dit des bêtises ; ce n’est pas ça du tout d’après Wikipédia , mais trop compliqué j’abandonne le terrain ;

  • Par Sedona - 24/02/2018 - 14:31 - Signaler un abus Judaïsme low cost

    Si l'on considère que le salut chez les juifs s'acquiert par le respect de la loi, par la foi et les oeuvres chez les catholiques, le judaïsme low cost est mis en oeuvre par les protestants pour qui seule la foi est utile. Pour les musulmans le salut vient par la soumission ce qui dispense de toute spiritualité. Saint Paul à réglé la question des juifs et des chrétiens en disant que nous sommes tous juifs, que nous soyons circoncis dans la chair ou dans lesprit.

  • Par viandapneu - 24/02/2018 - 14:34 - Signaler un abus Rafraichissant....et tellement vrai

    Ce culte du "père courroucé", comme dit Whitewalker, que j'appelle celui du Père Noël et Père Fouettard montre à quel point toutes les superstitions paiennes n'ont jamais quitté la plupart d'entre nous Moi qui fut abonné à la dernière place aux examens d'instruction religieuse qui avaient cours dans l'école catholique où m'avaient inscrit mes parents, je ne retiens du Christianisme que le principe du Pardon (tu m'as meurtri, tu seras puni selon la loi, mais je ne me vengerai pas) et la beauté des chants orthodoxes. Pour le reste, j'aime beaucoup ce qu'en disait Atatürk

  • Par J'accuse - 24/02/2018 - 16:43 - Signaler un abus "Le cruel dieu des juifs" (Racine, Athalie)

    Je ne pardonnerai jamais à Yahvé d'avoir exterminé l'humanité et le monde animal (sauf les poissons) avec le Déluge, juste parce que les hommes qu'il avait créés ne lui plaisaient pas (lui plaisent-ils, aujourd'hui ?); je ne lui pardonnerai jamais d'avoir demandé à Abraham de tuer son fils, dans le but de le soumettre, lui et toute sa descendance, à sa domination éternelle. Je ne sais pas si le christianisme est low-cost, mais le judaïsme est archaïque, surtout avec sa circoncision (bonjour Abraham le soumis), son refus du porc et ses abattages casher. Exactement comme l'islam. La seule vraie différence est que le sionisme ne cherche qu'à dominer en Palestine, tandis que l'islam veut dominer le monde entier.

  • Par Neurohr Alain - 24/02/2018 - 17:50 - Signaler un abus Oh ! Benoît !

    J'apprécie bien sûr la citation d'Ataturk, mais le reste vole très bas, BR va heurter les antennes de télévision et se crasher. Dans un des derniers films de Woody Allen, un gangster juif condamné à mort se convertit au catholicisme avant de passer à la chaise électrique, au grand désespoir de sa famille. La raison est que le christianisme promet la vie éternelle. WA meilleur théologien que BR.

  • Par karbo - 24/02/2018 - 18:55 - Signaler un abus La vraie vie de Yaveh

    Pour sortir des sentiers battus, lisez donc une bonne fois Flavius Joseph.

  • Par L.Leuwen - 24/02/2018 - 19:57 - Signaler un abus Le Coran

    Le Coran reconnaît Jésus comme prophète. Mais il ne dit pas un mot de sa prédication et il interdit la lecture de la bible. Qu'est-ce qu'un prophète dont ont ne connaît pas les prophéties ?

  • Par Marie-E - 24/02/2018 - 20:12 - Signaler un abus ben J'accuse

    il faudrait vraiment vous renseigner sur le judaïsme .... parce qu'à part écrire des lieux communs visiblement il y a de nombreux manques. La cacherout résumée au refus du porc et à l'abattage cacher, ce n'est même pas le minimum. Aucun archaïsme : un ensemble de règles et de valeurs qui se sont transmises de siècle en siècle avec ou sans explications rationnelles. Quant au sionisme, vous le connaissez encore moins que le judaïsme. Le sionisme, ce n'est pas pour dominer en Palestine, c'est retrouver l'état pour le peuple juif (le seul et unique pour les juifs) pour devenir s'il est besoin son refuge et refuser de dépendre de la volonté (souvent mauvaise) des gouvernement d'autres peuples pour les protéger et leur interdire leurs pratiques traditionnelles (circoncision, abattage rituel ....)

  • Par Rayski - 24/02/2018 - 20:54 - Signaler un abus Marie-E

    Merci de lui avoir répondu

  • Par Le gorille - 25/02/2018 - 00:56 - Signaler un abus Abraham

    @J'accuse. Il est nécessaire de lire la Bible au-delà des mots. Dieu a lui-même arrêté le bras d'Abraham. Autrement dit, Dieu a demandé ce qui apparaissait normal pour les religions de l'époque : le sacrifice d'un enfant. Mais en arrêtant le geste, Il donnait un message clair : pas de sacrifice d'enfant ni de sacrifice humain. C'est ainsi que les Juifs l'expliquent. Et c'est la seule que je retienne personnellement, parce que juive.

  • Par Le gorille - 25/02/2018 - 01:04 - Signaler un abus Religion juive à bas-coût

    Parlons français, M Rayski, SVP ! Le problème, c'est que la religion chrétienne est bien plus exigeante que la religion hébraïque, qui mettait trop en avant les apparences, alors que les apparences eussent dû refléter l'intérieur de l'âme. La religion chrétienne demande de mettre en accord esprit et œuvres. Autrement plus difficile que d'acheter un agneau ou une paire de colombes, achats qui pourtant avaient une double signification de purification (demander pardon) et de rachat (une pénitence pécuniaire qui allait au Temple). Non, M Rayski, je ne vais pas développer outre mesure, mais vous devriez, sur ce sujet, être infiniment plus circonspect : la calomnie sous couvert de bons mots... c'est si facile !

  • Par Le gorille - 25/02/2018 - 01:10 - Signaler un abus Juif versus chrétien

    Puis-je vous annoncer une prophétie des années 1943 ? Les juifs seront les derniers à se convertir au christianisme avant la destruction de l'Univers. Cette prophétie indique quelque part qu'il n'y a pas loin du judaïsme au christianisme... disons un peu de conservatisme qui fasse obstacle ? Les anciens contre les modernes en quelque sorte. Mais cette dernière formulation est erronée : le christianisme est en fait le parachèvement du Judaïsme dont il est issu. Le "mieux" demande souvent une révision déchirante des acquis, pour mieux les comprendre, dans leur eschatologie. C'est contre ce passage au "mieux" que les Juifs renâclent... 5000 ans d'ancienneté contre 2000, voyons, vous voulez rire !

  • Par Le gorille - 25/02/2018 - 01:29 - Signaler un abus Le plus "bas-coût"

    @Cloette, vous me décevez ! Et le français,vous l'avez oublié ? Ceci dit, vous faites fausse route pour ce qui concerne les catholiques et toutes les branches séparées, orthodoxes mis à part. Pour ces derniers, ce sont en fait des "catholiques" dans le fond, mais c'est une autre histoire. Le catholicisme est bien plus exigeant que les branches séparées, pour deux raisons principales : ne pas accepter l'autorité de Pierre, ne pas tout accepter dans les évangiles et n'y prendre que ce qui convient, ou considéré comme acceptable. Ne pas accepter l'autorité de Pierre touche à 'l'Obéissance". Jésus lui-même demande une pleine et entière obéissance. Il y a beaucoup de déviances ensuite vers la Bible, au point qu'une des branches séparées est plus "juive" qu'un juif. Cela en est ridicule... Je ne vous détaillerai pas le "marché" que font les branches séparées dans l’Évangile et la Bible : il y a trop de variété, et quant aux mormons, j'vous dis pas ! Le mieux est de vous renseigner ailleurs que sur Wikipédia, qui n'est pas une référence suffisante en la matière... C'est, je le reconnais, à un très gros effort que je vous convie.

  • Par Le gorille - 25/02/2018 - 01:39 - Signaler un abus L'Islam

    M Rayski... La superficialité, à ce qu'il me semble, de vos connaissances telles que vous les exposez en matière de religion vous fait écrire des contre-sens. L'Islam n'a rien à voir avec les Juifs ou la Chrétienté... La poudre aux yeux, l'incorporation d'éléments de ces deux religions (et vous oubliez le plus important de tous : Myriam) et s'approprier la légende d'Ismaël, ne suffisent pas pour ce que vous avez écrit. En gros, ce sont des leurres. Trop de gens s'y laissent prendre. D'autres éléments, la vision de Jérusalem, le Coran qui offre un démenti cinglant aux Dix commandements, la mentalité de corporation, tout cela devait amener chez vous, qui êtes historien, à plus de réserve d'abord, de réflexion ensuite. Le Gorille vous remercie.

  • Par Le gorille - 25/02/2018 - 07:21 - Signaler un abus S'attirer les faveurs des dieux

    @J'accuse. Petit complément. Le texte sur Abraham a été écrit 1000 ans après les "faits". La Bible n'est pas un journal. On peut parler de "méditation" pour transmettre un message. Et ici, il ne faut pas oublier que les sacrifices d'enfants (et humains) étaient pratiqués à "grande échelle". Le texte biblique porte le message suivant : "L'homme n'est pas un moyen pour s'attirer les faveurs des dieux. L'homme n'est pas une chose. Il ne faut pas tuer". Il fallait ce genre de texte pour que le peuple hébreu, minuscule au milieu de "grandes puissances" (Egypte, Babylone...) reste ferme sur ses positions (il ne pratiquait pas le sacrifice humain, entre autres spécificités de civilisation), sans se dire "Tous les autres font comme ça, et pas nous?" Il ne faut pas lire la Bible comme un lecteur du XXIe siècle, mais à la manière dont le percevaient les gens d'alors. Il y a un gouffre de mentalités entre nous...

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 25/02/2018 - 07:33 - Signaler un abus Le côté pratiquant du

    Le côté pratiquant du judaïsme et du christianisme régressent au même rythme que progresse l''éducation dans les pays occidentaux............L'islam prospère sur un abêtissement généralisé des populations ! Une secte est donc en expansion alors que les autres régressent..........Alors seule l'éducation pourra sauver ce qui reste à sauver, mais vu le niveau de l'enseignement en France, On n'est pas près d'en sortir...

  • Par Le gorille - 25/02/2018 - 07:47 - Signaler un abus Un peuple élu

    @Marie-E... Puis-je aller au-delà de votre observation ? Juste un fait : la consécration comme "peuple élu". Pourquoi élu ? Pour le former, l'éduquer, en faire un germe de blé pour le Sauveur annoncé en son sein. Soit, le "peuple élu" ne l'a pas reconnu, mais le principe demeure. Le peuple juif n'est donc pas archaïque, comme vous le précisez. Mais un peuple qui a su porter très haut certaines valeurs, que le christianisme parachève en principe.

  • Par Marie-E - 25/02/2018 - 09:16 - Signaler un abus Merci Le Gorille

    effectivement il n'y a rien d'archaïque dans le judaïsme. Peuple "élu", on le lui reproche tellement .... pour moi ce n'est pas seulement pour se former ou s'éduquer mais aussi pour éclairer les autres nations (Goyim = peuples, je le rappelle). De plus le judaïsme n'est pas figé, il évolue toujours de par les commentaires. Pour moi sinon le christianisme que je connais bien, (ma maman avait choisi le catholicisme et mon frère le protestantisme évangélique) n'est pas si éloigné du judaïsme quand il reprend ses valeurs ... mais moi j'attends toujours le Machia'h ... (et nous sommes dans les temps messianiques°. Enfin ces religions n'ont rien à voir avec l'Islam qui est une doctrine politique de conquête des pays et d'asservissement des esprits. Il n'a fait qu'emprunter quelques prophètes et surtout aucun message d'amour et de compréhension de l'autre ni aucune des valeurs.

  • Par evinrude - 26/02/2018 - 08:54 - Signaler un abus Que de contre-vérités

    Il y a beaucoup d’interventions, avec hélas beaucoup de contre-vérités. Le coran reprend effectivement une très grande partie du Texte hébreu car il prétend que les Juifs l’ont falsifié et que le coran est la vraie version – autrement dit qu’elle vient avant car le coran est incréé. Les prophètes hébreux et les grandes figures chrétiennes sont « reconnues » dans le coran avec cette précision : ils défilent devant Allah pour lui dire « je suis soumis », ce qui se dit en arabe « muslim », le même mot pour dire « soumis » et « musulman » autrement dit le coran fait des grands personnages hébreux et chrétiens des musulmans, rien que cela !

  • Par evinrude - 26/02/2018 - 08:55 - Signaler un abus Que de contre-vérités 2

    Le christianisme a fait du Texte hébreu une simple annonce du Messie Jésus, c’est une construction d’après-coup où le Texte hébreu est littéralement subtilisé pour asseoir une nouvelle religion et lui donner sa force motrice. Le christianisme a rabattu les enjeux spirituels effectifs travaillés dans le Texte hébreu et annulé tout le travail que ces enjeux impliquent. Le Texte chrétien a fixé le fantasme de Femme supérieure à tout autre, il a évincé l’homme et le père (Benoît XVI écrit en 2007 : « le père terrestre sépare, le Père céleste réunit »), il a mis en avant la fusion mère-fils, au détriment de la triade familiale, il a supprimé la loi (Pie XII déclare : « la loi est abolie » à la suite de Romains 10:4 : « car Christ est la fin de la loi, pour la justification de tous ceux qui croient. »).

  • Par evinrude - 26/02/2018 - 08:55 - Signaler un abus Que de contre-vérités 3

    Or la Loi hébraïque ce n’est pas la loi réduite à sa dimension légale et juridique, il s’agit en fait de Lois symboliques, c’est-à-dire des ressorts intimes de l’humain par lesquels il se trouve piégé dans ses failles et exposé à l’erreur et la faute. Il s’agit d’un travail d’une immense richesse et valeur. Le christianisme est, il faut bien le dire, d’une très grande pauvreté au regard de la transmission juive. Les paraboles ne font pas le poids face aux enseignements de la Thora, sans compter qu’ils s’accompagnent de l’Étude. Contrairement à un commentaire, c’est bien plus exigeant que la foi.

  • Par evinrude - 26/02/2018 - 08:55 - Signaler un abus Que de contre-vérités 4

    Benoît XVI (dans Jésus de Nazareth, 2007) parlant de Jésus écrit p 63 : t « qu’a-t-t-il apporté ? La réponse est simple : Dieu » p 64 : « Jésus a apporté Dieu et avec lui la vérité sur notre origine et notre destinée ; la foi, l’espérance et l’amour. Seule la dureté de notre cœur nous fait considérer que c’est peu de chose. Assurément, le pouvoir de Dieu dans le monde est discret, mais c’est le pouvoir véritable, durable. » Cette phrase témoigne à quel point la transmission chrétienne se trouve démunie face à l’enjeu spirituel qui demande bien plus comme travail que l’amour, la foi, et l’espérance : elle demande aussi le travail de l’intelligence dont le Texte hébreu donnait des clés essentielles, clés perdues en même temps que la suppression de l’Étude. Dans le christianisme, la pauvreté et la souffrance viennent compléter la foi et prendre la place de l’Étude et du travail du symbolique.

  • Par evinrude - 26/02/2018 - 08:55 - Signaler un abus Que de contre-vérités 5

    Le Texte de Benoît est confus car il repose sur la réalité, en ayant évacué le symbolique, ainsi les pauvres sont le véritable Israël, même s’ils peuvent p 98 « être endurcis, vicié, mauvais, intérieurement possédé par l’envie de posséder, oublieux de Dieu et avide de s’approprier le bien d’autrui. » Benoît a beau se défendre d’un clivage, c’est pour mieux y revenir. Il poursuit p 97 : « Marie et Joseph, Syméon et Anne, Zacharie et Élisabeth, les bergers de Bethléem, les Douze que le Seigneur a appelés pour constituer le premier cercle des disciples, tous appartiennent à des milieux qui se distinguent des pharisiens et des sadducéens, mais aussi de la communauté de Qumrân, malgré une certaine proximité spirituelle. » Autrement dit il maintient le clivage et ce mythe de l’argent et des Juifs et de l’Église des pauvres.

  • Par evinrude - 26/02/2018 - 08:56 - Signaler un abus Que de contre-vérités 6

    Le montage hébreu ne clive pas le bien et le mal, leur Dieu dit Deut. 30,15 : « Vois : je mets aujourd’hui devant toi la vie et le bonheur, la mort et le malheur » et il dit de choisir la vie, (et pas la souffrance et la pauvreté comme dans le christianisme qui fait de nombreux clivages). Et Deut 32, 39 « … c’est moi qui fais mourir et qui fais vivre, quand j’ai brisé, c’est moi qui guéris, personne ne délivre de ma main. 40 Oui je lève la main vers le ciel , et je déclare je suis vivant pour toujours ! »

  • Par evinrude - 26/02/2018 - 08:56 - Signaler un abus Que de contre-vérités 7

    Qu’est-ce qui fait mourir ou vivre ? Une parole, plus précisément une parole symbolique c’est-à-dire qui fait transmission – rien à voir avec un « Dieu courroucé » ou tyrannique, mais seulement la dure réalité de la vie qui fait que par exemple, il n’est pas pareil pour un enfant d’avoir un père criminel ou un père équilibré, ou un père qui maltraite ou un père qui élève et protège, alors que l’enfant n’y est pour rien, il paiera quand même un lourd tribu à la transmission familiale, et devra faire un gros travail pour s’en dégager au moins assez pour vivre sa propre vie sans trop de dégâts. Voilà ce que le Livre hébreu travaille, et lorsque ce travail est fait en profondeur il ouvre à une dimension insoupçonnée.

  • Par evinrude - 26/02/2018 - 08:56 - Signaler un abus Que de contre-vérités 8

    Quant à la prétendue mise en avant des Juifs (ou Pharisiens), c’est un alibi pour jeter un discrédit sur les Juifs dans leur ensemble afin de donner plus de contraste et de force au message évangélique. Mais Benoît insiste sur l’importance de l’image, de démonstration des chrétiens, il écrit notamment p 99 : « Et l’Église tout entière doit rester consciente du fait qu’elle doit être reconnaissable aux yeux de tous comme la communauté des pauvres de Dieu. » Et cette pauvreté doit être visible. La médisance du Texte évangélique et de l’Église envers les Juifs est colossale ; pour une Église qui se targue d’être d’amour et de grâce cherchez l’erreur.

  • Par evinrude - 26/02/2018 - 08:56 - Signaler un abus Que de contre-vérités 9

    Encore une différence fondamentale entre montage hébreu et montages chrétiens et coraniques : le Livre hébreu ne rabat pas le divin sur un homme comme le font les deux autres montages (bien que le coran d’en défende), et le symbole majeur hébreu est le Tétragramme imprononçable, cette distinction – perdue dans les autres montages – change toute la qualité de la structure symbolique de ces constructions. Chers amis si au moins vous preniez la peine d’étudier sérieusement ces questions, vous découvririez qu’elles ne sont pas dépassées et qu’elles ont des implications immenses dans la vie quotidienne de chacun et de l’Homme.

  • Par evinrude - 26/02/2018 - 09:17 - Signaler un abus « Comme on ne sait pas trop quoi en penser »

    Bonjour Monsieur Rayski, ce n’est pourtant pas les bons travaux qui manquent : Daniel Sibony, Les trois monothéismes, et Coran et Bible en questions et réponses entre autres. Bien à vous.

  • Par evinrude - 26/02/2018 - 09:33 - Signaler un abus Le vrai et le faux selon l'Église et selon le coran

    L’insistance sur le « vrai » suggère que du côté hébreu et juif, c’est le « faux », idée qu’on retrouve de façon explicite dans le coran où les Juifs sont accusés de falsification. Benoît XVI écrit p 101 : « Le Christ est le nouveau Moïse, le vrai Moïse ». P 38 « en descendant dans le Jourdain. Il inaugure sa vie publique en prenant la place des pécheurs. Il l’inaugure en anticipant la croix. Il est en quelques sorte le véritable Jonas, … » P 40 Agneau de Dieu : « ... bien comprendre ce mot et pouvoir le considérer comme un véritable mot du Baptiste, y compris sur le plan historique. » P 41 « Jésus a été crucifié durant une fête de Pâques juive, si bien qu’il doit donc apparaître nécessairement comme le véritable agneau pascal ».

  • Par evinrude - 26/02/2018 - 09:34 - Signaler un abus Le vrai et le faux selon l'Église et selon le coran 2

    P 45 « Dans la conclusion de la scène du Baptême, il nous est dit que Jésus a reçu la véritable « onction », qu’il est « l’Oint » attendu ». P 96 « Un grand nombre de psaumes expriment la piété des pauvres, qui s’est approfondie ; ils se reconnaissent comme le véritable Israël. Dans la piété que manifestent ces psaumes, dans leur profond attachement à la bonté de Dieu, dans la bonté et l’humilité humaines qui ont ainsi été forgés, dans l’attente vigilante de l’amour salvifique de Dieu, s’est développée l’ouverture du cœur qui a ouvert toutes grandes les portes au Christ. » Si Jésus est le « vrai Moïse » Moïse est quoi ?

  • Par cloette - 26/02/2018 - 09:36 - Signaler un abus @évinrude

    Vous êtes un christianophobe !

  • Par A M A - 26/02/2018 - 11:05 - Signaler un abus Raccourci un peu audacieux de

    Raccourci un peu audacieux de ce Mr.Benoît Rayski. Définir le christianisme comme un "judaïsme bon marché", c'est vouloir se faire éditer...

  • Par evinrude - 26/02/2018 - 11:17 - Signaler un abus Bien évidemment non

    @ cloette: bien évidemment non, ce sont les données. C'est quand même étrange que lorqu'on fournit des données et l'on souligne les différences signifiantes c'est-à-dire qui ont des conséquences dont on gagne à prendre conscience on soit traité de névrosé. Comme si la bonne conscience devait s'amputer de la conscience.

  • Par evinrude - 26/02/2018 - 11:20 - Signaler un abus Mise au point "phobie"

    @cloette: La phobie est le déplacement d'une peur interne, c’est-à-dire qui provient de notre psychisme, sur un objet extérieur. Ce mécanisme de déplacement est censé apporter un soulagement car l’objet extérieur peut être évité alors qu’il est difficile d’échapper à une peur dont la source est à l’intérieur de notre psychisme. Il concourt à redonner le sentiment d’une certaine maîtrise.

  • Par evinrude - 26/02/2018 - 11:21 - Signaler un abus Mise au point "phobie" (suite)

    Traiter quelqu'un d'islamophobe n'a donc pas de sens si c’est pour pointer ceux qui réagissent précisément à une certaine expansion de l’islam et une certaine volonté de l’imposer aux non-musulmans, voire aux musulmans jugés trop occidentalisés.

  • Par cloette - 26/02/2018 - 11:42 - Signaler un abus @évinrude

    certes, vous faites de la description, mais vous êtes comme celui qui regarde le doigt qui montre la lune et non ce qui est montré c'est à dire la lune. Ceci dit le Judaïsme est à l'origine du Christianisme, il n'y a rien à dire, l'expression de Christianisme = Judaïsme low-cost ,pourquoi pas, puisque le low-cost est ce qui est le plus diffusé car accessible à tous . Pour en revenir aux différences que vous pointez, vous êtes à l'évidence un érudit , et moi une béotienne, mais je comprends vaguement que vos méditations sont essentiellement terrestres et concernent la sphère humaine, bien que très abstraites, le Christianisme est en effet différent,mais il faudrait un spécialiste pour vous répondre. Ou alors lisez quelques auteurs chrétiens, Theillard de Chardin (bien que mis à l'index du Vatican) ou la "Somme" de st Thomas d'Aquin ( que je n'ai pas lue, ou bien St Augustin, ou ste Thérèse d'Avila ( pas lus non plus ) , mais ce sont de grands penseurs qui rejoignent certainement d'autres religions, car s'il y a un Dieu, il est unique et pour tous ( CQFD )

  • Par evinrude - 26/02/2018 - 12:53 - Signaler un abus Seule la lune me guide

    @Cloette. Relisez attentivement mes commentaires, par exemple : « des ressorts intimes de l’humain par lesquels il se trouve piégé dans ses failles et exposé à l’erreur et la faute. » Là je pointe très exactement le processus par lequel on accède à « la lune » comme vous dites, et c’est bien de la « lune » dont il question, nous sommes d’accord sur ce point. Son accès répond à des processus très précis, qu’en l’occurrence j’ai étudié de près et pour lesquels je n’ai pas pas (plus) besoin de passer par quelque « doigt » que ce soit. C’est pourquoi je prends la peine de vous répondre malgré votre pirouette d’accusation « christianophobe ».

  • Par evinrude - 26/02/2018 - 12:53 - Signaler un abus Seule la lune me guide (suite)

    @Cloette. Et c’est un drame profond de voir ce qu’il se dit, se passe quand « la lune » est à ce point voilée aux yeux du plus grand nombre. Malheureusement même la foi peut maintenir dans l’ignorance, c’est un des paradoxes des religions. Je vous invite à approfondir la question qui est passionnante, bien à vous.

  • Par evinrude - 26/02/2018 - 13:02 - Signaler un abus Auteurs

    @Cloette. Les auteurs que vous citez, alors que vous ne les avez pas lus, n’ont pas découvert « la lune ». Hormis Thérèse d’Avilla qui a exploité sa foi doublée de sa veine hystérique pour percer les barrières de l’égo. C’est une possibilité, mais il en existe d’autres, celle du travail symbolique comporte une toute autre richesse en particulier de développer l’intelligence « réelle » telle que je la nomme pour la distinguer de la simple performance cognitive banale.

  • Par evinrude - 26/02/2018 - 13:02 - Signaler un abus Auteurs 2

    Par contre Maître Eckhart a lui fait un travail d’intelligence remarquable et voici ce qu’il écrit : « Elle [l'intelligence] ne veut pas non plus de Dieu et tant qu'il est Dieu. Pourquoi ? Parce que, en tant que tel, il porte encore un nom. Et y aurait-il mille dieux, elle percevrait encore au-delà : elle le veut là où il n'a pas de nom. » Je vous le recommande avec Jiddu Krishnamurti, Daisetz Teitaro Suzuki, et Daniel Sibony : ce sont des auteurs rigoureusement fiables.

  • Par cloette - 26/02/2018 - 13:38 - Signaler un abus en effet

    le "travail symbolique," Maitre Eckart, les "théosophes", tout cela fait partie de la Gnose qui a très tôt existé, et qui fut déclarée hérétique au deuxième siècle par les" pères de l'Eglise" . Mais tout n'est pas à rejeter, simplement il faut essayer tous les chemins . Celui qui m'émeut le plus c'est celui de Damas, pris par le Juif Saul qui tomba de cheval et fut quasiment électrocuté à l'apparition de "Jésus" qui lui dit Saul Saul pourquoi me persécute tu ? Tout cela pour dire que l'intelligence s'efface devant la sensation ou la révélation . Le Christianisme est une religion de chair ..

  • Par jurgio - 26/02/2018 - 15:42 - Signaler un abus L'erreur du christianisme est d'être justement resté trop juif

    Il n'a plus vraiment évolué depuis les premiers chrétiens élevés dans la religion juive qui en avaient conservés logiquement une base, malgré les efforts de l'Apôtre des gentils, qui en avait bien compris l'inconvénient. Prisonnière de sa tradition millénaire, l'Église ne peut plus revenir facilement en arrière (le lourd échec du dernier concile...) et elle est donc restée archaïque. Elle a ainsi puni Galilée dont sa vulgarisation de la nouvelle science menaçait les fondements mêmes de la scolastique européenne. Elle avait déjà puni Marcion qui voulait abandonner l'Ancien Testament, certes respectable mais anecdotique, nonobstant quelque sagesse bien venue et des signes précurseurs plutôt flous d'un Messie. « La vérité, je vais vous la dire... » disait Jésus. . Une telle démarche aurait peut-être sans inimitié replacé les Juifs dans leur époque. Les persécutions, s'il faut en parler, ne sont pas le résultat des textes mais des pouvoirs obsédés par l'ordre et l'unité de leur nation. Ce qui, jadis, pouvait se comprendre. Mais aujourd'hui, rien ne semble avoir vraiment changé.

  • Par cloette - 26/02/2018 - 16:59 - Signaler un abus évolution

    de l'église avec le concile Vatican 2 où elle supprima le latin , elle évolue lentement certes et elle a raison de ne pas se précipiter pour marier les femmes, ou les hommes ou approuver les locations de ventre. Il faut donner du temps au temps, ,de toute façon il n'y a pas de temps dans un contexte d'éternité . Elle est restée juive ? cela veut dire qu'elle n'a pas voulu renier ses origines et faire comme les sectes .

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 26/02/2018 - 18:45 - Signaler un abus Evinrude, ton moteur s'est emballé !

    En plus tu as l'air d'y croire ! Mais dis moi, si ces textes en hébreu dont tu parles sont aussi intéressants, tu te dois de reconnaître qu'ils ont été écrits par des hommes......... Alors pourquoi ne les regardes tu pas d'un point de vue purement philosophique et ethnologique sans pour cela céder à la tentation de t'inventer un dieu . À oui tu vas me dire que des textes aussi parfaits n'ont pu être inspirés que par Dieu..... Alors explique moi comment tu fais le tri entre ce qui est bien écrit et relève forcément du divin et ce qui est bien écrit mais relève d'un tordu..... C'est toi qui décides ! C'est ton côté divin... Et modeste !

  • Par evinrude - 26/02/2018 - 19:12 - Signaler un abus @ Paulquiroulenamassepasmousse

    Cher Paulquiroulenamassepasmousse, (un peu long comme pseudo, ça prend beaucoup de caractères), vous avez raison ces Textes sont écrits par des hommes. Il ne s’agit pas de les regarder d’un point de vue philosophique (qui pense par concepts), ni ethnologique. Le travail de recherche porte sur ses propres processus (vous savez le fameux « connais-toi toi-même), et un travail sérieux et profond conduit à des découvertes très particulières, et s’il est poussé assez loin, il permet de percer le mystère, découvrir ce que j’appelle « ce-dont-il-s’agit ». Et c’est tout à fait possible. Et contrairement à ce que vous évoquez, il ne s’agit justement pas de croyance. Personnellement, je remarque que la croyance s’interpose plutôt qu’elle n’aide, car la croyance est toujours croyance en un objet (ne serait-ce que mental), or la découverte dont il s’agit n’est pas un objet. Vous m’avez fait rire, merci, bien à vous.

  • Par Le gorille - 26/02/2018 - 19:36 - Signaler un abus Bec et ongles...

    Mazette, Cloette ! Vous vous défendez ! Mais à l'impossible nul n'est tenu. Il faut d'abord savoir lire : la remarque du "Moteur hors bord" sur Moïse m'a laissé pantois. Ensuite il faut avoir l'humilité d'accepter les faits : le concile a été salué comme une "ouverture" et même "un souffle" y a été ressenti. Enfin, confondre mysticisme et hystérie me semble de la plus haute fantaisie... Au fait, le nom est-il soumis à droits d'auteur ? Et puis un tel nom... c'est vouloir aller ailleurs sans en référer à personne et pas loin : ces moteurs bouffent tellement d'essence !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€