Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 28 Avril 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Chômage, ce que la France doit à François Hollande : comment l'inversion de la courbe a bien eu lieu en 2013... mais en Europe, pas dans l'Hexagone

En septembre 2012, François Hollande annonçait "l’inversion de la courbe du chômage d’ici un an". Il avait visé juste, mais seulement s’il avait été Président de la zone euro. Car aujourd'hui, la France se trouve en queue de peloton sur cette question.

Une balle dans le pied

Publié le - Mis à jour le 6 Novembre 2015
Chômage, ce que la France doit à François Hollande : comment l'inversion de la courbe a bien eu lieu en 2013... mais en Europe, pas dans l'Hexagone

François Hollande n'a toujours pas inversé la courbe du chômage en France.  Crédit Capture d'écran Youtube

Le 9 septembre 2012, François Hollande était l’invité du journal de 20h de TF1, et annonçait « l’inversion de la courbe du chômage d’ici un an », soit la promesse d’une baisse du taux de chômage avant la fin de l’année 2013. Trois années plus tard, selon les données publiées par Eurostat, l’inversion durable et significative du taux de chômage français se fait toujours attendre. Cependant, il convient de noter une baisse de 0.1 point en ce mois de septembre 2015, par rapport au record absolu atteint au mois précédent, soit 10.8% pour le mois d’août de cette même année.

Du point de vue de la zone euro, la France figure désormais à la 13e place du classement, sur 19, en termes de chômage. Seuls la Slovaquie, l’Italie, le Portugal, Chypre, l’Espagne et la Grèce présentent encore une situation encore moins favorable.

Taux de chômage. Membres de la zone euro. Septembre 2015. Données Eurostat

Pourtant, la promesse de François Hollande n’était pas totalement dénuée de sens. En effet, le contexte macroéconomique européen a bien permis une amélioration progressive de la conjoncture lors de cette période, et l’inversion de la courbe du chômage s’est effectivement matérialisée au cours de l’année 2013, mais au sein du continent pris dans son ensemble. Cette décrue tant attendue du taux de chômage fut amorcée entre le mois de juin et le mois de juillet 2013 et perdure depuis lors. Mais pas en France. A l’inverse, depuis cette date, la France et la zone euro connaissent un destin opposé, entre une baisse réelle d’une part, et la poursuite de la hausse du chômage en France. 

Taux de chômage. France –Zone Euro. Janvier 2009- Septembre 2015

Alors que la France affichait un taux de chômage inférieur de 1.5 point au taux de chômage de la zone euro au jour de la prise de fonction de François Hollande, l’écart n’est plus que de 0.1 point à ce jour. L’avantage comparatif n’est plus. De plus, et depuis l’inversion de la courbe du chômage s’est produite au sein de la zone euro, la France se trouve en queue du peloton dans cette course à la baisse, relativement aux autres membres. 

Evolution du taux de chômage des membres de la zone euro en points de pourcentage depuis juin 2013

Seules la Finlande et l’Autriche font moins bien que la France, tandis que seuls 4 pays sur 19 ont vu leur taux de chômage augmenter au cours de ces deux dernières années. Mais la comparaison entre ces derniers pays est faussée par le niveau de chômage du début de la période. En effet, en juin 2013, l’Autriche affichait un taux de chômage de 5.1%, la Finlande 8%, alors que la France fermait déjà la marche avec un taux de chômage de 10.3%. En réalité, depuis 2013, la France est le seul pays de la zone euro qui affichait un taux de chômage déjà supérieur à 10%, et qui n’est pas parvenu à améliorer sa situation :

Taux de chômage (ordonnées) et évolution du taux depuis juin 2013 (abscisses)

 

 

Les pays figurant au-dessus de la ligne (représentant la moyenne) peuvent être considérés comme les mauvais élèves du continent. Parmi ceux-là, la performance combinée de la France, entre taux de chômage et évolution de ce taux, est la pire de la zone euro. 

Ironiquement, François Hollande avait visé juste dès septembre 2012, mais seulement s’il avait été président de la zone euro. Aujourd’hui, sa prophétie se retourne aujourd’hui contre lui. Car si le contexte macroéconomique européen s’est bien retourné au cours de l’année 2013, en raison de facteurs externes, dont la politique menée par la Banque centrale européenne, la France se classe aujourd’hui bonne dernière parmi les membres de l’ensemble. Ce qui signifie que la politique économique menée au niveau national a été suffisamment néfaste au pays pour que celui-ci ne puisse profiter de l’amélioration de la conjoncture européenne, jusqu’à parvenir à aggraver une situation déjà peu enviable. 

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 02/11/2015 - 09:43 - Signaler un abus Tout ceci, sans prendre en compte le RSA,

    soupape de sécurité du chômage français et qui a explosé, sous la gauche au pouvoir...nous pouvons affirmer, sans détour, que la culture de la dette et du chômage est gauchiste ( UMPUDIMODEM inclus)...

  • Par zouk - 02/11/2015 - 10:40 - Signaler un abus Fr.H. et chômage

    Avons nous encore besoin de nouvelles informations pour nous persuader de son incompétence totale?

  • Par jurgio - 02/11/2015 - 15:25 - Signaler un abus Tout ça, c'est bien sûr l'héritage !

    de Mitterrand. On a voulu absolument la facilité avec Mauroy contre le resserrement avec Barre. Et bien de quoi se plaint-on ?

  • Par cloette - 02/11/2015 - 18:05 - Signaler un abus selon la formule consacrée

    P.... encore 18 mois !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Goetzmann

Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€