Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Chômage : quand l'État est impuissant, que faire pour tenter de s'en sortir par soi-même ?

Les chiffres du chômage du mois de décembre sont révélés aujourd'hui par le gouvernement. Leur niveau très élevé, conjugué à l'incapacité de l’État à fournir des solutions aux Français en recherche d'emploi, force ces derniers à explorer toutes les alternatives - légales - qui se présentent.

Aide-toi et le Ciel t'aidera

Publié le - Mis à jour le 28 Janvier 2014
Chômage : quand l'État est impuissant, que faire pour tenter de s'en sortir par soi-même ?

Les chiffres du chômage pour le mois de décembre en France sont dévoilés aujourd'hui. Crédit Reuters

Atlantico : Les chiffres du chômage pour le mois de décembre en France sont dévoilés aujourd'hui dans un contexte économique des plus moroses, un fait qui semble souligner une fois de plus l'impuissance gouvernementale dans sa bataille pour l'emploi. Faut-il admettre en conséquence que les solutions individuelles deviennent, pour beaucoup de Français, la meilleure option pour s'en sortir dans la crise actuelle ?

Erwan Le Noan : Plusieurs sondages, ces dernières années, montrent que les Français ne comptent plus vraiment sur la puissance publique et particulièrement l’État pour améliorer leur sort. En février dernier, une étude du CSA révélait qu’une infime minorité seulement se tournerait vers l’État en cas de difficulté.

François Hollande n’a rien changé à cela : j’avais eu l’occasion de l’écrire ici juste après son élection qu’il décevrait s’il ne refondait pas l’État Providence. Il ne l’a pas fait, il a déçu les attentes.

Les Français ont désormais plus tendance à ne compter que sur eux-mêmes. Le problème, c’est que de nombreuses contraintes administratives les empêchent de le faire vraiment : développer une entreprise n’est pas chose facile tant les charges pleuvent de tous les côtés. Pour gagner la bataille de l’emploi, le Gouvernement devrait libérer les Français et les entreprises : il promet de le faire maintenant … C’est une conversion tardive et politiquement fragile, mais on verra bien.

Philippe Villemus : Pour sortir du chômage, il y trois pistes de solution.

Il reste une solution collective : on ne peut en effet désengager les gouvernements des solutions à trouver pour lutter contre ce problème. Ils sont responsables, même si l'impact se réduit dans une monde d'économies ouvertes.

La deuxième solution vient des entreprises elles-mêmes : l'embauche n'est pas due uniquement à des questions de fiscalité mais à des prévisions sur les carnets de commandes. S'il y a anticipation d'une hausse des ventes pour les entreprises, il y aura nécessairement embauche. Et de ce côté-là en France, on a touché le fond. Mais la croissance devrait être forte cette année, et peut-être y aura-t-il une inversion de la courbe du chômage par ce facteur.

Mais c'est vrai que les initiatives personnelles et une plus grande responsabilisation peuvent aider ceux qui n'ont pas d'emploi à retrouver quelque chose en attendant une amélioration plus globale. 

Quand on habite dans une région réellement sinistrée, avec une activité à plat, quel est le moyen le plus crédible, au niveau individuel, de se sortir du chômage ?

Philippe Villemus : Le déménagement est, à court terme, la meilleur des solutions, la plus efficace, selon moi. Ou alors il faudrait espérer une vraie politique de décentralisation répartissant mieux les activités, mais cela ne se fera qu'à très long terme.     

Mais même si la mobilité géographique s'accroît en France et est donc une bonne solution individuelle, elle reste malheureusement faible, et cela à cause du prix de l'immobilier. On pointe souvent du doigt des emplois non pourvus dans certaines régions alors que des chômeurs habitent dans d'autres, mais il est très difficile de dire à un Languedocien par exemple de venir s'installer à Paris. Ce n'est pas seulement pour des raisons culturelles : quand vous habitez une région en difficulté et que vous voulez partir dans une région de forte activité, soit vous êtes propriétaire, vendrez votre maison pas cher et ne trouverez pas de logement à acheter, soit vous êtes locataire et le prix que vous allez devoir payer pour vous loger va fortement, si encore vous trouvez quelque chose. C'est un problème auquel l'Allemagne, à la population déclinante et qui connaît donc stagnation de l'immobilier, ne se trouve pas confronté.   

L'expatriation est souvent considérée comme une option pour les jeunes diplômés et les plus aisés. Cette solution peut-elle aussi fonctionner pour des profils moins qualifiés sur le papier ?

Erwan Le Noan : L’immigration – parce que c’est de cela dont il s’agit – est, à travers le monde, généralement mise en œuvre pour fuir un régime politique ou un système économique qui échoue. Les plus riches quittent Paris parce qu’ils jugent la fiscalité confiscatoire, les jeunes parce qu’ils estiment que le système économique et social est désespéré. Il n’y a pas de raison pour que des personnes moins qualifiées ne trouvent pas d’emplois ailleurs – dans leur secteur d’activité ou dans la création d’entreprise.

Philippe Villemus : Il est très difficile aujourd'hui pour quelqu'un de réellement non qualifié d'envisager l'expatriation comme une solution. Mais des travailleurs manuels peuvent l'envisager car la demande dans certaines régions du monde, je pense notamment au Canada, reste forte sur ces métiers. Mais il ne faut pas non plus se focaliser sur les destinations lointaines, il existe en effet des opportunités à côté de chez nous. L'Allemagne par exemple connaît un vrai problème démographique, et il y a une piste à creuser de ce côté-là, de même que dans les pays scandinaves. Les Français y sont en général plutôt bien perçus d'ailleurs. De plus, il ne faut pas envisager au niveau collectif l'expatriation comme étant une fuite des cerveaux, c'est également un phénomène créateur de richesses. Les Français qui s'expatrient finissent en effet souvent par revenir, ramenant avec eux des devises, ce qui est toujours bon pour la balance des paiements.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par la saucisse intello - 27/01/2014 - 11:48 - Signaler un abus Ca y est, c'est décidé.............

    Je crée mon entreprise dans l'agro-alimentaire. Voici mon idée : Je garde depuis longtemps les pots en verre des terrines que nous achetons. Seulement, je DECOLLE la petite étiquette qui relie le couvercle au bocal. Ensuite, quand je tue un renard, un blaireau, des corbeaux, des cormorans, enfin toute bestiole au fumet prometteur, je passe tout ça au mixer, je re-remplis avec mes pots en verre et je RECOLLE la petite étiquette. Puis je vends ça à la sauvette au marché, au vide-grenier, ou je les fourgue comme lots aux vieux qui organisent des lotos. Côté goût, le canard et le cormoran se ressemblent en ce sens qu'ils puent la vase, le renard et le blaireau font un "sanglier" certes un peu fort mais trés acceptable, les jeunes corbeaux se transforment en bécasses ! Et pour les "garris" (rats) ou ragondins que je piège au bord du Gardon, le lièvre est tout indiqué. Et puis au prix que je les vends, qu'on vienne pas m'emmerder si c'est pas bon, y zont qu'à aller chez Hédiard.........ah non, merde, c'est fermé (ils ont voulu faire de la qualité, ces cons !). Et comme je bricole ça chez moi dans l'ancien cochonnier, c'est pas demain que les services vétérinaires viennent m'emmerder !!!

  • Par pemmore - 27/01/2014 - 11:59 - Signaler un abus Une idée un peu folle pour créer des emplois,

    tout le monde connait des gens sortis du réseau général pour faire du black et l'énergie énorme que ces gens déploient. On est loin de la queue pleurnicheuse à 16h chez pôle emploi ou les alloc (avant 16h on dort encore,lol!). Que je te les vois à 7 h dans les magasins de bricolage, dans toutes les ventes aux enchères ou le ferrailleur. Et si on officialisait un an de black, sans comptabilité ni impôts, rien changer des habitudes, rsa assedics. Et au bout d'un an on fait le bilan, black interdit, le gus déclare son entreprise et poursuit son projet et déclare éventuellement ses employés.

  • Par Teo1492 - 27/01/2014 - 12:26 - Signaler un abus Une seule solution : Partir à l'étranger !

    C'est ce que font tous les jeunes qui sont réalistes.

  • Par ignace - 27/01/2014 - 12:32 - Signaler un abus @la saucisse intello..........j'epére que vous

    n'oublierez pas la version halal....;marché en plein essor dans les grandes surfaces

  • Par mich2pains - 27/01/2014 - 12:33 - Signaler un abus Que faire quand " L'Etat est impuissant à résoudre un problème"

    Quand un Etat devient IMPUISSANT à résoudre un problème , la solution s'impose d'elle-même : On stoppe immédiatement et le plus possible , de gaver un tel état ! Travail au "Black " , "Troc de biens et /ou de services " appelés SEL ( Système d'Echange Local ) , "Jardinage et petit élevage " pour tendre vers une autonomie alimentaire , etc..... Cela peut se faire en organisant aussi son " Insolvabilité Fiscale " , à l'instar des Dieudonné , des Cahuzac , des HOLLANDE (...) et de tous les autres "Grands " par leurs évasions fiscales en tous genres ! Ca n'est pas inhumain , ç'est juste ....HUMAIN et ça s'appelle l' Instinct de Survie !

  • Par ignace - 27/01/2014 - 12:34 - Signaler un abus article bouche trou (je reste poli)

    2 pages de bla..bla

  • Par ZOEDUBATO - 27/01/2014 - 12:37 - Signaler un abus Rendre la liberté et le gain de leur travail aux entrepreneurs

    Ce sont eux qui créent la relance, les emplois et investissements économiquement rentables alors visons: Etat et Services Publics réduit aux tâches régaliennes pour diminuer les coûts Public Simplifier et rendre cohérent le code du travail et les normes Réduire les impôts et le coût du travail Sévérisation des contrôles des assistés et chômeurs longue durée (Rendre des services à la communauté à la hauteur de ce du'ils perçoivent et/ou stage de reconversion obligatoires) et surtout Relancer le goût du travail et le respect de la réussite financière

  • Par mal-pensant - 27/01/2014 - 12:40 - Signaler un abus RUEFF

    Depuis des années, nous connaissons les causes du chômage et la possibilité d'y remédier. Il suffit de retrouver les analyses de Jacques Rueff. Ces solutions n'étant pas politiquement correct et déplaisant aux syndicats, elles sont mises sous le tapis.

  • Par Liberdom - 27/01/2014 - 13:23 - Signaler un abus le problème

    L'Etat n'a aucune solution à proposer aux problèmes qu'il a souvent lui-même créé. Si on admettait enfin que c'est l'Etat le problème....

  • Par breiz - 27/01/2014 - 13:36 - Signaler un abus la solution est bien facile ...

    Lorsque c'est l'etat qui par son oppression active sur l'economie qui fait que l'on se retrouve dans une telle situation et bien ...il faut changer l'etat d'une maniere ou d'une autre ... preferablement d'une maniere paisible sinon .... Embaucher ...oui ... si on lache la bride qui musele nos entreprises car si l'on continue dans cette direction le pire est a craindre .... et sincerement je doute tres fortement qu'il y ait un changement de cap , sauf cosmetique .....

  • Par la saucisse intello - 27/01/2014 - 13:50 - Signaler un abus Tapez donc "thomas le drian".............

    Et marrez-vous cinq minutes. Et le gag, c'est que dans quelques jours vous aurez les mêmes résultats en tapant..........valérie trierweiler !

  • Par Tan - 27/01/2014 - 13:54 - Signaler un abus C'est quoi "travailler"

    C'est consacré une partie de mon temps à apporter à un autre individu, ou un groupe d'individus, ou à une entreprise... quelque chose dont ils ont besoin et pour lequel ils me rémunèrent soit fonction du temps passé soit fonction de ce que je leur propose. Cela devrait faire l'objet d'un contrat, librement négocié, où sont consignés les différents paramètres de ce que j'apporte et de la rémunération qui en résulte. Mais il y a un gros gros problème, il y a des espèces d'entités parasitaires, indéfinissables, qui se croient obligées d'intervenir à tout moment du processus pour donner leur avis, surveiller ce que je fais et surtout me piquer une très grande partie de ma rémunération, le tout sans contrat avec des règles parfaitement aléatoires. Dès que j'entreprends quelque chose, je suis parasité, toujours plus. Ce qui me reste en final est toujours plus faible. Tout juste si je ne dois pas dire merci pour ce qu'ils me laissent. Ceci est l'expérience vécue pour une location saisonnière.

  • Par RabatJoie - 27/01/2014 - 14:30 - Signaler un abus tout faux la saucisse !

    @ la saucisse intello Tu as tout faux, avec tes conserves : il faut les vendre TRES cher. Pour peu que l'étiquette indique "production artisane, équitable, traditionnelle, bio, socialement responsable et combat le réchauffement climatique", les bobos de la capitale se les arracheront à prix d'or. Mais seulement à prix d'or, sinon ça fait peuple donc pas intéressant. Avantage collatéral : on peut rajouter de la mort au rat, vu les clients concernés.

  • Par la saucisse intello - 27/01/2014 - 14:51 - Signaler un abus @ RabatJoie..............

    Vous êtes génial(e) ! Du coup, j'embarque Simon avec moi, on fourre tout ça dans la fourgonnette et on monte à Paris tenir étal, tiens.......dans le marais ! Ou alors avenue Foch, mais là, à mon avis on n'aura même pas le temps de déballer ! Ou alors devant l'hôtel de ville ! Je suis sur que devant deux rustiques, deux cévenols nourris au pélardon, à la soupe de châtaignes et à la daube de sanglier, Delanoé et Hidalgo se feraient un petit plaisir.......mais pas pour les mêmes raisons ! Manquerait plus que "rape-queue" (nkm pour les profanes !) se pointe et Simon pourrait même lui offrir en prime une partie de bilboquet ! Putain, ça va fumer !

  • Par SandraBS - 27/01/2014 - 15:06 - Signaler un abus France lève-toi, tes enfants vont inverser la courbe du chômage!

    "Pour gagner la bataille de l’emploi, le Gouvernement devrait libérer les Français et les entreprises". C'est également ce que certains entrepreneurs pensent, comme Stéphane Baurberg, fondateur et CEO de la start-up JobsBooker, qui a publié ce matin une tribune allant justement dans ce sens : http://www.huffingtonpost.fr/stephane-baurberg/resoudre-probleme-emploi_b_4657466.html?utm_hp_ref=france

  • Par smiti - 27/01/2014 - 15:33 - Signaler un abus L'essentiel pour un chercheur d'emploi

    C'est de se nettoyer les neurones de tout ce que le monde éducatif, esyndicalo/politique et médiatique, ont pu lui fourrer dans le crâne. Vaste programme ! mais pas insurmontable, il suffit de : - accepter de changer d'emploi, de filière, de région - considérer le travail manuel comme une option positive - regarder les chefs d'entreprises comme des individus normaux et à ce titre respectables. - comprendre que l'on doit d'abord faire le preuve de productivité avant de réclamer un salaire correct. - envisager que les relations professionnelles ne se résument pas au stricte respect du codes du travail et de la convention collectives. - intéresser à son (ou sa future) entreprise, à ses produits (ou services) et à sa situation commerciale et financière. - montrer que pour vous le travail n'est ni une tâche ni une punition mais que, conscient que vous y passez 1/3 de votre vie, vous avez décidé d'en faire un élément structurant de votre équilibre mental et social. - démontrer à votre futur employeur que votre motivation et votre enthousiasme compenseront sans difficulté les carences inévitables de votre CV dans tel ou tel domaine.

  • Par jean fume - 27/01/2014 - 15:34 - Signaler un abus Eh oui la saucisse !

    Quand il s'agit de recaser les rejetons ou les copains des redevables, la mafia est très efficace !

  • Par smiti - 27/01/2014 - 15:35 - Signaler un abus L'essentiel pour un chercheur d'emploi SUITE

    - ENFIN et SURTOUT convaincre le recruteur que vous adhérez aux différents points développés précédemment.

  • Par mich2pains - 27/01/2014 - 15:57 - Signaler un abus Y-a comme un HIC , " SMITI " (15:33) !

    Ce que vous énoncez pour aider un Demandeur d'Emploi , en ...France semble être du bon sens ! Mais , comment appliquer tous ces points et convaincre un employeur de vous embaucher , vous Français , plutôt qu'un ...." TRAVAILLEUR DETACHE " ??????????( et encore , il en manque des ) ??????

  • Par RabatJoie - 27/01/2014 - 16:08 - Signaler un abus @ la saucisse intello

    Toujours près à rendre service. Dernier conseil : si vous tenez vraiment à vous faire Hidalgo, il vaut mieux arriver en scooter. D'accord, des Cévennes, c'est un poil long... Pour NKM, je ne savais pas qu'elle descendait de Lady Chaterley !

  • Par Ravidelacreche - 27/01/2014 - 16:40 - Signaler un abus quand l'État est impuissant, que faire

    Demander à son Président.

  • Par zen aztec - 27/01/2014 - 16:53 - Signaler un abus OH,les cons

    Il suffit d'être fils de minustre:http://www.lefigaro.fr/politique/2014/01/27/01002-20140127ARTFIG00403-soupcons-autour-du-recrutement-du-fils-de-jean-yves-le-drian.php

  • Par Karamba - 27/01/2014 - 18:00 - Signaler un abus Simplifions

    Dissoudre le RSI. Ne ponctionner que les créateurs d'entreprises qui font un chiffre d'affaire décent. Et là effectivement il y aura une création d'activité crédible...

  • Par Ambroisine - 27/01/2014 - 18:57 - Signaler un abus Oui des familles en galère

    Toujours plus de familles concernées malgré une stabilisation toute relative, jeunes et seniors les plus touchés ! http://www.magtuttifrutti.com/article-chomage-jeunes-et-seniors-meme-combat-122268113.html

  • Par MauvaiseFoi - 28/01/2014 - 04:31 - Signaler un abus Mdr

    Comme d'hab, merci à la saucisse pour ses bonnes idées. Un de nos 2 "experts" nous signale une "croissance forte" à venir. Un gazier qui "enseigne" à Sciences Po'. Tout s'explique.

  • Par un_lecteur - 28/01/2014 - 05:54 - Signaler un abus Le travail au noir

    Le chômage ou le RmI, la CMU les allocs et les trucs gratuits d'un côté. Le travail au noir de l'autre. On s'en sort pas si mal. Si en plus on a un jardin, tout baigne. Variante pour ceux qui savent plaquer trois accords sur une guitare : intermittent du spectacle.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Erwan Le Noan - Philippe Villemus

Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.

Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été rapporteur de groupes de travail économiques et collabore à plusieurs think tanks. Il enseigne le droit et la macro-économie à Sciences Po (IEP Paris).

Philippe Villemus, après une carrière dans de grands groupes internationaux, en France et à l’étranger,   a volontairement changé de vie pour devenir professeur et docteur en Sciences de Gestion à Sup de Co Montpellier. Il est également écrivain, chroniqueur (Midi Libre et France Bleu Hérault) et conférencier. Il a notamment publié Qui est riche ?, Eyrolles, 2007.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€