Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 26 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Choc démographique en vue : pourquoi l’idée d’une Chine première puissance économique mondiale pourrait bien n’être qu’un fantasme

Selon des données publiées par des économistes de l’OCDE, l’idée consistant à voir la Chine comme l’évidente première économie mondiale d’ici quelques décennies aurait du plomb dans l’aile. En effet, en prenant en compte le défi démographique auquel doit faire face Pékin, le taux de croissance du pays pourrait s’installer durablement en deçà du potentiel américain.

Nuages à l'horizon

Publié le
Choc démographique en vue : pourquoi l’idée d’une Chine première puissance économique mondiale pourrait bien n’être qu’un fantasme

 Crédit Naohiko Hatta / POOL / AFP

Atlantico : Quelles seraient les conditions à réunir pour la réalisation d’un scénario où l’économie américaine serait durablement plus importante que l’économie chinoise ? 

 
Michel Ruimy : La question de la montée en puissance de la Chine suscite, plus globalement, des interrogations et des inquiétudes aux États-Unis, surtout lorsque ces derniers envisagent leur propre et inexorable déclin. La croissance chinoise profiterait de l’affaiblissement des États-Unis, comme si les relations de puissance sur la scène internationale étaient une affaire de vases communicants. Pour autant, la domination du soft power chinois est-elle comparable à celle des États-Unis ? En fait, le projet de puissance de la Chine n’est pas un projet politique universaliste comme celui des États-Unis.
Il est plutôt un projet de puissance économique et commerciale qui prévoit assez de puissance pour contrôler les routes maritimes et terrestres, et établir des règles du jeu qui lui sont favorables. La Chine se rapproche donc plus du modèle de la Grande-Bretagne du XIXème siècle,  celle que Napoléon qualifiait de « nation de boutiquiers ».
 
Il n’en demeure pas moins que, désormais, la Chine, premier pays au monde par sa population, occupe une place prépondérante sur la scène économique et géopolitique mondiale. En termes économiques, le PIB chinois, calculé en parité de pouvoir d’achat, dépasse aujourd’hui celui des États-Unis. Mais, elle doit sa situation de premier plan d’abord à sa population : 1,3 milliard d’habitants aujourd’hui, environ le cinquième de l’humanité, devant l’Inde et l’Afrique. Mais surtout, elle détient un avantage considérable sur ses principaux rivaux sur la scène économique mondiale : 70% de la population est d’âge actif contre 65% au Brésil et en Inde, 60% en Europe de l’Ouest ou en Amérique du Nord, et 55% au Japon. Elle comprend donc une proportion exceptionnellement faible de personnes économiquement dépendantes : enfants et personnes âgées. Ce « bonus démographique » contribue à stimuler la croissance économique, mais il ne durera pas. Selon certaines projections démographiques, la population chinoise pourrait ne jamais atteindre 1,5 milliard d’habitants et la part des personnes âgées de 65 ans ou plus, qui était de 7% en 2000, devrait plus que tripler d’ici 2060, pour atteindre environ 25%, la Chine comptant alors 330 millions de personnes âgées. Son évolution aura donc un impact sensible au niveau mondial. 
 
Dans la compétition internationale, et plus particulièrement avec ses partenaires commerciaux, un des atouts des Etats-Unis est la grande faculté de résilience de son économie. Toutefois, bien que ce pays soit une grande puissance planétaire, il ne vit pas sereinement. La société américaine, symbole de l’intégration raciale, se fissure face aux inégalités sociales et à la violence. Si nous pouvons émettre l’hypothèse qu’une économie puisse fonctionner et être prospère sans en faire bénéficier la société dans son ensemble, il s’agit là probablement du facteur le plus prégnant que l’on peut faire des Etats-Unis. Cette caractéristique offre deux facettes : le volet social mais également le fait que ce pays baigne dans une atmosphère de consensus sur les bases de son système économique et social.
 
Ainsi, même si de forts déséquilibres menacent, dans divers domaines, son système, ce pays reste dynamique. Ces dernières années, malgré toutes les difficultés auxquelles ils ont été confrontés, les Américains sont restés, sur le plan économique et social, un peuple extrêmement tonique. Pour des Français, c’est une chose proprement stupéfiante, surtout quand on pense à l’état d’esprit qui prévaut dans ce pays. Le contraste est tout à fait étonnant. C’est un élément qui, au-delà de la puissance, de la taille, de la richesse, confère à ce pays une force, une capacité de réaction, tout à fait hors du commun. La réponse se trouve, de ce fait, en dehors des facteurs structurels de l’économie. Nous sommes en présence d’une Chine, en transition vers un nouveau modèle économique, qui doit gérer un nouveau modèle social et d’un pays, les États-Unis, qui, au-delà de ses lourds dysfonctionnements, a su toujours jusqu’à présent rebondir face aux défis qui lui ont été lancés. 
 

En prenant en compte les incertitudes que peuvent représenter les prévisions de long terme, notamment sur les questions démographiques, quelles seraient cependant les hypothèses les plus vraisemblables d’ici à 2060, horizon défini par l’étude l’OCDE ? 

 
En fait, la Chine est un géant démographique aux pieds d’argile. La baisse de la fécondité et l’allongement de la durée de la vie ne cessent de bouleverser la structure par âge de la population chinoise et les autorités commencent à se soucier du vieillissement démographique, qui s’annonce extrêmement rapide. Elle présente aussi une autre caractéristique susceptible de fragiliser sa société : un déficit de femmes. 
 
En effet, la Chine est l’un des rares pays au monde à compter une majorité d’hommes : 105 pour 100 femmes. Ce ratio la place juste derrière l’Inde, qui est le pays le plus « masculin » au monde (107 hommes pour 100 femmes contre 98 dans le reste du monde). Comme pour l’Inde, ce surcroît d’hommes résulte de deux facteurs : la pratique croissante d’avortements sélectifs au détriment des filles et une surmortalité féminine anormale due à des négligences de traitement dans la petite enfance. La libéralisation du système de santé a, en effet, rendu l’accès aux soins de plus en plus coûteux, obligeant les familles à effectuer un calcul coûts / bénéfices avant de faire soigner leurs enfants. Moins valorisées, les filles ont une mortalité infantile supérieure à celle des garçons même si diverses lois datant des années 1990 interdisent tout mauvais traitement ou discrimination à l’encontre des filles (infanticide, abandon), la détermination prénatale du sexe voire la pratique d’avortements sélectifs.
 
La sociologie de la famille est également importante. En dépit de la modernisation économique des dernières décennies, la femme chinoise est maintenue en position secondaire dans la famille et dans la société. Le système clanique patriarcal, fondement de la société, voulait que l’on se marie tôt et que l’on ait beaucoup d’enfants, surtout des garçons. Aujourd’hui, le clan n’est plus la base de l’organisation sociale, mais son idéologie continue de dominer la vie quotidienne. Si le patrimoine familial n’est plus légalement transmis uniquement aux fils, le mariage patrilocal demeure la règle. Les fils ont l’avantage de perpétuer la lignée familiale et le devoir de prendre en charge les parents dans leur vieillesse. En l’absence de toute pension de retraite, il faut « élever un fils pour préparer sa vieillesse ». C’est l’unique garantie contre la maladie ou l’invalidité alors qu’une fille, au moment du mariage, quitte toujours sa famille biologique. Entièrement dévouée à sa belle-famille, elle ne doit plus rien à ses propres parents, pas même de s’occuper d’eux quand ils sont devenus vieux, cette charge incombant aux fils et aux belles-filles.
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par LouisArmandCremet - 10/09/2018 - 14:40 - Signaler un abus Migration intérieure

    "La première est que l’urbanisation est encouragée par le gouvernement comme un moyen d’éponger le malaise rural. Il y a en Chine une migration intérieure considérable. On estime à environ 100 millions le nombre de paysans qui quittent leur campagne en crise pour louer leurs bras sur les chantiers ou dans des ateliers des zones urbaines. Cette migration interne permet de maintenir sous perfusion les villages auxquels sont renvoyés les salaires gagnés par les migrants." Cette migrations s'accompagne d'un autre phénomène : celui de cet enfant unique qui est élevé non pas par les parents trop occupés en ville mais par les grands-parents à la campagne. On assiste donc à la campagne à des villages entiers peuplés de vieillards et d'enfants. Un vrai problème social à long terme car ces enfants devront plus tard prendre en charge ces parents qu'ils ne connaissent pour ainsi dire pas.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Michel Ruimy

Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€