Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Chers et inefficaces... les emplois aidés ne sauveront pas les jeunes

Aucun gouvernement n’a osé mettre fin à ce scandale économique et social des emplois aidés. Espérons qu’Emmanuel Macron aura ce courage et la pédagogie nécessaire.

Liberté chérie

Publié le
Chers et inefficaces... les emplois aidés ne sauveront pas les jeunes

La rentrée voit réapparaître un vieux serpent de mer, celui des emplois aidés. Depuis leur création par les socialistes en 1984 - les fameux TUC -,  ils ont bénéficié d’une côte inégalée auprès de tous les politiques, de gauche comme de droite. Pour un prix pharaonique et des nuisances durables, ils constituent l’artifice idéal pour masquer à court terme le drame du chômage de masse, en particulier celui des jeunes. Mais cette vision court-termiste dure depuis 1984 sans être parvenue à inverser la courbe du chômage de masse.

Aucun gouvernement n’a osé mettre fin à ce scandale économique et social. Espérons qu’Emmanuel Macron aura ce courage et la pédagogie nécessaire.

Les emplois aidés coûtent cher, très cher : 3 milliards d’euros en 2016 et un objectif (improbable) de 2.6 milliards en 2017. Cet argument ne suffit hélas pas pour une majorité d’électeurs biberonnés à la dépense publique et confortés dans leur opinion par François Hollande il y a encore peu : « c’est pas cher, c’est l’Etat qui paye ». Après tout, qui ne serait pas prêt à dépenser tout l’argent nécessaire – surtout celui des autres ? - pour assurer un avenir à ses propres enfants ou ses petits enfants ? Ou simplement pour remettre sur la voie de l’emploi des personnes ayant progressivement perdu confiance en elles-mêmes, s’étant désocialisé à cause d’un chômage de longue durée ? Les chiffres sont têtus, et ils sont accablants pour les emplois aidés.

Un quart des jeunes sont au chômage (source : OCDE[i]), près du double de la moyenne européenne, malgré plus de 30 ans ininterrompus de programmes d’emplois aidés. En Allemagne, ils ne sont que 7%. Les jeunes non diplômés, généralement issus de familles défavorisées, sont évidemment les plus frappés par cette spécificité française avec un taux supérieur à 50%. Le modèle scolaire français n’est pas fait pour eux et ils n’ont pas les codes du monde de l’entreprise qui, de toute manière, ne peut se permettre de prendre de risque avec des réglementations du travail qui peuvent vite rendre coûteuse une erreur de casting.

Sans ces 456.000 emplois aidés dont un tiers concernent les moins de 26 ans (source : Dares[ii]), le nombre officiel de chômeurs jeunes – 481.000 début 2017 –atteindrait une zone dangereuse. Or, personne ne peut nier le caractère dévastateur du fléau du chômage frappant les nouvelles générations sur le plan humain, social et politique. Affaiblissement de l’estime de soi, perte de confiance dans le pays et dans ses élites, rancœur envers ceux qui « réussissent » économiquement parlant, attirance pour les engagements de plus en plus radicaux en faveur d’idéologies ou de religions qui promettent d’abattre les murs dans la violence, ou d’en ériger de nouveaux. Les emplois aidés jettent un voile pudique sur le véritable chômage des jeunes, bien plus massif que les chiffres publiés.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 17/08/2017 - 13:55 - Signaler un abus 33 ans de socialisme multipliés par trois milliards...

    99 milliards de perte gauchiste, rien que pour les emplois aidés. Avec un gouvernement FN patriote, cet argent aurait servi à investir pour l'avenir: plan mer, reindustrialisation, relance de la recherche nucléaire, création d'une Silicon-ballet française, projets d'infrastructures...la double peine de la politique gauchiste LRMacronistoecoloinsoumise, depuis trente trois ans, c'est que cet argent a coûté cher au con-tribuable, et a été gaspillé en pure perte...

  • Par Poussard Gérard - 17/08/2017 - 15:42 - Signaler un abus emplois davenir de hollande qui ont coûté une fortune

    Aux con....tribuables. ....pourquoi ne pas demander des comptes a ce président normal qui a creusé notre dette, obligé la Sncf a commander des trains a Alstom, renié sa parole pour la vente des mistral, Ecomoov etc?.. il mérite detre jugé par un tribunal populaire

  • Par J'accuse - 17/08/2017 - 16:05 - Signaler un abus Non, ils ne sont pas chiche !

    Quand il suffit d'augmenter impunément les impôts et les dettes pour faire baisser les chiffres du chômage, pourquoi voulez-vous que nos gouvernants s'en privent? Exiger que des jeunes non diplômés et des chômeurs professionnels se mettent à vraiment travailler pour se former et trouver un emploi, c'est électoralement trop dur. Des élus honnêtes, compétents et courageux ? Connais pas.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 17/08/2017 - 22:15 - Signaler un abus Le problème n'est pas la,

    Le problème n'est pas la, personne ne peut trouver du boulot avec une licence de socio, pdycho, philo, histoire, géo, lettres en général, Et c'est le plus gros des bataillons, électorat privilegié de Mélanchouille................ Normal, aucun gouvernement n'a eu les couilles de dire à leurs parents qu'ils auraient du aller en apprentissage à 14 ans..

  • Par francoise34 - 17/08/2017 - 23:56 - Signaler un abus Pas de diplômes mais !!!!!!

    Mais qu ont-ils fait de quatre à seize ans à l'école ? Ont île eu le temps d'apprendre les bases qui l'eut permettrait de faire une formation adaptée pour trouver un job ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Aurélien Véron

Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens et la liberté. Un projet qui pourrait se concrétiser par un Etat moins dispendieux et recentré sur ses missions régaliennes ; une "flat tax", et l'ouverture des assurances sociales à la concurrence ; le recours systématique aux référendums ; une autonomie totale des écoles ; l'instauration d'un marché encadré du cannabis.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€