Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 27 Avril 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Chauffage, c’est parti ? Voici combien vous risquez de payer cette année par rapport à l’hiver 2015

Après deux hivers assez doux, et un hiver historiquement chaud, le froid devrait être de retour en cette fin d'année. Cependant, d'autres tendances de fond relatives aux tarifs de l'énergie devraient également faire gonfler les prix du chauffage.

A vos bouillottes

Publié le
Chauffage, c’est parti ? Voici combien vous risquez de payer cette année par rapport à l’hiver 2015

Atlantico : L'hiver 2015 a été historiquement doux. Quelles sont les dernières prévisions relatives à l'hiver 2016 ? Faut-il s'attendre à une vague de froid particulière, à des températures assez clémentes ? Comment envisager les mois à venir, concrètement ?

Régis Crépet : L'hiver météorologique correspond aux mois de décembre, janvier et février. Novembre, par exemple, n'est pas considéré comme un mois de l'hiver, bien qu'il puisse faire froid dès novembre et jusqu'en mars.

L'hiver 2015-2016 a été le plus chaud depuis 1900, avec un écart de température de +2,6 degrés sur l'ensemble de l'hiver par rapport à la moyenne. Ces écarts sont importants pour les secteurs de l'énergie, car ils doivent prendre des bases de référence pour déterminer les besoins de chauffage (c'est le même principe pour l'électricité). L'objectif des prévisions saisonnières est de définir des écarts de température, positifs ou négatifs, par rapport à ces moyennes. Ces écarts de température permettent ensuite aux énergéticiens de calculer les réserves nécessaires. 

Cette année, l'hiver ne s'annonce pas du tout aussi doux que l'année dernière : la France va renouer avec un hiver plus "standard" par rapport aux normales.

Les différentes modélisations qui ont été faites ne constatent pas d'écart significatif (c’est-à-dire que l'écart reste contenu entre +0,5 et -0,5 degrés) par rapport à la moyenne sur la France. Si on s'attend à un hiver de saison (donc potentiellement assez froid), il n'est pas exclu qu'il fasse plus froid que ce que je viens de vous dire. C'est en effet ce que prévoient certains scénarios : des indicateurs montrent qu'il fera un peu plus froid que la normale.

Un hiver de saison en France est ressenti comme plutôt froid. D'autant plus que les gens sont de plus en plus frileux et que l'on sort de trois hivers "sans hiver". Le mois de mars 2013 est la dernière période de grand froid sur la France : à la mi-mars 2013 il neigeait encore sur le bassin parisien et il faisait -10 degrés sur la Picardie. De 2009 à 2013, il a fait très froid avec des épisodes neigeux, ce qui a poussé la population à développer une forme de résilience au froid. Mais comme cela fait trois années que les températures sont douces, il me semble que les premiers froids sont plus sujets à des pics de consommation d'énergie.

Les températures ne seront pas homogènes pour autant, de décembre à mars. Quand on fait une moyenne sur l'hiver ou sur un mois, on peut avoir au sein d'un mois considéré comme hivernal, une période où il fait effectivement très froid, suivie d'une période de redoux. Ainsi, rien n'empêche qu'en décembre ou en janvier, on ait quelques matinées où il fasse -10 et que l'on se retrouve la semaine suivante avec une température de +12. Le climat français est tempéré : par définition, il varie beaucoup et on peut passer du froid au doux en l'espace de quelques jours sur la France. 

Cependant, la moyenne nationale des températures de décembre et janvier (qui statistiquement sont les deux mois les plus froids de l'année en France) est de 5 degrés dans la journée sur la moitié nord et de 12 degrés en moyenne dans le sud. Les gros froids, qui sont les plus susceptibles d'entrainer une hausse de consommation d'énergie sont ceux qui surgissent dans la nuit lorsque les températures descendent à -10 degrés et qui sont concomitants à des journées sans dégel. En effet, quand il n'y a pas de redoux dans la journée, le froid devient plus handicapant au niveau du risque de gel des canalisations, des surfaces etc. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par emem - 14/11/2016 - 18:46 - Signaler un abus Tant pis !

    Je croyais que le réchauffement climatique nous permettrait de faire des économies de chauffage

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Régis Crépet

Régis Crépet est météorologue et climatologue à la chaine Météo. Il est spécialiste des prévisions saisonnières.

Voir la bio en entier

Stephan Silvestre

Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.

Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de Gaz naturel : la nouvelle donne ?(2016, PUF).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€