Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 09 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le Chant des Partisans selon les nouveaux "résistants" (de gauche, démocrates et progressistes) : "la haine qui nous pousse" !

"Ils" résistent donc "Ils" sont ! Mais non, ils ne sont que l'écume des eaux usées de la bien-pensance.

Un vol de corbeaux…

Publié le
Le Chant des Partisans selon les nouveaux "résistants" (de gauche, démocrates et progressistes) : "la haine qui nous pousse" !

Il y a eu des résistants en France. Les nazis en fusillèrent par milliers. Vichy en guillotina beaucoup. Et la milice du Maréchal Pétain en assassina par centaines. Ils étaient communistes, socialistes, gaullistes. Ils méritent le respect. Pas qu'on se livre bassement à une violation de sépulture et une écœurante contrefaçon.

Les "résistants" prolifèrent aux Etats-Unis. Une Française, enseignante à Berkeley, la plus politiquement correcte des universités américaines, vient ainsi d'entrer en "résistance". Contre Donald Trump ! Sur son blog, publié par Libération, elle annonce avoir créé un comité de vigilance anti-Trump.

Et elle donne fièrement sa composition : pas un seul mâle blanc hétérosexuel ! Des femmes, des Noirs et quand même un Juif, qui, éprouve-t-elle le besoin de l'exprimer, est gay. Une façon sans doute de compenser sa fâcheuse origine…

Nous voilà rassurés sur la pureté virginale de ce comité. Il y a d'autres résistants aux Etats-Unis. Certains d'entre eux sont allés brûler des baskets New Balance au motif qu'un des dirigeants de la firme a dit que le programme économique du nouveau locataire de la Maison Blanche pouvait être bénéfique à New Balance qui, contrairement à Nike, vend surtout sur le marché intérieur américain. Brûler des baskets, ce n'est pas – gardons raison – brûler des livres ou des hommes. Mais il faut un commencement à tout.

Une autre "résistante" américaine a fait parler d'elle. Top model et chanteuse, elle a, pendant une cérémonie de remise de prix, imité en se moquant l'accent de Melania Trump. Cette dernière est d'origine slovène et l'anglais n'est pas sa langue natale. Et c'est passé comme une lettre à la poste. Essayons d'imaginer un top model et chanteuse de droite (pas sûr que ça existe) ridiculisant Michelle Obama en parlant petit nègre.

La France n'a rien à envier à l'Amérique. Nos " résistants'" à nous ont pignon sur rue. On en trouve dans les médias, et ça les dispense de savoir écrire ou parler. On en a vu place de la République pendant la Nuit Debout, qui crachaient sur Finkielkraut, ce qui leur évite de lire ses livres. On en a repéré de nombreux qui brûlent d'amour pour la Palestine et pour l'islam, et ça leur permet de ne pas s'empoisonner la vie avec les millions de chômeurs que compte la France.

La posture de "résistant" est une rente de situation. Elle a l'avantage de résister à toute tentative de critique ou d'interrogation. Leur "je résiste" se veut une lessive performante : elle est supposée effacer, et en tout cas dissimuler, des tâches de bêtise crasse. C'est ainsi que le "résistant" impressionne. Car tout idiot qu'il soit, il est malin. Il a donc adopté l'attitude généreuse et enviable du combattant et du résistant. Il combat pour la liberté, pour les pauvres, pour les opprimés de banlieues, victimes du racisme hexagonal. Il résiste aux fascistes qui sont légion, aux réactionnaires innombrables eux-aussi... Il en trouve quelques-uns, il en invente une foule. Là où il y en a dix, son alchimie en montre des milliers. Et plus il a de fascistes et de réactionnaires, plus sa lutte est méritante. Sa gloire est confortée par la multiplication de ses ennemis.

Les "résistants" sont tout sauf courageux. Juste des petits roquets qui jappent, applaudis par un public captif. Les paroles du Chant des Partisans avaient un sens : "La faim qui nous pousse, la haine à nos trousses". Chez eux, chez les "résistants" d'aujourd'hui, chez ces personnages d'opérettes, tout est nécessairement tordu et dévoyé. Et ça devient : "la haine qui nous pousse". 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Carl Van Eduine - 29/11/2016 - 08:52 - Signaler un abus Sammy Davis au secours, remets de l'humour dans la différence !

    Amusant de constater que "grâce à" l'hypersegmentation de la communauté nationale en communautés de toutes sortes, noirs, juifs borgnes aurait dit Sammy Davis Jr sans oublier toutes les innovations sociologiques identifiées depuis, on arrive à faire du lambda moyen de souche un minoritaire puisqu'il ne dispose que d'une part de voix en tant que balourd, alors que tous ceux qui sortent de la moyenne [je n'ai surtout pas écrit "de la norme"] ont autant de "voix" _ au sens médiatique _ qu'ils ont de facteurs de différenciation par rapport à ce balourd lambda, sur chacun des axes sociologiques où il est possible d'identifier une communauté distincte. Sans oublier leur propre voix de balourd _ au nom de l'égalité _ ce qui leur procure ipso facto une part de voix supérieure _ au nom de la diversité cette fois_. Alors, un jour, Balourd se fâche et vote Front National. Oh le con ! C'est bien la preuve qu'il est raciste ! Sauf que c'est à cause de tous les racismes à rebours qu'il en a marre. Parce qu'il sait que l'immigration, la différence, sont des biens pour sa nation, pour autant qu'elle reste une et indivisible, dans le respect de la liberté de chacun. Sans communautarisme !

  • Par Benoit 2011 - 29/11/2016 - 08:59 - Signaler un abus Carl Van Eduine

    Excellent...

  • Par pasdesp - 29/11/2016 - 09:33 - Signaler un abus Esperons,

    que nous vivons maintenant leur chant du cygne!

  • Par pandore - 29/11/2016 - 09:42 - Signaler un abus COMME DISAIT PIERRE DAC

    Qui était un authentique résistant lui..... il disait ceci : " J'admire les résistant de juin 1944, les résistant de la dernière heure, car toute la durée de la guerre ils auront résisté à entrer en résistance " ...........

  • Par assougoudrel - 29/11/2016 - 11:15 - Signaler un abus Balourd

    Carl Van Eduine parle des balourds que nous sommes aux yeux de ces "résistants" du Bois de Boulogne. Ces derniers nous crachent dessus, car, à part voter comme ils le désirent et payer les impôts et la redevance qui ne sont pas assez élevés pour leurs bien-être, nous devons rester à notre place, c'est à dire près du chien. Ce matin, sur EUR 1, l' âne Romanoff qui se croit drôle a trouvé une nouvelle cible, puisque Sarkozy n'est plus là;, non pas françois hollande qui a le même humour qu'elle, mais François Fillon: "prions pour François Fillon". Et la voilà parti dans une prière blasphématoire, chose qu'elle n'oserait pas dire pour l'islam, alors qu'elle, elle a la liberté de parole. Pour dire que ces gens insignifiants crachent sur nous les BALOURDS, mais protègent, chouchoutent et prennent la défense des LOUBARDS du monde entiers, c'est à dire, ceux nés sur notre sol, ainsi que les vagues successives arrivées sur le territoire européen.

  • Par Liberte5 - 29/11/2016 - 12:27 - Signaler un abus Tout est galvaudé,transformé, édulcoré par les mêmes..

    Les mots ont un sens, la gauche les transforme sans vergogne dans une propagande sans limite. Les pseudos résistants d'opérette sont en fait des collabos de l'islam,ils sont du côté des délinquants, des criminels contre les gens honnêtes, ils parlent de liberté alors qu'ils sont liberticides, ils parlent d'égalité alors que les inégalités n'ont jamais été aussi criantes etc., etc.Ils admirent les tyrans: Staline, Mao, Castro et critiquent De Gaulle , Thatcher, Reagan. Les résistants sont aujourd'hui ceux qui luttent contre cette pensée unique et mortifère.

  • Par Leucate - 29/11/2016 - 14:43 - Signaler un abus @pandore

    J'aime bien Pierre Dac (radio Paris ment ...) mais là il fait montre de l'espèce de sentiment de supériorité qu'ont pu avoir les Français Libre de Londres envers ceux qui rejoignirent la France Combattante à des dates variables: l'Armée d'Afrique en 42, une bonne partie des résistants du "territoire continental" à la même époque fin 42 début 43 quand les allemands envahirent la zône libre, et enfin ceux de l'après débarquement, en rappelant d'ailleurs qu'il fallu presque deux mois aux troupes débarquées en Normandie pour sortir enfin du bocage normand. Après la libération d'une partie du territoire, la guerre n'était pas terminée et nombre de jeunes qui avaient touché leur premier Mauser ou Walther pris à un allemand à cette époque durent prendre l'uniforme et participer aux durs combats de fin 44 et début 45 dans l'Armée Rhin et Danube et terminer la guerre en Autriche à Constance. Un certain nombre mourut ainsi dans les Vosges, en Alsace et en Allemagne avant le 8 mai. Giscard d'Estaing, le dernier président à avoir connu la vraie guerre comme brigadier de char, faisait partie de ces jeunes de la "Nouvelle Armée française" composée des FFL, Armée d'Afrique, FFI et jeunes conscrit

  • Par Deudeuche - 29/11/2016 - 15:14 - Signaler un abus @Liberté5

    oui, la résistance n'est pas finie car la domination cathodique de cette idéologie sociale libertaire "progressiste, inch allah" est à peine entamée.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€