Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Champions de monde 2018 : petite leçon de France par une grande équipe de France

L'équipe de France de football est championne du monde ! Retour sur les spécificités et la magie de cette équipe tricolore qui a "souffert ensemble", malgré les divisions nationales.

Kylian Mbappé et Ernest Renan

Publié le
Champions de monde 2018 : petite leçon de France par une grande équipe de France

 Crédit FRANCK FIFE / AFP

Il ne faudra sans doute pas longtemps pour que nos divisions nationales chéries reprennent le dessus, la joie de la victoire à peine retombée. Il est vrai qu’avant même la finale, les identitaires des deux bords rivalisaient déjà d’ignominies : les uns en soutenant la « vraie » équipe européenne (croate) contre le 11 français trop « coloré », les autres saluant la « moitié algérienne » d’un Mbappé, dont la part camerounaise tout comme les déclarations répétées d’amour pour la France n’avaient pas droit de cité dans la nouvelle bien-pensance intersectionnelle, où l’on n’aime rien tant que la non-mixité.

Pensez-donc : le patriotisme !  Pour les uns, mot ringard, « anti-diversité » et bien sûr « fachosphérique ». Pour les autres, mot imprononçable par une équipe à trop fort quota d’immigrés, fussent-ils de la deuxième génération… Et tous de crier en chœur à « la récupération politique » qu’il faudrait cette fois-ci à tout prix éviter.
 
L’ennui pour tous ces empêcheurs d’être heureux ensemble, c’est que ces déclarations patriotiques ont été décidément bien nombreuses dans cette équipe, de Deschamps à Pogba en passant par Griezmann ; et ponctuées de « vive la France ! », de « vive la République » ! et de Marseillaise chantées de bon cœur. Esprit collectif qui s’est traduit d’abord dans le jeu, après vingt ans d’attente interminable, et dont les joueurs ont fait preuve dès les premiers matches, même ratés : « Tous derrière et tous devant », de l’Australie à la Croatie, telle a été leur devise. Davantage : une attitude respectueuse sur le terrain comme en dehors à l’égard des adversaires successifs, attitude qui n’est sans doute pas la moindre raison du succès. Un succès si souvent contrarié chez nous, et pas seulement dans le football, par une certaine arrogance. 
 
Voilà que cette équipe si jeune est venue rappeler à notre vieux pays l’immensité de ses opportunités. Mieux encore : elle lui a rappelé la définition même de la nation républicaine, enfouie sous des couches d’ignorance et de politiquement correct. Celle de Renan formulée en 1882, auquel Mpabbé, encore lui, a fait écho (involontaire ?) dans une interview à L’Equipe le 10 juillet dernier : « Par moments, on a souffert, mais on a su souffrir ensemble » et de conclure : « on va essayer de repartir avec la coupe ». 
 
« Avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore, voilà les conditions essentielles pour être un peuple » disait Renan. Qui ajoutait : « avoir souffert ensemble : oui, la souffrance en commun unit plus que la joie ».
 
Les joueurs de l’équipe de France ont souffert en commun et nous ont aussi bien fait souffrir : mais ils nous ont donné la joie de la délivrance. C’est justement cette joie collective dont ne veulent à aucun prix les professionnels du ressentiment, les rentiers de la victimisation, et autres fanatiques de la pureté ethnique (qu’elle soit blanche, arabe ou noire).
 
Et qu’on le veuille ou non, le triomphe de ce groupe de 23 joueurs, métonymie de la nation qui s’identifie à eux dans une communauté d’imaginaire, ne peut qu’avoir une signification politique, au sens fondamental du terme. La Marseillaise aux Champs-Elysées, la multiplication des drapeaux, l’affluence sur le lieu de mémoire du Carillon en ont été autant de signes.
 
Bien sûr, cette victoire inespérée ne va pas mettre fin au chômage ; ni augmenter le pouvoir d’achat ; ni faire arriver les trains à l’heure ; encore moins effacer les innombrables fractures françaises. Les doctes vont nous rappeler sans cesse la désillusion du « black-blanc-beur » de 1998 ; la complainte des quartiers ; la permanence des inégalités ; l’échec scolaire et la « radicalisation ». Mais par quelle magie une victoire en coupe du monde de football pourrait-elle donc réparer un pays, socialement, politiquement et économiquement ? Pas plus qu’en 1998, on ne saurait demander à la plus belle victoire davantage que ce qu’elle offre. Et les joueurs en sont, là encore, les premiers conscients.
 
Mais ce qu’elle offre, cette victoire, est déjà bien précieux : un moment de rêve d’abord, et ils ne sont pas si fréquents ; un mélange de jeunesse blagueuse et de maturité stratégique ; et un peu de confiance en soi et d’optimisme à des compatriotes qui confondent trop souvent intelligence et cynisme, gravité de bon aloi et tête d’enterrement.
 
Vive les Bleus !
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 16/07/2018 - 10:24 - Signaler un abus C’est la Nation France qui a gagné qu’on le veuille ou non!

    L’union est la force de cette équipe et c’est elle qui a porté la couleur bleu-blanc-rouge au firmament de la France. Ceux qui jouent continuellement contre la France, les idéologies sectaires de l’éducation nationale-socialiste, de la justice en capilotade, des médias inféodés...ceux qui haïssent l’idee de Nation seront bien inspirés de prendre exemple sur cette belle équipe unie, car c’est la seule manière de faire gagner la France...

  • Par 2bout - 16/07/2018 - 11:16 - Signaler un abus Allez, on y croit !

    La France, ce beau pays libre où personne ne m'obligera à broder un second crocodile sur mon polo.

  • Par kelenborn - 16/07/2018 - 20:46 - Signaler un abus A2BOUH

    Tu es certain que ça va....tu veux pas qu'on t'emmène chez le médecin? Tu nous inquiète souvent...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Christophe de Voogd

Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017).

Spécialiste des Pays-Bas, il est l'auteur de Histoire des Pays-Bas des origines à nos jours, chez Fayard. Il est aussi l'un des auteurs de l'ouvrage collectif, 50 matinales pour réveiller la France.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€