Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 09 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Champignons hallucinogènes, marijuana, ecstasy... Les drogues sont-elles le nouvel horizon de la médecine pour traiter la douleur ?

Après les différentes légalisations de drogues comme le cannabis, de nombreux chercheurs repensent l'utilisation des molécules. MDMA, cannabis, champignons hallucinogènes... Ces drogues pourraient être à l'origine de futurs médicaments novateurs.

Don't worry, be happy

Publié le
Champignons hallucinogènes, marijuana, ecstasy... Les drogues sont-elles le nouvel horizon de la médecine pour traiter la douleur ?

Atlantico : Aux Etats-Unis, la Food and Drugs Administration a fait un premier pas vers une légalisation médicinale du MDMA (molécule de l'ecstasy). Certaines molécules de drogue peuvent-elles être bonnes pour la santé ? Quels seraient ces effets positifs ?

Muriel Grégoire : En premier lieu, j’aimerais resituer le sens du mot drogue : toute substance entraînant des modifications de conscience et/ou l’activité mentale, donc les produits illicites mais aussi l’alcool ou les médicaments.

En France, il n'a été gardé que le rapport avec l’illégalité. Dans les pays anglo-saxons, ils utilisent le mot drugs quel que soit son statut juridique. Cela nous fait remonter à Platon qui parlait du pharmakon comme de toute substance pouvant être à la fois remède et à la fois poison. La plupart des drogues synthétiques ont été trouvées dans des laboratoires légaux et ont eu un statut de médicament.

  1. Avec ce paradigme, il est plus aisé de parler de certains effets qui peuvent être bénéfiques pour des substances. Vu leur statut illégal, il est compliqué de pouvoir faire des études pour confirmer ou infirmer scientifiquement des intuitions cliniques rapportées par des usagers et des praticiens. Les autorisations sont très strictes, voire impossibles à obtenir.

  2. Voyons maintenant les principales molécules étudiées actuellement :

  3. Le MDMA, depuis déjà quelques années, a pu être étudié sur des volontaires, militaires présentant un syndrôme de stress post-traumatique de retour de la guerre du Golfe. Les résultats très encourageants de la phase 2 des essais cliniques aux Etats-Unis vont permettre de commencer la phase 3 qui comprend une ouverture à un champ plus large de patients. Le syndrôme post-traumatique, avec dépression, anxiété, cauchemars récurrents, isolement, est largement diminué voire endigué. Le MDMA est donné en adjuvant d’une psychothérapie. Les doses et le temps d’exposition sont très contrôlés.

  4. D’autres molécules telles que la kétamine (anesthésiant humain et vétérinaire), qui est un anesthésiant dissociatif donc psychédélique à dose certaine, ont des propriétés anti-dépressives connues depuis longtemps. Cela fait assez peu de temps qu’une équipe suisse a étudié ces effets. Ils se servent aujourd’hui d’un spray nasal à base de kétamine. Là aussi, ce produit accompagne la psychothérapie. D’autres applications médicales sont connues et appliquées en plus de l’anesthésie dans le traitement des addictions à l’alcool et aux opiacés. Ici aussi, la prise est très cadrée et accompagnée par une psychotérapie. Des usages médicaux comme l’épilepsie et la douleur sont aussi reconnus.

  5. Les hallucinogènes, tels le LSD ou les champignons, ont des vertus anti-dépressives et anxiolytiques (là aussi accompagnés par une psychothérapie). Ils permettent d’après les études sur des personnes en fin de vie d’améliorer très significativement leur bien-être ; ce sont des choses rapportées par les usagers depuis de nombreuses années. Ces effets-là perdurent au-delà des prises pendant plusieurs mois, permettant de ne pas multiplier les doses.

  6. Le cannabis est lui aussi reconnu comme ayant des vertus thérapeutiques, comme anxiolytique, antalgique, anti-épileptique, anti-spasmodique. Le cannabidiol est l'une des molécules actives du cannabis, très peu psychotrope.

  7. Ces substances peuvent avoir des effets positifs comme négatifs, comme toute substance active. Certaines sont déjà des médicaments, d’autres comme le cannabis le sont depuis longtemps de manière traditionnelle. Certaines substances illicites du fait de leur toxicité forte, repérées même sans étude particulière, ne donneront probablement jamais lieu à des études permettant une commercialisation. L’important dans ce contexte est l’accompagnement, l’élimination des éventuelles contre-indications et le cadre thérapeutique.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Muriel Grégoire

Muriel Grégoire est addictologue, psychiatre et responsable de l'hospitalisation à l'Hôpital Marmottan où elle gère également les consultations en rapports aux nouveaux produits de synthèse.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€