Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 26 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Cette très grande vulnérabilité électorale qui menace le macronisme

Dans son nouveau livre "Le paradoxe du macronisme", Luc Rouban décrit la vulnérabilité sur laquelle repose le quinquennat d'Emmanuel Macron.

Fragile

Publié le
Cette très grande vulnérabilité électorale qui menace le macronisme

 Crédit LUDOVIC MARIN / AFP

Atlantico : Vous définissez le macronisme comme "un libéralisme par l'État qui voudrait passer en force" (...) qui arrive à "contretemps".  En quoi le macronisme est-il paradoxal ?

Luc Rouban : Cela est certainement un libéralisme par l'État. C’est-à-dire en fait l'idée qu'il faut un peu forcer les Français au libéralisme. Ce n'est pas un libéralisme spontané qui vient de la société, ce n'est pas du "laisser faire", et ce n'est pas le libéralisme traditionnel anglo-saxon. Ce libéralisme est en fait l'idéologie dominante d'une grande partie de la haute fonction publique notamment l'inspection générale des finances, et dont on trouve les racines chez Michel Rocard ou chez Valéry Giscard d'Estaing (tous les deux inspecteurs des finances).

Cela est un peu l'idée tirée des travaux de Michel Crozier ; il n'y a pas de clivages sociaux, la France n'est pas au diapason de la mondialisation et du libéralisme, elle est en retard, et elle n'est pas assez moderne. Il reviendrait donc aux élites et à l'État de forcer cette modernisation. Quand on connait un peu l'histoire de la pensée politique en France et de la haute administration, Emmanuel Macron part sur des bases finalement assez classiques, même si cela est décliné en des termes beaucoup plus modernes dans un contexte qui est bien sur différent de celui de Michel Rocard ou de Valéry Giscard d'Estaing.

Le macronisme est paradoxal à plus d'un titre. Il se présente comme la réponse à une forme de convergence des Français en une espèce de centre mythique qui serait libéral, pro-européen, moderniste et high-tech. Or, quand on regarde les grandes enquêtes électorales du Cevipof, on s'aperçoit que dans le fond cela n'a pas du tout fonctionné comme cela. Il y a toujours un clivage gauche-droite extrêmement puissant dans le pays, aussi bien sur le terrain du libéralisme économique que sur celui du libéralisme culturel - que cela soit pour la tolérance sociétale ou d'acceptation de l'immigration-. Cela est un paradoxe dans la mesure ou Emmanuel Macron se présente comme l'expression d'une convergence alors qu'en fait il est l'expression de désaccords profonds qui n'arrivent pas à se traduire sur le plan électoral . C'est un phénomène d'aubaine qui a été intelligemment pris en charge par le mouvement En Marche mais qui ne répond pas vraiment aux questions que se pose la société politique française.

L'autre paradoxe est que le discours va se construire sur la base d'un pouvoir horizontal de marcheurs, de participation démocratique qui va beaucoup séduire les premiers militants, mais qui vont être très déçus au bout d'un an, avec les statuts d'En Marche et dans la foulée de l'élection de 2017, parce que l'on va se retrouver rapidement avec un pouvoir très vertical, concentré et unilatéral.

Vous soulignez que la victoire d'Emmanuel Macron est une victoire par défaut "qui s’appuierait sur le dérèglement du marché électoral" et un "vote de second choix". Comment en êtes-vous arrivé à une telle conclusion ?  

Lorsque l'on examine le degré d'incertitude du choix des électeurs avant l'élection de 2017, on voit clairement que c'est l'électorat potentiel d'Emmanuel Macron qui est le plus incertain de son choix et le plus indécis. L'électorat potentiel d'Emmanuel Macron va en fait très largement le choisir, soit pour éviter d'avoir Marine Le Pen qui est quand même portée par une vague considérable de succès depuis les élections régionales de 2015, soit, aussi, du côté des électeurs de gauche, l'idée qu'il ne faut pas avoir un duel entre François Fillon et Marine Le Pen. Parce qu'il ne faut pas oublier que François Fillon n'est pas arrivé très loin d'Emmanuel Macron au premier tour. Pour beaucoup de ces électeurs de gauche, sachant qu'un candidat de gauche ou de droite ordinaire battrait sans trop de problèmes Marine Le Pen au second tour, il y avait une peur que François Fillon puisse gagner. Ils se sont donc rabattus sur Emmanuel Macron.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 01/09/2018 - 10:33 - Signaler un abus Non, le libéralisme ne passe en force!

    Lorsqu’il est intelligent, spatio-temporel, le libéralisme n’a pas besoin de force pour s’appliquer, car il s'adapte souplement à toutes les situations, fait du protectionnisme intelligent, lorsque c’est nécessaire , des nationalisations temporaires, lorsque c’est nécessaire, de la fermeture des frontières- lorsque c’est nécessaire, le temps qu’il faut pour retrouver une situation normale...et, après socialaud-macronisme, il faudra un certain temps a l’an France gauchiste pour revenir à la normale des autres pays. Ce que tous ces professeurs et science pipologues attardés, biberonnés au lait néo-marxiste décrivent comme du libéralisme, est, en fait, un hybride entre ultra-socialisme (chômage de masse, taxation tous azimuts, hypertrophie étatique, normes écolo- débiles, nomenklatura enarchique...) et l’ultra-liberalisme europeiste, qui est proche du mondialisme. Macron est « en même temps » mondialiste ultra-libéral et, en même temps, ultra-socialiste rétrograde ...rien à voir avec le libéralisme spatio-temporel de Donald, par exemple...Trump réussit tout là où Macron échoue tout ....c’est clair, les science-pipologues?

  • Par Ganesha - 01/09/2018 - 11:09 - Signaler un abus Théorie Sociologique

    Ce monsieur nous explique que, selon lui, voter ne consiste pas à exercer un choix politique, après avoir analysé la situation réelle du pays, mais simplement à exprimer son appartenance à une catégorie sociale. Cette théorie s'applique effectivement à une certaine proportion des français : par déficit intellectuel ou manque d'éducation, pour beaucoup de nos concitoyens, simplement, ce sujet ne les intéresse pas, ce qui les passionnent, c'est le football ou la vie amoureuse des stars.

  • Par Ganesha - 01/09/2018 - 11:20 - Signaler un abus Abonnés d'Atlantico

    Ce phénomène est effectivement très fréquent chez les abonnés d'Atlantico, principalement composé de vieillards ravagés par la démence sénile, dont beaucoup ne sont plus capables que de radoter éternellement un seul et unique argument débile . Parmi les obsessions les plus fréquentes, on retrouve les inusables ''fontionnaires, cause de tous les maux'', ou alors, les papys qui se pensent ''invincibles'' en agitant les croquemitaines du ''retour du Communisme'' ou du Venezuela. Inutile de préciser que toute tentative de dialogue avec ces malheureux débris est sans espoir !

  • Par Ganesha - 01/09/2018 - 11:31 - Signaler un abus A l'air libre !

    Cependant, ce que l'auteur de cet article feint d'ignorer, c'est qu'une proportion grandissante du peuple français souffre désormais personnellement de la situation désastreuse dans laquelle nous a plongé, depuis plusieurs décennies, la gestion de politicards crapuleux. Et, ils s'intéressent de plus en plus à la politique ! Sur Atlantico, beaucoup de retraités de la classe moyenne se plaignent de la baisse de leur niveau de vie. Cependant, leur dégénérescence cérébrale explique malheureusement, qu'ils et elles sont encore toujours nostalgiques de Fillon et affirment vouloir voter Wauquiez. Mais, au dehors, à l'air libre, dans le monde réel, l'avenir semble nettement moins désespéré !

  • Par vauban - 01/09/2018 - 11:31 - Signaler un abus Atlantico

    Est il techniquement possible sur ce site d’avoirun Système personnalisé de filtrage des commentaires afin d’eliminer ceux ldes parasites grossiers,injurieux ,et logorrhéiques mono maniaques?Merci de votre réponse

  • Par Ganesha - 01/09/2018 - 11:43 - Signaler un abus Vauban, j'attends vos arguments !

    Il existe effectivement un procédé très efficace, qui ne nécessite aucune technologie moderne : simplement, vous montrer capable de nous opposer de vrais arguments contradictoires ! J'attends, avec grand intérêt, de vous lire !

  • Par ajm - 01/09/2018 - 12:08 - Signaler un abus Tambouille et injures.

    Ganesha vos arguments ne sont qu'une bouillie, une tambouille idéologique, mélange de gauchisme, de vieilles rengaines obsessionnelles contre le libéralisme qui sont le décalque des attaques contre la finance apatride des années 30, et d'attaques injurieuses contre les autres; supposés séniles et vieux comme Herode. Il n'y a jamais d'arguments étayés par des faits chiffrés ou documentés sauf des liens avec des sites qui ne sont pas connus pour leur rigueur scientifique.

  • Par Ganesha - 01/09/2018 - 12:31 - Signaler un abus Contestez-vous le Hit Parade ?

    La quasi totalité de mes commentaires n'est qu'un simple relevé objectif du ''Hit Parade'' des arguments les plus souvent publiés sur ce site. Je ne tiens pas de comptabilité chiffrée, mais, incontestablement, ''l'Appel au Génocide des Fonctionnaires'', et le ''There Is No Alternative'' sont le Canigou et le Ronron des pensionnaires de ce site ! Il y a aussi deux rigolos qui nous affirment que Donald Trump est un ''Pur Libéral Orthodoxe'' ! Mais que Macron et Adolf Hitler ne sont que de ''Dangereux Gauchistes'' . Oserez-vous contester que je ne fais là qu'exposer ce qui se passe réellement ici ?

  • Par zen-gzr-28 - 01/09/2018 - 14:18 - Signaler un abus Il est tout à fait possible

    de ne donner aucun crédit aux parasites dont les propos injurieux, grossiers, logorrhéiques EN ZAPPANT leurs commentaires, tout simplement.

  • Par vangog - 01/09/2018 - 14:20 - Signaler un abus @ajm Pourquoi perdez-vous votre temps à lire Ganesha?

    Moi, ça fait des lustres que ne le lis plus- j’enjambe ses posts comme des merdes de chien- et je me suis aperçu que mon sommeil et ma libido s’amélioraient....faites comme moi!

  • Par zen-gzr-28 - 01/09/2018 - 14:21 - Signaler un abus Il est tout à fait possible

    de ne donner aucun crédit aux éditeurs de propos grossiers, injurieux , logorrhéiques en zappant leurs commentaires .

  • Par padam - 01/09/2018 - 15:54 - Signaler un abus Laissez Ganesha délirer: ça lui fait du bien!

    Il y a des jours où le dénommé Ganesha ne dit pas que des conneries, loin de là. Et puis il y a des jours, comme aujourd'hui, où il éructe,dans une sorte de délire, une véritable diarrhée incohérente et injurieuse. Sans se prétendre psychiatre, il semble que ce soit pour lui une forme de thérapie. S'il avait un tant soit peu un soupçon du talent d'un Pierre Desproges, ça pourrait etre amusant et délassant; malheureusement ça n'est pas du tout le cas, et le résultat n'est franchement pas drole...

  • Par assougoudrel - 01/09/2018 - 17:10 - Signaler un abus Depuis 20 ans, j'ai des

    acouphènes et je vis avec sans y prêter attention; il faut faire pareil avec Ganesha. Je suis certain que s'il en allait, il manquerait à beaucoup. Depuis que kelenborn est parti, Atlantico est plus triste.

  • Par Thierry27 - 01/09/2018 - 19:05 - Signaler un abus L'omerta sur la pseudo-affaire Fillon...

    Comme très souvent depuis mai 2017, voici un politologue qui parvient à faire une longue analyse politique, non dénuée d'intérêt, mais qui esquive totalement le fait que 2017... n'a pas été une élection mais un procès. Sans les bobards du Canard, le hold-up illégal du PNF et les barbouzes anarchistes du Parquet, F. Fillon serait aujourd'hui PR, la droite aurait 400 députés, les VRAIES réformes ordo-libérales iraient bon train et les mêmes politologues auraient un tout autre discours. Toute analyse est vaine : dans la mesure où il y a eu hold-up, voire coup d'Etat (la fameuse "affaire" est au point mort, invérifiable, Fillon finira blanchi), environ 1,5 million d'électeurs de centre-droit se sont laissé manipuler par Big Brother et ont dévié artificiellement le destin national. La tendance profonde de l'opinion publique française est à droite, et même si elle a été confisquée en 2017 cette tendance devra bien finir par s'exprimer, à moins que la dictature ne perdure. Luc Rouban l'exprime d'ailleurs très bien sur la question migratoire qui clôt l'interview.

  • Par gerint - 01/09/2018 - 19:35 - Signaler un abus @Thierry27

    Je crois que Fillon est déjà blanchi mais que personne n’en parle..... Sinon Macron annoncé dès 2014 par Attali n’a pas été élu dans un combat équitable mais projeté à la Présidence par une machination selon beaucoup et selon moi.

  • Par cloette - 02/09/2018 - 07:09 - Signaler un abus @gerint

    J'ai la même opinion que vous et je trouve cela extrêmement grave .

  • Par Ganesha - 02/09/2018 - 08:27 - Signaler un abus Vent de panique

    Vent de panique sur Atlantico ! Je sais que c'est dur de vous présenter un miroir et vous obliger à vous voir tels que vous êtes ! Assez pitoyables ! Ceci dit, je me rends bien compte combien vous êtes seuls et vous vous ennuyez : un petit commentaire, même s'il est débile et répétitif, cela vous fait tellement de bien !

  • Par Ganesha - 02/09/2018 - 08:31 - Signaler un abus Retour de la Momie

    Évidemment, personne n'a lu cet article, qui présente pourtant la notion de ''vote de classe'', qui explique l'orientation de la plupart des abonnés de ce site. Mais, la routine est vite revenue, avec les bêlements des papys et mamies fillonistes... qui rêvent encore du ''Retour de la Momie'' !

  • Par cloette - 02/09/2018 - 13:08 - Signaler un abus présidence par effraction

    .Qui peut le nier ? 24% face à Marine Le Pen 20% . Les chiffres sont là .Ensuite,? ,eh bien attendons la suite .

  • Par Ganesha - 02/09/2018 - 15:18 - Signaler un abus Icône du Libéralisme

    Il y a un sujet de discussion qui est assez ''à la mode'', récurrent, en ce moment sur Atlantico : la définition du ''vrai libéralisme''. On peut dire que François Fillon est un superbe exemple de ''libéralisme thatchérien'' ! En opposition totale avec les enseignements de Jésus-Christ, une des caractéristiques principales des bourgeois cathos français est une peur panique et une haine viscérale envers les pauvres !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Luc Rouban

Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987.

Il est l'auteur de La fonction publique en débat (Documentation française, 2014), Quel avenir pour la fonction publique ? (Documentation française, 2017) et La démocratie représentative est-elle en crise ? (Documentation française, 2018) et Le paradoxe du macronisme (Les Presses de Sciences po, 2018) 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€