Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 27 Avril 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Cette science de la peur, celle qui permet de mieux apprendre à la surmonter

La peur peut paralyser et devenir un handicap dans la vie. Il existe différents moyens d'apprendre à la vaincre. D'une part, on peut s'appuyer sur les progrès de la psychologie. Des initiatives se développent comme la réalité virtuelle.

Bouh !!!

Publié le
Cette science de la peur, celle qui permet de mieux apprendre à la surmonter

Atlantico : La peur existe sous des formes très variée chez les êtres humains. Silken Laumann, une sportive canadienne a réussi a apprendre à ne plus avoir peur d'avoir peur. Pourquoi est-il important de savoir contrôler sa peur ? A quel moment faut-il prendre conscience qu'il faut le faire ? 

Jean-Michel Fourcade : La peur est une émotion utile : elle nous informe que quelque chose est dangereux pour nous et que nous devons nous protéger.

Elle est provoquée par ce que nous percevons : quelque chose que nous voyons ou que nous entendons ou sentons ou touchons ou goûtons et que nous associons à une situation déjà vécue et qui s’est révélée dangereuse, ou qui est nouveau pour nous, inattendu, dont nous n’avons pas encore l’expérience et par là même nous inquiète.

Nous savons que la perception n’est pas neutre, objective. La perception est conditionnée par des " patterns ", des cadres, des organisateurs que nous avons construits dès notre très petite enfance, auxquels sont attachés des émotions : peur, colère, tristesse, honte, joie… Ces systèmes perception/émotions P/E sont la plupart du temps inconscients mais néanmoins efficaces. D’où la diversité des réactions des personnes face à une même situation. Les émotions sont d’autant plus fortes – mêmes refoulées – que le système P/E s’est construit tôt dans l’histoire du Sujet : terreur, rage, désespoir, exultation. La personne dans sa socialisation apprend à contrôler ses émotions pour les maintenir à un niveau qui lui permette de rester en relation avec elle-même et avec les autres. Entre un seuil en dessous duquel une ou toutes les émotions sont totalement inhibées (conscience et/ou expression) et un seuil au dessus duquel l’émotion empêche les autres capacités mentales de fonctionner  - dans le cas de la peur, la sidération qui paralyse le corps et le mental. La peur peut être d’une situation connue (traumatisme) qui a abouti à une blessure et à une souffrance physique et à un échec par rapport à un but espéré (réussir l’exploit sportif, obtenir l’attention et l’approbation de l’autre – individu ou groupe ou grand groupe dans un stade). L’échec est une blessure psychique de l’estime et de l’image de soi. Si cette peur reste intense, elle s’accompagne de la peur d’avoir peur.

Mais la peur peut aussi venir d’une situation – une relation durable ou un événement traumatique – qui a été oubliée et la peur est déplacée, fixée et " provoquée " par quelque chose qui renvoie inconsciemment à ce qui a été oublié. C’est ce que l’on trouve dans le cas des phobies.

Quand on souffre d'une peur, quelles sont les meilleurs moyens de vaincre sa peur ? La technique jusqu'à présent était de se confronter à des situations de peur. Quels sont les progrès de la psychologie pour apprendre à vaincre ses peurs plus efficacement ?

La psychologie comportementale et cognitive travaille sur le système P/E tel qu’il apparaît dans l’immédiateté apparente de l’arc réflexe, stimulus-réponse : le chien à coté = terreur : la barre à franchir = la chute avant d’y parvenir. Le protocole pour faire disparaître la peur consiste à remplacer le vécu négatif (peur) par un vécu positif (approcher le chien et lui donner quelque chose de bon à manger pour que le chien montre sa joie, caresser le chien, jouer avec le chien, aboyer aussi fort que lui pour montrer sa joie etc.). L’athlète recommencera à franchir la barre en haussant progressivement celle-ci pour faire l’expérience qu’il peut la franchir ou que la douleur physique qu’il attendait ne se produit pas et qu’il franchit la barre.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Michel Fourcade

Jean-Michel Fourcade est docteur en psychologie clinique. Il est président de l'Association Fédérative Française des Organismes de Psychothérapie (AFFOP) et directeur de la Nouvelle Faculté Libre - NFL - Formation en psychothérapie intégrative.

il est l'auteur de plusieurs livres, dont "Les bio-scénarios, clés énergétiques du corps et de l'esprit" (2007).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€