Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Juillet 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Cette France à qui on ne cesse de diagnostiquer une crise aigüe d’ultra-libéralisme alors qu’elle se meurt d’un abus chronique de socialisme

Ce dont la France souffre d'abord, c'est de l'aveuglement de ses élites intellectuelles. Et si le pays ne veut pas "crever" du socialisme, il serait temps de retrouver le chemin de quelques vérités élémentaires.

Aux abois

Publié le
Cette France à qui on ne cesse de diagnostiquer une crise aigüe d’ultra-libéralisme alors qu’elle se meurt d’un abus chronique de socialisme

J'ai toujours détesté l’esprit de meute et de lynchage : le dernier crachat sur un homme à terre est le plus vil. Quand je lis les analyses du débat entre Mme Le Pen et M. Macron, je suis surpris de constater que s’agissant de Marine Le Pen — pourtant une femme ! — il n’existe virtuellement aucune limite dans l’injure. Si je ne l’avais pas regardé, je croirais que le débat était entre un Rottweiler et un jeune prince souriant.

Ce débat, je l’ai regardé. La forme ne m'intéresse pas. En revanche, j'ai été supris par l’impréparation de Mme Le Pen. Bien sûr son programme de sortie de l’euro, nationaliste et protectionniste au sens strict s’inspire directement des thèses de ses conseillers économiques d’extrême gauche dans la ligne de Jacques Sapir et, plus haut, J. Stiglitz et P. Krugman. Mais après tout ces critiques de l’euro ont une thèse, partagée du reste par des libéraux qui ont de ces questions une intelligence réelle (je pense à Charles Gave et Henri Lepage).

Encore faut-il être capable de la soutenir, ce qui n’était pas son cas.

Pour le reste, le programme économique de Mme Le Pen est socialiste au sens strict : retraite à 60 ans, maintien des 35h, “évitement” de la concurrence entre entreprises même françaises (sic), protection des Français “contre” l’économie, aucune remise en cause de l’hyperinflation législative ni des 57% de PIB en dépense publique annuelle, soit le record mondial et dans l'histoire de France.

Cette doctrine est la doctrine française depuis 40 ans, transcendant les clivages et partis. En ce sens Mme Le Pen est tout autant un produit du “système” que l’est M. Macron — et sans doute l’est-elle, sur le plan idéologique, encore davantage que lui.

La France tombe, tout le monde le "sent" et — plus signifiant — les chiffres (chômage, dette, exode des Français qui s'en vont créer de la richesse à l'étranger) désormais en attestent. Mais ce dont la France souffre d'abord, c'est de l'aveuglement de ses élites intellectuelles.

Il y a toujours eu, sinon en fait, du moins en théorie, une hostilité française à l'égard du libéralisme et du libre-échange. Cette hostilité est liée au positionnement géopololitique historique de la France, plus autonome économiquement que ne l'a jamais été l'Angleterre ouverte aux vents du large.

Mais les précédentes générations d'intellectuels étaient capables de faire la part de l'atavisme et du fait. Ce n'est plus le cas. Triomphent aujourd'hui dans la droite et l'extrême droite intellectuelles les thèses d'un Jean-Claude Michéa, selon lequel c'est du libéralisme — ou du "modèle libéral-libertaire" — que souffre la France. Il n'est pas jusqu'aux éditorialistes les plus en vue de la presse de droite qui ne se définissent comme socialistes, anti-libéraux et décroissants (sic).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par fanfoué - 06/05/2017 - 11:41 - Signaler un abus Le Français est sourd !

    Le problème, c'est que le Français ne veut rien entendre d'autre que le discours socialiste !!! Alors par souci de clientélisme, toutes les familles politiques mettent la redistribution, et les prélèvements obligatoires qui la finance, au cœur de leurs programmes.

  • Par Michèle Plahiers - 06/05/2017 - 14:04 - Signaler un abus Recto et verso

    Le socialisme est la réponse au libéralisme. Si l'un est perverti, l'autre le sera obligatoirement. CQFD.

  • Par Anguerrand - 06/05/2017 - 14:50 - Signaler un abus Le plus Socialiste des pays occidentaux

    Quand qq gauchistes ou FN ( ce sont souvent les mêmes) parle d'ultra libéralisme en France, il faut leur rappeler que l'état dépense 67% au détriment du privé. C'est le pays le plus socialiste, alors plus c'est le communiste, et les dirigeants socialistes dictateurs s'en mettent tout de même plein les poches. Au moins les capitalistes réinvestissent, donc créent des emplois, quand les dictateurs communistes planquent leur argent dans les paradis fiscaux.

  • Par vangog - 07/05/2017 - 13:16 - Signaler un abus @Anguerrand et c'est le résultat de votre politique LR

    en collaboration/alternance avec les socialistes, pas le résultat de la politique FN!...

  • Par Yves3531 - 07/05/2017 - 15:15 - Signaler un abus @vangog

    en tout cas, ce n'est pas le programme économique gauchiste du FN qui risquait d'inverser cette désastreuse tendance. Ou alors, il faut nous expliquer en quoi les coûteuses mesures FN sur les retraites, minima sociaux ... pourraient inverser la tendance et nous éloigner du socialisme ...

  • Par Yves3531 - 07/05/2017 - 15:16 - Signaler un abus @vangog...

    et je MLP aujourd'hui, bien sûr pour d'autres raisons ...

  • Par Yves3531 - 07/05/2017 - 16:48 - Signaler un abus @vangog.

    bug: et je vote MLP aujourd'hui, bien sûr pour d'autres raisons...

  • Par lafronde - 20/05/2017 - 07:12 - Signaler un abus et notre régime liberticide se perpétue.

    De socialisme avoué, ou honteux (Chirac, Sarkozy), en progressisme, l'Etat ou mieux les politiciens qui le tiennent, s'occupent de tout ! Et aussi de la Presse audiovisuelle, avec le CSA et le "Service public audiovisuel". Ces medias sont si bien tenus qu'ils ont faussé le premier scrutin national de l'année. Non pas que les citoyens n'aient pas voté librement, mais ils n'ont pas eu accès à une Information impartiale et pluraliste, du moins s'ils se sont contenté des mass medias, ce qui est le cas de nombreux citoyens. Je soutiens que la régulation étatique de l'Audiovisuel, (via le CSA), si elle est laxiste, exonère les Rédactions de leur obligations professionnelles et contractuelles (déontologie et Charte des journalistes), et laisse libre cours au tropisme progressiste, nous avons alors une Presse non professionnelle, mais partisane. La campagne électorale de référence a donc été faussée, comme le sera la campagne Législative. Nul doute qu'une régulation libérale, par le marché, et l'abonnement donne une service d'Informations bien plus satisfaisant pour le citoyen. La preuve est sous nous yeux : Presse web et aussi Presse imprimée.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Drieu Godefridi

Drieu Godefridi est docteur en philosophie (Sorbonne), juriste, et dirigeant d'entreprise. Il est notamment l'auteur de Le GIEC est mort, vive la science ! (Texquis, 2010), La réalité augmentée (Texquis, 2011) et De la violence de genre à la négation du droit (Texquis, 2013).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€