Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 02 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Cette "France qui maquille les chiffres et triche sur les faits"... Ce que la charge violente d'un commissaire européen dit de nous

Les critiques à l'égard de la France, qu'elles viennent d'un commissaire européen ou d'un grand patron français, soulignent cruellement les maux de l'Hexagone : attentisme, immobilisme, et rejet de toute réforme. Des travers largement encouragés par le gouvernement qui ne veut surtout pas se confronter aux vrais problèmes.

Mise à plat

Publié le - Mis à jour le 25 Juin 2013
Cette "France qui maquille les chiffres et triche sur les faits"... Ce que la charge violente d'un commissaire européen dit de nous

Le PDG d'Axa a accusé le président de la république de refuser toutes les réformes et de se contenter de « replâtrage ». Crédit Reuters

« La France qui maquille ses chiffres et qui triche sur les faits… » L’accusation violente est d’un commissaire européen qui désespère des réactions de la gouvernance françaises face aux réalités de la situation économique.

 

Henri de Castries, le PDG d’Axa, 1e Groupe d’assurance qui est pourtant, lui habituellement si policé, s’est lâché publiquement cette semaine contre son ancien camarade de promotion à l’ENA , la fameuse promotion Voltaire , en accusant le président de la république de refuser toutes les réformes et de se contenter de « replâtrage »…

 

Les milieux européens et la presse allemande parle de maquillage, le milieux d’affaires parlent de replâtrage… on est en gros sur le même terrain.

La fin de semaine a donc encore été terrible pour François Hollande parce que tout, ce qui se passe, les chiffres, les projets, les discours, tout, démontre que la politique économique française s’installe à contretemps de la conjoncture mondiale


Pour les milieux d’affaires, c’est définitivement inquiétant et Pierre Gattaz élu au Medef à la succession de Laurence Parisot jugée trop conciliante, sait très bien qu'il doit son élection à l’engagement qu'il a pris de défendre le parti de l’entreprise. Son père avait été élu pour renouer le dialogue et trouver des compromis avec François Mitterrand. Lui sait très bien qu'il a été élu pour faire la guerre contre la bureaucratie et le conservatisme. Il la fera

Pour les milieux internationaux, à Bruxelles notamment, la France prend désormais le risque de plomber la situation des pays européens qui ont fait d’énormes efforts pour s’en sortir. En Grèce, en Italie , en Espagne et ou Portugal , on regarde l’immobilisme français avec un brin de colère . D’où le coup de gueule de Juan Manuel Barroso traitant « la gouvernance française de réactionnaire et le système français d’archaïsme ». Le président de la commission s’adressait en fait aux populations de l’Europe du Sud qui ont fait ce qu'il fallait pour mériter le bénéfice de la solidarité. Leur douleur n’aura pas été inutile. Mais pourquoi la France s’exonérerait-elle de ce qu'elle a demandé aux autres.

Le procès fait à la politique française est d’agir en permanence à contretemps de la conjoncture mondiale. Du coup, la France est incapable de profiter de cette conjoncture quand elle est en phase de reprise. Plus grave, l’économie française en dépit de sa puissance ne participe pas à la correction de cette conjoncture quand elle pique du nez. Elle reste en permanence à côté du film.


Acte 1. Quand François Hollande est arrivé au pouvoir, il y a un an, il a nié la gravite de la crise. Il a simplement essayé de faire des ajustements budgétaires en augmentant les ponctions fiscales d’un côté, et en distribuant des amortisseurs sociaux de l’autre. Le résultat c’est qu'en terme budgétaire, on n’a pas été capable de redresser les comptes publics d’où l’obligation d’aller pleurer un délai supplémentaire à Bruxelles. Mais le résultat c’est aussi qu'en terme économique, ayant découragé les créateurs de richesse que sont les chefs d’entreprise, la machine s’est asphyxiée d’où la récession et le chômage. Pendant ce temps-là, le monde entier, les pays émergents et les Etats unis, sont sortis de la crise.. Les pays européens du sud, qui ont fait des efforts considérables pour assainir leurs structures et améliorer leur compétitivité (le prix des actifs, des salaires et le montant des dépenses publiques a baissé de 30% en moyenne) ont pu monter dans le train de la reprise. La Grèce, l’Espagne, l’Italie, le Portugal sont sorti de l’enfer. C’est difficile mais ils sont sortis des zones dangereuses. La France elle, est restée entre deux-eaux 

Acte 2, quand l’Elysée à la fin de 2012, s’aperçoit que finalement la France va rester plantée, la gouvernance décide d’un plan de compétitivité et promet de faire des réformes de structures (flexibilité du travail, restrictions budgétaires et retraites). Sauf que la prise de conscience est trop tardive, les plans compétitivité sont trop compliqués et trop longs à mettre en œuvre, le CICE par exemple, le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, est incompréhensible donc inutilisable par la PME, et les réformes sont homéopathiques. Personne n’y croit

La réforme des retraites ne touchera pas les points que la gauche a sanctuarisés : l’âge légal de départ à la retraite, c’est sacré. Le système de la fonction publique et des régimes spéciaux, c’est sacré. Enfin ces reformes élimineront toute expérimentation d’un système complémentaire par capitalisation. La capitalisation reste un tabou, aux yeux des dirigeants socialistes

Acte 3, la France se berce d’illusions en pensant qu'elle pourrait attendre et rester en l’état, alors que la conjoncture a déjà changé.

Les banques centrales du monde entier y compris la BCE ont semble-t-il durci un peu leur intervention. Plus question d’ajouter des liquidités aux liquidités. Pour deux raisons, d’abord parce qu'il a des risques d’inflation notamment dans les pays à forte croissance. Ensuite parce que les banquiers centraux savent que la reprise a touché la planète toute entière sur des bases relativement saines. Pas question donc de perturber les équations de croissance avec de la monnaie de singe. Pas question de refaire l’erreur de l’an 2000 où on a, partout dans le monde alimenté la spéculation financière. Les milieux financiers et boursiers ont très vite tire les leçons, l’ensemble des bourses mondiales a chuté cette semaine dans la perspective d’une raréfaction des liquidités.

Mais ça ne veut pas dire pour autant que les financiers sont pessimistes. Ils pensent seulement que la croissance sera désormais plus sélective, moins financière, moins spéculative. Avec des taux d’intérêt plus élevés et des rentabilités plus fortes, fondées sur la véritable compétitivité des entreprises

En bref, alors que le monde entier se prépare a gérer un ralentissement plutôt sain de la croissance mondiale, la France en est encore à chercher les clefs du redressement. On ne pourra pas profiter de la croissance des autres (il aurait fallu le faire avant), on risque au contraire de plomber nos partenaires européens . On ne peut pas être plus à côté de la plaque qu’aujourd hui. D’où la fureur de Barroso et des européens. D‘où la colère d’un grand patron comme Henri de Castries. D’où l’avertissement d’un jacques Attali ou d’un Alain Minc qui disent la même chose : « la France est en train de rater le train de la modernité et de l’économie mondiale. Et de nous promettre un destin (un déclin) identique à celui de Venise ».

 

Tout ce qui s’est passé cette semaine, va à l’encontre des contraintes de la réalité

Quand les chinois confirment les menaces de fermer les portes du marché chinois, aux produits français en réactions aux velléités protectionnistes, la France s’enfonce dans le rapport de force qui sera perdu d’avance. Ce n’est pas, par une surenchère au protectionnisme comme se plaît à le crier Arnaud Montebourg qu'il faut répondre, c’est par un accord des européens pour engager une négociation multilatérale sur le modèle des accords OMC. Ça passe donc par une relation forte avec les allemands. Plutôt que d’engager un renforcement de l’unité européenne, la France se tourne vers Berlin et l’accuse de laxisme à l’égard des chinois. La partie est perdue.

Quand l’Insee annonce une prévision économique mauvaise mais que tout le monde attendait, les ministres de l’économie parlent d’un pronostic qui ne serait pas plus fiable qu'un pari sportif et François Hollande répète haut et fort lors de la conférence sociale qu'il fera baisser le chômage avant la fin de l’année. Ce que personne de sérieux ne peut croire. Sauf à maquiller les chiffres avec des créations d’emplois publics. Ce qui est étonnant c’est qu'il n’a aucun doute. C’est la grande crainte des milieux d’affaires qui sont assez bien renseignés sur ce que prépare la haute fonction publique. « François Hollande veut tellement avoir raison sur le terrain politique qu'il est capable de multiplier les emplois d’avenirs et les contrats aidés...l’unité de compte maintenant c’est 100 000. Alors qu'il faudrait renforcer les possibilités de créations d’emplois marchands dans les entreprises.. Décidément rien de changera…»

Les partenaires sociaux eux-mêmes commencent à être inquiets. Ils ne sont pas inquiets de l’audace mais… de l’immobilisme. Vendredi, à la fin de la conférence sociale sensée les préparer à une grande concertation sur la réforme des retraites, ils étaient complètement pantois. « On n’aura même pas à se battre pour défendre ce qui n’est pas attaqué…!».

Ils ne craignaient pas une réforme des systèmes, y compris dans la fonction publique, ils s’y étaient préparés. C’est une évidence. Ils voulaient simplement qu'on leur laisse négocier certains points mais le programme va au-delà de ce qu’ils avaient imaginé. Même à la CGT, on estime qu'il ne se passera rien. Pas de vagues, pas de risques. Du coup, et c’est un comble, les syndicats eux-mêmes pensent que le système par répartition ne tiendra pas.

D’ailleurs, répartition ou capitalisation, le ressort est le même. Dans la repartions, ce sont les actifs qui paient pour les inactifs. Dans la capitalisation c’est la même chose sauf que les retraites sont calculées de façon individuelle et souscrites volontairement. Mais dans les deux cas, la solidité dépend de l’activité économique et de la production de richesse. Pour tout le monde, l’effort principal devrait porter sur la dynamisation de l’activité. Si l’activité revenait, tous les problèmes ne seraient pas réglés certes mais les plus lourds oui. Dans les syndicats, on ne serait nullement opposé à l’introduction d’un régime complémentaire par capitalisation qui pourrait (ou pas) être abondé par l’Etat mais qui, au bout du compte s’appuierait sur l’effort contributif de chacun. Après tout la CGT elle-même connaît bien cette mécanique puisque c’est elle qui est à l’origine de la Préfon, système de retraite par capitalisation réservé depuis l’origine aux fonctionnaires mais qu'on pourrait ouvrir à tout le monde. C’est d’ailleurs un comble, les seuls bénéficiaires d’un régime par capitalisation à contribution individuelle et volontaires sont les fonctionnaires

Le président d’Axa a commencé un lobbying d’enfer pour la formule. il y a intérêt mais pourquoi pas ? Une grande compagnie d’assurance internationale doit avoir autant d’expertise et de compétence pour gérer un fond de retraite qu'une association paritaire sous tutelle de l’Etat français. Peut-être même plus !!! Sait-on jamais.

Les syndicats auraient préféré que le président de la république en parle le premier. Ça leur aurait facilité le travail. Pour l’instant, cette réforme attendue et nécessaire est morte avant même d’avoir été présentée. Au nom d’une application un peu étroite du principe de précaution sociale

Décidément, sur l’énergie comme sur le social, le principe de précaution tient lieu de stratégie.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par German - 22/06/2013 - 10:05 - Signaler un abus Ils ne vont jamais s'attaquer aux problèmes...

    La classe politique, et encore moins la gauche, ne va jamais s'attaquer aux problèmes réels car cela implique, de facto, de perdre les prochaines élections, donc sa rente de situation.

  • Par la saucisse intello - 22/06/2013 - 10:13 - Signaler un abus Arrêtez donc........

    de vous focaliser sur la préfon. TOUT LE MONDE a la possibilité de constituer SA retraite privée. N'importe quelle banque le fait. Il y a en outre des organismes spécialisés. Vous ouvrez un compte et tous les mois vous versez. Ca n'est pas compliqué, la preuve : J'y suis arrivé ! Et vous ne demandez rien à personne. Et vous n'attendez rien de personne. Vous faites votre pelote à votre rythme, tranquillement et sans bruit. Parce qu'arrivé à la retraite, attention, les revenus vont salement dégringoler ! Alors c'est vrai, vous serez obligé(e) de vous passer de tout un tas de conneries (inutiles d'ailleurs !) mais à 65 ans vous serez content de palper soit en rente (c'est à mon avis le mieux !) soit en capital. Ca ne demande qu'un minumum de jugeotte. Ca veut donc dire qu'il faut laisser les politiques en dehors de ça !

  • Par Benvoyons - 22/06/2013 - 10:22 - Signaler un abus Caton a demandé aux ENA de la Fonction Publique de rédiger

    un rapport pour dire "il y a déjà une égalité, et une réforme ne peut se faire en stigmatisant les Fonctionnaires. Les 10 « sages » de la commission Juges et partie : . Yannick Moreau, ENA, Conseil d’État . Anne-Marie Brocas, ENA, Inspecteur général des Affaires sociales . Sylvie François, ENA, DRH de La Poste . Florence Parly, ENA, Conseil d’État . Dominique Libault, ENA, Conseil d’État . Didier Tabuteau, ENA, Conseil d’État . Cécile Van de Velde, universitaire, maître de conférences . Didier Blanchet, chef du département des études économiques à l’INSEE . Daniel Cohen, professeur d’économie . Serge Volkoff, administrateur INSEE Quidam post

  • Par boblecler - 22/06/2013 - 10:28 - Signaler un abus les sophismes de jean marc sylvestre avec des prismes déformant

    L'autre oublie que la principale difference entre ménages francais et europeens est qu' on est les moins endettés d'europe. Le vrai débat à poser est le recours au prêt hypothécaire fin du délit d'usure. Les entrepreneurs ne sont pas financés par les banques francaises sachant que seuls 2% des 4000 milliards d'Epargne nationale sont investis en action. Le medef capitaliste a demandé la fin des auto entrepreneurs. Tout le monde peut investir dans les perp et perco.

  • Par Jeffouille91 - 22/06/2013 - 10:29 - Signaler un abus Si j'ai bien compris.....

    dans une promo de l'ENA , les meilleurs deviennent assureurs , banquiers ou grands patrons , et les plus mauvais politiques , avec pour le plus mauvais des mauvais le palais de l'Elysée comme niche .

  • Par Eowyn - 22/06/2013 - 10:31 - Signaler un abus La France est contributeur net

    La France est contributeur net au budget européen. Donc, à part "merci", les autres pays et les commissaires européens n'ont rien à nous dire. Si Bruxelles trouve que la France plombe l'Europe, ça tombe bien car, moi, je trouve que l'Europe plombe la France. On devrait donc trouver facilement un terrain d'accord pour que notre pays sorte de ce m erdier.

  • Par ChicodoBrazil - 22/06/2013 - 10:40 - Signaler un abus La Gauche éminament politique

    Les yeux fermés, arrivés au pouvoir en stigmatisant tous ceux qui n'étaient pas comme eux, et forcément à l'origine de tous les maux de notre société, la Gauche n'a qu'une mission divine : faire de la politique de gauche et peu importe qu'on lui montre clairement qu'elle fonce droit dans le mur, tête baissée...parce que merde aussi, c'est tout ce que le lisier a souhaité ardemment, on va donc lui en donner pour son pognon (enfin son peu de pognon, la Gauche aime le pauvre qui vote pour elle) De l'ultra-protection du fonctionnaire, au pseudo regroupement familial (la polygamie et ses avantages c'est maintenant) des enfants algériens non-nés en France pour dilapider une mane au titre de prestations familiales, en passant bien entendu par la crucifixion de l'entrepreneur quel qu'il soit (l'initiative est liée à l'intelligence, ça pue); on surfe sur un éléctorat d'importation, un éléctorat de frustrés, un éléctorat de fonctionnaires englués... On ferme les yeux sur ses propres dérives, mais on abat la foudre sur un pauvre étudiant de 23 ans (les aménagements de peine n'ont pas trouvé à s'appliquer pour lui), il paiera son insoumission au parti, le politburo veille, à quand le goulag?

  • Par Imragen - 22/06/2013 - 10:47 - Signaler un abus Si j'ai bien compris

    Dans 2 a

  • Par Equilibre - 22/06/2013 - 10:52 - Signaler un abus La route de la servitude

    Même si l'UE nous plombe plus qu'autre chose, et que barroso est un gros abruti, force est de constater que la soviétisation de l'économie se passe mal. Bah, soviétisation de l'économie, destruction interne de la France par remplacement, qui a pu croire que ceci marcherait? La chute de babel approche...

  • Par jrnatlantico - 22/06/2013 - 10:55 - Signaler un abus "La Grèce, l’Espagne, ... sont sorti de l’enfer"......!!!!?

    M. Jean-Marc Sylvestre pense t'il que les pays qu'il cite sont sortis de l'enfer ?!!!! Mais rien que cette citation démontre sont incroyable incompétence ou ignorance de l'état dans lesquels vivent les habitants de ces pays : Leurs économies ont été détruite par les injonctions maladroites et inadaptés qu'on leur a imposé !

  • Par Imragen - 22/06/2013 - 10:55 - Signaler un abus Si j'ai bien compris

    Dans 2 ans, on rejouera l'opération survie de la Grèce. Mais cette fois ce sera la France qui sera au centre. Hollande doit être somnambule : il rêve en marchant. J'aime bolecler, il a toujours une explication rassurante qui montre que la France est mieux que les autres. Ca fait du bien au moment où le chômage atteint des records, que la dette ne cesse de croître, que le déficit augmente. Il y a d'incorrigibles optimistes qui pensent que cela pourrait être pire !!!

  • Par lutino - 22/06/2013 - 10:58 - Signaler un abus un bemol

    JM Sylvestre devrait nous expliquer ou il voit la reprise .Dans les émergents, c 'est plutôt un ralentissement , aux USA c est un tres faible mouvement de hausse, en Europe du sud, on reve d 'une reprise .Enfin l' Asie donne des signes d 'essouflement .Les seules reprises qu'il y a sont sectorielles

  • Par PMT007 - 22/06/2013 - 10:59 - Signaler un abus Quand on cache...

    Quand on cache quelque chose, c'est qu'il y a encore plus gros en dessous. J'espère me tromper.

  • Par brennec - 22/06/2013 - 11:06 - Signaler un abus mauvaise foi

    Les émergeants ne sont pas sortis de la crise bien au contraire, Brésil et Chine non seulement n'en sont pas sortis mais l'ont au contraire approfondie. La grèce le Portugal et l'espagne sont dans un état pitoyable et auront besoin bientot d'une nouvelle innondation d'euros pour survivre, a tel point que le FMI avoue s'étre trompé. Il est vrai que la france elle pratique le faux semblant tout le monde peut s'en apercevoir et c'est l'une des raisons de l'extraordinaire popularité de notre présidérant. Il n'y a nul besoin d'ajouter la mauvaise foi pour plomber le bilan.

  • Par La Nabote - 22/06/2013 - 11:41 - Signaler un abus François Hollande à côté de la plaque

    A vouloir coûte que coûte restaurer un socialisme qui est révolu depuis quelques années déjà en Europe, FH fonctionne effectivement à contre-courant non seulement du reste de l'Europe mais aussi du reste du monde. Les pays émergents ne subissent plus notre volonté, par contre nous, nous devons compter avec la leur et faire avec leur émergence de plus en plus présente. De plus, FH est persuadé d'avoir un destin grandiose en Europe mais pour cela il lui faut la chute de Merkel qu'il espère à l'automne, donc il attend et la France avec. La politique de Hollande n'est basée que sur des paris chimériques. Seuls ses partisans peuvent le croire, mais en Europe personne ne le suit, en France de plus en plus doutent. Une telle politique idéologique et délirante met la France dans une situation critique.

  • Par Ravidelacreche - 22/06/2013 - 11:53 - Signaler un abus Et le Corrèze elle va comment ?

    La Corrèze est le département le plus endetté de France. La dette du département géré par François Hollande depuis 2008 s'élève à 363 millions d'euros, soit un peu plus de 1.500 euros par habitant.

  • Par gliocyte - 22/06/2013 - 11:54 - Signaler un abus C'est le ième article

    qui ne fait que constater toujours les mêmes choses et qui ne fait que les déplorer. C'est le mur des lamentations. Et si, pour changer, on cherchait toutes les solutions pour mettre un terme à l'agonie et renvoyer cette bande de dangereux incapables? Parce qu'eux, ils vont aller jusqu'au bout et vous proposer l'euthanasie de la France, c'est dans leur programme! Coupés de leurs cruels liens, les Français pourront ainsi monter plus haut que leurs voisins et FH aura enfin ce qu'il recherchait... via la mort de NOTRE pays.

  • Par la saucisse intello - 22/06/2013 - 12:00 - Signaler un abus Encore ce matin.......

    Mon père me disait "tu vois, mon fils, quand je vois le bordel que c'est en bas, j'aurais du t'épargner la croix, les clous, l'éponge et le vinaigre !" Là-dessus, je suis bien d'accord avec lui ! D'autant que la croix, elle est pas arrivée en haut toute seule ! Heureusement, déja Simon était là......Deux mille ans plus tard, il y est toujours !

  • Par Berseker - 22/06/2013 - 12:01 - Signaler un abus Politiquement correct... A Gauche!!!...

    N'a rien fait avant, ne fait rien MAINTENANT, fera tout pour ne rien faire afin d'être réélu!...

  • Par rudi11 - 22/06/2013 - 12:08 - Signaler un abus des sectaires intolerants

    ils vivent de theories fumeuses, et refusent la réalité nette et crue- impossible de faire des propositions valables sans connaitre les vrais chiffres des mois de carnaval pour un mariage qui n est pas une affaire d intérêt général, mais seulement d un lobby qui helas a pris paris en otage, et tout le reste à l avenant !! la suisse organise de s referendums tous les ans, et en france on les refuse à grands cris, par haine des citoyens.

  • Par ricouti - 22/06/2013 - 12:15 - Signaler un abus Barroso : quelle est la

    Barroso : quelle est la légitimité de ce rond-de-cuir ?

  • Par Pihoui - 22/06/2013 - 12:16 - Signaler un abus J.M Sylvestre parodie Hollande

    En général j'apprécie les "papiers" de Jean-Marc Sylvestre. Mais celui-ci me déçoit un peu, même si sur le fond, je le rejoins. Non des Pays comme la Grèce, l'Espagne ou le Portugal ne sont pas sortis ni de l'auberge ni de la crise ni de l'enfer ! Et que dire aujourd'hui du Brésil ? Pourquoi reprendre presque mot pour mot les propos de Monsieur Hollande ? La situation de ces Pays est de plus en plus explosive. Passons.... En revanche, sur le fond, si reprise il y avait, la France ne parviendrait pas à suivre le train. Hollande & Co nous ont chaussés de sabots de plomb depuis leur "avènement". Une nouvelle crise arrivera avant même que nous n'ayons réussi à lever les pieds ! Et ce ne sont pas les annonces de création massive d'emplois fictifs et publics qui vont nous rendre plus légers à la marche ! L'effet sera directement inverse.

  • Par bzh56 - 22/06/2013 - 12:17 - Signaler un abus Sacré Monsieur Sylvestre ...

    Déçu par l'absence d'injustice envers les fonctionnaires , le voici qui sort du bois ! La répartition quelle horreur , vive la capitalisation ... Et peu importe que nombre d'américains aient été ruinés par ce système en 2008 .De plus le mensonge n'est pas absent : prétendre que la Préfon est le seul organisme de retraite par capitalisation c'est oublier - volontairement car Mr Sylvestre est bien informé - les "contrats Madelin" réservés à ses amis des professions libérales . Et que dire des revenus qu'ils tirent de leurs placements immobiliers ? CHUT ...

  • Par Benvoyons - 22/06/2013 - 12:25 - Signaler un abus bzh56 - 22/06/2013 - 12:17 Pour info

    http://lequidampost.fr/halte-aux-cliches-un-retraite-aux-usa-est-bien-mieux-traite-quen-france/

  • Par fredr31 - 22/06/2013 - 12:34 - Signaler un abus Oui mais bon

    Pour moi qui suis ingénieur, donc toujours en prise avec le réel, le constat est simple : de droite ou de gauche, aucun de nos hommes politiques ne peut ou ne souhaite faire évoluer notre société. Sarkozy avait quelques velléités, bien vite enterrées dans son besoin de séduire, Hollande, tout le monde savait à quoi s'attendre avant même qu'il soit élu. Les français sont déçus ? Ils ont perdu de l'argent (heures sup) ? La retraite va être durcie ? L'éducation nationââââle est toujours le même foutoir scandaleux alors qu'il est obligatoire de les payer et qu'ils n'ont aucune obligation de résultat (# 150 000 jeunes sortent sans qualif tous les ans) ? Les entreprises s'étiolent doucement et le chômage explose ? Très franchement, qu'ils crèvent ! Voter sans réfléchir autrement que pour se dire "tout sauf Sarko" amène là où nous sommes aujourd'hui. Pour ma part je vais trouver des solutions perso, pour mes enfant (études et installation ailleurs, en Europe ou Asie mais surtout pas en France), et je me fous bien de ce qu'il va advenir de ce pays de vieux, mollasson, conservateur, lâche. Heureusement qu'on y mange bien, je viendrai y faire des circuits gastronomiques

  • Par boblecler - 22/06/2013 - 12:41 - Signaler un abus Faux SARKOZY nous a trompé

    Faux SARKOZY nous a trompé sur les bad banks allemandes http://www.atlantico.fr/decryptage/largement-aussi-inquietant-que-espagne-ou-portugal-pourquoi-devriez-interesser-aux-bad-banks-allemandes-pascal-ordonneau-764594.html et HOLLANDE a insisté sur la supervision européenne bancaire à laquelle L' Allemagne ne veut pas se soumettre. Tel est le problème à résoudre. Les bad banks seront remboursés aux Etats via la titrisation en mélangeant des actifs rentables avec des actifs risqués. Comme l'a fait les USA après le scandale des caisses d'Epargne en les fusionnant et mettant ces parts de bad banks dans les subprimes.

  • Par boblecler - 22/06/2013 - 12:45 - Signaler un abus Les hommes politiques veulent

    Les hommes politiques veulent bien faire évoluer notre société puisque le privé a le perp et perco pour la retraite et la fonction publique a le perco pour augmenter la masse critique des capitaux d'Epargne long terme avec des incitations fiscales car les placements sont exemptés de l'impôt sur le revenu jusqu'à la retraite et les articles 82 et 83 "clauses parapluie" et les lois madelin. Le problème vient des banques et des assurances car sur 4000 milliards d'euro d'Epargne seul 2 sont en actions. Donc il faut des business angels, plus de lbo, plus de boites d'affacturage et de capital risque et plus de crédit bailleurs avec des taux négatifs ou de un pourcent pour le refinancement, il faut donc privilégier les investissements industriels sachant que les produits de grès à grès seront bientôt sur des chambres de compensation. Fini la grosse spéculation.

  • Par troiscentsalheure - 22/06/2013 - 13:00 - Signaler un abus A boblecler

    Les grandes banques françaises ont fait le ménage. Sarkozy n'est plus président. http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/06/21/20002-20130621ARTFIG00700-l-essentiel-de-la-facture-incombera-sans-doute-au-contribuable.php

  • Par Glabre et Ingambe - 22/06/2013 - 13:14 - Signaler un abus Le problème de la France vient de son complexe administratif

    Le problème de la France vient de son complexe administratif pléthorique ; un cancer qui prospère sur l'existence du "Statut de la fonction publique", jamais remis en cause (ni réactualisé) et dont certains intérêts de classe et de caste ont fait un abus répété.

  • Par sheldon - 22/06/2013 - 13:28 - Signaler un abus Mais le problème de la France vient des FRANÇAIS EUX MEMES !

    Ils ont en 2007 cru, ou voulu croire, les slogans de Sarkozy en 2012 ils se sont bercés d'illusions étatistes avec les socialistes et Hollande qui devrait être jugé par un tribunal pour promesses absolument mensongères, alors qu'il savait que c'était impossible et ils sont prêts à voter pour Bleu Marine qui a un programme économique aussi ridicule que celui de Chavez (celui de son père tenait la route mais n'était pas assez démagogique pour les Français !) donc que les Français ne se plaignent pas la nullité est leur choix !

  • Par A.G - 22/06/2013 - 13:30 - Signaler un abus Simple constat économique...

    Socialisme + hollandisme ... Ce sont de braves gens, en majorité honnêtes, (pas des gestionnaires, plutôt des irresponsables), qui ont pour principe que pour trouver l'argent nécessaire au maintien de leurs avantages sociaux et divers privilèges, il suffit d'augmenter les impôts et taxes !!! Avantages sociaux et privilèges faciles à calculer, (malgré les négations des bénéficiaires), en rapport de l'ensemble de ce dont disposent la population majoritairement payeuse, à travail et emploi égal. Prélèvement d'argent représentant une ponction actuelle de près de 60 % de ce que produit en richesse le secteur privé et ses salariés... Un grave problème national car créateur de chômage, les entreprises privées et leurs employés, de par l'exagération de ces prélèvements dis obligatoires, additionnés à des réglementations et lois n'ayant plus nie sens ni raisons pour un grand nombre, ont perdus toutes compétitivités sur les marchés nationaux, et en plus grave, internationaux. Tout le monde le sait sauf, apparemment les bénéficiaires et leurs syndicats.

  • Par A.G - 22/06/2013 - 13:32 - Signaler un abus Suite

    Ce qui me fait poser la question, si le secteur privé ne paye plus, ou paye moins, ( perte des marchés, donc moins de vente entraînant, la diminution des bénéfices et l'augmentation du chômage, soit la baisse automatique des collectes d'impôts et taxes). Ce qui obligatoirement va se produire et même a commencé à se produire ... http://www.lecontrarien.com/baisse-surprise-des-rentrees-fiscales-10-06-2013-edito Qui va payer ces privilèges et avantages sociaux ??? Un simple raisonnement mathématique bien connus depuis l'école primaire en donne le résultat ... Et ils ne sont pas utopiques ces résultats, la Grèce les connait bien ... Mes visions politico-économiques http://alaingiraud.eklablog.com

  • Par fabien775 - 22/06/2013 - 13:54 - Signaler un abus Sortir de l' Euro

    C'est la seule solution même si cela signifie en baver 2 ou 3 ans. Ce sera moins pire que de s'enfoncer petit à petit dans la dépression avec aucune perspective d'avenir.

  • Par géodith - 22/06/2013 - 13:58 - Signaler un abus Maquillage, replatrage...

    c'est la boite à outil ! " Pendant ce temps-là, le monde entier, les pays émergents et les Etats unis, sont sortis de la crise" Non, ils n'en sont pas là...Quand même ! Mais nous on descend, on descend, jusqu'à leur niveau. Français, descends dans la rue avant qu'il ne soit trop tard, arrete l'hémorragie. Qui peut lancer une telle action ?

  • Par boblecler - 22/06/2013 - 14:01 - Signaler un abus Bah non les banques n'ont pas

    Bah non les banques n'ont pas fait le ménage car l'allemagne refuse toujours la supervision bancaire européenne et SARKO était encore président pendant six mois et il a foutu la merde en France ..... http://www.atlantico.fr/decryptage/largement-aussi-inquietant-que-espagne-ou-portugal-pourquoi-devriez-interesser-aux-bad-banks-allemandes-pascal-ordonneau-764594.html http://www.slate.fr/story/74021/audition-condamin-gerbier-senat

  • Par vangog - 22/06/2013 - 14:01 - Signaler un abus Flamby est un pantin manipulé par son éminence grise, Sapin,

    idéologue de la décroissance, et par les minorités de pression qui ont élu Flamby, après avoir colonisé les Médias et les corps intermédiaires: Homosexuels, Immigrationnistes, écolos et Féministes archaïques... Flamby n'a pas assez d'énergie pour réformer et il ne pourra rien contre ces Lobbies dont la puissance est décuplée par leur pouvoir médiatique usurpé. Même l'Europe n'est pas assez puissante pour animer notre pantin national. Il y aura donc plus d'énervement et d'exaspération, au fur et à mesure d'une décroissance Française irréversible. Il ne fallait voter ni pour Mitterrand, qui nous a légué sa dette et la corruption des grands corps d'état et intermédiaires, ni pour Flamby le pantin désarticulé et réactionnaire!

  • Par gliocyte - 22/06/2013 - 14:25 - Signaler un abus Non à l'euthanasie

    Cet article ne fait que constater toujours les mêmes choses pour les déplorer. C'est le mur des lamentations. Et si, pour changer, on cherchait toutes les solutions pour mettre un terme à l'agonie et renvoyer cette bande de dangereux incapables? Parce qu'eux, ils vont aller jusqu'au bout et vous proposer l'euthanasie de la France, c'est dans leur programme! Coupés de leurs cruels liens, les Français pourront ainsi monter plus haut que leurs voisins et FH aura enfin ce qu'il recherchait... via la mort de NOTRE pays.

  • Par JanniV - 22/06/2013 - 14:45 - Signaler un abus Sans espoir

    Utterly hopeless lot!

  • Par Salaudepatron - 22/06/2013 - 15:34 - Signaler un abus Il faut que la France tombe encore plus bas !

    C'est la seule solution pour que les Français sortent de leur léthargie et réalisent enfin qu'ils vivent au dessus de leurs moyens, depuis des décennies. C'est le seul moyen pour tailler des les effectifs pléthoriques de fonctionnaires et pour sabrer dans la gabegie étatique, qui plombe toute notre économie ! Ça sera très douloureux pour beaucoup d'assistés et pour tous les fonctionnaires, mais il n'y aura plus d'autres possibilité, donc le peuple y consentira dans l'amertume. J'espère que Flamby va continuer à bien nous plomber le pays ( je l'avoue, j'ai toute confiance en lui pour ça. ), pour qu'on puisse enfin repartir rapidement sur quelque chose de plus motivant que cette descente aux enfers actuelle ! la France a du potentiel, mais il faut la libérer du poids de l'état et de ses assistės !

  • Par giuliano ramoscelli - 22/06/2013 - 15:43 - Signaler un abus Grotesque

    Vous me trouverez sans doute sarcastique, mais la soi disant "fin de crise" pour d'autres pays, tels que l'Italie, l'Espagne, le Portugal, ou pire encore la Grèce, elle a eu lieu à quel moment? On a dû louper un épisode... C'est à hurler de rire, tant c'est incroyable, monumental, et surtout grotesque que d'affirmer une telle chose! Ces quatre pays sont au plus bas historiquement, et on nous rabache de jour en jour que rien ne pourrait inverser la tendance, sauf une politique encore plus axée sur la mondialisation, et que l'on ne nous suggère plus, mais qu'on souhaite nous vendre comme une évidence! La vraie erreur est de continuer à mettre à sac volontairement l'économie comme on est en train de le faire pour justement nous fournir ça comme solution miracle à tout ce problème. Reste à savoir combien de temps tout cela va prendre, mais ce n'est clairement pas une bonne décision. Nous risquons de refaire la même erreur que Jules César avec l'empire romain, Gengis Khan avec l'empire mongol, ou encore Adolf Hitler avec l'Allemagne. Méfiance

  • Par ZOEDUBATO - 22/06/2013 - 16:24 - Signaler un abus Enfin une analyse lucide de l'enfumage depuis mai 2012

    Ge rajouterais que si le Public refuse tout effort et réduction de ces privilèges nous allons vers une opposition frontale entre privilégiés (Public, élus, syndicats ,etc..) et citoyens Nous ne somme plus en zone politique mais en zone de risques d'affrontement type Brésil entre Etat et Citoyens

  • Par cbrunet - 22/06/2013 - 16:24 - Signaler un abus 80' !

    Malheureusement c'est cette France que nous connaissons depuis trente ans. Une génération ! Comment s'en sortir tant que les héritiers de "l'arsouille" tiennent toutes les manettes ? L'espoir . Avec hollande,on peut se dire que le summum de l'incompétence et de la prévarication ont été atteint . Vivement demain !

  • Par Gustave - 22/06/2013 - 17:01 - Signaler un abus La CGT apprécie

    Et la CGT maintiendra une petite grève par solidarité avec ce gouvernement afin de laisser croire qu'il aura tenté quelque chose pour rétablir l'équilibre des retraite.

  • Par nochebuena53 - 22/06/2013 - 18:02 - Signaler un abus On dit, on dit !!!

    Cet article parle d'emplois marchands, tout à fait d'accord. Mais quand le pays va mal, quand les inégalités sont grandissantes, qui descend dans la rue, toujours les mêmes, les salariés, les chômeurs, bientôt les retraités..... Les patrons industriels, dit secteur marchand, se plaignent d'etre trop imposés, impôts, charges, taxes. Ils se heurtent aux guignoles qui nous gouvernent pour imposer leurs idées, alors pourquoi une fois n'est pas coutume ces dirigeants cravatés, ces cadres, ne descendraient pas dans la rue, pourquoi ne fermeraient ils pas tous les sites industriels et économiques jusqu'à ce que Hollande reconnaisse sa bouffonnerie, son incompétence économique et sociale, et accepte de mettre en place une réelle politique compétitivité internationale. Il faut donner un électrochoc a nounours, imaginez la France paralysée par une grève générale avec les patrons en tête,les employés, les assurances vu que le PDG d'AXA s'exprime dans l'article, agriculteurs.....mais surtout pas les services Public , SNCF, RATP, enfin tous ceux qui sont surprotégés par cet état de nazes et ont votés pour ces bouffons. Peut être réagiraient ils et ils bougeraient leurs culs dans le bon sens.

  • Par un_lecteur - 22/06/2013 - 18:17 - Signaler un abus En vrille, comme l'airbus rio paris

    C'est comme l'airbus Rio Paris, le commandant dormait, l'airbus est parti en vrille et l'équipage n'y a rien compris jusqu'au bout. Jusqu'à l'écrasement. l'immobilisme conduira inévitablement à une impasse, et à des crises violentes. Le plus tôt sera le mieux, comme pour une opération du cancer. Pou'r les retraites, le problème est démographique. Je ne vois pas en quoi le fait de passer de répartition à capitalisation y changerait quelque chose. La retraite consistera toujours à ponctionner ce que produisent les actifs. Sauf si la capitalisation consiste à stocker des boites de petits pois et de cassoulet.

  • Par xoriteia - 22/06/2013 - 18:24 - Signaler un abus et bien ...oui....

    ...tout cela nous le savions mais au nom d' un anti-sarko primaire nous avons voulu fermer les yeux et bien voilà le résultat....le monde se fout de notre G..........LE , nous prenons des claques tous les jours et le président de peu de Français se permet d' aller faire des jeux de mots douteux en plein drame à Lourdes ! Quand cessera -t-il cette provocation , jusqu' à quand il se cachera derrière son INCOMPETENCE ? Pauvre FRANCE tu tombes en cendre , où as-tu mis ce qui fait de toi "" LA FRANCE "".................LA FIERTE ????

  • Par HarryCover - 22/06/2013 - 18:29 - Signaler un abus a mourrir de rire...

    Les français sont des veaux disait le Général De Gaulle. Et il avait RAISON. Sauf qu'il insultait sacrément les veaux ! On n'a que ce que l'on mérite dans la vie. Ni plus ni moins. Quand on est con, on est con (Georges Brassens)

  • Par shaï - 22/06/2013 - 18:33 - Signaler un abus Pour sortir, de cette crise ?

    On revient aux 40 heures ? (Quarante heures effectives) On cesse de payer tous les tricheurs ou les improductifs ? (De la plupart des députés et autres sénateurs, aux chômeurs qui bossent au black) On élimine les avantages éhontés des présidents de ceci, de cela ? On nomme des techniciens, au mérite, pas des bateleurs, aux postes décisionnaires ? On interdit les pauses café, pauses cigarettes, on limite les pauses pipi ? On reprend le versement de la paye mensuelle en espèces ? On rétablit un service - au choix - militaire, militaro civique ? Le respect des adultes dans les écoles redevient LA priorité (Et bonnet d'ânes pour les parents zoutrés) On instaure - sanctions financières incontournables à la clef - l'obligation de résultats pour tous nos élus ? On leur interdit TOUS les déplacements inutiles (Inondations, enterrement d'un politique étranger, mariage d'un tiers, gay ou pas, gesticulations télévisées à Marseille, Calvi ou Alger... ) ? Les arrêts maladie, accidents de travail sont tous passés à la loupe ? On relance la mode des bagnes, boulets et chaînes aux pieds ? (Pour les violeurs, assassins) On refait le monde ? D'accord, d'accord, je prends la porte.

  • Par lin - 22/06/2013 - 18:47 - Signaler un abus Ridicule

    Ce pauvre Sylvestre raconte n'importe quoi, les PIGS sont dans une merde noire et pas près d'en sortir. Les US et le Japon restent à la surface grâce à une politique monétaire expansionniste, tout le contraire de la zone euro dont même le FMI critique la politique économique. La politique hayékienne , même pas friedmanienne, menée en Europe est en train de la couler. Ces hayékiens sont des cons irrécupérables.

  • Par papillom - 22/06/2013 - 18:50 - Signaler un abus fonctionnaires et tirage au sort

    seul le gain au jeu du loto ou le tirage sont acceptés sans discussion par les français, donc tirons au sort chaque trimestre 2% des fonctionnaires de tous âges, postes et compétences et donnons leur une indemnité de licenciement comme un employé privé ... nous aurons résolu le plus important problème de notre pays, nous avons trop de fonction publique pour nos faibles moyens !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaine BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€