Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 02 Octobre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Cette faille technique dans les applications de localisation de smartphones qui pourrait vous désigner à tort comme le voleur

Au mois de juin, la police a même fait irruption dans l'habitation du couple, à la recherche d'une adolescente déclarée disparue par ses parents.

Pris pour cible

Publié le
Cette faille technique dans les applications de localisation de smartphones qui pourrait vous désigner à tort comme le voleur

Christina Lee et Michael Saba forment un jeune couple qui a récemment décidé d'emménager dans une maison de la banlieue d'Atlanta, aux Etats-Unis. Après seulement un mois de vie commune sous le même toit, une famille visiblement très en colère est venue frapper à leur porte, exigeant de récupérer un téléphone volé. Deux mois plus tard, un groupe d'amis est venu formuler la même demande. Depuis un an, il est même arrivé que le couple soit confronté à ce type d'événement fâcheux une fois par semaine.

Les visiteurs viennent frapper à leur porte à toutes les heures de la journée, et parfois en plein milieu de la nuit, dans certains cas accompagnés de policiers.

Tous déclarent la même chose : le logiciel de géolocalisation de leur smartphone indique que l'appareil volé se trouve dans la maison du couple. Seulement, aucun téléphone ne s'y trouve, et le couple ne cesse de se défendre de ces accusations, après avoir été désigné comme coupable plus d'une dizaine de fois depuis février 2015. Si la majorité des plaignants croient en leur bonne foi, certains ne veulent pas mettre en doute leurs applications et restent suspicieux à l'égard du couple. "Ma plus grande crainte est de recevoir la visite d'une personne violente ou dangereuse à (…) Quand cela arrivera, je doute que nos explications polies ne suffisent", explique Saba, cité par Fusion.net.

Les gens peuvent en effet se montrer assez pugnaces quand leur joujou technologique a disparu, et les choses peuvent parfois s'envenimer… quand ils ne cherchent plus seulement un téléphone, mais une personne. Au mois de juin, la police a fait irruption dans l'habitation du couple, à la recherche d'une adolescente déclarée disparue par ses parents. Lee et Saba ont dû rester assis dehors devant leur maison pendant plus d'une heure, pendant que la police tentait d'obtenir un mandat pour inspecter leur habitation, afin de retrouver le téléphone, mais surtout l'adolescente. Saba n'a même pas été autorisé à pénétrer dans sa propre maison pour utiliser les toilettes. Depuis cette succession d’événements, le couple vit dans la crainte permanente de voir un jour la police enfoncer la porte de leur habitation, ce qui s’est déjà produit dans le passé à cause d’erreurs similaires.  

Si tous ces smartphones volés ou perdus sont localisés au même endroit, cette anomalie virtuelle semble bien être leur seul et unique point commun. Les utilisateurs mécontents viennent réclamer aussi bien des iPhones, que des smartphones de marque Android, et ils étaient tous dotés de forfaits provenant de différents opérateurs. Il est ainsi très complexe de comprendre pourquoi cette maison de la banlieue d’Atlanta est désignée comme le lieu de convergence virtuel de tous ces appareils égarés. Mais il ne s’agit pas d’un phénomène inédit dans le domaine des technologies. Il y a plus de deux ans, une habitation de Las Vegas avait également été désignée par les systèmes de localisation des téléphones sur le réseau de Sprint. Après une investigation, les spécialistes ont réalisé que cette habitation se trouvait au centre de la zone de desserte d’une antenne de l’opérateur Sprint. Cet endroit s’affichait par défaut sur le logiciel quand il n’était pas possible de localiser un appareil avec précision.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€