Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 26 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Cette excellente raison pour laquelle vous n’entendez plus parler du cauchemar de la fin du pétrole

L'industrie du pétrole s'est réunie à Londres ce mercredi 10 février pour son rendez-vous annuel. Et une conclusion émerge : le monde n'en a pas fini avec la baisse des cours pétroliers. Mais contrairement à ce que l'on pourrait penser, le déséquilibre annoncé entre l'offre et la demande est loin d'en être la raison principale.

Or noir à gogo

Publié le
Cette excellente raison pour laquelle vous n’entendez plus parler du cauchemar de la fin du pétrole

Atlantico : Le baril de pétrole se négocie aujourd'hui en deçà des 30 dollars, soit son plus faible niveau en 12 ans. Comment expliquer que malgré cette baisse, l'offre paraît incapable de s'adapter, notamment dans le cas des États-Unis ?

Stephan Silvestre : En premier lieu parce que la production pétrolière, et plus généralement minière, est caractérisée par d’assez fortes latences : les investissements sont engagés pour de longues périodes, notamment les infrastructures (pipelines, routes, unités de traitement…) et les exploitants doivent les amortir, même si les cours sont bas. Ensuite, parce que la concurrence fait rage au niveau mondial : à l’époque des prix élevés, la prospection a révélé de nouvelles zones pétrolifères, en particulier dans des zones éloignées des régions géopolitiquement sensibles, et les exploitants cherchent, là aussi, à amortir les coûts de prospection.

Enfin, pour ce qui concerne plus spécifiquement les États-Unis, les stocks ne cessent de gonfler. Il existe des causes techniques à cette situation : trop de pipelines convergent vers Cushing (centre névralgique du raffinage américain, au nord du Texas) et trop peu en sortent en direction des zones de consommation. Ensuite, les nouveaux pétroles non conventionnels, qui sont des condensats ultralégers, ne conviennent pas aux raffineries américaines et les producteurs attendent des autorisations de l’administration pour pouvoir les exporter vers des raffineries étrangères. En attendant, les stocks gonflent. Néanmoins, la consommation américaine reste toujours largement supérieure à la production et les producteurs n’ont guère de raison de stopper l’extraction tant que le pays est importateur.

Plus largement, en quoi la notion de Peak Oil (estimant la finitude des réserves), évoquée depuis de nombreuses années paraît obsolète ? N'avons-nous pas sous-estimé les réserves pétrolières mondiales ?

La notion de peak oil a été développée dans les années 1950 par Marion Hubbert à partir d’un modèle d’exploitation d’un gisement. Elle prédit que la production commence à diminuer lorsque la moitié du réservoir est atteinte. Le problème, c’est que son extrapolation à un pays très vaste et a fortiori au monde est biaisée car elle ne tient compte ni de l’évolution des technologies d’extraction, ni de celles de prospection, ni de nombreux autres facteurs comme les progrès de la logistique ou des unités de raffinage. C’est pourquoi la durée estimée des réserves de pétrole a toujours été erronée : il y a 40 ans que l’on prédit qu’il ne reste plus que 40 ans de réserves ! En réalité, on sait exploiter beaucoup plus de gisements aujourd’hui qu’il y a quelques décennies, notamment en eaux très profondes ou dans des environnements très hostiles. On le fait aussi à des coûts plus faibles. Les taux de récupération augmentent encore grâce à de nouvelles techniques. Enfin, on sait exploiter des qualités de pétroles que l’on aurait jadis laissés sous terre (ou mer). Au final, on pourra encore exploiter du pétrole dans un siècle si besoin et la demande chutera avant l’offre, sous l’effet des solutions de substitution.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par elvin - 12/02/2016 - 14:07 - Signaler un abus enfin du bon sens

    " il y a 40 ans que l’on prédit qu’il ne reste plus que 40 ans de réserves !" Enfin une position de bon sens sur le mythe du "peak oil" !!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Stephan Silvestre

Stephan Silvestre est ingénieur en physique appliquée, Professeur à la Paris School of Business et spécialiste des risques énergétiques. Il est membre de la chaire des risques énergétiques de PSB et anime le blog Risk Energy.

Il est le co-auteur de Gaz naturel : la nouvelle donne ? à paraître en février chez PUF.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€